Partagez | 
 

 Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Ven 24 Jan - 10:14

Privé

Je viens chercher des réponses. et les ennuis !


Dionysos & Hadès & Perséphone



Dionysos s’était décidé bien plus rapidement que l’on aurait pu l’imaginer. Mais il avait pris le temps, en fin stratège, d’observer la bâtisse et la vie de ses habitants plusieurs jour, avant de tenter d’y pénétrer. Il s’agissait de ne pas se retrouver nez à nez avec un hadès en caleçon ou une perséphone avec son masque hydratant sur le visage. Non, il fallait qu’il se débrouille pour rentrer quand ils seraient si possible de sortie tous les deux, ou au moins profondément endormis. Et pour cela, il n’y avait pas cinquante-six solutions : il devait patienter, longtemps, dans son arbre, à attendre le moment ou il verrait les deux silhouettes funestes disparaitre au coin de la rue.
Le problème était que, depuis la discussion qu’il avait eu avec le forgeron, Dionysos manquait cruellement de patience. Ses interrogations le dévoraient, le consumaient, et la soif de savoir le faisait mourir à petit feu. Il était à présent prêt à prendre tous les risques pour avoir accès à ce qu’il désirait. Quitte à escalader les murs sombres de ce presque château, dont la façade n’était guère engageante pour le quidam. Le mélange des style en faisait un sort de fort gothique, mais aux pierres épaisses et sombres. Typiquement infernal, et le dieu songea non sans ironie que la déco à l’intérieur ne serait probablement pas plus fun. Il imaginait mal les tableaux de fruits et de chatons jouant avec des pelotes. Ni même les coussins en velours bleu et vert. Mais il fallait qu’il entre. Il fallait qu’il trouve.

Finalement, il porta son choix vers une fin d’après midi, alors que le soir commençait tout juste à tomber, mais que le soleil faisait encore de la résistance à l’horizon. Il n’avait observé aucun mouvement dans la maison de la journée, et il était raisonnable de penser que personne n’était là. Il sauta prestement de sa cachette, pour se diriger vers la porte. Après tout, s’il y avait quelqu’un à l’intérieur, il s’inquièterait surement moins du bruit d’une porte qui grince que de celle d’une fenêtre qui se brise. Faite un peu l’effort de réfléchir voyons ! le dieu tourna la poignet avec une infinie délicatesse. La porte n’était pas fermée à clef, ce qui, à nouveau, ne le surprit pas. Qui oserait voler les dieux de la mort ? de plus, il ne se souvint pas d’antécédent de vol dans le quartier. Tout le monde se connaissait, où presque, alors la confiance régnait. Ou presque. Il se faufila à l’intérieur, tendant l’oreille pour entendre une voix, un pas qui lui aurait attiré de gros ennuis. Mais pour l’instant, rien. Il décida alors d’avancer et, sans perdre de temps, se dirigea sur ce qu’il devina être le salon. Le style était épuré, très épuré, et il ne mit pas longtemps à retourner la pièce. Pas littéralement, bien heureusement, mais il ouvrit toutes les malles, tous les placards, fouilla toutes les étagères d’un air fébrile. Le pire dans tout ça, c’est qu’il n’était même pas sur de ce qu’il cherchait. Mais il comptait bien sur son instinct pour trouver, le moment venu. Ses recherches au salon restant vaines, il traversa le couloir, toujours un peu à l’aveuglette, puis grimpa le long de l’escalier pour chercher un bureau, une chambre. Là où on pourrait ranger des objets personnels, le cabinet de travail d’hadès où je ne sais quoi encore. Finalement, il trouva une chambre qui semblait être celle du couple. Plusieurs autres pièces avaient attiré son attention, mais le lit était trop bien fait, les meubles trop bien fermés, les vases trop … intacts. Persé et son doux époux n’étaient pas des enfants de cœur, cela se savait, et leur chambre serait surement à leur image : un peu bancal. Il trouva en effet une pièce aux draps un peu froissés, aux oreillers un peu pliés. Sur la table de chevet, des bijoux. Sur la bibliothèque, des bougies à moitié fondues. Cela devait être là. Dionysos entama de nouvelles recherches, ouvrant sans pudeur les tables de nuit, les commodes, les tiroirs du bureau. Rien ne trouvait grâce à ses yeux, mais il était si absorbé par ce qu’il faisait qu’il n’entendit pas le pas feutré qui s’approchait dangereusement de lui …




Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
avatar Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Ven 24 Jan - 17:45

Hadès rumina sa colère dans son coin, seul, comme à son habitude. Combien de fois s'était-il livré à Perséphone ? Pas beaucoup, peut être même jamais. Il était celui qui gardait tout, jusqu'à l'âme des morts, alors sa colère et sa haine, il préférait là aussi se les garder. Sa femme n'était pas revenue depuis deux jours. La raison, il ne la connaissait pas, et ça avait le don de l'irriter, de le mettre hors de lui. Ses mains se frottèrent doucement l'une à l'autre, dans un bruit de peau, et automatiquement ce petit geste l'apaisa légèrement. Il tenta de garder sa raison, et de quitter cette lèvre retroussée, prête à prononcer des ignominies. Sa maison était son domaine, il la connaissait aussi bien qu'il connaissait ses Enfers. Chaque mur, chaque fenêtre, chaque sol...
Dans la cuisine, comme un chat noir, il ne bougea pas, regardant à l'extérieur le vent qui agitait les divers éléments de l'environnement, en contre bas. Les bras croisés, les yeux rouges vifs, il se concentra sur lui, sur sa personnalité, et sur ce que Némaïl lui avait apporté depuis le début.
Seulement, un bruit qu'il ne connaissait pas, retentit. Il fut à peine audible mais c'était déjà trop pour le Dieu. Se retournant, il tendit l'oreille, laissant ses bras le long de son corps, et ne reconnu ni les pas, ni la voix de Perséphone.
Serrant les poings et la mâchoire, sa haine revint immédiatement l'envahir. Qui était l'imbécile qui osait s'aventurer sur son domaine, sans y avoir été invité ?

Ne voulant pas le surprendre, il préféra le prendre à son propre jeu. Sortant doucement de la cuisine, il entendit des objets bouger, des coffres s'ouvrir et se fermer, avant d'entendre l'escalier. Passant dans le salon pour monter à l'étage, il vit cette pièce là dérangée et évita de chercher à remettre en place quoi que ce soit. Si il chopait cet avorton, il allait le tuer. Un peu plus alerte, il le suivit, dissimulé dans le noir. Hadès vivait dans le noir, s'habillait de noir, et voyait dans le noir. Que les bougies s'éteignent ne le dérangeait pas, c'était surtout Perséphone qui les allumait. Lui il s'en fichait. Dans cette atmosphère, à aucun moment l'autre était en position de force.
Doucement, il s'approcha de sa propre chambre. Cet étranger n'avait aucune limite, aucun respect. Son aura noircissait au fur et à mesure, ses iris ruisselaient de sang, tellement ils étaient rouges et ses sentiments... Ils auraient écrasés n'importe qui.
Sa rage percuta l'intrus, immédiatement.

Sa chambre était sans dessus dessous et lorsque l'Enfer se jeta sur le cambrioleur, pour le prendre au cou, le plaquant au mur adjacent, il reconnu immédiatement Dyonisos. Sachant pertinemment qu'il ne rivaliserait jamais avec lui en terme de simple force, et que s'il avait pu le tenir en joue à cet instant, c'était simplement car le Divin s'était laissé prendre par surprise, il le lâcha en le cognant contre la cloison.
Les problèmes commençaient, sérieusement.

-Perséphone n'est pas là. Sors d'ici immédiatement.

C'était un tir de sommation, et connaissant Hadès, il n'y en n'aurait pas deux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Lun 27 Jan - 14:20

Thor avait eu la merveilleuse idée de m'inviter passer quelques jours chez lui. Bien que l'idée m'ait vite plu, le doute persistait concernant Hadès. Jamais nous n'avions passé plus de quelques heures l'un loin de l'autre. Comment réagirait-il lorsqu'il apprendrait l'invitation de mon ami ? Hadès reste Hadès, dans tous les cas, en toutes circonstances. Que se soit moi ou Thor qui lui en parle, je craignais sa réaction. Et finalement, se fut Thor qui s'en chargea. Sans mon accord, en fait. Mais finalement il avait bien fait puisque mon ténébreux n'y avait formulé aucune opposition. Joie. Retrouvailles sincères avec mon précieux ami. Puis retour de la Déesse des Enfers. Et quelques soucis crées.

Je retrouvais donc mes Enfers après quelques jours passés au froid, l'esprit déjà embrumé par les derniers instants passés chez le Prince qui étaient quelque peu... explosifs entre une Scandinave et moi-même. Cette femme serait arrivée au bon moment, tout aurait été beaucoup plus simple. Mais il avait fallu qu'elle choisisse un de ces moments où mes envies de meurtres m'empêchent de penser sereinement pour débarquer. Alors, c'est poings serrés que j'entrais dans mon manoir. Je crispais ma mâchoire sur le seuil. Toutes mes bougies étaient éteintes. Il est vrai que si ces bougies avaient leur place dans cette maison lorsque j'y étais présente, sans moi, Hadès n'en avait que faire. Or, elles me rappelaient la chaleur de nos précédentes Enfers. Rougeoyantes, dangereuses, meurtrières parfois même. C'est donc déjà en colère contre mon mari que je m'insérais dans le long couloir menant à la pièce centrale du manoir. Cependant, je stoppais net lorsque j'entendis des bruits à l'étage, comme si l'on se battait.

-Perséphone n'est pas là. Sors d'ici immédiatement.

Hadès venait de relâcher l'intrus qu'il avait auparavant plaqué violemment contre le mur. Qui était-il pour que mon époux ne l'ai pas étouffé de sa poigne solide et meurtrière ? Je reconnus ensuite Dionysos. Pour une surprise... Je m'approchais des deux protagonistes, poussais Hadès d'une main pour m'interposer entre les deux hommes Grecs.

-Et bien mon cher, tu ne me rends jamais visite habituellement, et voilà que tu profites de mon absence pour t'introduire chez moi, je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que tu te joues de moi ?

Je n'étais pas vraiment en colère. Ou du moins, pour le moment. J'étais même plutôt sereine. Suite aux événements survenus chez les Scandinaves, mon humeur macabre m'aurait fait passer mes nerfs sur mon mari si Dionysos n'avait pas été présent. Le savoir ici m'adoucit quelques instants, oubliant Sif et Thor, les bougies, Hadès... Tout dépendait à présent du Dieu de la fête. Sa vie tenait à un fil, il en avait sûrement conscience, Hadès et moi-même n'étant pas des enfants de cœur. Cependant il partait sur de bonnes bases, étant donné que finalement, je m'étais apaisée en comprenant ce qui se passait ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Jeu 30 Jan - 21:05

Privé

Je viens chercher des réponses. et les ennuis !


Dionysos & Hadès & Perséphone



Sans avoir joué de malchance, le grec savait qu’il tentait le diable, littéralement, en s’infiltrant chez sa demi sœur et son oncle sans leur permission. Pour autant, il se pensait un peu plus malin que ça, et ne s’était pas attendu à se laisser attraper par Hadès si facilement. Surtout Hadès ! Le dieu de la mort n’était ni particulièrement discret, ni silencieux, et pourtant il l’avait pris à revers sans aucune difficulté. Il se sentit plaqué contre le mur, deux mains glaciales aux ongles coupants enserrant sa gorge sans le moindre tremblement. Si Dionysos avait une résistance physique supérieure à la moyenne des dieux de l’île, il n’en était pas de même de ses capacités respiratoires : si Hadès tenait bon, il mourrait d’asphyxie. Heureusement, tels n’étaient pas les plans de son oncle, qui lui cogna la tête contre le mur avant de le lâcher. Il lui cracha que Perséphone n’était pas ici, et qu’il devait quitter les lieux immédiatement. Un peu sonné, Dio ne compris pas tout de suite la référence du dieu des morts : pourquoi Perséphone ? Pourquoi lui préciser son absence ? Il cligna les yeux, un peu hébété, avant que l’info remonte jusqu’à son cerveau : Hadès pensait qu’il cherchait perséphone ! Absurde, mais pourtant c’était la seule excuse légitime à sa présence ci, non ? Hadès ne se doutait probablement pas qu’il était en réalité là pour le voler, et ce n’était pas plus mal. Le grec avait des souvenirs plutôt tièdes et peu engageants du caractère de son aieul et de sa façon de gérer ses colères. Et sur l’île, le contrarier sans avoir une solide protection relevait de la bêtise.

Avant qu’il n’ait eu le temps de répondre, Perséphone vint s’interposer entre lui et Hadès, lui permettant de respirer à nouveau, non sans tousser de manière assez pitoyable au préalable. Passant la main sur sa gorge endolorie, il grimaça, son cerveau privé d’oxygène tournant à vive allure pour trouver une excuse crédible à servir au couple infernal. Le problème, c’est qu’il n’y en avait pas. Alors il devait choisir la façon de jouer les cartes qu’il n’avait pas en main. Il ne savait pas quel pouvoir Hadès avait conservé, et n’avait qu’une idée vague de ceux de Perséphone, du peu que ses indics avait trouvé sur elle. Il n’était clairement pas en position de force.
Il haussa les épaules, avant d’arborer un sourire désarmant, malgré la paleur morbide de son visage :

-Bonjour mon Oncle ! Et, Persé ma douce, je suis malheureusement trop sobre pour avoir l’idée de tenter de me jouer de toi. En fait, j’espérais vous trouvez ici, mais comme il n’y avait ni bruit ni lumière, je suis entrée. Je n’ai jamais été doué pour les bonnes manières, j’ai pas eu de maman pour me les apprendre tout petit, moi.

La blague était facile, et elle lui permettait de tater le terrain. Si Hadès, avec ses yeux rubis et son rictus agressif ne paraissait guère engageant, Perséphone n’avait pas l’air aussi … vindicative. Avec un peu de chance, il réussirait à noyer le poisson et à leur faire dire ce qu’il voulait entendre. Mais pour cela, il fallait qu’ils ne l’exécutent pas sur le champ.





Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
avatar Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Ven 31 Jan - 22:09

-Tu te fous de moi ?

Hadès était en Furie. Sa femme avait débarqué par on ne sait quel miracle, au milieu de l'altercation, et elle tentait de jouer avec le Dieu de la fête. Elle l'avait vaguement poussé, mais sans succès quand à ce qu'il se décale complètement, et avait commencé à jouer un peu avec l'intrus.
Le Dieu des Morts n'avait pas envie de jouer.
Et il n'allait pas jouer.
Alors évidemment, ce crétin qui cru avantageux de se rappeler aux bons souvenirs d'Hadès, alors qu'en soit il était juste en opération suicide, se bidonna à moitié lorsqu'il rendit la pareille à Perséphone. Ah oui... Ils allaient très bien ensemble ces deux là, mais en aucun cas Hadès laisserait le temps à Dyonisos de s'échapper.
Se mettant à la hauteur de sa femme, ne voyant pas pourquoi il resterait en arrière, sa voix retentit comme un glas. Celui de la Mort, froid et glacial, capable de vous absorber votre âme. Ses yeux ne mentaient pas quant à son comportement et ses pensées, et il aurait préféré voir ce type avec la gorge tranchée, que de devoir écouter une minute de plus ses palabres. Seulement lui, il continua.

-Et tu pensais nous trouver dans les tiroirs de nos meubles ou les étagères de ma bibliothèque ? Je me fous de ta présence ici. Tu savais pertinemment ce que tu faisais.

Hadès n'était pas du genre à gober les paroles du premiers venu. Il ne croyait que ce qu'il voyait généralement et son caractère pessimiste et terre-à-terre, faisait simplement déprimer les gens autour de lui. Il était rare de le berner. La plus chevronnée était sa femme. Mais elle, elle avait des années d'expériences dans le mensonge conjugal. Et puis à travers ça, il ne la connaissait que trop bien pour savoir que ses mensonges n'allaient souvent pas très loin.
Cependant, si sa voix crachait du venin lorsqu'il parlait, que le sons de la haine, sortait tout droit de sa gorge, il ne pouvait se résoudre à ce que Dyonisos soit aussi con.
Simplement.
A la réception où tous étaient conviés, il avait magistralement raté son coup. Le Dieu avait organisé une mascarade, dont il était l'acteur principal, et s'était lamentable vautré sur scène. Et Hadès l'avait vu tomber. Et avait espéré sa mort. Comme il espérait la mort de chacun sur cette terre.
Croisant les bras, multipliant ainsi sa carrure, se donnant un certain charisme que les ombres amplifiaient, il fit claquer sa langue dans sa bouche -rictus maladif qu'il avait, lorsqu'il était irrité- et finit par dire :

-Si tu veux tan que ça remplir ma rivière des âme, il fallait me le dire...

Le problème avec Hadès, c'était que lorsqu'il pensait à la Mort, à ses Enfers, au Styx, à Cerbère, et au puits des âmes, on comprenait immédiatement qui il était, et pourquoi il était Titan des Enfers.
La Mort lui collait à la peau, et son aura lorsqu'il en parlait, où était dans son élément, était quelque chose de redoutable. Dyonisos s'était immiscé chez lui. C'était un signe. Un signe qu'il en avait marre de sa piètre vie, et intérieurement, le Dieu s'en léchait les lèvres. Avaler son âme serait un délice. Un réel délice, et un doux supplice. Juste d'y penser, les yeux vermeils qui composaient son regard resplendirent, dardant le Dieu de la fête, alors que le rictus que ses lèvres affichèrent, était affolement mortuaire.
Ou mortel.
Dans les deux cas, il ne faisait pas bon de rester ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    Dim 9 Fév - 7:20

Je souris en remarquant la pâleur du Dieu de la fête. Toussant plusieurs fois, il tenta de reprendre contenance suite à l'attaque de mon mari. J'attendis patiemment qu'il me réponde bien qu'Hadès fulminait derrière moi. Dionysos était quelqu'un d’intelligent, et sa réponse était réfléchie. Je savais très bien qu'il me racontait ce que je voulais entendre et non la vérité, mais je pouvais tout de même saluer son travail sur ses mots pour tenter d'échapper à la bombe à retardement qu'il avait lui-même activé en pénétrant en ces lieux. Je n'eu pas le temps de répondre qu'Hadès se rapprocha, l'air mauvais et hautain. Un air que je lui connaissais bien.

-Et tu pensais nous trouver dans les tiroirs de nos meubles ou les étagères de ma bibliothèque ? Je me fous de ta présence ici. Tu savais pertinemment ce que tu faisais.

Je jubilais. Bien que j'évitais de le lui montrer, j'étais très fière d'être la femme d'un Dieu tel que lui. Inconstant, violent, sûr de lui, déterminé. Sa nature était si forte que je savais que jamais il ne me décevrai en s'adoucissant avec le temps, ou en faisant preuve de générosité. Jamais. Et je l'aimais pour cela. Je reportai mon regard sur l'intrus, tandis que mon mari continuait sur sa lancée, sa voix habitée par la mort elle-même.

-Et bien mon ami, répond. Serait-ce réellement le Styx qui t'intéresse ? Que cherchais-tu ici ? Ou peut-être même, QUI cherchais-tu ?

Je restais neutre, bien que nous savions tous les trois que mon état pouvait basculer à tout moment. Un geste mal placé, un affront fait à mon mari, et Dionysos perdrait la vie. C'était à lui de faire de manière de maintenir ma neutralité -parce qu'après tout, j'appréciais ce Dieu distrayant et malicieux-, il faudrait qu'il se montre honnête, et surtout qu'il ne se risque pas à s'en prendre à mon époux mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Je viens chercher des réponses. Et les ennuis ! [Pv dio, persé, hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-