Partagez
 

 Etat de grave ébriété [Perséphone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thrùd
Thrùd Messages : 139
Date d'inscription : 05/04/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse (Valkyrie), scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeMar 30 Avr - 18:48

Thrùd était rentrée chez elle après avoir cherché en vain du gibier à travers la campagne némeïellienne. Le temps du trajet et il faisait déjà presque nuit. Elle s'assit sur le tapis miteux devant la cheminée éteinte, et Sigr vint s'affaller près d'elle, posant sa grosse tête de loup sur ses genoux.
Comme Midgard lui manquait! Quand elle descendait y chasser, que se soit les âmes ou le gibier, elle trouvait toujours de quoi faire. Némeïl la déprimait, Thrùd ne pouvait pas s'empêcher de haïr les humains ingrats qui l'avaient éloignée de ses terres. Pourquoi avait-t-elle passé toute sa longue vie à recueillir les âmes de leurs plus braves guerriers pour se retrouver prisonnière d'une ile et privée de ses déjà faibles pouvoirs?
Il paru vite à la valkyrie qu'elle ne pourrait pas rester posée chez elle toute la soirée. Elle se leva et enferma Sigr dans la maison pour éviter qu'il n'aille embêter les voisins, puis de son pas vif, Thrùd se dirigea vers un bar sinistre à l'autre bout de la rue de Jötunheim. Là-bas, elle commanda une pinte de bière, qu'elle descendit à une vitesse record, puis en demanda une autre, puis une autre et but ainsi à tour de bras jusqu'à être fin saoule. A son stade de détresse, Thrùd ne voyait aucune autre solution que de noyer ses malheurs dans l'alcool.
Puis vint le moment où elle se trouva même trop ivre pour le bouge miteux où elle se trouvait, et où le barmaid, un vigoureux fenrir entre deux ages, l'expulsa de l'établissement en la traînant par le fond de son pantalon.
Pestant et rageant dans son ébriété, Thrùd avait terriblement soif et sa rage, tournée vers les humains il y a quelques heures, se dirigeait maintenant vers tout les êtres vivants croisant sa route. Elle erra d'une démarche d'ivrogne pendant plusieurs heures, avant d'atterrir dans le quartier neutre. En temps normal, elle ne s'y serait pas attardé, mais alors que le soleil se levait, elle décida de pénétrer dans le café.
Thrùd y fit irruption brusquement. Les rares clients déjà présents se tournèrent vers elle à l'unisson. Il faut dire qu'elle avait une drôle d'allure. Le jean était une étoffe qui lui avait plu depuis son invention pour sa robustesse et elle en portait un sous sa tunique plus traditionnelle. Ses cheveux, habituellements tressés et entremêlés de chainettes d'aciers, étaient ébouriffés et des morceau de chaine y pendaient lamentablement.
La valkyrie tituba vers le comptoir, mais soudain s'arrêta devant une belle déesse aux cheveux noirs. Elle s'appuya sur sa table, lui soufflant son haleine d'ivrogne au visage.

"Eh! Mais j'te connais, toi. T'es Pe...Presépno...Persénphone... T'es cobine avec mon père!"
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeMer 1 Mai - 18:45

Bien que les Dieux aient longtemps considéré les Hommes comme inférieurs, sur Néméïl, aussi étrange soit-il, ils avaient reproduit certains de leurs commerces, dont un café, celui du quartier neutre, où j'aimais fourrer mon nez dans mes mauvaises passes. Cette nuit, Hadès et moi nous étions encore disputés, violemment, allant même jusqu'à se battre, et il faut bien avouer que ça m'avait mis les nerfs à vifs. Furibonde et le poing droit enflé d'avoir frappé si fort mon mari, je le quitté, lui tout aussi en colère que moi, m'insultant jusqu'à ce que je m'éloigne assez pour ne plus apparaître dans son champ de vision. Je marchai donc jusqu'au quartier neutre, où j'avais envie de bagarre générale. Malheureusement, lorsque j'arrivai à destination, le soleil commençait à pointer le bout de son nez, or on sait tous que les plus belles bagarres se déclenchent la nuit... Dommage.

J'entrai tout de même dans le café, la tête haute, et m'avançai jusqu'au bar, où je demandai de la glace afin d'en appliquer sur ma main droite qui avait un peu désenflée et prenait des couleurs bleutées.

-Eh! Mais j'te connais, toi. T'es Pe...Presépno...Persénphone... T'es cobine avec mon père!

-Mais quelle horreur ! Recule la paysanne, t'as une haleine de mort, et crois moi je sais de quoi je parle ! grognais-je.

Puis je réalisai alors ce qu'elle venait de me dire. Ainsi donc, elle me connaissait.. et visiblement, je connaissais son père. Je la dévisageai un instant: grande et blonde, aux allures de guerrière. Fille de Thor à n'en pas douter. Un sourire sadique étira mes lèvres, la pauvre fille semblait totalement saoule, j'allais peut-être l'avoir ma bagarre finalement.

-Ainsi donc, Thor se permet d'avoir des enfants si mal éduqués ? Il baisse dans mon estime...

On me donna ma glace, et je plongeai ma main droite dans un sceau glacé. Soupirant d'aise, je ne lâchai plus la soulon du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Thrùd
Thrùd Messages : 139
Date d'inscription : 05/04/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse (Valkyrie), scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeSam 4 Mai - 19:59

Thrùd avait vaguement conscience que ce qu'elle était en train de faire était particulièrement stupide, mais elle continuait malgré tout à souffler son haleine avinée au visage de Perséphone en la fixant d'un air torve. Elle n'aimait pas cette déesse. Elle n'aimait pas ses allures, son attitude, son regard, son caractère et surtout plus que tout, elle n'aimait pas la relation qu'elle entretenait avec son père.

"Ce...c'est pas mon bère...père qui m'a élevé, grosse conne...Parce qu'il était trop occupé à trainer avec des putes romaines pour se soucier d'sa bâtarde..."

La valkyrie n'avait pas peur de provoquer Perséphone. Elle considérait que les déesses des autres panthéons n'étaient que des mauviettes incapable de se défendre elles même et que celle-ci se contenterait d'aller pleurer dans les jupes de son mari, de son père ou d'un de ses frères. Pas un instant Thrùd ne soupçonna que la blessure à la main que Perséphone trempait avec délice dans un saut d'eau froide pouvait être le résultat d'un combat et non pas un accident. Elle avait envie de se passer les nerfs. Cogner de toute ses forces, sur une proie qu'elle estimait facile et plus ou moins innocente, lui faire payer les outrages et l'amertume de son exil et de toute une vie à coups de poings jusqu'à faire sauter chacune de ses dents, casser son joli nez, tuméfier ses yeux et son visage, lui casser les cotes et la laisse pourrir là où elle tomberait quand elle se serait lassée. Et qui sait, peut-être Thrùd attirerait enfin l'attention de Thor, ce père idolâtré mais absent, qui si il n'avait pas daigné lui accorder un regard après ses multiples hauts-faits, la regarderait enfin si elle défigurait sa chère amie.
Elle leva les yeux vers Perséphone, une lueur mauvaise dans le regard et fit craquer ses phalanges. Le bruit raisonna dans le café silencieux, puis Thrùd se jeta sur la déesse.

"ASGARD!" cria-t-elle. On sentait dans sa voix les accents terrifiants d'une crise de furie guerrière imminente.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeMer 8 Mai - 12:38

Un sourire malsain étira mes lèvres, alors que la jeune femme qui se tenait face à moi peinait à parler correctement, se rapprochant toujours un peu plus de moi comme pour me provoquer avec son haleine mortelle.

-Ce...c'est pas mon bère...père qui m'a élevé, grosse conne...Parce qu'il était trop occupé à trainer avec des putes grecques pour se soucier d'sa bâtarde...

Je lâchai un long soupire, comme pour montrer à quel point j'étais affligée et peinée par le désespoir de cette jeune femme. Alors qu'en réalité, ce n'était que de la lassitude, du mépris, et un peu de moquerie, aussi. Forcément, comment ne pas rire d'une situation comme celle-ci ? Je retirai ma main blessée du sceau de glace et l'essuyai doucement, alors que dans l'esprit de la Nordique se tramait je ne sais quelle stupidité, lui montrant ainsi que je ne lui accordai guerre d'attention. Cependant, je la surveillai du coin de l'oeil, consciente qu'elle allait bientôt franchir la ligne. Et une fois qu'elle l'aurait franchit... J'entendis alors un cri de guerre -ou du moins ça y ressemblait- et compris que la jeune femme était donc passée à l'action. J'eu le temps de faire un geste vers le propriétaire du café, lui faisant signe de partir, lui et les quelques autres clients. Cependant, certains d'entre eux restèrent, pour mon plus grand plaisir, car j'allais avoir des spectateurs alors que j'allai mettre à cette jeune enfant la raclée de sa vie.

Elle bondit sur moi pour me frapper de son poings, mais l'alcool qui empoisonnait ses veines me donnait largement l'avantage: je pus sans problème esquiver son attaque. Passant derrière elle, je bondis sur son dos, la cramponnant en passant mes jambes autour de ses côtes, une main dans sa tignasse blonde, et un bras serré contre sa gorge. Comme elle n'avait pas du s'attendre à se revirement de situation, elle perdit l'équilibre, moi sur son dos.

-Écoute moi bien gamine, je crois que tu ne sais pas bien à qui tu a affaire, mais je te pardonne, car visiblement tu n'es pas maitresse de ton corps en cet instant. Profites de cette chance car la prochaine fois que tu m'insultes, ou même que tu oses me regarder droit dans les yeux, je te tue, que tu sois la fille de Thor ou de n'importe qui, personne ne pourra te protéger, tu m'as bien comprise ?

Bien que je l'ai appelée gamine, j'avais conscience que la jeune femme que je maintenais au sol était une guerrière, et que j'allai surement avoir du mal à la garder stable et immobile longtemps. Si elle était une fille de Thor, elle savait surement mieux se battre que moi. Je n'avais pas été crée pour la guerre, moi, contrairement à elle. Je profitai donc qu'elle ne soit pas en possession de tous ses moyens pour lui donner une leçon, mais je me doutais bien que si nous nous recroisions un jour ou l'autre, je n'aurai pas l'avantage si elle n'avait pas bu avant.

-Tu ferais mieux de quitter les lieux, raclure, on a pas de temps à perdre avec des gens aussi insignifiants que toi, râlais-je avant de la relacher et de me mettre de côté pour lui laisser le passage vers la sortie.

Je la regardai d'un air méprisant, hautain. Qui était-elle pour s'adresser ainsi à moi ? Pour qui se prenait-elle ? Je pensais amèrement tout ce que j'avais dit: qu'elle soit la fille de Thor ne lui sauvera pas la peau, s'il fallait que je me débarrasse d'elle, je le ferai. Il ne fallait pas me chercher après une dispute avec mon mari, et elle allait vite le comprendre, bien qu'étrangement j'ai été assez clémente pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Thrùd
Thrùd Messages : 139
Date d'inscription : 05/04/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse (Valkyrie), scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeJeu 9 Mai - 12:47

Perséphone esquiva le coup et la renversa. Thrùd était folle de rage: elle, maîtrisée par une déesse pesant la moitié de son poids et dotée d'un art de la guerre largement inférieur au sien! La valkyrie se débattit comme une diablesse alors que Perséphone l'écrasait en lui lançant des paroles méprisantes. Cela acheva de l'enrager et elle s’immobilisa soudain tandis ce que la fureur prenait entièrement possession d'elle.
C'est alors que Perséphone fit une grossière erreur en la libérant, la croyant probablement calmée.
Un rire dément monta dans gorge de Thrùd, emplissant l'espace silencieux du café. Elle tourna son regard aux yeux révulsés vers son adversaire et soudain, son hilarité démoniaque s'apaisa, remplacée par un sourd grognement. Elle se releva à la force des abdominaux, puis se leva à une vitesse surhumaine pour se jeter à nouveau sur Perséphone. Cette fois elle ne se laisserait pas maîtriser aussi facilement et à présent, il faudrait l'assommer pour la neutraliser ou attendre que la crise de furie passe en se plaçant hors de portée. Du moins en tant normal car l'alcool risquait de diminuer la durée de la furie ou d'altérer les compétences qu'elle apportait en temps normal.
Tout cela, Thrùd n'en était pas consciente, puisqu'elle n'était absolument plus maîtresse d'elle même. Elle allongea le bras pour frapper du poing le visage de Perséphone, puis fit un pas en avant et la tapa à nouveau en écumant de rage. Elle la saisit par les épaules et la projeta sur une table derrière elle. Elle la saisit à la gorge de sa main droite aux doigts recourbés en griffes et serra.
Soudain, la furie guerrière s'évapora. Thrùd tomba à genoux, privée de ses forces et vulnérable. Comprenant instantanément le danger, elle se releva en s'accrochant à une table, les jambes tremblantes. Dans quelques minutes, elle serrait à nouveau capable de se défendre, mais pour l'instant son seul espoir était dans l'esquive. Quand elle était sobre, ses crises de furies pouvaient durer des heures et même si les instants de faiblesse qui la suivaient était plus longs, elle se trouvait généralement en sécurité à ce moment là.
Thrùd aurait aussi pu prendre la fuite, mais elle était bien trop fière pour ça. A la place, elle fit un signe de tête en souriant à demi à Perséphone pour l'inviter à se lançer à nouveau dans la bagarre
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeJeu 9 Mai - 19:53

Cette jeune femme, tout le portrait de son père, ais-je à peine le temps de penser avant que son poing ne s'abatte sur mon nez. Je retins mon souffle, tellement le choc fut violent. La Demi Déesse était si rapide et habituée des combats que ses attaques s'enchainaient sans que moi-même je ne puisse m'en rendre compte, si bien que je finis propulsée sur une table à la vitesse de l'éclaire. Un filet de sang s'échappait de mon nez, et ma mâchoire me faisait pas mal souffrir. Heureusement, avec Hadès comme compagnon et ennemi à la fois, j'étais habituée à la douleur, si bien que je pu me relever, sans pour autant parvenir à retenir un gémissement de douleur. Quelle furie !

Grimaçant, je me relevais, poings serrés, alors que la Nordique semblait reprendre son souffle. Elle avait frappé si fort que visiblement, elle en avait le souffle coupé ! Je n'avais aucune idée de comment me sortir de cette situation, sachant qu'elle était bien plus lourde, bien plus endurante, et beaucoup mieux entraînée au combat que moi. J'étais cependant très intéressée par le désir de cette jeune femme: celui de me faire du mal. Pourquoi ? Cela semblait avoir un rapport direct avec mon amitié avec Thor.

-Alors quoi ? C'est pour impressionner le vieux débris qu'est Thor qu'on vient se mesurer à moi ? Pas sûre qu'il prenne très bien le fait que tu viennes défigurer son amie... souriais-je sadiquement, tentant de comprendre.

Les quelques clients qui étaient restés finirent par quitter les lieux, apeurés. Agrippant de mes mains frêles une table, je l'envoyais sur ma nouvelle ennemie. Profitant du fait qu'elle soit déstabilisée quelques instants, je pris appuis sur un table pour fondre sur elle, telle une flèche, lui atteignant la mâchoire d'un coup de pied déterminé. Si elle voulait la guerre...

Sachant tout de même que je ne ferai pas le poids longtemps contre cette furie, mais que ma taille frêle me permettait de me mouvoir avec plus de vitesse et d'agilité, je cherchai un moyen de gagner ce combat. Je passais ma manche sous mon nez pour tenter d'en essuyer le liquide vital qui s'en échappait, ce qui m'arracha une grimace. Elle avait dû me casser le nez, la garce.

La jeune femme se releva plus vite de mon enchainement d'attaque je ne l'aurai pensé, et je cherchai toujours un moyen de me sortir de cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Thrùd
Thrùd Messages : 139
Date d'inscription : 05/04/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse (Valkyrie), scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeVen 10 Mai - 12:55

Perséphone répondit à sa provocation plus vite que Thrùd ne l'avait imaginé. Elle lui jeta une table, qui la renversa. Avant qu'elle ai eu le temps de réagir, son adversaire lui balança un coup de pied dans la mâchoire. La valkyrie resta sonnée un instant au sol, puis se releva vivement. Elle sentit quelque chose d'étrange dans sa bouche, comme un morceau d'os cassé. Thrùd fit la grimace et cracha par terre. Une molaire ensanglantée rebondit sur le parquet. Elle poussa un cri étouffé, la main sur la bouche, puis cracha du sang deux fois en jurant. Ce n'était pas spécialement douloureux, mais c'était plus que rageant. Nul doute qu'elle aurait aussitôt fait une seconde crise de furie si elle en avait été capable.
La valkyrie resta un instant debout sans bouger, la main sur sa mâchoire douloureuse en fixant Perséphone. La pute. Une plaie se refermait, une fracture se ressoudait, on se réveillait après avoir été assommé, mais les dents ne repoussaient pas. La déesse aurait aussi bien pu lui couper une main que Thrùd n'aurait pas été plus contrariée.
Elle ramassa une chaise et l'abattit sur la tête de Perséphone en hurlant, puis envoya le siège se fracasser contre un mur. D'une poussée négligeable, elle projeta la déesse au sol et posa un pied sur son thorax pour l’immobiliser, s'appuyant un peu sur sa jambe pour l'écraser.
Thrùd hésita en regardant Perséphone sous son pied. Allait-elle prendre vraiment appui sur elle, ou la rouer de coups jusqu'à l’incontinence?
Le contre-coup de sa crise de furie la faucha à nouveau, la ramollissant soudain sur ses jambes. Tremblante, elle rassembla ses forces. Il fallait qu'elle en finisse avec Perséphone avant que la faiblesse ne la submerge. Elle leva le pied et lui balança un coup de pied dans les cotes, puis s'arrêta à nouveau.
Thrùd leva les yeux vers la porte. Devait-t-elle fuir? Non, de toute façon, elle était déjà trop affaiblie pour se déplacer assez rapidement pour filer. Avec un geste qui lui semblait désespérant de lenteur, elle assena un autre coup à Perséphone. Il fallait pas qu'elle donne à son adversaire l'impression qu'elle était affaiblie. Si elle paraissait suffisamment confiance, ce serait peut-être elle qui prendrait la fuite.

"Et bien..déjà fatiguée, Pe...Persnéphnone?"
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeSam 11 Mai - 20:34

Je fus assez surprise de voir que mon coup de pied avait arraché une dent à la Scandinave. J'en restais si bouche bée que je ne réagi pas tout de suite à ses attaques qui redoublèrent de violence et de force. Quelque part, j'aurai pu être fière, d'avoir sur décocher un coup de pied d'une telle force. Mais toute fierté de faire du mal m'avait quitté. La folie qui avait empli mes veines suite à ma dispute avec mon mari m'avait quitté. Et comme à chaque fois, toute force musculaire s'était évaporée avec elle. Je me retrouvai lasse, presque déprimée. Mes changements d'humeurs m'affaiblissaient considérablement.

Je me retrouvai à terre, la vue brouillée par les coups portés par la jeune femme, le nez toujours en sang, essoufflée et étourdie. Que venais-je de me prendre en pleine tête ? Une chaise ? Je n'en savais trop rien, j'en avais presque perdu la vue à ce moment là. Un poids appuya contre ma poitrine, si fortement que j'en toussai. J'ouvris les yeux douloureusement: c'était elle. De là où j'étais, elle paraissait encore plus impressionnante. Je n'avais plus du tout l'impression d'être la Déesse des morts, à cet instant. Non, je me retrouvai comme une enfant, comme la Déesse des Saisons l'était il y a des siècles de cela. J'aurai aimé que ma mère m'empêche d'en arriver là. Qu'elle canalise mes sautes d'humeur. Qu'elle apaise mes colères et mon impulsivité. Mais non, celui qui m'avait rendu comme ça, c'était Hadès, et aujourd'hui encore, c'était lui qui avait le plus d'emprise sur moi.

Je ne sais par quel miracle la Scandinave se recula quelques instants, me laissant reprendre ma respiration. Ma vision ne s'était toujours pas rétablie, si bien que je ne la vis pas réapparaître et m'assener un nouveau coup, dans les cotes cette fois-ci. La douleur était si forte que j'en oublié celle de mon nez. Bon sang, mais comment en étais-je arrivée là ?

-Et bien..déjà fatiguée, Pe...Persnéphnone?

Je restais silencieuse, incapable de dire un mot. J'avais déjà assez de mal à reprendre ma respiration ! Je battis des paupières, tentant de voir à nouveau distinctement. Le visage de mon adversaire était décomposé par la rage, elle semblait réellement en colère. Je me demandai d'ailleurs pourquoi était-elle venu ici ? Pourquoi m'avoir agressé ? Soupirant un bon coup, je me relevais difficilement. Une fois assise, j'abandonnai toute illusion de me remettre debout, j'en étais incapable. Levant des yeux brillants vers la jeune femme, je lui demandais:

-Il faudra quand même que vous m'expliquiez, ce qui vous a tant mis en colère contre moi, contre votre père...

Le passage du tutoiement au vouvoiement passerait peut-être inaperçu, par chance. Mais finalement, qu'elle me prenne pour une folle ou non ne changerait pas grand chose à la situation. Et puis, folle, je l'étais, pourquoi le cacher ?
Revenir en haut Aller en bas
Thrùd
Thrùd Messages : 139
Date d'inscription : 05/04/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse (Valkyrie), scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeDim 12 Mai - 14:47

Perséphone semblait vaincue au grand triomphe de Thrùd. Elle ôta son pied de sa poitrine et recula en la regardant s'asseoir avec précautions, une expression neutre sur le visage. La déesse c'était bien battue, elle était impressionnée. Elle ne pensait pas qu'un individu aussi frêle pourrait lui resister aussi longtemps et même lui infliger des dégats. La valkyrie passa la langue dans le trou sanglant laissé par sa dent. Elle grimaça, dépitée. Encore une blessure qui laisserait une marque indélébile. Comme si elle n'était pas assez balaffrée!
Perséphone sembla trouver la force de parler. Thrùd éclata d'un petit rire sans joie en secouant doucement la tête de droite à gauche. Elle ne comprenait pas. Rares étaient ceux qui la comprenaient et surtout pas une ennemie.
La valkyrie fit demi-tour et se dirigea vers la sortie du café dévasté. Elle posa la main sur la poignée de la porte, puis se retourna vers Perséphone, soudain étonnamment sobre, avec le regard profond de l'enfant qui souffre.

"Vous ne comprendriez pas, Perséphone." dit-elle doucement. "Vous vous êtes bien battue, je suis impressionnée."

Thrùd sortit du café sans se retourner, une étrange mélancholie dans l'âme. Loin de l'avoir soulagée, rosser Perséphone avait allourdit le fardeau de tristesse qui pesait sur ses épaules.
Elle rentra chez elle d'un pas lent. La matinée était bien avancée quand elle arriva chez elle. Sigr jaillit hors de la maison quand sa maitresse ouvrit la porte et lui lécha le visage avec un entousiasme débordant. Thrùd passa les bras autour du cou de son loup et enfoui son visage dans sa fourrure jusqu'à ce qu'il se débatte, puis alla s'écrouler sur son lit, épuisée.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeMar 14 Mai - 18:58

Je fus surprise du revirement de situation: la colère de la jeune femme sembla faiblir, jusqu'à ce qu'elle retrouve un calme étonnant. Elle me regarda alors avant de me répondre, l'air grave. Je fus surprise qu'elle me vouvoie respectueusement à son tour, alors qu'elle m'avait insulté peu avant. Elle finit par me dire que je m'étais bien battue, qu'elle était impressionnée, puis repartie sans même se retourner.

Je voulu me lever pour rejoindre cette enfant qui semblait si profondément peinée et attristée pour une raison que j'ignorai, mais mon corps ne me le permit pas. Je n'avais même plus la force de serrer les poings, alors me relever... Je me laissais donc m'étendre sur le sol froid, reprenant mes esprits, me reposant durant quelques heures, avant que les gens arrivent de nouveau dans le café. Le propriétaire des lieux vint m'aider à me faire entrer chez moi, et je le remerciai chaleureusement, après m'être mile fois excusée d'avoir saccagé son établissement.

Je me promis que la prochaine fois que je rencontrerai cette jeune femme, je l'aiderai.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitimeMar 14 Mai - 18:59

RP Terminé, je déplace Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Etat de grave ébriété [Perséphone]   Etat de grave ébriété [Perséphone] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Etat de grave ébriété [Perséphone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-