Partagez
 

 Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeJeu 21 Mar - 19:04

Privé

Pour le meilleur et pour le pire

Hadès & Perséphone

Je n'avais aucune idée de l'heure qu'il était. Toutes fenêtres du manoir étaient closes, quasiment toute la journée. Du coup, bien que je vienne de me réveiller, je ne pouvais savoir si le soleil était levé, ou non. S'il était 3h du matin ou 16h de l'après midi. Aucune idée. Nous avions préféré laissé la maison dans le noir le plus souvent possible, afin d'y retrouver un peu de nos Enfers qui nous manquent tant. Bien sur, des dizaines de bougies éclairent chaque pièces, ainsi nous voyons sans problème. Mais toujours est-il que je n'avais aucun moyen de savoir l'heure qu'il était. Tant pis.

Je repoussai le bras possessif de mon mari qui m’empêchait de bouger, sans le ménager, presque comme pour le réveiller. Je lui tirai la langue avant de me lever, bien qu'il ne l'ait pas vu puisqu'il dormait encore. Je m'étirai puis me dirigeai vers la salle d'eau. Je me fis couler un bain chaud et y plongeai une fois déshabillée. Une fois dans l'eau, je laissais mon esprit vagabonder. Voila quelques semaines que nous étions sur Néméïl, et je commençai seulement à prendre l'habitude de cette nouvelle vie. La maison que nous nous étions bâti avec Hadès me plaisait plutôt bien, j'adorai l'ambiance qu'elle dégageait: on se serait cru en Enfers ! Avec ce noir permanent et ces bougies disséminées dans toute la maison, on pourrait penser aux noirceurs des sous-terrains et aux flammes qui l'habitent ! Et puis, tant que nous restions ensemble, Hadès et moi, la vie pouvait continuer. Il était mon pilier, mon repère. Bien que nous ne puissions nous empécher de nous pourrir la vie l'un l'autre.

J'entendis alors des râlements. Ah, avais-je donc finalement réussi à réveiller mon merveilleuse époux ?

Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeJeu 6 Juin - 19:17

Les Enfers lui manquaient. Némeïl n'était pas une terre d'accueil pour lui, bien au contraire, et Hadès était amer d'avoir quitté ses souterrains. Les humains étaient de vils êtres abominables, mais il avait au moins l'honneur de s'être battu dignement dans l'espoir de rester en place sur son trône noir. Ici, ça ne servait plus à rien de ressasser tout cela, car rien d'autre n'existait. Seule sa femme comptait.
En arrivant sur Némeïl, lui et Perséphone s'échinèrent à bâtir une maison, aussi confortable que possible, de manière à en faire leur chez soi, mais bien vite le soleil les dérangèrent, et ce fut dans l'optique de retourner aux sources, qu'ils s'enfermèrent, dans le noir le plus total, éclairant les quelques pièces de bougies. C'était leur monde, c'était leurs ténèbres, et c'était dans cet espace confiné et affreusement noir, qu'ils évoluaient à présent.

Hadès dormait profondément, appréciant le sommeil réparateur que lui conféraient ses nuits. Maintenant qu'il n'avait plus ses créatures, que celles-ci avaient été changées en humains à pouvoirs, il n'avait plus à s'occuper d'elles. Seul lui comptait. Lui et Elle, évidemment. Les âmes des Morts allaient où bon leur semblait, mais le plus souvent, c'était dans ses rêves lugubres qu'elles se retrouvaient. Comment ne pas penser, même en dormant, de l’Éternité qui fut brisée en un quart de seconde ? Cependant, ses petites pensées nocturnes furent bien vite dissipées, par un mouvement brusque de son propre bras. Il entendit le froissement du drap, sentit une présence s'éloigner, et ouvrit les yeux instantanément, comme s'il n'avait fait que semblant de dormir. Grâce aux lueurs des bougies, les formes sensuelles de sa femme disparurent au détour de la salle d'eau, et il entendit l'eau couler à flot.

Fermant ses paupières, il se tourna sur le dos et s'étira, en poussant un râle rauque et masculin, matinal. S'asseyant sur le bord du lit, mettant pied à terre, il passa une main dans ses cheveux et prit le temps d'enrouler nonchalamment un voile autour de sa taille, avant d'aller rejoindre Perséphone dans la salle d'eau. Hadès la sentait, chaque seconde, chaque minute. Il ressentait une terrible empathie envers elle, et même s'il fut de dos, il savait pertinemment où elle était, ce qu'elle faisait. Cette femme coulait dans ses veines. Sans un regard pour Elle, il se dirigea automatiquement vers les lavabos surplombés de miroirs. Il se voyait jusqu'à la taille et approcha son visage de ceux-ci voulant discerner la moindre impureté. Oui, c'était un Dieu mais... Même un Dieu n'avait-il pas besoin de prendre soin de lui ? Le Roi des Enfers ne lui prêtait pas la moindre attention, frottant sa main sur sa barbe naissante, et regardant la couleur de ses yeux s'illuminer juste un peu plus. Hadès dépendait de Perséphone. Ses yeux vermeil se ternissaient lorsque sa femme s'éloignait de lui. Elle était son poison, et sa plus belle douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeJeu 6 Juin - 20:13

Dans ma baignoire, de l'eau jusqu'à la poitrine, genoux pliés, je m'enfonçai dans le liquide savonneux, me laissant submerger jusqu'à ne plus être visible de l'extérieur. Je restais ainsi en apnée un moment, ressassant ma vie, mon couple, mes années dans l'ombre, celles dans la lumière. Le visage de ma mère m'apparut alors à l'esprit, si clair et si doux, que j'en eu un geste brusque et ressortis la tête de l'eau instantanément.

Hadès était là, impassible, le visage fermé, dos à moi, mais je pouvais scruter son reflet dans le miroir face à lui. Il avait profité de mon moment 'd'absence' pour entrer.

-Tu ne sais pas frapper à une porte, Hadès ? Elles ne sont pas là pour faire beau ! râlais-je.

Je tendais la main vers ma serviette et sortis de l'eau. Passant ma serviette autour du corps, le regard noir et les sourcils froncés. J'allai chercher quelques vêtements sans plus accorder un regard à mon mari et sorti de la salle de bain pour me vétir dans la chambre. Bien que mon époux et moi ayons déjà depuis longtemps exploré le corps l'un de l'autre, j'aimai me montrer prude lorsque j'étais contrarier. Ainsi, aujourd'hui, il ne verrait pas mon corps, c'est ainsi. je m'habillai rapidement de ma robe noire, laissant mes cheveux sécher à l'air libre. Histoire de vraiment montrer mon mécontentement -et oui il en fallait peu pour me contrarier-, j'ouvrai un volet et laissai entrer la lumière dans la pièce. Il devait être aux alentours de midi, car le soleil était haut dans le ciel. Je me surpris à sourire à la vue de ce spectacle que je voyais rarement lorsque j'étais avec Hadès. Le soleil...

Il fut un temps où je travaillai avec le soleil. Il était mon allié dans les plantations, les récoltes... Aujourd'hui sur Néméïl, il était parfois mon ennemi, parfois mon ami. Je ne savais plus trop bien quel était mon rôle, ici. Déesse des saisons ? Reine des Enfers ? En compagnie d'Hadès, je ne pouvais être que sa Reine, c'était indéniable, et j'en étais fière. Mais une fois à l'extérieur ? Loin de lui ? Je retrouvai parfois la jeune femme fraiche et fragile que j'avais été, celle pétillante, aimante et gentille.. Qui étais-je vraiment ? Une femme forte et indomptable, ou une femme douce et docile ? Je lâchai un soupire, fatiguée de ma condition sur Néméïl. Mon soupir lasse fut cependant vite remplacé par un sourire fière et hautain lorsque je sentis Hadès dans mon dos. La journée pouvait commençait, et j'attendais avec impatience sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeJeu 6 Juin - 20:35

Hadès se fit réprimander, et il observa le petit manège de Perséphone, dans le miroir. Agréable dès le matin...
Haussant, les épaules, il préféra s'occuper de lui, se laver, se laver et s'habiller, alors qu'elle sortit de la pièce, visiblement contrariée. Madame allait visiblement passer une belle journée aujourd'hui...
Sortant de la salle d'eau, passant une main dans ses cheveux, il se heurta à la lumière du soleil. Il faisait déjà bien jour, et ses yeux flamboyèrent lorsqu'ils virent la jeune femme adossée au rebord. Il détestait la lumière, préférant l'ombre et la noirceur. Sourcils froncés, sa langue claqua.

-Ferme ça !

Il cracha une sorte d'ordre, espérant vainement qu'elle l'écoute, avant de partir dans la cuisine. Hadès se laissait beaucoup aller au gré de ses pulsions et là, la seule qu'il eut, était de passer sa main dans les cheveux mouillés de la jeune femme, avant de capturer ses lèvres. Mais juste en posant ses yeux sur elle, il se raviva fortement, et finit par totalement sortir du couloir pour aller se chercher à boire. Il n'avait pas faim. Monsieur n'était pas d'un grand appétit, seulement il buvait énormément. Ce fut toujours comme ça.
Aujourd'hui, il avait envie de sortir, d'étriper des gens, de... Passer ses nerfs et son humeur qui commençait sérieusement à virer au noir. Le verre éclata dans ses mains, sur la table.

-Encore un. Bordel...

Il murmura ses paroles, alors qu'il regardait les débris. Le Dieu trouvait cette vie médiocre et bien qu'ils soient dans une jolie maison -un peu trop éclairé aujourd'hui, à son goût- il fallait bien qu'il se résigne. Alors jetant son fracas il dit à haute voix :

-Tu veux sortir ?

Ce n'était pas vraiment une question à vrai dire. Même si Perséphone aimait lui pourrir gentiment la vie, il savait qu'elle avait besoin du soleil, de la chaleur, de tout ce qui constituait le monde et la nature. L'homme amoureux qu'il était, était conscient qu'elle avait fait bien des concessions en venant avec lui, qu'elle était même allée à changer de caractère en sa présence, en s'enterrant à ses côtés. Ce genre de geste de la part de la jeune femme, une simple ouverture de volets, n'étaient souvent jamais anodin. Pas à ses yeux en tout cas. Fronçant légèrement les sourcils, il s'aventura dans le couloir prêt à faire face à cette lumière aveuglante, jusqu'à arriver derrière sa femme. C'était dommage que le Dieu n'alla pas plus au soleil, car étrangement, l'astre donnait un bon teint à sa peau pâle, et une jolie couleur à ses yeux. Hadès osa un coup d’œil au dehors, remarquant le beau temps, et le monde rayonnant, avant de poser ses yeux sur sa femme, face à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 15:24

Sa réaction fut à la hauteur de mes attentes. Le soleil ne le ravissait guère, et ça me fit sourire. Sadique, moi ? Sa langue claqua contre ses dents, comme à son habitude, et je souris de plus belle. J'aimai vivre avec lui, connaître ses manies, ses préférences, ses faiblesses, ses forces.... J'avais envie de ne faire qu'un avec lui, pour toujours. Et je savais que c'est ainsi que ça se passerait. Ainsi, je n'avais aucunement peur de le perdre. Je savais que je pouvais le faire crisser des dents, de faire enrager, je serais toujours sa femme, quoi qu'il arrive. Du coup, je me laissais beaucoup de libertés. Malgré son ordre des plus viril, je ne bougeai pas, le regard fixe, tourné vers les plaines de notre quartier grec.

J'entendis un bruit de brisure et levai les yeux aux ciel, devinant très bien les traits fermés de son visage, alors qu'il devait râler d'avoir encore cassé un verre. Je soupirai longuement, lasse, mais je bougeai pas pour autant. Ma moitié finit par me rejoindre après quelques instants, et mon coeur se mit à battre à tout rompre lorsque de sa voix divine je l'entendis me proposer:

-Tu veux sortir ?

Je lui lançai d'abord un regard méfiant, comme s'il était possible qu'il se joue de moi, qu'il me propose cela sans penser m'accorder cette faveur, juste pour me donner un faux espoir. Mais Hadès n'était pas fourbe, pas avec moi, jamais. Je pouvais lui offrir ma confiance absolu, sans aucune hésitation, et je le savais. Touchée, mon coeur de Reine des Enfers se fit plus tendre, et c'est dans un élan de grande tendresse que je collai mon corps contre celui de mon mari, caressant ses lèvres des miennes avant de l'embrasser plus longuement. Nos contacts physiques étaient toujours forts, passionnés, car malgré tout nous nous aimions d'un amour que peu pouvaient comprendre. J'étais éperdument folle de lui.

Je fis glisser mes mains vers les siennes, vérifiant discrètement l'état de celles-ci, sachant qu'il se blessait parfois avec le verre lorsqu'il brisait des choses, ce qui lui arrivait assez facilement. Ses mains dans les miennes, je les caressais doucement du bout des doigts et lorsque je fus certaines qu'elles n'avaient rien, je me retirai brusquement du corps de mon mari, un sourire triomphant sur le visage.

Sans ajouter un mot, je le quittai pour sortir. Une fois dehors, je pris une grande bouffée d'air frais et profitai du soleil. J'attendis Hadès sur le seuil, et réfléchissais déjà à l'endroit où j'allais le mener. Hadès ne m'offrait pas souvent le droit de l’emmener sortir, autant en profiter. La plupart du temps, je devais sortir avant qu'il ne se réveille ou lorsqu'il était occupé, seule. Cette fois-ci, je sentais qu'il était prêt à me suivre, et j'en souriais de joie.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 16:17

Hadès croisa les bras derrière Perséphone, le temps qu'elle se retourne. Elle le jaugeait du regard, il sentait ses prunelles sur lui, comme pour déceler quelque chose. Hadès n'était pas bête, s'il avait prononcé ces petits mots, ce n'était pas pour se jouer d'elle, il n'aimait pas faire ça. En tout cas pas avec ce qui faisait une partie de la force de sa femme. Le soleil était son meilleur ami, il n'avait aucun droit d'en priver sa Muse. Elle capta alors ses véritables intentions et lui ouvrit son cœur en lui offrant une intention douce et belle. Ses lèvres se posèrent sur les siennes, comme la caresse d'un papillon sur la peau, mais Hadès en voulait toujours plus et il n'hésita pas à prolonger le baiser, fermant les yeux, savourant l'odeur florale qui émanait d'elle. C'était étrange mais sur elle, il n'aimait pas vraiment le noir. Elle portait si bien les couleurs. Mais ses réflexions personnelles ne sortirent pas de sa bouche. Ses mains se refermèrent doucement sur ses jolis doigts fins et soyeux. Mais Perséphone s'arracha de lui avec violence et brusquerie, ce qui le surprit et le Dieu releva la tête. Un petit sourire malicieux éclaira le visage de sa femme, et le sien se referma complètement.
Pendant ses actes charnels, subtils comme plus exhaustifs, Hadès s'ouvrait. Il était moins froid, moins distant, et pour lui, il fondait littéralement. Ce genre de petits détails n'échappaient pas à l'oeil expert de sa femme, il le savait et ne s'en cachait pas. Mais dès que ça ne la concernait plus, il redevenait le Dieu des Enfers, l'Impassible Hadès.

Se frottant l'arrière du crâne, il regarda le soleil à travers la fenêtre, d'un oeil mauvais, et rejoignit à pas de loup la jeune femme sur le perron. Non, il n'aimait pas Némeïl, il détestait sortir et pire encore de jour. Une fois dans l'encadrement de porte, il la vit rayonnante, l'air s'engouffrant dans ses cheveux mouillés, et s'il s'était écouté, il l'aurait faite rentrer rapidement pour profiter de son agréable douceur féminine, sur le lit. Frottant sa joue de sa main, pour éloigner ses pulsions et regarder ailleurs, il se mit à ses côtés et fronça les sourcils -cet homme passait sa vie les sourcils froncés d'ailleurs- :

-Où vas-tu m'emmener cette fois ?


Le sourire qui illuminait le visage de sa femme était unique pour lui. Oh bien sur, il ne montrait pas qu'il était touché par ça, ni que ça l'affectait, mais c'était un spectacle qu'il aimait regarder. Le Dieu passait chaque jour à se féliciter d'avoir capturé Perséphone dans son antre sombre, car maintenant elle était complètement à lui. Elle ne partirait jamais, et lui non plus.
Hadès n'était sortit que rarement avec elle, et chaque fois dans des lieux atypiques et différents, alors cette fois-ci était une nouvelle aventure...
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 18:26

Le contact des lèvres de mon homme sur les miennes me donnèrent l'impression de me retrouver aux Enfers, entourés de nos sujets, tellement bien, tellement unis durant les six mois que je passais avec lui sous terre... Mais s'il y avait une chose que j'aimai encore plus que le contact du corps d'Hadès contre le mien, c'était de produire en lui une soif encore plus grande de ce genre de moments partagés. Je les savais précieux parce qu'ils le rendaient parfois doux et attentionné, amoureux. Et le rendre ainsi dépendant de ces moments de tendresse me donnait l'assurance qu'il les voyait lui aussi comme quelque chose de précieux, et ainsi je savais qu'à chaque contact, sa tendresse réapparaîtrait. Alors, plutôt que de rendre ces moments banaux et habituels, je me décollais vivement de lui, dès que j'eu vérifier l'état de ses mains.

Dehors, respirant à plein poumons, j'entendis Hadès dans mon dos. Sa voix trahissait son appréhension. J'en souris de plus belle. Ca n'arrivait pas souvent, mais dans les rares moments où c'était moi qui tenais les rênes de notre couple, j'en étais très fière. Or, à cet instant, c'était moi qui décidais.

Sans répondre à sa question, ni sans lui accorder un regard, je me mis en marche. J'avais d'abord pensé lui montrer les endroits que m'avait fait découvrir Thor, puis me ravisais. Je ne tenais absolument pas à ce que ces deux là se rencontrent, alors autant éloigner Hadès du quartier nordique. De même pour le quartier Egyptiens, où Gizeh et Isis se trouvaient... Je fis la moue, ne sachant trop où aller. Seule, j'aurai parcouru les terres de Néméïl sans but, mais là... Trouver un lieu assez intéressant pour mon mari qui n'a pas l'habitude de quitter notre antre...

Je finis par m'arrêter brusquement. J'eu tout à coup envie de confronter Hadès aux autres, de le faire sortir dans un lieux où nous ne serions pas que deux, pour une fois. Mais me suivra t-il ? Je le sentais dans mon dos, lui aussi s'était arrêté, et devait se demander ce que je lui réservais. J'avais toujours aimé rendre la vie impossible à mon mari, et le voir évoluer parmi d'autres me rendait tout excitée. Un sourire malicieux ne me quittait plus, alors que je repris ma route vers un bar du quartier neutre où j'allais de temps en temps. Attention les yeux !
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 19:05

Hadès commençait à avoir anormalement chaud. Dans les Enfers il faisait froid, et l'ambiance était à son image : frigide. Ça lui plaisait. Ici sur Némeïl, il y avait bien trop de chaleur, de couleur, de douceur, il détestait ça et ça allait être compliqué de rester longtemps dehors avec un tel climat.
Le Dieu était amoureux de Perséphone, mais il n'y avait pas, dans son attitude, tous les gestes d'amour que d'autres couples pouvaient entretenir. Il n'était pas constamment collé à elle, n'était pas pendu à ses lèvres ou même à ses hanches, bref, cette distance qu'ils avaient instauré lui convenait parfaitement. Sa femme était précieuse et amoureuse, c'était tout ce qui comptait pour lui.

Ses prunelles tombèrent sur le dos de Perséphone, avant que son cerveau ne s'active un peu plus violemment. Il lui avait, certes, proposé de sortir, mais où allait-elle l'emmener ? L'expectative l'effrayait assez pour vouloir faire demi-tour sur-le-champ. Le sourire malicieux qui hantait les lèvres fines de sa femme ne le mit absolument pas en confiance, vis-à-vis de cette sortie.
Machinalement, il la suivit avant de s'arrêter derrière elle, la regardant évaluer les lieux, en vue d'une direction à prendre. Remontant jusqu'à se mettre à ses côtés, il baissa la tête pour la regarder, et observer les petits tics qu'effectuait son visage, lorsqu'elle était en pleine réflexion. Oui, un spectacle, une œuvre d'art. Puis la belle se décida et entama une marche vers des directions qu'Hadès ne connaissait pas. En même temps, ce Dieu ne connaissait rien, mis à part son antre. C'était difficile pour lui de se confronter au monde et pire encore, de se heurter à la foule. Mais voilà, aujourd'hui, sa douce Muse avait décidé de lui mener la vie dure et de l'emmener dans un endroit, où il avait juste envie d'atomiser les gens : un bar.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 19:17

Je sentais la perplexité de mon mari rien que dans sa démarche. Le Dieu des morts commençait à perdre patience, et il savait que je ne serai pas tendre avec lui, il l'avait lu sur mon visage lorsqu'il s'était arrêté à ma hauteur. Je continuai cependant ma route, alors qu'éloignés d'au moins un mètre l'un de l'autre, Hadès suivait, sourcils froncés. A nous voir ainsi, on aurait pu imaginer qui nous étions l'un pour l'autre. Peut-être que certains penseraient même que cet homme souhaiterait abuser de moi, et me suivait dans ce but ? A son regard noir, il était bien possible qu'on se pose ce genre de questions !

Je pris donc la direction du quartier neutre. Contrairement à Hadès, je connaissais bien les lieux de cette île à présent. Je pris une rue, puis une autre. Au fur et à mesure que nous nous enfoncions dans la ville, Hadès se renfermait. Lorsque je l'emmenai enfin au bar, il eut un geste de recul, mais je n'en tenais pas rigueur et entrai sans lui, le laissant sur le seuil. C'était à lui de voir s'il préférait me laisser entrer sans lui et donc sans pouvoir me surveiller, ou s'il passerait outre son asociabilité pour me rejoindre.

Je fis signe au barman qui me connaissait bien à présent et lui indiquai la table où j'allai m'asseoir, seule pour le moment. Il vint prendre ma commande, que je pris en double, certaine qu'Hadès allait céder et me rejoindre. Je lui ferai donc gouter les doux nectars que l'on peut trouver ici...

Il y avait du monde, ce soir, et j'en fus ravie. On pouvait presque entendre les conversations des gens tellement ils parlaient fort. Hadès allait perdre son sang froid, à n'en pas douter... Quelle sadique femme je faisais !
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 21:05

Hadès restait en retrait par rapport à sa femme. Il sentait ses épaule se tendre sous l'effet du malaise, et ses yeux étaient fendant, sciant les rues comme s'il cherchait quelque chose. Il observait. Perséphone avait l'air de bien connaitre l'endroit, plus qu'il ne l'aurait imaginé, ce qui le rendait beaucoup plus nerveux, car le coup perfide pouvait venir de partout et nulle part. Là, il était en terrain ennemie. Dès qu'il sortait de chez lui il était en terrain ennemi, c'était pour dire combien il était sur le qui-vive.
Au fur et à mesure qu'ils évoluaient dans les rues, le Dieu se voilait d'une attitude complètement froide et il était affreusement distant. Sa femme finit par entrer dans un bâtiment et juste en observant la devanture Hadès s'énerva juste un peu plus. Ses narines se dilatèrent, et sa langue claqua. Il détestait les coups foireux comme ça. En fait, elle comptait le faire mourir de colère, c'était ça le but de sa journée. Seulement, il ne pu se résoudre à entrer là dedans. Il voyait sa femme évoluer dans un univers qui lui était hostile et vraiment ça le mettait en rogne. Mais il ne pouvait pas la laisser toute seule, comme ça, à une table... Où il l'avait perdu de vu.

Un peu plus décidé mais légèrement à fleur de peau, il passa le seuil et repéra sa femme assise à une petite table à deux. Des gens parlaient, riaient, c'était insupportable pour ses oreilles. Hadès s'assit et grogna entre ses dents :

-Pourquoi tu m'as emmené ici... ?


Il voyait des gens les regarder. Perséphone avait l'air d'être connu dans le coin, et les yeux curieux devaient jaser de voir qu'elle avait réussi à sortir son mari de sa tanière. Ouais, le loup était sortit, mais à quel prix. Il regardait les alentours et finit par fusiller sa femme des yeux. Dé-ten-du. Elle devait être heureuse de le piquer là où ça faisait mal et le Dieu se focalisa alors sur son verre, dont il bu une gorgée, avant de dire, d'une voix quasi de velours, se voulant feutré :

-Tu viens souvent ici ?


Vu la familiarité de certains, oui elle devait venir régulièrement, ça ... L'exaspérait.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeVen 7 Juin - 21:30

Je n'eu pas longtemps à attendre avant que le Roi ne se manifeste. je souris, triomphante. J'avais gagné. Alors qu'il s'assit face à moi, je fis glisser son verre jusqu'à lui, comme pour l'inciter à boire une gorgée. Tous les yeux étaient braqués sur nous. Je ne savais même pas si tous ces gens étaient au courant que j'étais mariée, et à l'homme qui se trouvait en face de moi, qui plus est.

J'étais cependant assez déçue de l'attitude de mon mari. Certes, je le sentais tendu, mais il restait maître de lui-même. Et ça me contrariait. Mais la journée n'était pas finie, et j'avais encore des ressources pour le mettre en colère. Il me demanda pourquoi je l'avais emmené ici, et pour seule réponse, je haussai les épaules, blasée. Il me posa alors une autre question, après avoir bu un coup, tout de même.

-C'est que mon mari ne me surveille as beaucoup, et me laisse beaucoup de libertés... La solitude m'a conduite ici. Mais c'est très sympas, tu verras, souriais-je, mesquine. Je te présente de mes amis si tu veux ?

Je bus une gorgée de mon alcool, ravie. La partie ne faisait que commencer. Je me souvins alors de mon combat avec Thrùd, la fille de Thor. Les coups s'étaient tenus ici-même. J'en étais sortie avec le nez cassé, elle, y avait perdu une dent. Je fis signe au serveur, qui revint donc vers moi.

-Mon ami ne me croit pas lorsque je lui dis que je suis une habituée. Alors je me disais que tu pourrais lui parler des moments très distrayants que je vis ici ! Comme de la fois où on a failli tuer quelqu'un, avec la Nordique, tu te souviens... ?

Bien sûr, je m'adressai au serveur, et il était volontaire d'utiliser les mots 'mon ami' plutôt que 'mon époux' ou 'mon mari' pour énerver encore un peu plus Hadès. Le regard du serveur pétilla et très vite, il se mit à tout déballer à Hadès. Comment elle m'avait sauté dessus, comment les tables et les chaises avaient volé, et comment il avait retrouvé son bar en bataille, du sang partout, et une dent qui avait volé, une fois les hostilités terminées. Je ne quittai pas des yeux mon mari, guettant sa réaction, qui ne tarderait pas à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeSam 8 Juin - 19:08

Hadès commençait à fulminer. Elle le provoquait, publiquement en plus, et il n'aimait guerre s'exposer. Il voulu lui arracher la langue de parler avec autant d'inconscience mais se retint, ne faisant que la fusiller du regard avant de lui répondre :

-Je ne sais pas qui est ton mari mais si je le croise, je m'assurerai de lui dire de s'occuper de toi pour qu'il t'enferme, comme il le faisait si bien quand il te prenait dans les Enfers !


Pourquoi faisait-elle ça ? Elle était sournoise avec lui, et elle adorait ce genre de petite vengeance personnelle. Le Dieu était plus que crispé, il était en colère, et bien que son teint blafard en pâtissait, il ne pu réellement se détendre, sinon il allait mettre une droite à quelqu'un. Tout le monde les regardait mais pire encore, Perséphone faisait exprès d'être nonchalante et exubérante, pour attirer deux fois plus les regards sur eux.
Seulement quand elle appela un serveur pour lui signifiait que son amie ne le croyait pas, Hadès cru s'étouffer. Perséphone avait énormément de chance d'être sa femme et il fallait qu'elle le sache, car le misérable qui lui parlait sur ce ton, ne s'en serait jamais sortit vivant. Bien sur, elle allait subir son courroux, mais un peu plus tard car ici, il était en terrain inconnu et c'était mauvais pour lui de faire quoi que ce soit. Seulement ses pulsions lui dictaient clairement de mettre le feu à l'établissement, et d'y laisser Perséphone bruler vive. Mettant sa main sur sa bouche, excédé, il du subir le discours du serveur et n'arrêta pas de fixer sa belle déesse, d'un regard haineux. Elle était la pire des garces quand elle s'y mettait.

Le type n'eut pas franchement le temps de finir non plus son récit de barde, qu'Hadès se leva et tout se passa très vite. Son verre quasi plein tomba à terre alors qu'il attrapa violemment Perséphone par le bras et la jeta contre le mur. Se collant à elle de face, il attrapa son cou d'une main et la souleva de là, de manière à que seule la pointe de ses pieds ne frôle le sol. Oh bien sur, dans sa violence, il n'allait pas la tuer, jamais. Et puis quand elle le frappait, elle ne se retenait pas non plus... C'était parfois un juste retour des choses. Ils étaient deux bêtes qui avaient appris à s'apprivoiser, point barre.
Hadès était maintenant bien détendu, mais enragé. Les gens autour de lui commencèrent à se calmer, à ne plus trop parler, voire à s'immobiliser. Le Dieu était en train de les congeler sur place. Il était collé à sa femme et la regarda dans les yeux :

-Alors ma chère épouse, tu veux que nous aussi on s'essaye aux jeux de mains... ?

Clairement, elle l'avait surement emmené ici dans le but de le latter, ou de se faire latter, il ne voyait pas d'autres slutions.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeSam 8 Juin - 19:48

Le regard du Dieu était perçant, vif, menaçant. Je savais que j'allais finir par payer le prix de mon arrogance, ainsi je savourai chaque instant avant que la roue ne tourne, et que se soit moi qui soit en position de faiblesse. Il persiffla entre ses dents et je levai les yeux au ciel. Certes, avant, je n'avais pas la possibilité de sortir comme bon me semblait, et ainsi Hadès m'avait tout à lui, tout le temps, et pouvait me surveiller comme bon lui semblait. Ici, c'était différent, et je voulais lui en faire prendre conscience.

Mon ami le serveur en plein dans son explication des événements passés fut brutalement stoppé dans son élan par la violence de mon mari. Je n'eu le temps de bouger qu'il m'avait sauté dessus, empoignant ma gorge fine, me soulevant du sol, et je ne pu offrir aucune résistance, bien moins supérieur physiquement.

-Alors ma chère épouse, tu veux que nous aussi on s'essaye aux jeux de mains... ?

Je me retins de lui sortir toutes les belles paroles qui me vinrent à l'esprit. Serrant les dents, je tentai de me calmer, et surtout de calmer ma respiration affolée, de peur de finir par tomber dans les vapes. Et ça, c'était hors de question, j'étais bien trop orgueilleuse pour ça. Toutefois, la tête me tournait car l'air manquait, sous l'emprise d'Hadès qui en plus de m'étrangler, me dominait de toute sa taille, son corps écrasant le mien. Fière, je lui souris tout de même.

-Tu prends enfin conscience que tu n'es plus le maître absolu ? Il va... il va falloir reconsidérer les règles du jeu.... Hadès, puisqu'ici, je... je ne suis plus toute à toi, tentais-je de dire avec aplomb bien que la poigne du Dieu m'empêchait de m'exprimer correctement.

Inconsciemment, peut-être l'avais-je emmené ici pour qu'il prenne conscience de ça: que j'avais changé. Il ne savait pas, lui, à quel point je souffre d'être sur Néméïl. Il ne savait pas ma douleur, ma fatigue lorsque je passais d'un état à un autre. Il ne savait pas que mon âme était déchirée, brisée. Et je voulais le lui faire payer.

-Ce serait gentil qu'on évite de... de casser trop de choses, parce qu'à force... à force de mes bagares, je vais finir par être interdite de visite ici ! souriais-je, mauvaise, insinuant sans mal que je comptai continuer mes escapades.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeSam 8 Juin - 20:22

Hadès était intelligent, mais bien trop aveuglé par sa colère pour penser et entendre correctement les paroles de sa femme. Elle étouffait sous sa poigne, et il la lâcha petit à petit, se rendant compte que s'il continuait il allait probablement la tuer en la privant d'air. Les mots qu'elle sortit lui crevèrent le cœur. C'était difficile pour lui d'entendre que le bonheur de sa femme était entaché depuis leur venue ici. Seulement... Seulement il ne pouvait le reconnaitre, le tolérer même.

-Le maitre absolu ? Rappelle-moi, qui se régalera de ton âme lorsque je te tuerai ma jolie Muse ? Les règles du jeu sont les mêmes, tu es mienne. Seul le terrain a changé, souvient en.


Si Perséphone devait mourir un jour, ce serait de ses seules mains. Personne n'avait le droit de lever la main sur elle à part lui.
Il reconnut la ténacité de sa femme par la suite de ses paroles. Elle venait souvent, elle mettait le bordel une fois sur deux visiblement, et elle n'avait aucunement l'intention de s'empêcher de sortir et de vaquer à ses occupations. Maintenant elle était libre, tout en étant avec son mari et il détestait ça. Il ne pouvait plus l'enfermer, faire pression, garder un oeil sur elle. Il s'endormait avant elle, se réveillait après elle, et ça commençait sérieusement à lui taper sur le système. La lâchant complètement, il regarda les alentours et dit, en s'éloignant d'elle :

-Je n'ai rien à faire ici. Fais ce que tu veux.


C'était des mots vifs, tranchants, mais qui voulaient tout dire.
Hadès avait compris qu'elle l'avait emmené ici dans le but de se faire violenter, de mettre carte sur table, de lui faire comprendre certaine chose, mais lui, il comptait la tenir autrement. S'il ne pouvait plus la marquer au fer rouge, et la surveiller en l'enfermant dans leur demeure sombre et infernale, alors il s'y prendrait autrement. Ce qui l'énervait le plus, c'était le fait qu'ils avaient besoin l'un de l'autre, mais elle, s'en rendait-elle vraiment compte pour le provoquer de la sorte ? Excédé par tout ça, il mit fin au débat, rapidement, et se dirigea vers la sortie. Les gens allaient reprendre leur beuverie lorsqu'il aurait tourné au coin de la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeSam 8 Juin - 20:49

Hadès finit par lâcher prise petit à petit, et je l'en remerciai mentalement, sans pour autant le montrer, car je commençai sérieusement à manquer d'air. Je me retins de tousser lorsque sa main finit par s'éloigner réellement de ma gorge, mais mes poumons eurent du mal à retrouver une fonction normale après avoir été malmenée.

J'aurai du me douter qu'il ne chercherait pas à voir plus loin que le bout de son nez. Aveuglé par la colère, il ne réfléchissait pas à ce pourquoi j'avais changé. Avait-il seulement remarqué ce changement ? Il cracha son venin, puis partit. Le regard fixé sur son dos qui me quittait, je ne bougeai plus. Bon. Que faire à présent ? Tout le monde me regarda lorsque le Dieu eut quitté les lieux. Ouais, je sais, j'ai encore abusé ce soir. Je soupirais puis allais payer le barman, avant de lui demander une bouteille, pour l'emporter.

Je suivis Hadès et pris moi aussi la porte. Sauf que lorsque je fus dehors, il n'était déjà plus là.

-Hadès ! râlais-je, sachant très bien qu'il reconnaîtrait ma voix, peu importe où il se trouverait.

Je pris le chemin menant à notre antre, persuadée qu'il s'y trouverait. Quelques bougies étaient encore allumées, mais la plupart avaient du subir le courant d'air qu'avait du laisser entrer Hadès en rentrant. Je me remémorai notre début de soirée, tentant de garder à l'esprit qu'il m'avait proposé que l'on sorte, et qu'il avait ainsi fait un effort monumental. Une pointe de culpabilité me traversa le corps, et je me mis à la recherche de mon homme dans la maison. Je le retrouvai assis sur le lit, dos à moi. Il avait bien sûr pris la peine de fermer la fenêtre que j'avais ouverte dans la journée. Je lâchai un soupire de soulagement et, tendrement, passais derrière lui, entourant ses épaules de mes bras, passais une main sous le col de sa chemise et caressai doucement le haut de son torse, mes lèvres effleurant la peau de son cou. Je craignais que le moment de tendresse ne dure pas, nous connaissant, je savais que l'un de nous allait craquer et parler de la soirée, ou de mon arrogance. Ou que j'allais lui parler de mes problèmes psychologiques. Non, ça, c'était impossible. Seul Thor savait réellement pour le moment. Alors, pour empêcher que la situation ne dégénère encore une fois, je me rendais possessive de ses lèvres que je capturai des miennes, toujours dans son dos.



Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeDim 9 Juin - 18:44

Le temps d'aller au bar, d'en coller une à Perséphone puis d'en sortir, il faisait presque nuit. Automatiquement, en sortant de là, Hadès se sentit bien, dans le noir qui commençait à arriver et envahir la terre, petit à petit. Il avait l'impression que chaque nuit, la porte des Enfers s'ouvrait et l'appelait. Mais là, il s'en fichait il voulait seulement rentrer, et retrouver ses repères habituels. En ouvrant la porte, il créa un courant d'air avec la fenêtre restée ouverte et comme pour éviter de taper dans quelque chose, il se passa les nerfs sur le volet en le fermant rapidement et violemment, éteignant par ce fait, les trois quart des bougies. Il avait l'impression de s'être levé il n'y avait pas si longtemps que cela et, en même temps, d'avoir vécu deux jours en un. Soupirant, il s'assit sur le lit, déboutonnant légèrement sa chemise noire, comme s'il avait soudainement trop chaud, et finit par appuyer ses coudes sur ses cuisses. La pression et l'énervement descendait un petit peu, et les mots de Perséphone résonnèrent dans sa tête. Il n'était plus le maitre qu'il était, il n'avait plus son trône et son pouvoir omniscient, il n'avait même plus ses créatures... Pire encore, Perséphone lui filait entre les mains, et c'était insupportable. Son intelligence divine n'arrivait pas à la comprendre assez pour lui venir en aide, ou contourner ses problèmes. Au fond, la comprenait-il vraiment ?

Alors que son regard se perdait dans le plancher, il sentit des mains glisser sur ses épaules, avant qu'elles ne passent sous son t-shirt pour toucher son torse. Les lèvres de sa femmes étaient douces, et ses paupières se fermèrent pour apprécier le moment, et encore un soupir sortit de sa bouche. Seulement Perséphone anticipa ses questions, et l'embrassa, lui tournant la tête pour déposer un baiser sur ses lèvres. Chaque contact qu'il avait avec elle, excitait ses sens, au point parfois d'en atteindre la folie. Alors oui la démence était son quotidien lorsqu'il était dans les souterrains, mais avec Elle, c'était une tout autre forme de démence. Addictive, qui lui donnait envie d'en réclamer toujours plus. Hadès passa sa main dans les cheveux quasi secs de Perséphone, et, sans la quitter et rompre le contact charnel, il se laissa tomber sur le lit, l'emmenant sur lui. Depuis qu'il était sur Némeïl, il avait l'impression de devenir une coquille toujours plus vide, à chaque jours. Et aujourd'hui, précisément à se moment même, il était extrêmement las, le faisant signifier, sans retenu, en prenant sa femme dans ses bras, la serrant contre lui. Il lui crierait dessus plus tard, il la frapperait plus tard, pour le moment elle était sa plus grande faiblesse, et là, il avait mal. Le Dieu froid et cruel que tout le monde connaissait, était quelque peu différent avec sa femme. Il dévoilait certaines facettes que personne, à part les morts, n'avaient jamais vu avant -et encore...-
Cet exode l'avait épuisé et éreinté, et c'était difficile pour lui de trouver un but lorsqu'il n'y avait plus rien à faire, si ce n'était vivre dans le noir absolu. Son bras relâcha Perséphone, au bout d'à peine une minute, et son visage se referma immédiatement, ne montrant qu'une attitude froide et distante. Sa voix rude était elle aussi glaciale :

-Tu es heureuse ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeDim 9 Juin - 19:04

Je connaissais assez Hadès pour savoir comment maîtriser sa colère. Ou du moins, j'y arrivai parfois, ce qui n'était pas une mince affaire. Le contact de mes lèvres sur les siennes eut l'effet escompté: il se calma et ne posa aucune question, m'entrainant contre lui sur le lit. Durant quelques instants, un bras possessif vint attirer ma taille contre lui, dans un geste fort et protecteur, qui m'avait toujours conquise. Il se laissa aller à quelques minutes de délicatesse, d'amour, avant de rompre le charme. Je retins un soupire alors qu'il ne m'adressait même plus un regard. Je restai pourtant allongée sur son corps, fière de le dominer. Pliant un bras et posant ma tête sur ma main, j'attendis qu'il se libère de ce qu'il avait à me dire et que le travaillait visiblement -normal après notre journée...-

-Tu es heureuse ici ?

Mon coeur s'arrêta. Etait-il sérieux ? S'intéressait-il vraiment à mon mal être ? Peut-être que finalement, les actions de la journée avaient été bénéfiques et l'avaient fait réfléchir. Mais étais-je prête à lui dire... A lui dire qu'ici, avec lui, oui, j'étais heureuse. Mais que c'était à l'extérieur, que ça se compliquait ? Que je n'arrivais plus à faire la part des choses ? Qu'une partie de moi me quittait, avant de se battre le contrôle de mon corps avec l'autre ? Je me mordis les lèvres, indécise. Je l'aurai bien embrassé à nouveau pour mettre fin à la conversation, mais je savais que ça ne marcherait pas deux fois. Je finis donc par lui dire ce qu'il voulait entendre:

-Je suis bien avec toi.

Mais ma réponse allait-elle calmer ses questionnements ? Comme pour appuyer mes mots, je commençai doucement à défaire les boutons de sa chemise, un à un. J'avais cependant l'esprit ailleurs, alors que le torse musclé de mon mari apparaissait devant moi. Il faudrait qu'un jour, je lui parle de mes soucis. Que je lui en parle vraiment. Mais comment le prendrait-il ? Se moquerait-il de moi ? Et s'il avait honte ?

Comme pour dissiper toutes ces questions et tous ces doutes de mon esprit, je l'embrassai, le forçant à se relever un minimum pour lui retirer sa chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeDim 9 Juin - 19:47

Perséphone, je te hais autant que je t'aime... Tu fais de ma vie un enfer. Tu fais de ma vie mes Enfers. Hadès avait surprit sa femme avec ses tourments et sa question subite. Oui il lui avait proposé de sortir aujourd'hui, oui il lui avait demandé si elle était heureuse, oui parfois il n'était pas si égoïste qu'il le paraissait. Voyant sa femme près de lui, il ne lui accorda un regard que lorsqu'elle s'éternisa à lui répondre. Elle réfléchissait à son bonheur ? Si elle avait une réflexion trop prononcé, cela voudrait alors dire qu'elle n'était sure de rien, et que le pire restait à venir. Heureuse ou malheureuse ? Peut être rien.
Ses yeux vermeils détaillèrent son visage. Elle avait gardé la souplesse et le rayonnement de cet après midi, et le Dieu Infernal aimait ça. Il savait l'influence qu'il avait sur elle, et combien il pouvait parfois la rendre aussi irascible que lui cependant, lorsqu'elle représentait le soleil en déesse des Saisons, et non en Reine des Enfers, il appréciait le spectacle que son visage et son corps offrait. Déchiffrable, délicat, spontané... Hadès savait qu'il avait annihiler ce côté là d'elle depuis bien longtemps. Seulement, l'homme qu'il était ne savait pas que la racine du problème était là. Il ne touchait pas du doigts les conflits intérieur de sa belle pour lui, c'était naturel chez elle de jongler entre ses états d'âmes. Alors il ne s'attarda même pas sur ça et écouta ce qu'elle avait à dire.
Oui elle était heureuse, mais avec lui.

Ses yeux devinrent un peu plus acérés, comme pour plonger dans son âme et lire les tréfonds de ses pensées mais malheureusement, même s'il avait l'habitude de manipule des âmes et des morts, il n'était pas encore assez doué pour lire en elles. Rompant le lien psychique qu'il avait créé pendant quelques secondes, il laissa sa femme l'embrasser à nouveau. Ses petites mains fines avaient déjà déboutonné sa chemise et s'affairaient à lui enlever. Mettant ses mains sur sa taille, il laissa leur lèvres se frôler, interrompant le baiser et dit d'une voix de velours, ses yeux avides de sa femme :

-Je n'obtiendrai rien de toi ce soir, n'est ce pas ?


Hadès sentait ce genre de chose et là, il préférait profiter de l'étreinte passionnée qui se profilait, que de tanner Perséphone, pour essayer d'obtenir des réponses qu'il n'aura peut être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeDim 9 Juin - 20:03

Hadès n'avait jamais eu à vivre avec mes soucis internes puisque ceux-ci n'existaient pas avant que nous arrivions sur Néméïl. J'avais toujours fait la part des choses, avant: six mois meurtrière, six mois bienveillantes, ça n'était pas plus compliqué que cela. Ici, elle n'avait plus sa séparation qui lui manquait terriblement.

Mon mari céda sous mes lèvres, sous mes doigts, avant de rompre le baiser, me traversant de toute part par son regard incroyablement doux pour une fois. Je souris à sa demande. Il avait compris que je ne parlerai pas ce soir, que je ne me confierai pas. Il me connaissait bien, et savait que j'étais aussi tétue que lui. Si c'était non, c'était non.

-Mis à part mes gémissements de plaisir ? souriais-je, séductrice.

Et consciente du pouvoir addictif de mon corps sur le sien, c'est avec agilité et grâce que je retirai ma robe, offrant la paleur de ma peau aux yeux d'Hadès. Je me retirai de son corps afin qu'il puisse faire de même pour ses vêtements et reculai quelques peu, me laissant désirer par le Roi des Enfers. Les coups et les règlements de compte ne se feront pas ce soir, et les confidences non plus. Ce soir, les Enfers seront avec nous, et nous uniront.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeLun 1 Juil - 22:08

Hadès aimait toutes les facettes de sa femme. Oui, toutes, sans exception. Même s'il préférait le froid et les Enfers, il aimait aussi la voir rayonner et capter le soleil. Aimer était peut-être un bien grand mot pour un homme dénué d'âme, tel que lui, mais pour cette femme, c'était le mot juste. Il ne regrettait aucun des sentiments qu'il lui portait, aucun des gestes qu'il avait pu faire envers elle, et surtout, il ne regrettait pas de l'avoir arraché à la Terre et au Soleil, et de l'avoir emporté dans son Antre froid et obscur. Maintenant elle était à lui, à lui seul. Même si, comme elle le disait, il n'avait plus les pleins pouvoirs -c’était différent de l'époque où ils étaient sur Terre, dans ses Enfers-, il en avait encore bien assez sur lui pour l'avoir faite tellement sienne, qu'elle s'était mise à aimer cette vie.
Je suis bien avec toi.
Que pouvait-il attendre de plus ? Il avait gagné la guerre. Et la guerre l'avait rendu fou. Fou d'amour pour elle.

Leurs étreintes étaient ardentes, toujours. C'était des moments charnels, passionnés, et souvent ils se faisaient mal, ils se heurtaient, mais leur amour n'en était que plus spécial, plus grandissant. De toute leur existence de Dieu, jamais ils ne se sépareraient. Enfin, jamais Hadès ne tolèrerait le fait qu'elle puisse penser s'en aller. Alors dès qu'elle lui offrait son corps, avec envie, il ne refusait jamais. Et tout leur amour passait par leurs gestes, tantôt doux, tantôt torrides, tantôt blessants.
Le lien qui les unissait était unique, et spécial. Peu de monde arrivait à le comprendre et beaucoup s'opposaient même. Il n'était pas rare qu'Hadès ait vent de quelques... Malentendus entre Perséphone et ses pairs. Ces derniers tentaient, d'un moyen ou d'un autre, de lui faire réaliser ô combien Hadès était le pire des Dieux, pour avoir réussit à la séquestrer et l'influencer de manière à ce qu'elle finisse par accepter et même AIMER sa condition. Or, ils avaient beau parler, et palabrer autant qu'ils voulaient, ils ne savaient pas comment ça se passait au sein de leur couple. Comme ils étaient dans l'intimité, l'un envers l'autre. Ils ne savaient rien.
Tout n'était que palabres, encore et toujours.
Seule raison pourquoi Hadès ne levait jamais le petit doigt quand il prenait connaissance de ce genre de désagrément.

La nuit qu'ils s'offrirent fut mouvementée, et chaque acte avait quelque chose d'unique. L'euphorie du moment restait ancrée dans le corps de l'homme, comme une sangsue. Ce soir, il ne lâchera pas Perséphone, et ce fut dans la prison que formaient ses bras qu'il la garda.
Le Dieu des Enfers n'était pas très loquace, mais lorsqu'il parlait, Perséphone comprenait sans forcer, le message qu'il voulait transmettre.

-Tu es mon Unique.


Jamais on ne la lui prendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeMer 3 Juil - 9:36

Dans le regard d'Hadès brillait la même envie qui tiraillait mon corps. Nous nous aimions trop. De si loin que remonte mes souvenirs, la violence n'était apparue dans notre couple que bien après mon enlèvement. Pourquoi ? Parce qu'elle était apparue et s'était accroît au même rythme que notre amour. Plus nous nous aimions, moins nous savions contrôler nos gestes, nos paroles l'un envers l'autre. La passion qui nous dévorait avait fait de nous des êtres impulsifs, ardents. Personne ne pouvait comprendre ça.

Cette nuit là, je me donnai à lui avec plaisir. Le contact de notre corps l'un contre l'autre nous rendait gourmands, et plus nous nous épanouissions l'un dans les bras de l'autre, plus nous en voulions. Depuis que nous étions arrivés sur Néméïl, mon corps ayant perdu de sa force, il m'arrivait d'avoir des bleus suite à nos ébats. Ils étaient la preuve de notre amour déchainé, incontrôlable. Et je savais qu'Hadès aimait voir ces hématomes sur mon corps autant que moi. Pour lui, ils signifiaient aussi surement que je lui appartenais, qu'il avait laissé sa marque sur ma peau. J'aimai la possessivité de mon mari. Autant que j'aimai la totalité de sa personnalité.

-Tu es mon Unique.

Logée au creux de ses bras, caressant de mes doigts l'un de ses bras, je souris. Je savais que si je ne pouvais plus me défaire de lui, lui non plus. Nous nous devions une loyauté sans faille, l'un envers l'autre, personne ne briserait jamais notre couple. Jamais. Et j'étais fière de lui appartenir autant qu'il m'appartenait. Jamais je n'aurai pensé me marier sans ressentir de l'amour, lorsque j'étais encore une enfant. Jamais je n'aurai pensé vivre tout ce que j'ai vécu. Mais Hadès a sut m'offrir l'expérience, l'amour, la protection. Peu pouvaient comprendre que je puisse aimer celui qui m'avait tant fait souffrir par le passé. Ma mère la première. Mais je n'avais pas besoin de leur approbation. Je me retournai pour lui faire face, m'appuyant sur son torse, le visage à quelques centimètres au dessus du sien. Je lui souris.

-Je n'appartiens qu'à toi, lui dis-je avant de l'embrasser promptement, et de me défaire de son étreinte.

Je me devais de le rassurer sur ma fidélité, si je voulais qu'il continue de me laisser vagabonder au grès de mes envies dehors. De plus, je lui avais dit plus tôt dans la soirée que depuis que nous étions sur Néméïl, les règles avaient changé, et que je ne lui appartenais plus. Ce qui était faux, bien que mon orgueil m'avait poussé à le lui dire. Si la journée avait mal commencé, j'étais heureuse de la tournure qu'elle avait pris. Me levant, je me dressai nue face au seul miroir de la maison. Notre amour avait comme quelques fois, laissé des traces sur mon corps. Je souris. J'avais conscience que si ma mère me voyait, fière d'arborer la violence de mon mari, elle m'enfermerait pour me sauver de ma folie. Mais Hadès me retrouverait, dans tous les cas, j'en étais persuadée. Je me tournais d'ailleurs vers l'intéressé pour lui montrer quelques hématomes.
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeSam 6 Juil - 16:30


Hadès ne faisait qu'un avec sa femme. Elle était en lui, elle coulait dans ses veines, elle passait dans ses poumons, c'était la personne qui le faisait respirer chaque jour. Si elle devait mourir ou pire encore, partir, le Dieu ne deviendrait que l'ombre de lui même, et incarnerait réellement la Mort à l'état brut. L'homme n'était déjà pas du genre clément, mais sans elle, se serait pire. Il n'aime pas le soleil et pourtant, elle est le sien, et il en est plus que satisfait.

Lorsque la nuit s'acheva, que leurs ébats furent finis, qu'Hadès ait pu goûter plusieurs fois d'affiler ce corps si délicat, il se reposa, avec Perséphone dans les bras. Son nez dans ses cheveux bruns, il huma leur odeur florale, profita de la peau salée de la jeune femme, avant que cette dernière ne bouge. Ses yeux vermeils la transpercèrent, décryptant son visage, observant le moindre pore bouger. Mais ce qu'elle lui dit le surprit. Même s'il accueillit le baiser, et la laissa s'échapper de son étreinte, il fut tout de même assez ravis. Perséphone était une tête de mule, et l'altercation qu'ils avaient eu dans le bar dans l'après-midi, n'était finalement qu'une autre querelle sans but. Némeïl les agaçait tous les deux, et de là, en résultait certaines conséquences.

Se mettant sur le dos, il se redressa juste un peu grâce aux oreillers, et passa les mains derrière sa tête, regardant ainsi la splendide beauté de sa femme, au pied du lit. Cette dernière se regarda sous toutes les coutures, observant son corps meurtri. Hadès se mordit la lèvre inférieure, observant son propre corps. Évidemment lui, n'était pas parsemé de telles marques. Tous deux savaient bien que leur amour passait aussi par là, et qu'ils ne pouvaient retenir leur passion. D'ailleurs, lui n'était pas touché juste parce que son épouse avait une force réduite, par rapport à lui. Il était certain que s'ils étaient à force égale, lui aussi aurait de petites surprises...
Lorsque Perséphone se tourna vers lui en pointant du doigt certains endroits de son corps, souriant à pleines dents, le Dieu fut attentif à autre chose. Enlevant ses mains de sa nuque, il balança ses jambes sur le côté du lit pour se lever, retrouvant la jeune femme. Collant sa bouche à son front, il toucha de ses mains son dos, puis ses côtes, avant de dire dans un souffle de soulagement :

-Tu n'as rien de cassé...


Baissant son visage il baisa sa tempe, descendit sur sa joue, avant de remonter sa mâchoire et de l'embrasser langoureusement. Ses mains étaient posées sur sa taille, et il colla ses hanches à elle, dans une pulsion.

Hadès se sépara définitivement de sa femme quelques minutes plus tard, traversant le couloir pour aller dans la salle de bain. Il laissa toutes les portes ouvertes et parla :

-J'aimerai refaire les Enfers. Je n'ai plus Cerbère, je n'ai plus le Styx, j'ai même perdu ma corne d'abondance...


Une fois la baignoire remplit il s'y mit dedans un peu brutalement, renversant ainsi de l'eau de chaque côté.

-Tu as beaucoup de chance Persé'. Tu as le soleil, tu as ta mère, tu as les saisons pour peu que tu changes de quartier... Moi je n'ai plus rien.


Il était vrai que, vu comme ça, Hadès avait toutes les raisons d'être malheureux comme une pierre ici. En le chassant, les humains l'avait réduit à... Néant. Il ne pouvait plus exercer ici. Il n'avait plus de royaume à entretenir, la mort n'existait pas, comme si tout était figé. Il se sentait éperdument seul tout à coup. Le Dieu n'avait quasiment plus de raison d'être. Enfin, sauf une.
Soupirant il mit sa main sur son front et rajouta rapidement, pour ne pas que sa femme parle :

-Bien sur je t'ai toi, la plus importante. J'aurai troqué mon royaume contre le fait que tu sois à mes côtés. Tu es là, et je n'ai pas à me plaindre de la sorte.


Hadès n'était pas bavard, mais il avait eu besoin de dire tout cela. Lorsqu'il se confiait de la sorte, c'était bref et surtout ponctuel car le reste du temps, il gardait tout pour lui, mystérieusement enfouie, et dissimulé derrière un masque de droiture et de froideur hivernale. Mais Perséphone était sa femme, il l'aimait et... Des fois elle lui parlait aussi alors, pourquoi pas lui ? Ils n'étaient pas le genre de couple "normal" de base, mais quelques fois, ça ne faisait pas de mal d'être "normal". Cependant, le Dieu des Enfers se tut, et ne parla plus. Et ne voulu plus parler. Irrémédiablement, il trouvait que déjà, il en avait trop dit car après tout, il avait sa femme, n'était-ce pas le plus important ? La personne la plus merveilleuse qu'il s'est donné les moyens d'avoir ? Au Diable les âmes errantes ! Perséphone était là et il n'avait pas a réfléchir sur autre chose !
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeDim 7 Juil - 13:53

Alors que j'arborai fièrement la marque de mon appartenance à mon mari, celui-ci fondit sur moi, l'air grave, tâtant mon corps de ses mains fortes et rassurantes. Je ne compris d'abord pas ce qu'il cherchait, avant qu'il ne mette fin à mes interrogations en s'exprimant à haute voix. Si j'étais blessée ? Non, notre amour n'avait pas passé la limite de cette violence cette fois-ci. Notre amour était pourtant si dévorant que tout pouvait arrivé. Lorsque nous étions encore sur Terre, il arrivait qu'Hadès me blesse, mais jamais jusqu'à me casser quelque chose, parce que ma constitution physique était assez forte pour supporter sa violence. Depuis que nous étions sur Néméïl, nous avions gagné en fragilité, mais mon mari restait tout de même le plus fort des deux. Et il ne serait pas étonnant qu'un jour notre passion nous conduise à ce genre de blessure, plus grave. Mais peu importe, c'était ainsi que nous nous aimions.

Il emprisonna mes lèvres un long moment, durant lequel je coupais ma respiration, m'offrant à mon homme sans retenue, son corps collé au mien, avant qu'il ne brise l'instant, me laissant haletante et encore désireuse de sa chaleur. Il quitta la pièce pour rejoindre la salle de bain, et je ne le suivis pas tout de suite, récupérant une de mes robes et des sous-vêtements pour me revêtir. J'écoutai distraitement Hadès, jusqu'à ce que je comprenne qu'il se confiait à moi. Je m'arrêtais net, sur la défensive. Il me parla alors de ce qu'il avait perdu, de ce que j'avais encore, et de ce qu'il aimerait récupérer. Je ne savais comment réagir, c'était lui et personne d'autre qui m'avait appris à rester froide dans de pareils moments. Lorsque j'étais dans mes mauvais jours et qu'une personne quelconque se confiait à moi, je n'en avais que faire. Mais il s'agissait aujourd'hui d'Hadès. Et je n'y étais absolument pas habituée. Je restais donc dans la chambre, ne souhaitant pas affronter tout de suite Hadès et ses faiblesses. Il finit par reprendre son discours, terminant par le fait que j'étais toujours sienne et que de ce fait, tout allait bien pour lui. Je fis la moue, avant de rejoindre mon mari.

Alors qu'il était dans son bain, je m'assis sur le rebord, à côté de sa tête, et passais une main délicate dans ses cheveux. J'eu alors une idée pour remonter le moral du Dieu des Enfers.

-Souhaiterais-tu que nous nous amusions avec quelques âmes esseulées mon amour ?

J'étais prête à beaucoup pour mon mari, encore plus lorsqu'il s'agissait de jouir du malheur des autres, malheur provoqué par nos actes et nos paroles, qui plus est. Nous aimions être mauvais, encore plus lorsqu'il s'agissait de l'être ensemble. Je réfléchissais déjà à qui nous allions nous en prendre. Demi Dieux ? Créatures ? Ou même autres Dieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Hadès
Hadès Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeLun 8 Juil - 21:16

En se décollant de Perséphone, Hadès savait qu'il l'avait laissé sur sa faim. Lui aussi à vrai dire, mais, quelque chose le tracassait vraiment, et un peu plus chaque jour. Alors il osa une confidence à sa femme. Pourtant, le grand Dieu des Morts n'était pas du genre à se poser des questions, ni à demander aux autres des conseils. Pire encore, il ne parlait jamais, ô grand jamais de LUI. Alors pourquoi là ? Pourquoi ici ? Car même s'il se sentait seul, il avait un espoir que Perséphone l'aide. Oui, pour une fois dans toute sa vie, il demandait implicitement de l'aide. Mais c'était désagréable, il détestait ça. Lorsqu'il eu fini de parler, il aurait voulu ravaler tous les mots qui lui avait échappé. Il aurait voulu faire machine arrière, garder tout cela pour lui, et être simplement d'une humeur massacrante, malgré la nuit de délice qu'il venait de passer. À l'intérieur, le Dieu se maudissait, il se promit de ne jamais recommencer, de ne pas montrer ses petites faiblesses. Oui, même pas à sa propre femme. Perséphone, elle, ne lui montrait plus rien. Il l'avait façonné, avec le temps, pour qu'elle soit comme lui : un bloc de granit, que rien ne pouvait traverser. Mais elle, ce n'était pas dans sa nature d'être comme ça. Il lui avait forcé la main en l'influencent outre mesure. Alors que lui, c'était le fondement même de ses chaines, tout ce que le constituait. Il était né de cette substance : la Mort.

Hadès régnait sur le monde souterrain. De tout temps, il ne s'était jamais posé de questions existentielles sur sa vie divine, ou même sur son trône. Tout avait toujours était acquis et les siècles l'avaient seulement aidé à maintenir cette forteresse qu'il s'était constamment forcé à renforcer. Il était impénétrable, personne ne pouvait l'atteindre. On doutait même que les flèches d'Artémis elle-même puissent le fendre en deux. Bien sûr, personne n'était au courant de son talon d'Achille, et jusqu'à là, il n'avait pas à s'en inquiéter, bien lotit sous terre. Mais une fois encore, tout cela était terminé et maintenant, il se sentait à découvert en permanence, prêt à être tiré à vue, comme du gibier faible et maigrelet. Il était le plus puissant, avec Zeus, son frère, et voilà que maintenant il n'était plus rien ? Non... Ça ne pouvait pas se passer comme ça ! Il fallait qu'il reprenne de sa superbe. Que sa puissance lui soit rendue, mille et une fois s'il le fallait, mais rien ne pouvait se passer de pire de toute manière.

Tout le monde le détestait. Tout le monde voulait lui reprendre Perséphone. Tout le monde voulait qu'il subisse le même sort que les âmes enfermées dans ses Enfers bref, il était seul. Enfin presque...

Regardant sa femme, relevant la tête, il croisa son regard. Elle lui toucha la joue et même s'il ne bougea pas, il fut irrité par ce geste. Certes Hadès venait de se confier à l'instant, mais sa réflexion l'avait emmené à se fermer complètement, et à haïr tout ce qui l'entourait dorénavant. Encore une fois, depuis qu'il était ici, sur Némeïl, il se sentait affaibli. Position houleuse qu'il réprouvait totalement. Plus jamais il ne parlerait, à qui que ce soit. Cette aventure l'avait rapproché de sa femme, plus que jamais, mais il n'avait pas envie de tomber dans l'amour à la vanille, que tous les autres couples entretenaient, pour la bonne et simple raison qu'il n'était pas comme ça.
Il incarnait la Mort.
La Mort.
Bordel...

-Je...


Sa voix se stoppa. Le mot qu'il sortit fut aussi rauque qu'une pierre qui roule, et bien plus sévère qu'il ne le voulait. Mais le Dieu ne put continuer sa phrase. Déglutissant il reprit, le plus calme possible, mais avec un sadisme non dissimulé :

-Il faut que je tue quelqu'un.


Regardant à nouveau Perséphone, il lui lança un regard presque complice, avant de sortir du bain maintenant moussant, et se sécher.

-Il y a des humains ici ?


Le Dieu commençait à se révéler. Trois mois. Trois longs mois, c'était bien trop pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
Perséphone Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitimeMar 9 Juil - 7:32

Hadès était celui qui me maintenait en vie. S'il venait à me quitter... Je le supplierai de me tuer. Il valait toujours mieux ne plus vivre que vivre sans lui. Si Demeter était un pilier de ma vie, Hadès l'était tout autant. En perdre un des deux serait une chose que je ne supporterai pas. Et alors qu'il me faisait par de ses doutes, je craignais de mon côté qu'il se lasse de moi, m'abandonne. Que ferais-je à ce moment là ? Pour sûr, je le provoquerai. Jusqu'à ma mort. Car la mort ne pouvait m'effrayer, je l'avais côtoyé si longtemps ! Et mourir des mains d'Hadès était la seule fin que je souhaitai.

Je rejoignis mon époux et fit disparaître ces pensées qui me tiraillaient le ventre. Je le retrouvai dans son bain, toujours aussi beau, aussi sûr de lui. Le geste affectueux que j'eu à son encontre l'agaça, je le compris à son regard, et en souris. J'aimai l'irriter, voir ses sourcils se froncer, et son front se plisser. Je lui fis alors une proposition qu'il ne put refuser: aller torturer quelques faibles personnes. La réaction de mon homme se fit attendre quelques secondes avant qu'il ne dise, serein à cette pensée:

-Il faut que je tue quelqu'un.

Il ne m'en fallut pas plus pour me mettre en action: nous allions donc à la chasse. Je quittai la salle de bain pour aller chercher des chaussures, toute excitée à l'idée qu'Hadès et moi allions retrouver notre sadique complicité, comme avant, comme lorsque nous étions Roi et Reine. Je senti l'adrénaline monter en moi, mauvaise, infectant mes veines, me rendant meurtrière. C'est parti !

-J'en doute, mais peu importe, nous tuerons qui passera sous nos mains.

J'étais trop excitée pour l'attendre alors qu'il s'habillait, et je me rendis dans le couloir menant à la sortie. J'avais envie de rendre visite aux Egyptiens. Non, une meilleur idée me vint.

-Les Romains ! Allons nous en prendre à quelques Romains, ils me fatiguent à se comparer à nous.. Je me verrai bien tuer un fils de Jupiter !

J'étais lancée, on ne m'arrêterait plus. Je ne savais même pas comment reconnaître un demi Dieu d'une Divinité, et surtout comment savoir qui est l'enfant de qui, mais peu importe. Celui qui sera ma victime pourra tout autant être un Demi Dieu Nordique qu'une Créature Egyptienne, dans mon esprit je souhaitai faire du mal à un enfant de Jupiter, alors il prendra cette forme, peu importe si finalement ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]   Pour le meilleur et pour le pire [Hadès] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour le meilleur et pour le pire [Hadès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-