Partagez
 

 ΔFFRΔID ▼ Thor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeMer 24 Juil - 22:35

AFFRAID
Thor & Saskia



Elle voulait juste un fruit. Elle voulait juste goûter. Elle savait pourtant qu’il y en avait au camp des humains. Une vieille habitude peut-être ? Saskia avait passé sa vie sur terre, à voler pour survivre, elle n’avait rien appris d’autre que ce geste sauvage, instinctif. Celui de tendre une main affamée vers l’objet de sa convoitise, vers ce qui pourrait sauver sa vie, taire la gorge sèche ou le ventre vide criant famine. Elle n’avait cesser de le faire, sans remord, sans regret, sans une once d’hésitation ; après tout, personne ne l’avait aidé et personne ne le voulait ; personne ne lui avait enseigné quoique ce soit. Que savait-elle de la société et de son fonctionnement ? Elle n’en savait rien. Elle n’était qu’un animal qui prenait ce dont il avait besoin. Alors aujourd’hui elle avait recommencé. La jeune fille avait aperçu une pêche des plus belles, et elle ne put s’empêcher de tendre la main vers le fruit juteux. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Oui. Le savait-elle ? Oui. Elle avait tous les tords. Mais elle n’avait pas spécialement faim, si on le lui avait demandé, l’aurait-elle simplement reposée sur l’étalage. Agressifs, voilà comment ils ont réagis. A peine avait-elle frôlé la peau duveteuse de la pêche que déjà s’étaient-ils jetés sur la jeune fille. Effrayée, apeurée telle la biche dans les bois, elle s’est enfouie ; gardant malencontreusement le fruit de cette discorde dans sa fine et fragile main. Elle a couru dans la rue sans savoir, sans connaître. Elle a laissé son regard balayer la foule paniquée, elle a laissé derrière elle deux bons hommes beuglants. Incapable de savoir ce qu’il fallait faire, elle a continué bêtement à courir. Oui, bêtement, elle régissait avec une telle stupidité que cela la rendait honteuse. Gênée par les regards braqués sur elle, comme un animal, comme un monstre, comme un être anormal. Ils lui rappelaient les hommes, ces êtres sans pitié et sans âme ; étaient-ils comme eux ? Finalement, pourquoi seraient-ils si différents ? Finirait-elle par tous les haïr ? Elle espérait que non, elle espérait trouver une place parmi toutes ces personnes. Elle espérait se retrouver un jour, elle aussi, à la place de l’un d’eux, à regarder une pauvre femme perdue, à regarder une pauvre idiote dont elle ne connaitrait rien. Mais qu’elle ne jugerait point, car elle saurait ce que cela fait, d’être là, au milieu de la foule, mise à l’écart, abandonnée. Peut-être même lui viendrait-elle en aide, qu’importe son acte, car elle-même, à cet instant, aurait voulu qu’on lui tende une main bienveillante. Mais pour l’instant, Saskia ne peut qu’espérer. Pour l’instant elle ne peut que courir comme une voleuse. Elle regarde les évènements s’enchainer mais n’arrive pas à les arrêter ; elle les voit défiler à une vitesse étouffante, elle ne peut les ralentir, elle ne peut qu’en être spectatrice. Elle n’arrive pas à gérer. Elle ne fait que subir. Mais elle la voit, cette lumière, cette petite lumière blanche au loin qui jamais ne s’éteint. Elle ne cesse jamais d’y penser, et ne cesse jamais d’y croire. Elle y arrivera, qu’importe ce que l’autre a fait ou fera, elle y arrivera. Elle aussi sera heureuse. Elle aussi aura droit à son petit bout de bonheur. Alors que la jeune fille se retournait pour voir ses poursuivants, lorsqu’elle voulut se reconcentrer sur sa route, elle aperçut au dernier moment une personne sur son chemin ; grâce à ses réflexes décuplés elle réussit à minimiser l’impact mais reçut tout de même un choc important. Courant rapidement, elle avait réussi à mettre de la distance entre elle et les deux hommes, mais malheureusement la collision l’obligea à rester au sol, grimaçante, gémissante. L’impact lui avait coupé la respiration et au moment des retrouvailles, elle cherchait encore l’air en se tortillant maladroitement sur le sol. Néanmoins elle tenait toujours fermement le fruit entre ses doigts, elle leva un bras tremblant vers le ciel voulant redonner ce qu’elle avait pris. Qu’ils le reprennent, qu’ils le reprennent, elle n’en voulait pas, elle n’en voulait plus. Elle ne voulait pas souffrir d’avantage pour un simple fruit mûr. Elle ne voulait plus souffrir.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Saskia Adeïev le Ven 16 Aoû - 14:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thor
Thor Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeJeu 25 Juil - 14:11


affraid !

Il est des êtres dont le destin est de se croiser, où qu'ils soient, où qu'ils aillent


Les journées sur Néméil se ressemblaient, c'en était déprimant mais Thor tenait bon, il ne faillerait pas. Il s'accrochait à sa rage comme il pouvait, bien que celle-ci semblait parfois vouloir lui faire défaut et le laisser mélancolique, mais grâce à ses frères d'armes et aux autres dieux et déesses, il parvenait à garder son moral suffisamment haut pour ne pas devenir fou. Il avait aussi décidé de s'établir un programme organisé et intensif, histoire d'avoir toujours l'esprit occupé et de se tenir prêt en cas de nouveau changement sur l'île, de guerre entre êtres mythiques, ou mieux, de retour sur Terre. Ce matin donc, il avait été sur le champs d'entrainement ou il avait fait quelques mêlé avec d'autres dieux de sa mythologie, avant de s'entrainer un peu avec sa fille. L’exercice physique lui faisait un bien fou. Il lui permettait de maintenir vivace son désir de vengeance et de rester au top de sa forme. La matinée avait été fatigante et il s'apprêtait à présent à rentrer chez lui, faire quelques ablutions avant d'aller manger. Cette après-midi, il irait rendre visite à quelques amis. Peut-être Perséphone ou Maât, ou bien peut-être réussirait-il à trouver Sif pour qu'ils se rappellent le bon temps ? Ou alors il resterait en compagnie des vanes et des ases et les administrerait, comme il se devait le faire en tant que futur Roi des Dieux. Enfin, le soir, comme toujours, les dieux nordiques mettraient le couvert sur la grande table et tous ensemble ils festoieraient comme de coutume. Et demain recommencerait. L'asgardien avait cessé de réfléchir au lendemain, se préoccupant davantage de vivre au jour le jour. Mais bientôt, il faudra réellement qu'il se soucie de l'avenir et qu'il cherche une solution. D'ailleurs il s'était trouvé quelques alliés dans cette quête, et si tous les dieux mettaient leur savoir en commun, ils finiraient bien par réussir à se soustraire de cet exil.

Saluant ses camarades de baston, Thor récupéra ses armes, soit une épée longue, deux épées courtes, une dague et un bouclier, avant de prendre le chemin de ses appartements. Remontant le quartier Nordique, il passa par la rue d'Asgard ou il dégoterait de quoi se sustenter pour le midi. Plongé dans ses pensées, il posa ses iris azur quelques instants sur le ciel, repensant à ces combats fracassant qu'il venait de mener. Il était clair qu'il n'avait pas son égal en matière en art de la guerre, et cette pensée le fit sourire. Il avait peut-être perdu une grande partie de ses pouvoirs, on lui enlèverait jamais ce qu'il avait acquis à force de travail et de ténacité : sa force et ses stratégies guerrières. Même si chez lui, stratégies guerrières se révélaient surtout être frapper puissamment ses ennemis jusqu'à leur briser les os. Et en parlant de prendre des coups puissants... il se fit foncer dedans par une femme qui courrait à vive allure, si bien qu'elle n'était pas parvenue à l'éviter. Thor, lui, n'avait pour ainsi dire pas bouger malgré l'impact. Regardant dans sa direction, il la toisait de toute sa hauteur, ne reconnaissant pas le visage de la maladroite qui avait chu à terre, tandis que d'autres dieux les rejoignaient.

- Fais donc attention où tu vas te blesser, fit-il avec une certaine douceur, bien que dans les faits, vu le choc, si blesser elle devait être, elle l'était sûrement déjà.

Voulant lui tendre la main pour l'aider à se relever, il constata avec étonnement que la jeune femme restait prostrée à terre, levant simplement une pêche bien juteuse. Il la regardait, les sourcils froncés et il ne comprit la scène que lorsque deux autres dieux s'arrêtèrent à sa hauteur.

- Magnifique Thor, merci beaucoup de l'avoir arrêtée ! Cette sale voleuse pensait réellement s'en sortir à si bon compte ? Crois-moi que tu vas le regretter ! fit-il en se baissant vers la brune et en l'attrapant par le poignet.

L'asgardien qui assistait à la scène décida de réagir plutôt que de laisser cette histoire poursuivre son cours. Après tout, n'était-il pas responsable de tout ce qui se passait dans ce quartier-là ? Fils d'Odin et futur régent, il se devait de régler les problèmes même si celui-là ne semblait pas demander qu'il s'en soucie.

- Un instant. Qu'est-ce qui s'est passé ?
- Rien qui ne mérite votre attention mon prince, je vais m'en occuper et d'ici cinq minutes, ce ne sera plus que du passé.

Thor n'était pas fou, vu la gabarit de la jeune femme et celui du dieu qui la tenait par le poignet, elle n'avait aucune chance de s'en sortir. Elle était d'ailleurs si fragile et si terrifiée qu'elle semblait prête à se disloquer à tout moment. N'écoutant que son sens de la justice, il prie le fruit volé et le rendit à son propriétaire avant de l'obliger à lâcher la brune.

- Bien, tu as récupéré ce qui t'appartenait, l'incident est clos. Quand à toi, dit-il à la voleuse, suis-moi.

Le dieu voulut contester mais ravala sa hargne et s'en alla. Il n'avait pas son mot dire dès lors que Thor se portait en juge de l'affaire. Le fils d'Odin de son côté voulait comprendre pourquoi cette femme avait décidé de venir voler de la nourriture, surtout un fruit qu'elle n'aurait eu qu'à demander poliment pour l'avoir. Les nordiques vivaient dans la bonne entente et tendait généralement une main secourable à ceux qui le leur demandaient. Alors pourquoi avoir agi ainsi ? Emmenant ladite brune dans un coin plus calme pour être à l'abri des regards, il ne la quittait pas des yeux, s'assurant ainsi qu'elle ne file pas en douce. Arrivant devant un arbre, il s'arrêta et s'enquit de son geste.

- Ton méfait a été réparé et il ne te sera rien demandé pour cette fois, mais en temps normal tu aurais du te faire trancher le bras. Dis-moi qui tu es et pourquoi tu as fait ça ? Trouver de la nourriture n'est pas aussi difficile que ça.

De quelle mythologie était-elle ? Était-elle déesse, demi-déesse, créature ? Bien qu'il l'ait défendu, elle n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Il détestait le vol, comme tout ce qui était déloyal, et il ne la laisserait pas partir avant de s'être assuré qu'elle ne recommencera plus.

les couleurs:
 



©BlackSun


We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeVen 26 Juil - 15:08

AFFRAID
Thor & Saskia



« Magnifique Thor, merci beaucoup de l'avoir arrêtée ! Cette sale voleuse pensait réellement s'en sortir à si bon compte ? Crois-moi que tu vas le regretter ! » Sale voleuse. Sale. Elle était sale. Elle était noire. Mais pourquoi ne prenait-il pas tout simplement le fruit. Qu’il le reprenne ! Elle avait fait une erreur, elle avait commis une faute, elle s’en voulait, elle voulait s’excuser mais elle n’y parvenait pas. « Je … » Plus de souffle. Plus de force. Elle le vit se baisser vers son corps, enfermant son poignet dans sa grande main ferme. Saskia le regrettait déjà, mais elle méritait cette punition n’est-ce pas ? Quelque soit cette punition, elle le méritait. « Un instant. Qu’est-ce qui s’est passé ? » La jeune fille voyait avec peine, mais elle devinait les formes imposantes autour de sa minuscule petite personne. Elle s’imaginait ridiculement petite, un insecte recroquevillé sur lui-même, en voyant les bottes l’encercler. « Rien qui ne mérite votre attention mon prince, je vais m'en occuper et d'ici cinq minutes, ce ne sera plus que du passé. » Mon prince ? Qui était-ce ? En elle ressurgit cette envie de vivre, cette envie de se battre ; elle tenta alors de se redresser, mais l’homme resserra son emprise et la maintint au sol. Elle était épuisée, incapable de se défendre. Une incapable. Faible. Etrangement elle émit un faible grognement. Ne s’était-elle pas promise ne plus jamais se laisser malmener ? Ne s’était-elle pas promise de ne plus jamais se laisser écraser ? Plus jamais écraser. « Je suis … » La peur l’envahit. Elle ne voulait pas, elle ne voulait pas revivre le passé. Elle ne voulait plus qu’on lui fasse de mal. Soudain le poids du fruit dans sa main disparut, suivit de la libération de son poignet, laissant donc son bras retomber lourdement sur le sol pavé. « Bien, tu as récupéré ce qui t'appartenait, l'incident est clos. Quant à toi … » Saskia se sentit viser et, douloureusement, tenta au moins de s’asseoir : « Suis moi. » C’était dur. C’était froid. Mais elle n’avait pas le droit à l’amabilité, elle ne faisait que des erreurs, pourquoi devrait-elle être récompensé ? Elle avait déjà été sauvée de la punition, elle était redevable de cet homme. Thor. Elle mit un certain temps à se remettre sur ses deux pieds, et une fois fait, elle attendit quelques instants avant de faire les premiers pas. Avant que le propriétaire de la pêche ne s’en aille, elle s’excusa timidement bien que cela n’ait eu aucun effet sur lui. Mais c’était normal. Elle n’avait pas été punie de son crime. La jeune fille rattrapa le dieu nordique dont la corpulence était assez impressionnante. Bien qu’il l’ait aidé, elle ne se sentait pas à l’aise ; elle n’aimait pas les hommes. Terrifiée, elle se laissa guider à l’écart de la population, subissant son lourd regard constamment posé sur elle. Fuis. Fuis lui criait l’autre, mais ce serait vain. Elle était peut-être plus rapide que les autres humains, mais elle n’avait aucune chance auprès du dieu. Et pourquoi fuir ? Il l’avait aidé, il ne lui ferait pas de mal ? Il ne lui ferait pas de mal. « Ton méfait a été réparé et il ne te sera rien demandé pour cette fois, mais en temps normal tu aurais du te faire trancher le bras. » Instinctivement elle porta une main sur son poignet rougis par l’emprise passée. Trancher le bras ? Ce qu’elle avait fait méritait un tel geste sanguinaire ? Sous leur juridiction oui. Saskia déglutit. Arrêter les bêtises, arrêter les faux pas. Elle le voudrait tant. Mais l’autre, l’autre ne l’aide pas, l’autre est abominable avec elle. L’autre ne la laissera jamais s’en sortir, elle maintiendra sa tête sous l’eau pour la noyer, elle la laissera brûler, comme la dernière fois … Cela faisait deux fois qu’on lui sauvait la mise, ce ne serait pas toujours le cas. Elle en était consciente. Deux fois. Deux fois en si peu de temps, alors qu’auparavant, jamais personne ne lui était venu en aide. Personne. Ou si peu. « Dis-moi qui tu es et pourquoi tu as fait ça ? Trouver de la nourriture n'est pas aussi difficile que ça. » Non bien sûr que non. Ce n’était pas dur. Comment expliquer ? Quels mots mettre sur cet acte sans raison ? Un acte gratuit ? «  Non je … Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas faire ça … » Incompréhensible, tu étais incompréhensible. Ses yeux balayèrent les alentours, cherchant à éviter ceux du blond : « Je l’ai à peine touché, je l’aurais reposé … Je pense … » Murmura-t-elle presque avant de reposer ses yeux clairs sur Thor. Elle se maudissait à l’intérieur. Pourtant elle ne pouvait s’arrêter là, cet enchainement de phrases n’avait aucun sens, aucune signification : « Mais ils sont arrivés brusquement, j’ai cru les entendre crier, j’ai eu peur ! Alors je … J’ai couru. » Elle décrivait l’attitude d’une folle. Mais elle l’était. Elle le savait pertinemment. Instable. Délirante. Contradictoire. Ne sortirait-elle jamais de cet enfer dans lequel elle avait plongé la première fois qu’elle avait craqué une allumette ? : « Je ne sais pas … Est-ce qu’on peut dire que c’est instinctif ? Que c’est un réflexe ? J’avais l’habitude de faire ça pour survivre lorsque j’étais … Là-bas … » Elle hésitait. Certains dieux en voulaient atrocement aux hommes ; déjà, elle avait réussi à cacher sa véritable nature à une autre déesse nordique. Mais elle ne pourrait pas le faire à chaque fois. Elle ne pourrait pas se voiler indéfiniment dans le mensonge, elle devait s’assumer, elle devait trouver sa place. Elle ne voulait plus payer pour les erreurs des humains ; elle qui les haïssait tellement. Peut-être Thor comprendrait-il malgré son impulsivité ? Peut-être s’entendraient-ils dans leur colère mutuelle ? : « Je m’appelle Saskia et avant, j’étais sur terre … Mais … Les hommes sont impitoyables … » Elle plongea peu à peu dans ses souvenirs, quittant l’instant présent, les yeux vides : « … atroces, sans âme, sans conscience … » Elle secoua la tête, désorientée : « Méprisables. » Ressentant une certaine rage elle ajouta : « Et bien que j’en sois une aussi, je les hais … » Elle cracha entre ses dents, les yeux brillants de larmes naissantes mais contenues : « Je les hais … ».
FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Saskia Adeïev le Ven 16 Aoû - 14:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thor
Thor Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeMar 30 Juil - 19:58


affraid !

Il est des êtres dont le destin est de se croiser, où qu'ils soient, où qu'ils aillent


Thor se tenait droit, inflexible devant la jeune femme. Elle était nettement plus petite que lui et son imposante stature la rendait presque invisible à ses côtés. C'était d'autant plus vrai que la brune prenait soin d'éviter son regard. On aurait presque dit qu'elle cherchait à se terrer dans le sol et elle l'aurait sans doute fait si elle l'avait pu. Les prunelles braquées sur elle, le nordique la jaugeait, se demandant si elle était folle de s'en prendre aux célèbres guerriers d'Asgard, si elle cherchait les ennuis ou si elle était réellement dans la détresse. A la voir ainsi, elle ne représentait aucune menace. Trop frêle et fragile. Si elle venait pour apporter quelques dissensions entre peuple, alors elle était suicidaire. Et si elle venait d'une autre mythologie, il saura se montrer charismatique pour éviter un quelconque conflit entre les deux peuples. C'était non seulement son devoir de futur roi, mais aussi son rôle tout court. Il avait toujours défendu et protégé le monde, que ce soit les humains, son propre peuple, ou d'autres habitants d'autres mondes. Ce n'était pas pour rien que les peuples scandinaves lui vouaient une telle dévotion. Il avait toujours été là pour eux. En tout cas jusqu'à l'exil.

Lui demandant de justifier son acte, la jeune femme se mit à balbutier des propos que Thor remettait en ordre dans sa tête comme il le pouvait. Elle disait être désolée, ne pas avoir voulu faire ça mais y avoir été contrainte par la peur. Lorsqu'elle avait entendu la voix du propriétaire, elle avait pris peur et au lieu de lâcher le fruit, elle l'avait conservé avant de se mettre à courir. En tout cas, c'est ce qu'elle prétendait dans les grandes lignes. L'asgardien, lui, se posait des questions sur sa santé mentale. A l'entendre, elle n'avait pas fait exprès de prendre cette pêche mais n'était pas sûre non plus de savoir si elle l'aurait reposé ou gardé si elle ne s'était pas faire prendre. Malgré ces bribes de phrases incohérentes, Thor resta de marbre, le visage fermé. De toute façon, elle ne lui en dirait pas plus. Elle semblait perturbée par son propre geste. Soit elle avait un réel problème, soit elle jouait magnifiquement bien la comédie.

- Et qui es-tu ?

Car si elle avait donné un semblant de raison quand à son geste, elle ne s'était toujours pas présentée. Or, plus il la voyait et plus il se posait la question. De sûr, elle n'était pas une déesse. Ses réactions indiquaient qu'elle n'avait aucune fierté, en tout cas, pas celle qu'ont les dieux. Elle ne possédait pas non plus cette assurance et cette arrogance typiques des divinités qui, sinon, lui aurait fait clamer haut et fort qu'elle n'a rien à revaloir à personne. Non, elle était soit une créature, soit une semi-divinitée. Il penchait plutôt pour une créature. Sans doute une de celles qui vivaient cachées et en retrait des hommes. Ça expliquerait pourquoi la brune se comportait comme une animal blessé. Saskia, tel était son nom. Intéressant, ça avait une consonance nordique, un nom né dans le froid. Il était pourtant sûr de connaître tous les créatures magiques de son monde. Est-ce qu'elle venait de sa mythologie mais qu'en arrivant ici, elle avait pris un visage nouveau ? Elle parla des hommes, impitoyables, sans âme, sans conscience et méprisables. Eh bien, si elle cherchait à attirer l'attention du dieu de la foudre, c'était réussi. Il commençait à l'apprécier mais avant qu'il est pu lui sourire et lui dire qu'il pensait pareil, elle avoua faire partie de ses êtres qu'elle détestait tant. Là, ce fut la douche froide. Le blond resta un moment immobile, à intégrer cette idée, avant de réagir.

- Impossible...

Une humaine, ici, sur Néméil ? Comment était-ce possible ? Il n'y avait que les divinités et leurs rameaux qui s'étaient fait exiler ! Il le savait parfaitement puisque le tour de l'île avait été exploré dans ses moindres recoins et il n'y avait pas eu une seule trace d'humain ! Ils se seraient fait tués sinon ! Cherchait-elle à le courroucer en se payant sa tête ? Ce serait idiot si c'était le cas. Non, elle devait dire la vérité mais dans ce cas, comment et pourquoi des humains étaient là ? Ne comprenant plus mais se laissant étreindre par sa colère envers eux, il s'avança dangereusement vers elle et l'attrapa par le cou.

- Répète-moi ça.

Le ton était menaçant, sans appel. Celle qu'il venait de défendre, qu'il pensait éventuellement apprécier dans un avenir proche devenait à présent sa propre victime.

- Tu vas tout de suite me dire comment tu es arrivée, ce que tu fais là mais surtout, tu vas me dire comment on fait pour partir. Si tu me réponds sans que je sois obligé de t'amocher, je réfléchirais à la possibilité de te laisser partir en vie. Mais je te préviens, si j'ai le moindre soupçons sur la véracité de ce que tu me dis, si je vois que tu te moques de moi, je t'aplatis sur le champs. Tu m'as bien entendu ? Alors réponds-moi ! Comment es-tu arrivée ici et comment on s'en va ?

Son impulsivité avait repris le dessus et il devait se maîtriser pour ne pas lui briser la nuque. Sa seule main faisait le tour de son cou et la tentation était grande. Pourtant, il savait que tous les humains ne se valaient pas et Saskia - puisque c'est ainsi qu'elle disait s'appeler - lui avait dit qu'elle les détestait elle-aussi. Hélas, sa rage était tenace et il avait bien trop longtemps rêvé de vengeance pour réagir autrement. Sa vie était entre ses mains, c'était une évidence. Mais aux mains de qui ? De la jeune femme ou du dieu haineux ?



©BlackSun


We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeVen 2 Aoû - 20:27

AFFRAID
Thor & Saskia



Tu aurais dû te taire. Tu aurais dû la fermer et t’enfermer. Tu aurais dû te terrer dans un trou et ne plus jamais en ressortir. Tu n’aurais jamais dû naitre, tu ferais mieux de crever sur le champ. Oui, tu ferais mieux de mettre fin à tes jours, abrèger tes souffrances et celles des autres par la même occasion. Tu ne fais que rependre la colère et la haine. Comme la montagne assombrie le paysage qu’elle surplombe de son ombre, Saskia se fit ensevelir sous l’ombre de Thor. La montagne. L’effrayée voulut reculer mais elle ne fut pas assez rapide. Peut-être ne voulait-elle pas vraiment fuir ? Peut-être voulait-elle cela ? Qu’on la frappe, qu’on la fasse souffrir. Elle y était tellement habituée. Pauvre animal peureux. De toute façon elle ne put aller très loin car elle sentit la main du jeune homme s’enrouler autour de sa nuque. Tellement minuscule qu’il pouvait en faire le tour. Tellement minable, tu es tellement minable. Elle aurait aimé en rire, en rire tristement de cet acharnement. L’acharnement contre sa vie. « Répète-moi ça. » Elle le laissa faire, ne se défendit pas. Qu’aurait-elle pu faire de toute façon ? Frapper de ses petits poings le torse du scandinave ? Hurler à l’aide ? Le supplier de la laisser tranquille ? Elle ne savait que trop bien qu’aveugler par la colère, les mots n’étaient que poussières. Regarde cette haine dans ses yeux. Regarde à quel point il te hait, à quel point tu le dégoûtes. Ton existence le répugne. Tu étouffes, et c’est tant pis pour toi. Pourtant l’instinct de survie reprend le dessus, alors elle attrape de ses deux mains le fort poignet du dieu et tente de reprendre quelques bribes d’air. « Tu vas tout de suite me dire comment tu es arrivée, ce que tu fais là mais surtout, tu vas me dire comment on fait pour partir. » Comment elle est arrivée ? Ce qu’elle fait là ? Comment sortir ? Elle n’en sait rien. Elle ne sait plus. Pourquoi ? Comment ? Quelle importance pour elle ? Dans tous les cas elle est perdue d’avance. Dans tous les cas elle n’est plus rien. Néant. Qu’importe où elle se trouve, elle a toujours plus mal. Tu es seule, seule, seule. Que fera-t-il quand il se rendra compte qu’elle ne lui sera d’aucune utilité ? Est-ce qu’elle laissera sa vie ici ? Est-ce que tout s’achèvera maintenant ? Le dernier souffle ? « Si tu me réponds sans que je sois obligé de t'amocher, je réfléchirais à la possibilité de te laisser partir en vie. Mais je te préviens, si j'ai le moindre soupçons sur la véracité de ce que tu me dis, si je vois que tu te moques de moi, je t'aplatis sur le champs. Tu m'as bien entendu ? Alors réponds-moi ! Comment es-tu arrivée ici et comment on s'en va ? » L’amocher ? N’était-elle pas assez détruite ainsi ? De l’intérieur ? Sans vraiment y penser, ses doigts essayaient de desserrer l’étreinte autour de son cou, en vain. Où était celui qui l’avait aidé ? Il les haïssait bien plus qu’elle : « Nous n’étions pas tous d’accord … » Réussit-elle à dire : « Certains ne voulaient pas de cet exil pour vous … » Il n’entendrait pas. Il n’écouterait pas. Il s’en fiche, il cherche vengeance. Il cherche liberté. Et Saskia sait parfaitement qu’une personne est capable de tout pour sa liberté. Jusqu’où était-elle allée, elle ? Jusqu’à la mort : « Alors on a voulu vous suivre, nous avons réussi … » Elle reprit sa respiration. Lorsqu’elle était arrivée ici, elle se souvient de ce soulagement qui l’avait envahi. Un soulagement de courte durée. Elle s’était crue libre. Mais l’autre l’avait suivi. Elle lui volait sa vie, lui pourrissait son existence. Voilà le prix de son crime, elle a vendu son âme au diable pour sa liberté. Et maintenant le diable la hante : « Je ne sais pas vraiment comment … Et je … » Peur. Elle était terrifiée, sentait les larmes lui monter aux yeux. Pourquoi devait-elle sans cesse se battre pour son brin de bonheur ? Son brin d’existence ? Pourquoi devait-elle se battre ? Elle en avait marre de lutter. Marre de tout ça : « Je ne sais pas comment on s’en va … » Elle sentait les doigts se contracter : « Je ne sais … Vraiment pas … » Les gouttes du malheur glissèrent sur ses joues : « Je suis désolée … Je suis désolée pour vous et les autres … » Respire. Respire Saskia « … Je n’y suis pour rien ». La peur. La peur ce n’était pas bon. Mais ça prouvait que l’on était encore humain. Oui, ça prouvait que l’on était encore humain. Cependant tu avais peur de cette peur. Tu avais peur de la laisser revenir. Tu avais peur qu’elle ne reprenne ta place. Tu avais peur qu’elle t’efface et te détruise encore. Tu avais peur qu’elle brûle, qu’elle enflamme, qu’elle tue, qu’elle écrase. Saskia ferma ses paupières. Respire. Elle devait y croire. Elle devait croire en elle. Elle devait continuer de lutter. Plus jamais. Plus jamais elle ne serait soumise. Elle devait lutter, encore et encore. Le convaincre. « Laissez-moi … » Elle tira sur son poignet, enfonça presque malencontreusement ses ongles dans sa peau. C’est ça. Bats-toi : « Laissez-moi partir ! Laissez-moi respirer ! » Et tu pleures. Tu pleures. Laisses-moi faire … Laisses-moi t’aider … Nous brûlerons le monde entier « Non ! Non ! » Pauvre folle. Pauvre fleur empoisonnée : « Je suis venue ici pour vivre ! » Eclates tes espérances, éclates : « Je ne voulais pas cela pour vous, je n’étais pas d’accord, je n’ai jamais voulu … » Elle planta ses yeux brouillés dans les siens : « Vous étiez le modèle que je devais suivre … » Murmura-t-elle, immobile. Mais la folie de la liberté l’assaillait à nouveau et elle commença à gigoter, oubliant son cou emprisonné, oublier son souffle coupé. Vivre, tu voulais vivre : « Laissez-moi ! Je vous en supplie ! Laissez-moi ! JE VEUX … » Respire : « JE VEUX VIVRE » Hurle ton désespoir poupée de chiffon.
FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Saskia Adeïev le Ven 16 Aoû - 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thor
Thor Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeSam 10 Aoû - 16:37


affraid !

Il est des êtres dont le destin est de se croiser, où qu'ils soient, où qu'ils aillent


Elle était si fragile que s'en était presque injuste. Thor pourrait achever sa misérable existence en une seule pression sur ses cervicales. Avant d'arrivée sur Néméil, pareil pensée ne l'aurait même pas frôlée. Hélas, cet exil semblait avoir vraiment changé les divinités, surtout celles qui s'étaient toujours montrées droites et justes envers leurs sujets. La trahison était réellement la pire chose qui puisse exister aux yeux de l'asgardien et cette humaine en subissait les conséquences. De sa voix grave et acérée, il lui ordonna de lui dire par quel moyen elle était arrivée ici, dans quel but, et surtout comment s'en aller. Sa rage, tel un lion rugissant dans son cœur, avait effacé toute trace de bonté et de justice et lui consumait dangereusement l'esprit. L'humaine, elle, tentait de s'accrocher comme elle pouvait au poignet de Thor pour ne pas mourir étouffée. L'ayant attrapé par le cou, il l'avait levé dans les airs pour planter son regard assassin dans ceux, effrayés, de sa victime qui se retrouvait alors avec les pieds battant dans le vide.

Saskia, ainsi qu'elle s'était présentée à lui, tenta alors de répondre à ses interrogations. La tâche n'était pas aisée car elle manquait souvent d'air pour réussir à formuler une phrase digne de ce nom, mais Thor ne desserra nullement son emprise pour l'aider à s'exprimer. Il fit même l'inverse quand elle assura ne pas savoir comment partir. Il refusait de la croire. Comment croire les paroles pernicieuses de ces traîtres ? Non seulement il était convaincu qu'elle savait, mais aussi que sa présence n'avait rien d'anodine. Était-elle une envoyée de la Terre pour faire ensuite un rapport sur ce qui se passait ici, entre les dieux ? Dans les prunelles du nordique brûlaient maintenant des flammes furieuses qui ne présageaient rien de bon. L'humaine le sentit mais une nouvelle fois, elle promit qu'elle ne savait rien, pas plus que lui ou que les autres, et elle le supplia de la relâcher, de la laisser vivre. Il était cependant bien décidé à la mettre à mort et sa vie ne tint finalement qu'à une phrase qu'elle lâcha et qui retint l'attention de l'asgardien. « Vous étiez le modèle que je devais suivre … » Alors qu'il n'avait aucun doute sur ce qu'il allait faire de cette petite misérable, il eut un moment de doute, qui devint de plus en plus fort, jusqu'à ce qu'il recouvre une partie de sa raison. Allait-il vraiment la tuer ? Les flammes furieuses qui dansaient dans ses iris se mirent à vaciller, tandis qu'il réfléchissait. Les paroles de Freyja, de Perséphone et d'autres encore se frayèrent un chemin dans son incertitude. « Tous les humains ne se valent pas » , « Ça doit nous servir de leçon et non pas de vengeance  » , « Comment pouvons-nous espérer de la compassion de leur part si nous-même n'en faisons pas preuve ? » mais très vite il se souvint aussi des paroles de Hel et d'autres dieux qui, comme lui, réclamaient une vengeance sourde à toute pitié. Qu'était-il sensé faire, lui, dieu de la foudre impulsif et protecteur de tous les peuples ? Finalement, il trouva la réponse dans les iris paniquée de le jeune femme qu'il tenait toujours à bout de bras. Elle se débattait comme elle pouvait pour se libérer, hurlant autant qu'elle le pouvait qu'elle voulait vivre. Oui, elle voulait vivre, vivre libre et vivre sans crainte, vivre pour connaître le bonheur, vivre en étant acceptée pour ce qu'elle était. Comme lui, comme tout le monde. Sans prononcer une seule parole, il la lâcha et elle tomba à terre. Il continua de la regarder sans savoir ce qu'il devait faire ou dire. Dans sa tête se déroulait une guerre ou il tentait de savoir ce qui était juste de ce qui ne l'était pas. Avant, comment aurait-il réagi ? Qu'aurait-il fait ?

L'humaine reprenait son souffle tandis Thor était toujours là, à la surplomber de toute sa hauteur. La colère meurtrière qu'on pouvait lire dans son regard n'était plus. Ses muscles raidis par la ire s'étaient détendus. A présent, on pouvait seulement déceler dans ses yeux doute et incertitude, ce qui était très étrange venant de ce dieu impétueux qui n'avait jamais douté de rien et qui avait toujours mené ses combats avec une foi et un espoir que rien n'avait pu faire flancher. Néméil l'avait changé. Sans doute plus profondément qu'il ne le pensait.

- Qu'est-ce que ça signifie réellement ? Combien d'autres humains sont ici ? En quoi suis-je ou sommes-nous un modèle que vous devez suivre ? Et si vous n'étiez pas d'accord, alors pourquoi ça n'a pas empêché qu'on se retrouve ici ?

Sa rage était certes retombée mais la menace qu'il représentait était toujours là, elle. L'humaine pourrait bien tenter de s'enfuir mais Thor pourrait toujours la rattraper. Peut-être le ferait-il, peut-être pas, il ne savait plus. Des humains sur Néméil ? Cela remettait bien des choses en question et il fallait qu'il en sache plus. Par chance, il avait justement une humaine à porté de main pour combler les trous. Néanmoins, au vu de comment la discussion avait commencé entre eux, on était en droit de se demander comment la suite allait se dérouler. Entre vengeance et pardon, entre colère et compréhension, l'asgardien changeait. Mais en mal ou en bien ? Et qui peut dire ce qui est bien et ce qui est mal ? Sans doute que l'issue de cette conversation l'aiderait à enfin choisir entre vengeance et pardon.



©BlackSun


We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeVen 16 Aoû - 14:40

AFFRAID
Thor & Saskia



Et il la lâcha. Enfin, elle respira. Elle sentit l’air emplir à nouveau ses poumons et il lui fallut de longues minutes avant qu’elle ne puisse récupérer une respiration normale. Tandis qu’elle avait la tête penchée vers le sol, une main à plat pour la soutenir et l’autre qui entourait sa gorge rougie, Saskia réfléchissait. Pourquoi l’avoir lâché ? Encore une ou deux minutes et il en était fini d’elle. La jeune fille l’avait lu dans ses yeux, elle avait lu qu’il allait la tuer, qu’il le voulait, qu’elle ne méritait que ça. Il avait voulu le faire, il l’avait même décidé. Pourquoi s’être arrêté ? Pourquoi avoir changé d’avis ? La russe fixait les pavés, troublée. Dans le silence, seuls ses souffles saccadés raisonnaient. L’ensemble de son corps tremblait. L’unique chose qui pouvait la rassurer, était qu’elle avait gardé son double à l’écart. Thor n’était pas quelqu’un à prendre à la légère et encore moins de front, l’autre ne lui aurait pas plu, et elles seraient mortes. Là, elles avaient survécu, et c’était grâce à elle. Mais il ne fallait pas se réjouir trop vite, rien n’était joué. Saskia se retourna pour tenter d’analyser une situation qui lui échappait déjà depuis le début. Mais l’attitude de Thor la surprit. Elle le dirait perdu, incertain. Il ne savait pas comment il fallait réagir. Finalement, ils étaient tous les deux dans le brouillard, ce qui la rassura finalement. La jeune humaine le fixa mais ne se releva pas, elle s’en sentait incapable ; ses jambes déjà lui faisaient bien comprendre par des spasmes, qu’elle ne pourrait pas supporter le poids de son corps tout de suite. Il doutait et le simple fait d’éprouver ce doute semblait perturbant pour lui. Mais qui ne doute jamais ? Pour Saskia c’était un fait constant, presque familier maintenant. « Qu’est-ce que ça signifie réellement ? » Mais malgré l’incertitude, la jeune femme ressentait toujours la peur d’être réduite à un cadavre avant la fin de cette entrevue. Il y avait peut-être une chance de s’expliquer, peut-être une chance qu’il la laisse partir, peut-être une chance de lui faire comprendre. Elle en distinguait la brèche, ou y rêvait-elle ? Saskia resta à demi-allongée sur le sol, mais le regard toujours tourné vers son interlocuteur. Elle ne comprenait pas sa question. De quel sens parlait-il ? Est-ce qu’ici, il y avait vraiment un sens pour tout ? Elle dirait plutôt le contraire, il n’y avait aucun sens sur cette île : « Combien d’autres humains sont ici ? En quoi suis-je ou sommes-nous un modèle que vous devez suivre ? Et si vous n'étiez pas d'accord, alors pourquoi ça n'a pas empêché qu'on se retrouve ici ? » Tant de questions auxquelles Saskia espérait répondre assez bien pour ne pas réveiller la colère du dieu scandinave. Sans vraiment faire attention, elle observa les alentours, arrêta son regard sur la rue de laquelle ils venaient. Il avait sauvé sa main. Il n’était pas mauvais, elle le savait. La brune avait lu plusieurs ouvrages parlant de ce dieu, fervent combattant. Il avait à de nombreuses reprises aidées les humains, ou du moins, les avait protégé. Il n’était pas mauvais juste profondément déçu sans doute, de la façon dont ses protégés l’avaient remercié. Elle comprenait. Elle comprenait très bien. Elle en voulait aux humains. Elle voulait juste qu’il comprenne, qu’elle n’y était pour rien. Que ce n’était pas sa faute. Pas sa faute : « Nous sommes douze … Mais je n’en ai encore rencontré aucun … Je ne les connais pas, je ne sais pas comment ils sont et quels sont leurs buts » Parler était encore difficile, sa gorge lui brûlait et jamais sa main ne la quittait. « Quant au modèle je … » C’était si compliqué d’expliquer, il faudrait tout raconter, son passé, son histoire, ce qu’elle est vraiment ; il faudrait revenir en arrière, ce qu’elle voulait à tout prix ne jamais faire. Pourtant les souvenirs revinrent tout de même hanter son esprit : l’emprisonnement, la solitude, la torture, les agressions, l’abandon, la mort, la folie. Tout. Arrachant des larmes. Elle avait honte de se montrer si faible. Elle devait être forte. Elle n’avait pas besoin de l’autre, elle n’avait besoin que d’elle-même. Saskia passa presque rageusement le dos de sa main sous ses yeux pour en essuyer toute trace de pleurs et se releva. Péniblement, mais elle se releva. Chancelante, elle finit par trouver son équilibre : « Je n’ai pas … » Elle ne trouvait pas les mots. Quelles phrases pouvaient-elle mettre sur ça ? Comment expliquer ce qu’elle avait ressenti ? Pourquoi ? : « Je n’ai pas eu une vie … Facile … » Il le prendrait peut-être mal, qui a une vie facile ? Ils ont été enfermés sur une île, ce n’est pas bien mieux. Mais il y avait eu une telle succession d’horreurs dans sa misérable existence qu’elle ne pouvait s’interdire de dire, que c’était injuste : « Je n’ai pas vécu, je n’ai fait que survivre … Les humains ont été intraitables avec moi, ils m’ont … Changés » Elle ne pouvait parler de l’expérience, elle ne pouvait parler de sa folie. Comment le prendrait-il ? : « Je n’ai jamais pu me considérer comme des leurs, jamais … Ils m’ont laissés pourrir … » Ces derniers mots, elle les murmura au vent : « Alors j’ai découvert les différentes mythologies, les dieu, les demi-dieux … J’ai pensé … » Les larmes remontèrent mais elle les retint : « Je n’avais nulle part où aller … » Sa bouche se tordit. Elle se revoyait dans la rue. Elle se revoyait épave. Elle se revoyait courant après un abri, un foyer, une vie. Saskia baissa la tête : « J’avais les humains en horreur, je n’avais plus que vous ; je me suis persuadée que vous étiez ceux que je devais suivre pour … » Elle releva ses yeux brouillés vers Thor : « Une autre vie ? » Saskia n’osa parler de son impression de ressemblance avec ces êtres surnaturels, elle refusait de se comparer aux humains, mais le dieu trouverait cela ridicule : « Et si nous n’avons pas réussi à stopper l’exil, je pense que c’est parce que nous étions ridiculement peu à le souhaiter » Elle ne voyait pas d’autres explications au fait qu’ils aient échoué. Saskia avait répondu à toutes les questions, elle priait pour que cela plaise au dieu ; elle redoutait qu’il ne l’emprisonne à nouveau dans sa main, elle redoutait qu’il ne l’anéantisse, qu’il montre une nouvelle fois à quel point elle était minable. Elle avait surtout peur que la prochaine fois, elle ne retienne pas celle qui se disait protectrice : « S’il vous plait … » Elle ne put retenir des yeux implorants, elle ne put cacher ses joues marquées par le passages des larmes : « Ne m’en voulez pas pour une faute qu’ils ont commise » Elle tressaillit : « Ne m’en voulez pas … ».

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Thor
Thor Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitimeLun 19 Aoû - 11:38


affraid !

Il est des êtres dont le destin est de se croiser, où qu'ils soient, où qu'ils aillent


La valse des questions se poursuivait. Thor avait enfin la possibilité d'avoir des réponses à ses interrogations, du moins était-ce ce qu'il pensait, mais ce que lui disait Saskia formulait en lui d'autres questions. Les humains présents se comptaient au nombre de douze. Douze... si peu en comparaison des milliards qui vivaient. Qu'avaient bien pu faire les dieux pour s'attirer à ce point le mépris et la haine de ceux qui avant les adulaient ? Les divinités ne le sauront probablement jamais, et rien qu'à cette idée l'asgardien se sentait démuni face à l'avenir. Pourtant, il devrait être heureux que contrairement à ce qu'ils avaient cru de prime abord, il y avait tout de même une poignée d'humains qui persévéraient à croire en eux, subissant le même exil pour s'être montrés fidèles. Eux-aussi avaient de quoi en vouloir à leur semblable. Et chose étrange, apprendre qu'une douzaine d'humains étaient sur l'île laissait à penser à Thor que l'issue de toute cette histoire dépendrait d'eux. Si la majorité des hommes avaient réussi à les envoyer sur une île inconnue, le processus inverse pourrait sans doute se faire grâce aux humains qui les avaient suivis. Cette idée méritait d'être approfondie mais pour l'heure, le nordique écoutait la petite chose fragile continuer de répondre à ses questions.

- Comment sais-tu leur nombre combien vous êtes si tu ne les as jamais vu ?

Le dieu se montrait intraitable, bien qu'il ne soit plus guidé par la fureur. Hors de question de laisser quoi que ce soit au hasard. Il ne se fera pas berner par elle même si elle attirait sa pitié. C'était tellement dingue de voir que les larmes qui roulaient le long des joues de la jeune femme étaient de son fait à lui alors qu'avant, il était justement celui qui les effaçait. Qu'était-il devenu ? Par quelle colère, quelle amertume fallait-il passer pour devenir bourreau au lieu de protecteur ? Et comment choisir quelle voie suivre lorsque l'on rencontre d'autres divinités qui veulent se venger alors même qu'elles aussi œuvraient avant pour la justice ? Si les humains s'étaient attendus à voir les dieux se repentir d'une quelconque attitude indésirable, il était clair que c'était une erreur. Ils s'étaient attirés leur rage et sans doute valait-il mieux pour eux que les dieux ne reviennent jamais, car leur vengeance mettra la planète à feu et à sang. A moins que cette minorité d'humains présents sur l'île, ceux qui avaient encore foi en eux et les avaient suivis, ne les fassent changer d'avis ? Pour le moment, l'asgardien restait impassible, du moins en surface, et notait dans un coin de sa tête ce qu'elle disait. Peut-être pourra-t-il faire des liens plus tard entre ce qu'il savait déjà, ce qu'il apprennait d'elle et d'autres informations qu'on lui apportera certainement dans un avenir proche. Car pour l'heure, il était bien décidé à trouver une solution pour partir d'ici et non à se complaire sur cette île sortie de nul part.

Bien qu'humaine, elle ne s'était jamais considérée comme faisant partie de leur monde. Et pour cause : ses propres contemporains s'étaient montrés intraitables avec elle, selon ses dires, à tel point qu'elle avait changé. Thor était bien désolé de l'apprendre. Malgré qu'il soit un dieu, il n'était pas doté de prescience et ne pouvait donc s'occuper de tous les problèmes des humains au cas par cas. Pourtant, bien qu'il ne puisse s'imaginer à quel point elle avait dû souffrir pour renier les siens et se faire exiler ici, cherchant enfin à acquérir une nouvelle vie, il pouvait comprendre sa détresse. Il avait déjà assisté à la barbarie dont étaient capables ces êtres soit disant intelligents. Rien ne justifiait cependant l'horreur à laquelle ces personnes se livraient soit disant au nom de l'humanité. Se montrer inhumain pour l'avenir de l'humanité, quelle ironie ! Toujours est-il que la jeune femme disait n'avoir plus qu'eux, les divinités, pour espérer une vie meilleure, un espoir pour des lendemains moins ténébreux et que c'était la raison pour laquelle elle avait atterri ici. Quant à l'exil, il s'était produit car la poignée d'humains qu'ils étaient était tout simplement bien trop nombreux, et le mot était faible, quant à cette majorité qui ne voulait plus d'eux. Une goutte d'eau dans l'océan. Que cette histoire soit véridique ou non, c'était ce qu'affirmait Saskia, voleuse russe au passé trouble. Pouvait-il seulement croire un récit aussi abracadabrant ? Peut-être. Il émanait d'elle une étonnante sincérité qui lui donnait envie de la croire et juste par bénéfice du doute, il la laisserait en vie. Par contre, il ne la laisserait pas partir aussi facilement. Il voulait être sûr qu'elle ne se joue pas de lui et pour ça, il ne lui donnerait pas d'autre choix que de rester à sa disposition.

- C'est vrai, ce serait injuste de t'en vouloir alors que tu es prisonnière de cette île comme nous tous. Et ce ne serait pas juste non plus que je te condamne simplement parce que tu es de la même espèce que ceux qui nous ont trahi. Néanmoins, tu conviendras avec moi que ton histoire est quelque peu étonnante.

Thor ne savait que penser de tout cela. Ça faisait beaucoup d'informations à traiter en même temps. Des humains étaient sur Néméil, premier choc. Ils étaient apparemment au nombre de douze et celle qu'il avait rencontré disait être présente parce qu'elle avait délibérément choisis de les suivre. Était-ce le cas des autres ? Malheureusement, à part le fait qu'elle était humaine, elle ignorait tout le reste, comme lui. Elle ignorait comment elle était arrivée et de ce fait, ne savait pas non plus comment repartir (bien qu'au vu de ce qu'elle lui avait confié, il la soupçonnait de ne pas vouloir rentrer sur Terre). Ce n'était donc pas vraiment une aide à proprement parler mais cela pouvait toujours jeter un éclairage nouveau sur l'avenir.

- Où vis-tu ? J'ai fais mainte fois le tour de cette île et je n'ai découvert aucun campement ? Êtes-vous détenteur de quelque magie qui vous masque à notre vue ?

Une dernière question avant qu'il ne la relâche. Il voulait savoir où la trouver lorsqu'il aurait besoin d'avoir des informations complémentaires. Évidemment, il y avait le risque qu'elle lui ait mentit et qu'elle lui dise n'importe quoi pour pouvoir s'enfuir. Il était aussi possible qu'après cette entrevue elle prévienne les autres humains et qu'une attaque se produise, voire pire. L'asgardien prenait toutefois le risque. Il ne devait pas oublié qu'il avait été le protecteur de ces humains et qu'il ne devait pas modeler la justice en vengeance. Comment pouvait-il espérer que les humains fassent preuve de compassion envers eux si lui-même ne le faisait pas ? Et si l'avoir laissé partir s'avérerait être une erreur, il se connaissait suffisamment pour savoir qu'il la retrouverait tôt ou tard. L'île n'était pas particulièrement vaste et il était habitué à partir à l'aventure, en quête de quelques missions. De plus, il y avait probablement d'autres dieux qui avaient rencontré ces humains. D'ici peu, leur présence ne sera plus un secret pour personne et là, ils auront bien besoin de gardien s'ils ne voulaient pas se faire mettre en charpie par les pires divinités vindicatives qui étaient ici. Les dieux avaient peut-être perdu bon nombre de leurs pouvoirs, il n'en demeurait pas moins que face à leur colère, leur rage, les humains ne tiendraient pas longtemps.



©BlackSun


We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ΔFFRΔID ▼ Thor   ΔFFRΔID ▼ Thor Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

ΔFFRΔID ▼ Thor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-