Partagez
 

 [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeMar 30 Avr - 20:23

Il l'observait...

Elle s'activait près de l'âtre, un doux fumet s'échappant de la petite marmite de bronze léché par les flammes, égale à elle même. Pensait elle à lui ? Avait elle prévu sa part en prévision de son éventuel retour ? Sans aucun doute... sans aucun doute... comme toujours...

D'aussi loin qu'il se souvenait, il avait toujours su qu'elle serait sienne. Dès le premier jour où ses yeux s'étaient posés sur elle, il savait que les fils de leur destin étaient entremêlés. Aucune explication logique à cela, il le savait, tout simplement...

Il se souvenait encore des premiers mots qu'ils avaient échangé par une de ces froides nuits typiquement Asgardienne. Il s'était vite esquivé de la fête célébré en l'honneur de Thor, son prétendu frère. Le voir lui et ses amis se livrer à de stupides jeux à boire, à hurler et chanter à tue-tête était un spectacle qu'il n'avait jamais supporté. Et il le supportait encore moins depuis qu'il avait appris que Thor n'était pas de son sang. Alors qu'il ruminait de sombres pensées, sa silhouette vêtue de blanc avait illuminé cette nuit noire. Il l'avait observé longuement, caché dans les ombres avant de se révéler à elle. Premiers échanges qui furent bien entendu gâchés par l'arrivée imprévue de Thor, stupide écervelé qui ne comprenait pas ce que signifiait le mot intimité...

La suite avait été fort simple. Malheureux accident de son futur mari, illusion parfaite au moment de prononcer les vœux qui l'unissait à elle malgré l'usurpation de l'identité du défunt. Elle devenait son épouse, clamant haut et fort son attachement à lui, Loki, prince des mensonges. Comme prévu...

Retour au présent. Elle était accroupie, de dos, et sa longue chevelure noire retombait sur ses épaules. Personne n'avait jamais compris pourquoi elle avait insisté pour devenir sa femme, et son engagement ne lui avait valu que remontrances et remarques désobligeantes. Elle l'avait épousé, lui, le paria, celui que l'on accusait de tous les maux, celui qui devait apporter la destruction en Asgaard, et par ce simple fait elle s'était placée elle-même volontairement à l'écart des autres, de ceux qui édictaient les règles et les lois, de ceux qui imposaient leurs vues. Telle était son destin, tout était écrit...

De toutes les femmes d'Asgaard, elle était la plus admirable. Sa fidélité était sans failles, portée au panthéon des vertus les plus glorieuses. Triste ironie que de savoir que sa fidélité allait à l'être le plus honni des dieux nordiques, Loki le fourbe, Loki le traître, Loki le menteur, Loki le manipulateur. S'était il rendu compte de la portée réelle de ce dévouement sans failles, de cette fidélité aveugle ? Non, bien sur que non, lui était aveuglé par sa soif de pouvoir, son désir de vengeance, sa jalousie sans bornes pour son frère Thor. Elle n'avait récolté que souffrances et douleurs de ces débordements coupables, de ces crimes inavouables qui avaient provoqué l'ire d'Odin et la mort de leurs enfants. Et malgré tout, elle avait été là, comme toujours, présente pour récolter le venin du serpent et l'empêcher de couler sur son visage.

Fils de leur destin si fortement entremêlés que rien ne peut les détacher...


"Bonsoir."

Il surgit des ombres comme à son habitude, prononçant un seul mot malgré l'exil qui les avait frappé, eux et tous les autres dieux nordiques, comme si rien ne s'était passé. Elle se redressa, se retourna lentement, un léger sourire illuminant son visage si familier, ses yeux verts emplis de l'amour indéfectible qu'elle lui portait. Elle déposa un chaste baiser sur ses lèvres, comme d'habitude, il l'embrassa sur le front, comme d'habitude, et comme d'habitude, il allait s'attabler, attendant qu'elle lui serve son repas... comme d'habitude...

Sauf que l'inhabituel et l'imprévu s'étaient invité dans leurs vies d'immortels, brisant la trame de leur futur...

Il s'assit sur le sol, l'accueillant entre ses jambes, son dos contre sa poitrine. Ses bras l'enlacèrent et il la serra contre lui, plongeant son visage dans sa chevelure sombre. Il avait besoin de se rassurer, besoin de se raccrocher à quelque chose de familier et elle était le phare qui illuminait sa nuit et chassait ses démons les plus vils, la bouée qui lui permettait de surnager et d'échapper aux tourments de son âme. Elle seule avait le pouvoir de l'apaiser, de calmer la bête tapie dans son cœur, cette bête nourrie par sa frustration, sa colère, sa jalousie et qui n'attendait que le moment propice pour se déchaîner. Sa plus grande crainte en arrivant sur cette nouvelle terre avait été qu'elle ne soit plus là, qu'elle l'abandonne, le laissant à la merci de cette bête féroce qui aurait déchiqueté son âme sans merci, le plongeant dans une folie destructrice.

Mais elle était là, chassant ses craintes et ses doutes, et pour la première fois de sa vie, de vraies larmes coulèrent sur ses joues d'immortel...



Dernière édition par Loki le Jeu 9 Mai - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeMer 1 Mai - 13:59

    travers la fenêtre, le paysage avait changé, je ne voyais plus Valaskjálf, ses tours d'argent dans lesquelles se reflétaient tout Asgard, l'agitation constante était maintenant remplacé par un calme un peu inquiétant. Face à moi s'étendait de nombreuses habitations, chacun essayait de reconstruire sa vie, de retrouver son importance, je détournais mon regard en croisant celui d'une vague connaissance. Je ne voulais voir personne. Je ne voulais entendre personne, j'aspirais simplement au calme et à profiter de ce sentiment de contentement en les voyant tous si désemparé. Je ne l'étais pas moins, mais voir l'orgueil de ceux qui se pensaient si puissante, si unique, voler en éclat avait quelque chose d'infiniment plaisant. Même si je savais que la relative quiétude de ce nouveau monde n'était que provisoire.

    Dans l'âtre ronflait un feu, en prévision du repas qui y séjournerait bientôt. Je n'avais jamais voulu de serviteur, pourtant en tant que princesse d'Asgard j'y avais le droit, mais m'occuper de mon foyer était pour moi le moyen de ne pas sortir, loin d'être contraignant, je préférais cela à l'hypocrisie générale. Les murmures sur mon passage, je préférais encore la médisance à la fausse sympathie. A ceux qui me plaignait sans savoir de quoi, ceux là même qui colportait des rumeurs sur mon soi disant malheur, sur mon esprit qui ne pouvait être qu'enchanté depuis le moment ou j'avais accepté sans rechigner, sans verser de larme d'épouser un être qu'il était normal de haïr. Pauvres fous, vous voilà maintenant confronté à vos doubles et voilà tant d'autres dieux du chaos et de la fourberie, comprenez vous ce que cela signifie ? Cherchez vous seulement à comprendre ? Je deviens cynique, trop d'années et trop de douleur ont forgé cette nouvelle face de ma personnalité.

    La marmite bouillonne tranquillement au dessus du feu lorsque j'entends ta voix. Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir que c'est toi. Je ne t'ai pas encore vu depuis notre exile, mais tout est prêt pour toi. Sans me presser je me détourne du repas, lentement pour mieux appréhender ta présence. Puis enfin je te vois, immobile à quelques pas de moi, mon cœur se gonfle de bonheur quand bien même fidèle à toi même tu restes stoïque. Je n'eus qu'un pas à faire pour te rejoindre et déposer un léger baiser sur tes lèvres. Comme depuis ce qu'il me semble être toujours, tu en déposes un sur mon front. Mais là s'arrête cette immuable routine, tu t'assois à terre m'entrainant avec toi, me serrant dans tes bras comme si tu avais peur que je disparaisse. Mon souffle se bloque, tu ne m'as pas habitué à te voir si vulnérable. Tu plonges ton visage dans mes cheveux et je sens des larmes contre ma nuque. Je me sens soudain si égoïste, je me réjouissais il y a quelques instants à peine de notre toute nouvelle situation, sans même songer que celle-ci pouvait te chambouler. Je glissais mes mains sur les tiennes entrelaçant nos doigts. Il me fallait le rassurer, panser une nouvelle fois ses plaies.

    « Mais pour qui sont ses larmes cher amour ? »

    Mon ton est doux je ne veux pas te brusquer, je sais que sous tes dehors insensibles, tu es à fleure de peau, et que c'est cela qui te joue le plus de tour. Tu es trop sensible tu es l'esclave de tes propres sentiments, ta douleur est une amante plus intime que je ne le serai jamais, elle est exigeante et te tourmente sans arrêt. Parfois je la jalouse, à croire qu'elle est la seule à pouvoir te faire ressentir quoique se soit. Mais tu reviens toujours, quand elle te laisse épuisé, que tu as besoin de réconfort et de chaleur. Parce que je me dois d'être complémentaire, il me faut pallier à ton pessimisme, je poursuivis donc.

    « Réjouis toi plutôt de vois que les règles du jeu ont changé. »


    Odin n'est rien de plus qu'un parmi tant d'autres et nous sommes ensemble, père de toute chose, ce titre paraît usurpé maintenant. Il suffit d'observer la foule des pères éternelles. Je doute que l'un d'eux ne veuille renoncer à son titre, il y a donc fort à parier qu'à défaut d'entente politique, se sera manigance et trahisons qui régiront bientôt cet endroit. Et s'il y a bien une personne capable de tirer son épingle du jeu, c'est toi, mon doux époux. Ne craque pas maintenant je t'en prie, tu es la dernière personne qu'il me reste, mes enfants sont morts et tout mon être réclame vengeance, si je fais taire ce besoin qui me tord les entrailles, c'est pour rester ta lumière. Vois les opportunités qui s'offrent à toi. Je ne peux te dire tout cela, alors je serre un peu plus tes mains et en porte une à mes lèvres pour y déposer un tendre baiser.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeSam 4 Mai - 20:48

« Réjouis toi plutôt de voir que les règles du jeu ont changé. »

Elle avait raison, et l'entendre de sa bouche effaça ses doutes et ses peurs comme par magie. Car elle avait un don précieux, celui de pouvoir chasser les sentiments les plus sombres de son cœur et de son âme, un don qui la rendait indispensable à son existence. Et c'est ce qu'elle venait de faire une nouvelle fois...

Un champ d'infinis possibles venaient de s'ouvrir. Les cartes étaient rebattus, les règles n'étaient plus les mêmes, Odin n'était plus le père de toute chose, où en tout cas il n'était plus le seul à revendiquer ce titre. Une douce euphorie s'empara de son être alors que son horizon s'ouvrait et qu'il imaginait les nouvelles possibilités qui s'offraient à lui. Car si lui était dérouté par ce nouveau monde, qu'en serait il pour les autres ! Lui était habitué à devoir survivre loin de chez lui, ayant subi l'exil maintes fois et ayant dû affronter si souvent des périls mortels. Il était donc le mieux placé pour pouvoir profiter de ce nouveau statu-quo, prendre la place qui lui revenait de droit... la plus haute... et pouvoir se venger de tant d'années de souffrances. Et il possédait un autre atout, elle, la déesse qu'il serrait contre lui, car elle avait le pouvoir de le rendre encore plus fort.

Il se tança intérieurement d'avoir été assez faible pour se laisser envahir par le désespoir. Lui, Loki ne pouvait plus se permettre de laisser une telle faiblesse s'emparer de lui.


"Tu as raison, et il est temps pour moi d'occuper la place qui me revient de droit."

Sa main caressa sa longue chevelure noire, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres alors qu'il imaginait les multiples possibilités que ce nouveau monde offrait.

Il relâcha son étreinte, l'aidant à se retourner pour qu'elle lui fasse face. Il l'observa en détail, comme s'il la redécouvrait sous un angle nouveau. Elle était belle, très belle, comme toute les déesses d'Asgaard, même si certaines la surpassaient en beauté, telle Sif, premier amour amèrement déçu. Mais elle possédait dans le regard une détermination sans failles, et surtout ses yeux étaient emplis d'une dévotion et d'un amour remarquable pour sa personne. Sa fidélité pour lui avait subi des épreuves si dures qu'elle ne pouvait être le fruit que d'une volonté inflexible, une volonté qu'il valait mieux avoir de son côté. Pour la première fois, il se rendit compte de l'atout considérable qu'elle constituait.

Il posa une main sur la joue de la déesse rendue chaude par les flammes de l'âtre. Son pouce caressa ses lèvres soyeuses, avant que sa main ne glisse le long de son cou jusqu'à sa nuque. Il avait toujours été avare en geste d'affection. Non pas qu'il était un coureur de jupons invétéré comme son frère Thor, ou qu'il n'éprouve rien pour elle, non, rien de cela, mais il avait toujours placé au second plan ce genre de choses qu'ils considéraient comme futiles. Il s'abandonnait parfois dans des étreintes passionnées, mais les signes de tendresse lui étaient presque inconnus. Il prenait et donnait peu en retour. C'était dans sa nature même, Loki ne devait rien à personne...

Mais aujourd'hui, l'euphorie qui l'avait envahi se mua rapidement en désir pour elle. Il s'était quitté en de bien sombres instants, lui attaché sur trois pierres, elle récoltant le venin qui menaçait de ronger ses chairs. Cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas serré dans ses bras, qu'il avait presque oublié le doux contact de sa peau sous ses mains, et il était temps de rattraper le temps perdu.

Il l'attira à lui, déposant un baiser passionné sur ses lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeMer 8 Mai - 8:07

    Et te voilà déjà de nouveau maître de tes sentiments. Ton égarement n'est jamais bien long, je m'en assure, je déteste te voir perdu. Tu as assez souffert cher époux. Je sens ta main caresser mes cheveux, et je me sens bien, juste là, sans que je n'ai à craindre que quiconque ne vienne interrompre notre moment de répit. C'est avec une pointe de déception que je te sens me lâcher, je n'ai pourtant pas le temps de le regretter, que déjà tu m'incites à me tourner vers toi. Je suis surprise, toi si avare de geste de tendresse, te voilà soudain bien généreux. Ton regard me scrute, et comme à chaque fois que c'est le cas, je me sens intimidée, même si je ne le montre pas. Ton regard a toujours eu un certains pouvoir sur moi. Après toutes ses années passées à tes côtés je peux le déchiffrer, je peux voir des démons anciens danser dans tes prunelles. Ta paume se pose sur ma joue et je ferme les yeux pour en apprécier la douceur. Te voilà si doux, ton pouce glisse sur mes lèvres, et je réouvre les yeux, un frisson remonte le long de ma colonne, tu es si solennel, mais pourtant un feu nouveau s'est allumé, je peux le voir alors que tu glisses ta main le long de ma nuque. Sans attendre plus tu m'attires à toi. Ma main s'accroche à ton épaule alors que tu prends possession de mes lèvres avec une passion que je t'ai peu connu. Mais tant de temps est passé, nous avons souffert plus qu'à notre tour. Voilà notre répit, notre besoin d'exister en dehors des rôles que vous vous plaisez à nous donner

    La perspective de ce nouveau monde, qui il y'a quelques minutes semblait te mettre au supplice, semble avoir maintenant ravivé tes ardeurs. Tu n'as jamais été le monstre que les autres se plaisent à imaginer, mais tu m'as plus habitué à ton absence, à une indifférence parfois douloureuse, qu'à cette soudaine attention. Et nos derniers instants ont été vécut dans la noirceur de mon humeur après que nos enfants n'est servis à ta punition. J'avais presque oublié la sensation de tes mains sur ma peau, de ta bouche exigeante sur la mienne. Des choses que tu faisais naître en moi. Tes gestes ont toujours été mesurés, calculés, maître de toi tu ne te laisse rarement aller aux débordements affectifs, et c'est parce que c'est si rare que je les apprécie d'autant plus. Tu n'es pas un être de pulsion comme tout ces guerriers avides.
    Ma main remonte le long de ton cou et mes doigts viennent s'emmêler entre tes mèches sombres. Cela fait si longtemps que nous n'avons pas été si proche. Je détache mes lèvres des tiennes, et vient coller mon front contre le tiens, le souffle un peu court, les yeux brillants.

    « Tu m'as tellement manqué. »


    Ce n'est qu'un murmure, je souris légèrement, je me sens bien quand tu es là. Je ne veux penser à rien d'autre qu'à toi, à tout ce que tu peux me faire ressentir. Je reprends tes lèvres avec une ferveur égale à la tienne, mes mains glissent sur tes épaules et le long de tes bras, jusqu'à retrouver tes mains, nos doigts se cherchent, se caressent, s'apprivoisent une nouvelle fois, avant de s'étreindre. Je me rapproche pour mieux m'asseoir sur ton giron, ton corps appelle le mien, comme il l'a toujours fait. Je guide tes mains sur mes hanches, enlace moi, serre moi mon amour, mais surtout touche moi. J'en ai besoin, après toutes les épreuves que nous avons traversé, les incessants bouleversements de notre existence. Nos retrouvailles ont toujours eut un goût d'adieux, nous savons l'un comme l'autre, que tu ne peux rester tranquillement installé devant l'âtre. Que tu as milles batailles en tête, et chaque fois que je te vois je ne peux m'empêcher de penser au jour ou tu ne reviendras pas. Notre histoire est celle d'acrobates, je serais toujours là pour te rattraper, à chaque saut, je serai là.

    Mes mains de nouveaux libres, je viens les poser sur ta nuque, mes pouces glissent sur l'arrête anguleuse de ta mâchoire tandis que nous nous embrassons. Avec ardeur, passionnément, je m'accroche à ton dos.

    Je veux nous sentir plus proche encore.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeJeu 9 Mai - 18:43

« Tu m'as tellement manqué. »

Elle répond à ses élans avec passion, ce qui ne fait qu'attiser son propre désir. Leur vie est si rude que les quelques moments de répit qu'elle leur offre se doivent d'être vécus pleinement. Mais déjà son cerveau s'agite, calcule, mesure, imagine en prévision de l'avenir. Non, cela attendra, cela doit attendre. Il repousse sa raison au fond de son esprit, laissant l'instinct reprendre le dessus. Et son instinct ne lui souffle qu'une seule chose, satisfaire la déesse qu'il tient entre ses bras. Lui offrir un de ses rares moments de tendresse dont il est si avare, mais dont il a lui même besoin pour son propre équilibre.

Il pose ses mains sur le bas de ses cuisses, remontant lentement en se frayant un chemin sous sa tunique. Il remonte jusqu'à ses hanches, continue sur sa taille, passe dans son dos, la plaque contre son propre corps, leurs deux cœurs battant bientôt à l'unisson. Eux ne trichent pas, ne mentent pas. Elle se cambre alors que ses mains remontent le long de sa colonne, entre ses omoplates, puis se déploient pour caresser son dos redescendant jusqu'à sa taille en de complexes arabesques. Il la débarrasse bien vite de l'encombrante étoffe qui constitue un bien maigre rempart contre ses élans passionnés.

Soudain, il roule sur le côté, l'entraînant avec lui sur le tapis qui couvre le sol, se plaçant au dessus d'elle. Son visage s'illumine d'un sourire mutin alors qu'il place les bras de Sigyn au dessus de sa tête, joignant les poignets de la déesse pour les immobiliser d'une seule main. Il la veut à sa merci, il veut que ses yeux s'emplisse de désir, il veut que son corps frémisse d'envie... Il est le maître du jeu.

Il dépose un baiser sur son front, sur sa joue, effleure au passage les lèvres de son épouse qui tentent sans succès d'obtenir un baiser, pour se poser sur son autre joue, sur l'extrémité de son nez, descend dans son cou, mordille délicatement le lob de son oreille... Il couvre son visage de baisers, esquivant à chaque fois sa bouche, alimentant sa frustration et son désir. Sa main libre parcourt son corps à la peau si douce, suivant la courbure de son flanc, le creux de sa taille, descendant le long de sa hanche et de sa cuisse, pour y remonter à l'intérieur cette fois, effleurant de ses doigts son entrejambe pour caresser son ventre...

Il lui accorde enfin un baiser brulant, lèvres entre-ouvertes, bouches qui s'unissent avec passion. Il maintient toujours ses bras sous sa poigne, continuant de mener ce jeu qui alimente son propre désir. Il détache sa bouche de la sienne malgré ses gémissement montrant son désaccord. Ses baisers se déplacent, le long de son cou, descendent sur sa poitrine, sa langue se joint bientôt aux débats, en mouvements circulaires autour de ses tétons qu'il mordille bientôt délicatement. Sa main libre se fait plus entreprenante, remontant le long de ses cuisses, l'effleurement de son sexe se faisant bientôt caresse...

Enfin il la relâche, lorsqu'il considère enfin que son doux supplice n'a que trop duré. Il se redresse pour se débarrasser de ses propres vêtements et la couvre de nouveau de son corps, peau contre peau, ses yeux croisant les siens, regards emplis du même désir de l'autre.

Lorsque le temps n'est plus...

Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitimeSam 18 Mai - 14:12

    Je ne pense plus, je ressens. Tes mains sur mon corps sont celles d'un virtuoses, je me cambre sous tes caresses, je suis toute à toi. Bien vite tu me débarrasses de ma tunique et que tu prends les devants, impatient ou joueur peut être, je le vois à ton sourire. Je frissonne tandis que tu emprisonnes mes poignets dans une seule de tes mains. Je souris, amusée, tu as toujours eu un goût pour ce genre de jeu. Je sais ce que tu attends de moi et j'y suis toute disposée. Tu sais de toute façon comment obtenir ce que tu souhaites. Alors que je veux prendre tes lèvres tu t'échappes. Tes yeux brillent quand je fronce les sourcils, tu te joues de moi. Mais j'adore ça, ta main parcoure mon corps, évitant soigneusement mes points les plus sensibles, je me sens frustrée, et une fois encore cela t'amuse. Tu veux prendre ton temps, jusqu'au bord du précipice. C'est toujours ainsi avec toi, et l'attente m'exalte et m'impatiente toute à la fois, je fais glisser mes jambes contre tes hanches et aussitôt l'une de tes mains remonte le long, mon souffle devient irrégulier, mais c'est a peine un effleurement que je ressens qui ne fait qu'aviver mes sens. Puis tu cèdes, tu m'embrasses à nouveau. Assoiffé l'un de l'autre, je voudrais que ça dure toujours mais déjà tu romps ce nouveau baiser, faisant peu cas de mon mécontentement. Ta bouche glisse contre mon cou, puis s'attarde sur ma poitrine. J'ai tellement envie de te toucher aussi. Ta langue, tes dents, me font chavirer, mon cœur est lancé au galop . Mais c'est ta main glissée entre mes jambes qui m'arrache un premier gémissement, alors que tu me touches impudiquement, me caresse. Mon souffle devient court. Mes yeux se ferment, je me cambre dans un appel qui t'es destiné.

    Et puis soudain plus rien. Mes yeux s'ouvrent, un peu perdue d'être ainsi abandonnée. Tu t'es redressé pour te débarrasser de tes vêtements. Ils s'échouent au sol, et je peux t'admirer dans toute ta splendeur, voir ton désir pour moi avive le mien. Et j'ouvre les bras pour t'accueillir. Ton corps recouvre le mien et la sensation de ta peau est une bénédiction. Mes mains glissent sur ton dos, tes bras, ton torse, nos regards ne se quittent plus. Fais moi tienne, encore.

    Mes jambes se nouent à tes hanches au moment même ou tu te fonds en moi. A cet instant plus rien d'autre n'a d'importance. Nos corps se mouvent en une chorégraphie mille fois répétés. Ma bouche entrouverte laisse filtrer mon souffle erratique et quelques gémissements que j'essaie de retenir de peur de briser l'instant. Je m'accroche à ton dos quand je sens mon esprit défaillir submerger par les vagues de plaisir qui me traversent. Échevelée, le corps embrasé, nos ondulations se font erratiques, ton prénom roule sur mes lèvres comme une douce litanie. Dévore moi toute entière, consume moi, je ne ressens que par toi. Je me tends, mes mains se crispent sur ton dos. Nos fronts collés l'un contre l'autre, mon corps s'arqua pour s'accorder le plus parfaitement possible avec le tiens. Tout mon être se tends, alors que c'est le grand vide dans mon esprit. Je m'entends prononcer une dernière fois ton nom dans un dernier élan d'extase. Je t'aime si fort en cet instant.

    Mes yeux se referment, mon esprit est comme assourdis, mes muscles se détendent, alors que je peine à reprendre mon souffle. Mes doigts glissent entre tes mèches rebelles, et mon regard encore teinté de la jouissance que tu m'as offerte, se braque dans le tiens.

    « Ne m'abandonne plus jamais. »

    Je sais que tu es comme le vent, insaisissable et changeant. Mais pendant ces très courts moments ou tu es si vulnérable contre moi, j'en viens à espérer que tu restes à mes côtés. Je ne veux pas de réponse, je n'en aurai pas, je me contente de reprendre tes lèvres avec ardeur. Je veux profiter de ta présence, de ces trop rares instant ou je t'ai tout à moi, ou ton esprit n'est pas accaparé par d'obscurs complots dont je ne vois que les conséquences désastreuses. J'entrelace nos doigts. Mon souffle retrouve peu à peu son rythme habituel, mais je n'ai aucune envie de bouger, même le poids de ton corps toujours sur le mien m'est agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]   [HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOT] J'ai tant besoin de toi - [Sigyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-