Partagez
 

  « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice    « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice Icon_minitimeMar 3 Déc - 12:28

Dionysos & Alice


« Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. »
Depuis quelques jours, Alice évitait le quartier latin comme la peste. La dernière chose dont elle avait envie, en ce moment, était de croiser son père. Elle-même ignorait tout bonnement comment elle réagirait en se trouvant face à lui.. Et elle ne tenait pas à le savoir maintenant, alors qu’elle se sentait plus fragile que jamais. Les jours s’écoulaient, tous semblables semblait-il à Alice, et elle n’avait pas trouvé l’ombre d’un moyen de retourner auprès de sa famille. Ses parents lui manquaient. Sa vie lui manquait. Tout ce qu’elle avait construit en 22 années d’existence, tout ce qu’elle avait soigneusement préparé pour son avenir.. Tout ça s’envolait en fumée. Il ne restait plus rien de tout ce qu’elle avait connu, de tout ce pourquoi elle s’était battue tout au long de sa vie. Cette idée la mettait hors d’elle..

Mais elle avait beau retourner le problème en tout sens dans son esprit, elle n’arrivait pas à en vouloir aux humains. Certes, ils étaient à l’origine de l’exil des dieux et des demi-dieux, mais n’était-ce pas légitime ? Alice avait lu tout ce qui était arrivé par la faute des dieux. Et elle comprenait.. Mais la question qui tournait en boucle dans sa tête demeurait la même ; quel besoin Mars avait-il eu d’aller fricoter avec une humaine ? Et n’auraient-ils pas pu faire attention, l’un et l’autre, à ce qu’aucun être ne naisse de cette union éphémère ? Si d’autres auraient été charmés par l’idée d’être fille d’un dieu, ce n’était clairement pas le cas d’Alice. Et si elle avait dû choisir son père parmi les divinités romaines, elle n’aurait certainement pas choisi Mars. Mais elle n’avait pas eu le loisir de choisir ses parents – son père, surtout – naturellement..

Ses pas la portèrent jusqu’au quartier grec. Elle n’avait, pour le moment, pas encore tout à fait oser s’aventurer sur le territoire des égyptiens et des scandinaves. Tout simplement parce qu’elle s’était toujours simplement intéressée à la mythologie romaine et grecque, mais très peu aux autres, et qu’elle avait peur de se retrouver très vite dépassée par le nom des divinités et par leur rôle. Elle détestait par-dessus tout ne pas savoir à qui elle s’adressait, et elle se voyait mal demander le curriculum vitae de chaque Dieu qu’elle rencontrerait.. Cette idée, même, lui fit esquisser un petit sourire alors qu’elle errait dans les rues du quartier grec. Elle se laissa portée jusqu’au parc se trouvant dans la rue de l’Elysée, avec la simple idée de se balader sans autre but quelconque. Elle n’avait pas l’envie, ni la force, d’aller parcourir autre chose que les terres connues de Nemeïl. Et elle ne s’attendait pas à faire une quelconque découverte. Elle profitait simplement du calme du parc, chassant quelques pensées mauvaises qui tournaient dans son esprit. Elle en était à penser à la meilleure façon de surprendre un dieu de la guerre, lorsque ses yeux bruns se posèrent sur un petit portillon et sa curiosité fut piquée au vif. Avant même de s’en apercevoir, elle était partie en direction du portillon, l’avait ouvert et avait escaladé la bute de sable. Ce qu’elle vit lui arracha un « Waouh » et un large sourire. Sans la moindre hésitation, Alice ôta ses chaussures, qu’elle balança hasardeusement avant de courir vers l’eau magnifique qui s’étendait devant elle.

Bien qu’elle soit glacée, la demi-déesse n’hésita pas un seul instant à y faire tremper ses pieds. Et tant pis si elle tombait malade, c’était bien là le cadet de ses soucis.. Ses orteils s’enfoncèrent dans le sable rendu mou par l’eau et une joie enfantine se lisait sur son visage. D’aussi loin que pouvaient remonter ses souvenirs, Alice avait toujours adoré aller à la plage. Sa mère l’y avait toujours emmenée autant qu’elle l’avait pu, et elle se souvenait de sa capacité à pouvoir rester des heures les pieds dans l’eau, à simplement fixer l’horizon, lorsque l’eau était trop froide pour s’y baigner.. Un bruit derrière elle l’arracha cependant à sa contemplation. Elle se retourna doucement, pour faire face à un homme. Elle lui adressa un sourire heureux, presque comblé – il fallait parfois se contenter de joie simple – avant d’ouvrir la bouche ;

« J’aime cet endroit, n'est-il pas merveilleux ? Ôtez vos chaussures, venez me rejoindre ! L’eau est un peu fraiche, mais c’est très bon pour la circulation sanguine. Quel Dieu êtes-vous ? » Elle eut un sourire amusé, avant d’ajouter précipitamment, sans laisser le temps à l’illustre inconnu d’en placer une ; « Non, laissez-moi deviner ! Je risque de vous citer tous les dieux que je connais, cependant, alors un indice simple serait appréciable.. Surtout si vous ne souhaitez pas vous retrouver affubler du nom de votre pire ennemi ! »

Créditsgif : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice    « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice Icon_minitimeMar 3 Déc - 19:50

Dionysos & Alice


« Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. »



Dionysos avait soigneusement évité tout contact avec sa famille ses derniers temps. Sa chère Séléné avait disparu, Perséphone était avec Hadès dans son antre mortifère, et Héphaïstos … Malheureusement, cela faisait bien longtemps qu’il ne pouvait plus aller taper le carton chez son presque frère pour lui parler de ses problèmes. Alors il n’avait plus de véritables raisons de passer du temps chez les grecs, en dehors de ses affaires habituelles. Aujourd’hui, il était allé faire affaire avec un centaure qui avait vidé ses stocks de vins et de liqueur et qui en avait, apparemment, cruellement besoin. Heureusement pour lui, le dieu du vin avait eu le flair d’aller chercher la localisation des ceps sur l’île, et avait rapidement pu créer son cru maison, et pouvait vendre son vin à qui était le plus offrant. En l’espèce, ce centaure avait de quoi satisfaire les intérêts du dieu grec.
Il était donc sorti de l’échoppe les poches pleines, mais bien plus tôt qu’il ne l’avait prévu. Il avait un chantier au campement humain en milieu d’après midi, ce qui lui laissait plusieurs heures de complète oisiveté à combler. Il réfléchit un instant, avant d’opter pour un petit passage sur la plage ; un peu d’air frais et iodé ne lui ferait pas de mal. Il enjamba la barrière séparant le début de la plage et avança, le nez au vent, sans trop savoir ce qu’il faisait ici. Orf, parfois, cela ne faisait pas de mal d’errer un peu au hasard.

Il flâna un bon moment seul, avant d’apercevoir la silhouette encore inconnue d’Alice au loin.Il plissa les yeux : non, il ne reconnaissait pas la jeune femme qui barbotait joyeusement dans l’eau. Curieux, comme à son habitude, il s’approcha à pas de loup, jusqu’à se retrouver à quelques mètres de la jeune fille, qui finit par le remarquer, et l’aborder joyeusement. Le ton léger et amical de la jeune femme le séduisit,  presque autant que son débit incroyable l’amusa. Il ôta effectivement ses chaussures pour les poser sur le sable tiède, et avança le bout des orteils, que la mer lécha d’une vague gelée. Ce qui était sur, c’est qu’il attendrait un peu pour piquer une tête.

-En effet ça picote un petit peu ! Et à moins que tu me confondes avec une petite gnome brune et débraillée vivant dans les forêts, il est peu probable que tu me confondes avec « ma pire ennemie », Artémis ! et pour ce qui est de l’indice …

Il ménagea un peu de suspens, faisan mine de reflechir à l’information qu’il pourrait donner.

-Je suis un fils de Zeus né d’une humaine, mais dieu malgré tout. Une idée, jeune inconnue trop heureuse pour se présenter

Le dieu était toujours taquin quand il rencontrait quelqu’un pour la première fois. La provocation, aussi innocente soit elle, permettait de tres facilement envisager le caractère des gens. Il y avait ceux qui répondaient du tac au tac, ses préférés, ceux qui perdaient leurs moyens, ceux qui s’énervaient ou se vexaient. Et tout cela l’amusait terriblement, en général. Alors, la jeune fille se montrerait elle à la hauteur ?



Créditsgif : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice    « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice Icon_minitimeMer 4 Déc - 13:06

Dionysos & Alice


« Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. »
Alice le regarda venir la rejoindre au bord de l’eau. Les vagues venaient lécher ses pieds à elle jusqu’aux chevilles, mais l’inconnu ne s’aventura pas dans l’étendue glacée plus loin que le bout de ses orteils, ce qui fit légèrement sourire la demi-déesse. Elle parla, avec ce débit impressionnant qui la caractérisait lorsqu’elle était d’une humeur joyeuse – une simple plage et une simple rencontre suffisait à la transporter au comble de la joie – avant d’enfin fermer sa bouche, laissant l’illustre inconnu prendre à son tour la parole. Elle ne pu s’empêcher de rire à ce qu’il répondit, appréciant son humour et sa présence et ne pouvant s’empêcher de rétorquer du tac au tac, en riant ;

« Donnez-moi quelques verres, et je vous prendrais bien vite pour une gnome brune et débraillée ! » Elle tenta de calmer son rire pour ajouter ; « Enfin.. Non, effectivement.. Avec un peu de sérieux, je ne pourrais pas vous dire que vous êtes Artémis.. Il me faudrait déjà plus que quelques verres pour y parvenir ! Vous n’avez rien d’une femme, ou vous le cachez très bien ! »

Elle était taquine. Surtout face à un inconnu. C’était sa façon bien à elle de tester les personnes qu’elle ne connaissait pas et de pouvoir imaginer à quel point elle pourrait s’entendre avec une nouvelle rencontre. En l’occurrence, elle avait de très bons espoirs concernant cette rencontre-ci. Il laissa planer un petit suspens, captant ainsi toute l’attention d’Alice qui, déjà, faisait des hypothèses dans son esprit. Mais dès qu’il rouvrit la bouche, pour lui offrir l’indice qu’elle lui avait demandé, les lèvres d’Alice s’étirèrent à nouveau dans un large sourire et elle du retenir un nouveau rire. De nouveau, elle lui répondit sans réfléchir une seule seconde ;

« Mieux vaut être heureuse et malpolie plutôt que l’inverse, n’est-ce pas ? » Elle lui fit un clin d’œil « Vous n’êtes pas Hercules.. C’est un héros, non un dieu, de ce que j’en sais.. Votre indice ne me laisse pas vraiment beaucoup de possibilités ! » Elle lâcha un petit rire et fit mine de réfléchir « Hm.. Je dois avouer que la mythologie grecque m’a souvent échappée. Vous avez des noms bien compliqués, j’espère que vous en êtes conscients ! Mais.. Je crois pouvoir dire sans me tromper que vous êtes Dionysos. Ai-je raison ? Dites oui, je me sentirai trop stupide si j’avais tord ! »

Ses yeux, pleins d’espoir, se posèrent sur le visage de son interlocuteur. Elle attendait avec une certaine impatience à peine contrôlée de savoir si elle avait eu raison, ou non. Mais quel autre Dieu que Dionysos était issu de l’amour entre Zeus et une humaine, tout en étant reconnu comme étant un Dieu à part entière ? Sans trop réfléchir, Alice ne voyait personne d’autre que Dionysos.. Elle était presque sûre d’elle. Presque, car elle avait encore cette maigre possibilité de s’être complètement plantée. Elle lâcha un petit rire, avant d’ouvrir de nouveau la bouche.

« Mon nom, à moi, est Alice. Je ne suis qu’une simple demi-déesse, je n’ai rien accomplis de particulier.. Disons que ma seule faute, pour avoir atterri ici, a été d’être la fille d’un dieu romain que je n’apprécie même pas. D’ordinaire, j’aime l’ironie.. Mais dans mon propre cas, j’avoue avoir un peu de mal  à l’encaisser. Mais ça ne fait rien ! Cette île est.. intéressante. »

Elle était la fille d’un Dieu qu’elle n’appréciait même pas.. C’était loin de la vérité, sans être un mensonge pour autant.. Elle haïssait son père, et sa voix enjouée avait été un peu plus sèche lorsqu’elle s’était présentée. Elle n’avait pas maitrisé ce léger changement d’intonation dans sa voix, et tout semblait dire qu’elle n’était pas particulièrement heureuse d’avoir été envoyée ici.. Comme beaucoup d’autres, imaginait-elle sans mal.

Créditsgif : tumblr
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
Anonymous
MessageSujet: Re: « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice    « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice Icon_minitimeMer 4 Déc - 20:20

Dionysos & Alice


« Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. »



La jeune fille était tout à fait charmante. Elle n’était pas bien grande, avec de longs cheveux châtains, de grands yeux couleur noisette et un physique relativement commun aux enfants de romain. En revanche, ce qui était moins commun, c’était son rire : elle avait un rire clair, cristallin, qui donnait envie de rire avec elle. Sa répartie était charmante aussi ; certains demi dieux se montraient particulièrement farouches ou méfiants vis-à-vis des divinités, leur incombant la charge de leur exil sur l’île. Mais elle n’avait pas l’air bien effrayé, et c’était tant mieux. Dionysos n’aimait pas les timides. Il ne pu s’empêcher de sourire, tournant la tête vers la jeune fille :

-Hum, méfie toi, j’ai du vin particulièrement traitre, et je suis une demoiselle particulièrement convaincante une fois parée ! et rasée. Mais je tiens à ma barbe, je t’avoue.

La seconde réponse de la jeune fille étira son sourire u peu plus. Décidément, cette demoiselle avait le verbe haut, et des traits d’esprit qu’il aurait pu avoir lui-même ! cette désinvolture, il ne l’avait pas croisé chez les habitants de Néméil. Il ne la laissa pas mariné trop longtemps, la voyant trépigner comme une petite fille.

-Toudoux, tout doux ! Ton honneur et ton intelligence sont sauf, Je suis bien dionysos, et tout à fait d’accord avec toi, nos noms sont plus qu’imbuvables. Alors tu peux m’appeler Dio, comme la plupart des gens, je t’en serais reconnaissant.

Alice. C’était joli comme non, et absolument pas latin. Le dieu en déduisit que la jeune fille n’avait pas été élevé par son parent divin. Pas étonnant d’ailleurs, rares étaient les demis dieux à avoir eu un contact privilégié avec son parent-dieu pendant son enfance. Il l’écouta attentivement, avant de reprendre :

-Tu n’as rien accompli… Pour l’instant ! L’avantage de cette île, c’est qu’elle offre l’opportunité à chacun de faire des choses qu’il n’aurait pas osé faire sur Terre ! c’est un petit peu notre … avantage ici !

Il lui jeta un coup d’œil, avec un petit sourire, avant de commencer à lui éclabousser un peu les mollets du bout des pieds. L’eau était fraiche, mais pas assez froide pour que cela soit désagréable. Etrangement, la compagnie de la jeune femme avait quelque chose de rafraichissant, de léger. Il avait envie de continuer la conversation.

-Je suis désolé pour toi que tu sois contrainte de subir cet exil de la faute de ton géniteur. Mais si on réfléchit à l’envers … * il leva son doigt, comme quelqu’un qui à une idée* si il n’avait pas été là à un moment précis, tu ne serais pas qui tu es aujourd’hui, et ce serait regrettable !

Il fixa Alice un instant, se demandant qui pouvait être le dieu romain qui aurait enfanté cette petite créature. Il avait beau répertorier tous les dieux du panthéon latins, il n’arrivait pas à trouver de ressemblance physique entre la demoiselle et une divinité connue. Il ne les avait pas toutes rencontré bien sur, les romains se faisaient pour l’instant discrets sur l’île, contrairement aux nordiques et aux égyptiens, mais il avait déjà vu des portraits de chacun d’entre eux dans les livres et les arbres généalogique.C’était facheux, car il avait une plutôt bonne mémoire des visages, et là, rien ne collait. Il décida de l’interroger d’une petite pirouette badine :

-En tout cas, tu dois tenir de ta mère, parce que j’ai beau cherché, je ne retrouve pas les traits mal dégrossis des Romains dans ce charmant visage ! Qui est ton père, si ce n’est pas indiscret ? * il sourit* Non, en fait, même si c’est indiscret, dis moi quand même, je suis curieux !



Créditsgif : tumblr
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice    « Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

« Quand on rencontre une personne, un sourire vaut trois parts de bonheur. » | Dionysos & Alice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Avant la reconstruction-