Partagez | 
 

 Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hadès
avatar Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Dim 23 Mar - 8:43

Privé

J'ai pas de titre


Hadès & Râ


Hadès râla. Le Dieu des Enfers s'était encore perdu. L'homme eu la parfaite idée d'aller chercher sa femme qui était, on ne savait où, pour des besoins d'ordres personnels. Il ne supportait juste pas qu'elle parte sans rien lui dire, lâchée dans la nature, avec on ne savait qui... Non, c'était trop de zones d'ombres, trop de flou et il en avait marre de rester chez lui comme un esseulé, à passer ses journée à lire.
Alors il était sortit de là, dans l'espoir de la croiser, de la chercher et de la trouver, pour lui dire de rentrer. Bien optimiste... Outre les recherches hasardeuses, encore fallait-il qu'elle daigne bien rentrer.

Trop occupé à s'énerver et à marmonner seul, dans sa barbe, il ne fit pas attention où il se dirigeait, ni où ses pas le menaient. Le soleil et la chaleur s'intensifièrent mais, étant froid comme la Mort, il n'y fit pas particulièrement attention. Il n'avait qu'une idée en tête. Seulement voilà, à force de tourner et d'être aveuglé par sa colère, on finit par se perdre.
Hadès avait atterrit, bien malgré lui, dans une grande avenue qui aurait pu certes être charmante -si le Dieu n'aimait pas que les statue de morts rampants à ses pieds pour demander rédemption-, mais dont il ne voyait pas la beauté. Il s'en foutait clairement. Agacé, sa langue claqua dans son palais, et il soupira, imitant presque un grognement. Des gens qui passaient à côté de lui le regardèrent avant de s'en aller.

S'engageant dans l'avenue, il contourna un maximum la foule, prenant soin de ne toucher personne, de n'avoir à toucher personne, et rasa presque les murs. Il essayait de distinguer s'il ne reconnaissait la tête fleurie de Perséphone, mais en vain. Rien ne lui disait, de toute manière, qu'elle fut vraiment ici.
Plus il marchait, plus il y avait de monde, et moins il supportait ça. La tension et la rage qui émanèrent de lui, étaient palpable. Tellement qu'il préféra s'esquiver loin de la foule dans une rue adjacente, plongée dans l'ombre, que d'en tuer un, deux, ou dix.
Regardant les gens continuer leur vie, dans le fond de l'allée, il pensa à un moment voir quelqu'un ressemblant à sa Déesse à lui. Alors dans le feu de l'action il se tourna complètement en disant :

-Persé...phone

Mais il nom mourut sur ses lèvres lorsqu'il s'apperçu que c'était tout, sauf sa femme.

-Bordel... Faut que je sorte d'ici...

Hadès murmura, comme pour lui même, et tenta de reprendre des forces pour affronter à nouveau la foule. Mais de l'autre côté, de sa position, il perçu un mouvement. Les Ténèbres étaient ses alliées, et il n'avait aucun mal à voir à travers. Ainsi, lorsqu'il vit l'intrus, son corps se mit en tension et il réalisa qu'il n'était ni chez lui, ni dans son quartier. Seulement, si quelqu'un avait le malheur de le toucher... Il lui ôterait la vie pour la déguster.  

Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Messages : 250
Date d'inscription : 05/10/2013
Localisation : Au soleil...
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Lun 24 Mar - 17:19

Râ s'était levé de bonne humeur ce matin malgré le lot de travail qu'il avait. Il devait bien sur s'occuper de sa propre personne, surveiller un tant soit peu ses pairs Egyptiens, tenir compte des avis des uns et des autres jusqu'au soir, sans oublier d'améliorer ses rapports avec les autres mythologies. Le Dieu du soleil devait avant tout voir Thot pour constater l'avancement ou non de son travail, c'était la première choses à faire...Après quelques heures de réflexion sur divers sujets. Le Dieu se servit un verre de vin blanc qu'il apprécia avant de récapituler diverses choses, que ce soit des problèmes où de bonnes nouvelles. Râ avait rédigé quelques annales dans le simple but de se souvenir de tout. Bien sur, tout cela classé dans un ordre parfait. Le Dieu s'arrêta sur un événement, la soirée qui avait été organisée par Dionysos, et Osiris. Râ se souvenait de cette soirée et gardait un mauvais souvenir de la Mythologie grecque dans l'ensemble, ils voulaient combattre pour la gloire et pour le sang. Cette soirée qui s'annonçait bien au début...

Dinoysos avait révélé tout ce qu'il pensait des Dieux, avaient avoués, non sans une certaine satisfaction, que les hommes, des humains se trouvaient sur l'île. Comme pour couronné le tout, il avait tenté d'assassiner Anubis, la soirée avait failli finir en bain de sang, et si plusieurs Dieux et Râ lui-même ne s'était pas levé pour intervenir, la soirée aurait fini en un atroce combat. Osiris avait accueillit la nouvelle comme un coup de poignard, et son activité avait cessée depuis quelques temps, seule Isis tenaient encore les rennes. Sif, l'aide d'Osiris avait été elle aussi profondément déçue, la déesse Nordique ne s'y était pas attendue. La soirée avait donc finit sur une note plutôt mauvaise, pleine de haine et de rancœur. Râ n'avait pas baissé les bras, il n'avait pas cessé de se chercher des Alliés, comme une réponse à sa demande, les Nordiques semblaient de son côté, Maât devant se charger des négociations et du rapprochement, en ce qui concernait les Romains, on en entendait plus parler, quand à l'affaire grecque, Le Dieu de la lumière allait lui même prendre les choses en mains, tout n'était pas perdu.

Râ sortit de chez lui la tête pleine de pensées amères, voir les Grecs étaient une chose, leur parler était une toute autre chose. Le Dieu fila vers la bibliothèque d'Alexandrie marchant seul et en silence. Il rentra dans cet immense bâtiment du savoir et finit par trouver Thot. Le Dieu était occupé à ses recherches et ils bavardèrent peu. La réponse à la Question? Thot n'avait trouvé aucun moyen, et quand certaines solutions semblaient bonnes, elles s'avéraient fort mauvaises. Râ lui parla du problème Grec, le Dieu des scribes lui répondit que la question devrait être abordé au plus vite, le mieux étant de voir Zeus qui semblait être leur dirigeant. Râ sortit en réfléchissant et laissa ses pas le guider. Si lui qui semblait être Roi des Dieux Egyptiens voyait ses droits parfois contré par Osiris ou même Horus, chez les Grecs, c'était encore pire. Entre Hadès, Poséidon, Zeus, et bien d'autres, la lutte était acharné, alors qui avait vraiment le pouvoir, où chaque Grec vivait-il comme il le voulait? Pour certains, sans aucun doute.

Râ releva la tête en entendant du bruit. L'allée des Pharaons, sillonné par des milliers de personnes en tout genre. Des boutiques, des magasins attachants, de belles villas, on trouvait de tout. Le Dieu du soleil se laissa entraîner dans cette foule. Sa chemise blanche brillait au soleil et son Djinn bleu lui donnait une allure détendue. Comme d'habitude, le Dieu glana informations sur informations, mais rien d'intéressant, un marchand qui vend-ci, un tel qui à fait ça. Le Dieu crut alors entrevoir Sobek. Le Dieu du fleuve, Ici? Râ s'aperçut bien vite que ce n'était pas lui, soudain une sorte d'affolement en lui, de la peur? Non, un avertissement. Quelqu'un qui n'était pas un allié de la lumière. Le Dieu s'arrêta et promena ses regards avant de trouver l'intrus, dans le coin sombre d'une rue. Râ s'approcha et crut avoir en face de lui un maître de ce qu'il n'était pas: Les ténèbres.
Un grec, il en était sur, le Dieu ne monta nullement sur ses grands chevaux et vint se placer en face du Dieu, car ça en était un et demanda:

-Vous n'avez pas l'air bien. Souhaitez-vous un rafraichissement? Je suis sur que cela vous détendra, par cette chaleur et cette foule.

Le Dieu du soleil attendit la réponse sans être pressé, le Dieu en face de lui avait un pouvoir, dissuader les gens de l'approcher de trop prés.




Moi, Râ, J'apporte lumiére et chaleur, je lutte contre le froid et l'obscurité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadès
avatar Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Mar 25 Mar - 9:31

Hadès était tendu. Les bruits de la ruelle disparurent, et son regard carmin coulait sur ses joues. Les veines de son cou se firent presque noires, et cette noirceur s’étendit à tout son être. Physiquement, que de petits changements firent leur apparition, sans modifier complètement sa peau, ou ses gestes. Mais maintenant, son aura, son être entier ne trompaient pas. Il était mauvais, noir, maléfique, et étrangement, les quelques brins d’herbes ou forme de vie quelconque se trouvant dans un rayon de soixante centimètres autour de lui, mourut instantanément. Ils se fanèrent, complètement drainé.

Une sorte de bruit, similaire à un grognement, sortie de sa gorge. Hadès ne lâchait pas son opposé des yeux, trop sur la défensive pour s’occuper de ce qui l’entourait. Plus il l’observait, plus il avait l’impression de le connaitre. Puis l’inconnu parla. Sa voix était calme, il avait l’air sage. Dès que son ton retentit, un flash-back apparut dans son esprit, levant le voile sur l’étranger.

-T’étais chez Dyonisos.

Ce n’était ni une question, ni une demande. Il reconnut son regard et son calme, et se rappela le geste fou qu’il avait entreprit, comme un miséreux, à se jeter dans le combat déjà bien engagé. A ce souvenir, de l’âme qui venait de lui passer sous le nez, un sourire en coin, mauvais et mesquin s’afficha sur le visage de l’Enfer.

-Moi qui pensais que mon neveu avait été intelligent pour une fois …


Assez intelligent pour organiser une fête, et  tenter de faire un coup d’état sur les Egyptiens. Tuer des meneurs, dans le but de disperser ces Dieux là.
Détendant ses poings, il croisa les bras, un peu plus serein quant à qui il avait en face de lui. Oh bien sûr, il ne connaissait rien à la mythologie Egyptienne et, plus franchement, avant d’être ici il ne savait pas que d’autres Dieux qu’eux existaient, mis à part ces pâles contrefaçons romaines. Il ne relâcha pas sa garde pour autant, et mieux valait vraiment ne pas l’approcher. Ce type incarnait la mort à lui seul, et tenter quoi que ce soit serait du suicide. D’où le fait que sa vie sociale était égale à zéro.
Mais Hadès ne se suffisait que de lui-même. Ses confrères étaient, pour lui, assez médiocres pour penser un jour « sympathiser » -quelle ironie- avec eux. Tout ce qu’il attendait, c’était les âmes. Le reste n’avait pas de valeur. Les enveloppes charnelles n’étaient que poudre aux yeux.
Se départissent de son sourire il se recula à peine, se dissimulant un peu plus.

-Je n’ai ni chaud, ni soif. Je cherche quelque chose qui, visiblement, n’est pas ici.


Sa femme était à lui. Elle représentait un bien précieux, animé, en qui il avait placé les trois quart de son existence. L’élevé –ou la rabaisser- au rang de « chose » était pour lui aussi stratégique que réel. Ce type n’avait pas l’air de savoir qui il était, et Hadès n’était pas du genre à crier sur les toits son identité. Les gens le découvraient souvent bien assez tôt…

Il sentit rapidement l’air. L’Enfer découvrit l’âme de son partenaire. C’était un Dieu, c’était certain, vu son arôme. Son délicieux arôme… Il se régalait de la vision qui s’affichait dans son esprit, mais préféra rester calme. Ce ne serait pas sérieux de tuer quelqu’un de sang-froid, ici, à côté d’une rue fréquentée, dans un quartier inconnu… N’est ce pas ?
Malgré le même demi-sourire sadique, Hadès ne bougea pas.  Il avait sa fierté, mais il fallait bien avouer qu’il était perdu. Lui et le sens de l’orientation, une grande histoire de discorde.  Mais parmi les images qui lui revenaient de la soirée complètement ratée, il finit par froncer les sourcils.

-Dyonisos avait parlé d’humains ici, sur Némeil. Ils sont venus vous voir ?


S’il pouvait les bouffer… Il appellerait Thor qui les ferait rôtir, avant que, lui, ne les avale tout cru.
Le « vous » désignait les Dieux Egyptiens en général.  Hadès était impulsif, mais lorsqu’il cherchait et voulait savoir quelque chose, il pouvait faire preuve de beaucoup de patience. Poser les bonnes questions, prêcher le faux pour avoir le vrai… Ca lui allait. Il était comme ça.
Encore là, son expression neutre de vacilla pas, et il faisait toujours face à la divinité inconnue en face de lui. Les identités respectives ne furent pas révélées après tout.

Normalement, il ne devrait pas y avoir de problème de confiance, ou quelque chose du genre…


Bonus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Messages : 250
Date d'inscription : 05/10/2013
Localisation : Au soleil...
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Mar 25 Mar - 17:06

Toujours dans l'attente d'une réponse, Râ n'était pas pressé, à vrai dire, il avait le reste de la journée. Le Dieu en face de lui se contracta, mais ce fut sans plus. Le Dieu Egyptien n'appréciait guère les Grecs, mais celui-ci était Différent, peut-être moins hautain, allez savoir, Ce Dieu là était quelqu'un de puissant, mais il ne le montrait pas, et ne s'en vantait pas. Râ sut pourtant que si il le voulait il pouvait menacer grâce à cette force. Force qui était l'opposé de celle de Râ, qui était un Dieu aimant la vie, la créant même, il était la lumière, en revanche, Le grec en face, c'était tout, sauf La vie, il incarnait la noirceur, le mal...La mort. Finalement, le Grec déclara:

-T’étais chez Dyonisos.

A cette déclaration, Râ maitrisa ses émotions, resta maître de lui, mais intérieurement...Ce fut l'affolement. Ce Dieu là, il ne l'avait pas remarqué, quoi de plus dangereux qu'un être que vous n'avez jamais vu mais qui lui vous connait, ou du moins, vous à déjà vu. Râ s'attacha donc au physique de son interlocuteur, Grand, plutôt fort, élancé, il n'avait pas la carrure d'Héphaïstos c'était sur, un visage élégant, et il n'inspirait que la mort. Râ tenta de se souvenir de la soirée, il s'était placé à l'écart pour observer, mais celui-ci, il l'avait zappé, c'est pas vrai, il était aveugle ou quoi?!! Rien à faire, ce Dieu là, il ne l'avait pas aperçu. Râ, fort heureusement, n'étant pas un imbécile décida d'attendre la suite, il finirait bien par savoir après tout. Le Dieu du soleil néanmoins, ne se rapprocha pas de son opposé. Tout en lui, chaque muscles, chaque fibres de son être lui criait de ne pas aller plus loin que...Là où il était déjà, en fait, ça s'appelle une distance de sécurité minimum. L'autre continua:

-Moi qui pensais que mon neveu avait été intelligent pour une fois …

Eh bien voila, Dionysos était son neveu...Ce qui ne faisait guère avancer Râ. Ce-dernier se dit que Thot pourrait toujours l'aider, le Dieu du savoir connaissait sans doute les autres mythologies, un neveu d'un Dieu...De ce Dieu, il y en à pas cinquante des neveux? Si? En tout cas, le Grec devait être en froid avec son neveu, car ce qu'il venait de dire n'était pas vraiment un compliment. La suite ne tarda pas à venir:

-Je n’ai ni chaud, ni soif. Je cherche quelque chose qui, visiblement, n’est pas ici.

Il n'avait pas chaud, étonnant pour un grec. La plupart des étrangers se plaignaient du climat présent sur L'Egypte, dans cette partie de Néméïl, visiblement, ce Dieu ne souffrait pas de la soif, la chaleur, sottises!! Râ ne put que s'interroger un peu plus sur ce Dieu là, il n'avait ni chaud ni soif, et il cherchait quelque chose, dans le quartier Egyptien? Ou alors il s'était perdu. Tout en émettant plusieurs hypothèses, Râ tentait de percer l'individu, il avait une aura semblable à quelqu'un que le Dieu connaissait, avec qui il avait déjà parlé, ou entendu. Mais qui?

-Dionysos avait parlé d’humains ici, sur Némeil. Ils sont venus vous voir ?

Une chose était sur, le Dieu avait bien était présent à la soirée, et il s'intéressait aux humains. Leur voulait-il du mal, ou du bien? Râ savait une chose, il n'avait vu aucun humain, et ces-derniers ne leur avait rendu aucune visite. Pourquoi l'auraient-ils fait après tout? Sekhmet aurait risqué de les manger tout cru, Anubis de les dévorer, Seth de les apeurés, et Râ, il ne savait pas, pas encore. Râ se doutait bien que les humains ne sortiraient pas de leurs cachettes, et le seul en possession de l'information, pour le moment, c'était le neveu du Dieu, Dionysos. Une information pareil, il ne la laisserait pas filer, c'était sur. La présence des humains restaient un facteur majeur d'une probable guerre, alors, mieux valait éviter le sujet, mais quand vous y étiez confrontés... Râ comprit néanmoins une chose, l'individu avait changé de sujet pour récolter ses informations, mais Râ avait une autre idée en tête, il avait pas dit qu'il cherchait quelque chose? Le dieu du soleil répondit alors:

-J'étais en effet chez Dionysos. Quand aux humains, rien par ici, pourquoi viendraient-ils alors qu'ils risqueraient leur peau? Mais il me semble que vous cherchiez quelque chose, peut-être pourrais-je vous aider si vous me disiez ce que vous cherchez.

En même temps Râ sondait l'inconnue, il le testait, mais n'arrivait pour le moment à aucune conclusion.

Réponse bonus:
 




Moi, Râ, J'apporte lumiére et chaleur, je lutte contre le froid et l'obscurité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadès
avatar Messages : 79
Date d'inscription : 06/06/2013
Localisation : Dans mes propres Enfers

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Mer 26 Mar - 9:13

Hadès soupira. Le froid sortit de sa bouche, et à cause du choc de température, la zone se transforma en fumée qui s’envola immédiatement. Son acolyte ne parlait pas des masses, mais l’observait beaucoup. Comme s’il ne le connaissait pas et voulait le découvrir. Le Dieu des Morts ne bougea pas, et regarda la rue adjacente. Il fallait qu’il parte, ce muet lui était inutile, et parler des humains n’avait pas l’air de le bouleverser plus que ça. Peut être que ce n’était finalement pas un Dieu. Seulement une créature ou un Demi-Dieu ? D’ailleurs, lui, fallait qu’il retrouve Cerbère et qui lui apprenne la vie…
Passant une main sur sa nuque, il finit par le regarder lorsqu’il articula trois mots.

-Les humains sont des inconscients. Ils ont été fous de nous jeter de la Terre, et je les pense tout aussi fous pour venir s’aventurer dans nos différents quartiers. S’ils sont ici… C’est qu’ils sont là pour nous.


Croisant les bras, il lâcha une sorte de râle, sans trop ouvrir la bouche

-Non. Ce que je cherche n’est pas ici. Je le sais. Je me suis trompé d’endroit.


Hadès prit une attitude moins tendu et tout à coup beaucoup plus détachée

-Je n’ai plus rien à faire ici.

Ce type n’avait pas l’air d’être une menace, mais peu importait, il valait mieux ne pas rester en terre inconnue. Qui disait inconnue disait ennemi. Mais avant, son esprit sarcastique ne pu s’empêcher de dire :

-Oh ! Et tu as eu beaucoup de courage pour t’interposer lors de la soirée. Qui sait, tu aurais pu mourir. Mais je n’ai pas été assez rapide.


Pour vous tuer tous. Et que vous finissiez chez moi. Et j’aurai pu vous bouffer.
Mais outre ça, quelque chose venait de le faire tiquer.

-J’y pense mais… Pourquoi Dyonisos t’en voulait d’ailleurs ?

Ok, ça faisait clairement le type qui était là pour les informations. D’abord les humains, puis Dyo, mais au final, les intentions de son neveu l’intéressaient beaucoup plus que les trois pélos qui se baladaient actuellement sur leur terre.


Héhé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Messages : 250
Date d'inscription : 05/10/2013
Localisation : Au soleil...
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   Sam 29 Mar - 15:23

-Les humains sont des inconscients. Ils ont été fous de nous jeter de la Terre, et je les pense tout aussi fous pour venir s’aventurer dans nos différents quartiers. S’ils sont ici… C’est qu’ils sont là pour nous.

Voilà la phrase, les phrases qui sortirent de la bouche du Grec. Sur ce point il avait raison, les hommes n'avaient pas trop réfléchis et ils étaient de parfaits inconscient en venant ici. Oui, des inconscients, tous les dieux, ou presque, allaient leur tomber dessus, les faire souffrir, les tuer, les menacer, peut-être certains les aideraient-ils, mais cela rester à voir. Le Dieu en face de lui avait tout à fait raison...Si ils étaient venus déjà sur Néméïl, ils étaient tout aussi capable de venir fouiner dans les quartiers des divinités. " En éspérant qu'il n'aient pas un goût prononcé pour la chaleur" pensa Râ. Mais la dernières phrase du Dieu était tout aussi interessante, et...Vraie. Les humains n'étaient pas là pour un voyage de noces ou un voyage d'affaire, ils n'étaient pas venus non plus pour le tourisme, mais bel et bien pour les Dieux qu'étaient Zeuz, Thor, Anubis, Dionysos, et bien d'autres. Les humains étaient venus chercher quelque chose, et c'étaient les êtres les plus puissants de cette île...Pour le moment. Le Dieu grec continua:

-Non. Ce que je cherche n’est pas ici. Je le sais. Je me suis trompé d’endroit.

Au moins savait-il où il allait, mais le Dieu du soleil n'allait pas le laisser partir ainsi. Ce Dieu lui rappelait vraiment quelqu'un. Râ avait beau cherché dans sa mémoire, mais rien ne vint. Soudain, un éclair de pensée, une bifurcation dans ses réflexions, et il comprit, il avait rencontrer l'homonyme de ce Dieu mais en féminin, et cette déesse n'était autre que Perséphone, Reine des enfers. Si il y avait une reine, pourquoi pas un roi qui serait...Celui-ci, ce dieu se trouvant juste devant Râ, et qui en soupirant n'avait pu laisser échapper de la fumée faute d'un écart de température. Ce n'était pas le Dieu qui avait froid, loin de là, parce que le quartier Egyptien était chaud en plus, mais non, le Dieu n'avait pas froid, il était froid, il était comme la mort. Mais bien qu'il soi la mort, il ne répugna pas Râ, loin de là.

-Je n’ai plus rien à faire ici.


Râ regarda le ciel d'un bref coup d'œil et finit par le laisser continuer:

-Oh ! Et tu as eu beaucoup de courage pour t’interposer lors de la soirée. Qui sait, tu aurais pu mourir. Mais je n’ai pas été assez rapide.

Le Dieu de la lumière fixa le Grec dans les yeux. Il était là, ce Dieu était à la soirée, il aurait pu agir, il ne l'avait pas fait...Pourquoi? Après tout, s'il ne l'avait pas fait il devait y avoir une raison, mais si l'on pouvait ôter la vie à un Dieu, pourquoi attendre? Faire comme l'araignée? Laisser sa proie se débattre jusqu'à ce qu'elle n'ait plus de force pour résister. Belle stratégie en vérité. Finalement, une question sortit de la bouche de l'intrus:

-J’y pense mais… Pourquoi Dionysos t’en voulait d’ailleurs ?

Ah...La belle question, la belle affaire. Si ce Dieu avait pour neveux ce cher Dieu du vin et des fêtes, il fallait avouer qu'il avait droit à des explications, et Râ n'avait pas peur d'en subir les conséquences. Quitte à donner des explications, Râ pouvait aussi pose ces questions...Mais chaque chose en son temps.

-Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le cas des humains, mais passons là ce sujet, Dionysos m'en veut parce que je me suis dressé contre lui et ses projets. Seul problème pour lui, de nombreux Dieux étaient dans mon camp, la soirée s'est certes finis sur une note amère, mais pas dans un bain de sang comme il l'aurait voulu lui et quelques autres, tel Eris.

Râ n'avait pas besoin d'approfondir les choses, le Dieu en face de lui comprendrait très bien que si Râ n'était pas avec Dionysos, c'était parce qu'il était partisan de la paix. Avec les hommes comme problème en plus de ceux déjà présent, il était inutile de rajouter sur ce merveilleux tas d'embrouilles, d'ennuis et de soucis, une guerre divine où beaucoup risquait de perdre la vie. Et tant qu'à faire, Râ préférait la conserver. Après tout, si certains voulaient savoir ce qu'il y avait après la mort, libre à eux d'aller le découvrir, lui il restait en vie, il préférait cette optique. Le dieu du soleil finit par dire:

-Tu me fais penser à quelqu'un que je connais, une déesse en revanche, elle à le même aura que toi, mais moins puissant que le tien, il s'agit de Perséphone. Une charmante personne. En revanche, une question me taraude, pourquoi es-tu resté neutre dans cette soirée?

Passer d'un sujet à un autre, changer de dialogue, embrouiller la personne, et vous obteniez des révélations. Râ ne voulait aucun mal à ce dieu, au contraire, il commençait à l'apprécier dans ses réponses courtes, sa méfiance, un dieu qui ne faisait confiance qu'en lui-même, un dieu capable. Le dieu de la lumière finit par lâcher:

-On ne peut faire confiance qu'à soi-même aujourd'hui, je suis d'accord avec toi.




Moi, Râ, J'apporte lumiére et chaleur, je lutte contre le froid et l'obscurité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il n'y a que les Hommes pour croire en les Dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Avant la reconstruction-