Partagez | 
 

 Revenge | Dio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Revenge | Dio   Lun 23 Déc - 11:29

Je bouillonnais, littéralement, plus mon esprit se portait sur la débandade de la soirée entre dieux et plus je sentais mon être crier vengeance. J’avais beau avoir réfléchi, je peinais à trouver un moyen convenable de faire payer au dieu l’affront qu’il m’avait fait. Mais je n’étais pas assez stupide pour me jeter dans la gueule du loup sans avoir mijoter un plan digne de ce nom. Au fond, je ne souhaitais toujours pas croire à ce qu’il avait fait. Ce n’était pas tant son coup qui m’avait blessé mais davantage la façon dont il s’était servi de moi pour atteindre Anubis. Il connaissait nos liens, m’avait utilisé pour l’atteindre et je n’acceptais pas d’être une simple objet dans sa conquête de pouvoir. Autant dire que ma fierté était atteinte de la plus sinistre manière.

Pendant des jours, je l’avais suivi au camp humain, je l'avais observé quitter sa demeure pour y revenir qu’à la tombé de la nuit. Peu m’importait où il allait du moment que je pouvais accéder à sa maison sans le moindre problème mais je relevais avec un certain plaisir que le dieu semblait fuir, d’une certaine façon, le quartier grec pour se cloîtrer avec ses hommes qu'il semblait tant aimer. Puis j’avais traîné les jours suivants dans le quartier nordique et m’étais dégotée une sorte d’élixir capable d’affaiblir n’importe quel dieu l'espace de quelques heures, au moins n'aurais-je pas à me soucier de sa force surhumaine. Autant dire que j’avais payé le prix fort et que j’avais du …emprunter de l’argent à Anubis mais cela était vraiment le cadet de mes soucis.

Puis le jour j était enfin arrivé, je l’avais observé une dernière fois s’éloigner du lieu et j’étais rentrée pour verser dans un pichet de vin qui trônait sur une table le contenu de l’élixir. Puis attendant la tombée de la nuit, j’avais fini par me faufiler sous son lit, attendant patiemment qu’il rentre de son escapade comme il le faisait chaque jour. Il ne tarda pas, j’entendis la porte claquer et je sentis un frisson d’excitation monter le long de mon dos, tandis que le moment que j’attendais allais enfin arriver. Je vis ses pas se rapprocher de moi, l’entendis se verser un verre de vin comme prévu et m’appliquais à retenir ma respiration pour ne pas trahir ma présence.

Je patientais attendant qu’il se couche et attendit une autre heure que le poison ait fait effet que j’entende le sommeil lourdement l’emporté. Je me faufilais alors de sous ma cachette, avant de me poser à califourchon sur lui. Je sortais la dague de son fourreau avant de la poser sous sa gorge tandis que ses yeux embrumés par le sommeil finirent par s’ouvrir.

« Je ne te réveille pas j’espère ? » dis-je avec un léger sourire, puis j’enfonçais davantage la lame dans sa gorge jusqu’à laisser une goutte de sang filer dans son cou.

Je l’observais, je sentais que je n’arriverais probablement pas à le tuer tandis que je me rappelais notre proximité lors de notre première rencontre. Comme pour faire un clin d’œil au pas que nous n’avions jamais franchi je vins poser mes lèvres sur les siennes, mordillant sa lèvre inférieure, regard toujours planté dans le sien sans pour autant enlever la dague qui trônait sous son cou. Je finis par me redresser avant d’asséner de façon plus froide :

« Tu as quelques secondes pour tenter de t’expliquer, sans quoi ma main devrait se faire beaucoup moins légère. »
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Lun 23 Déc - 13:51

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi



Le dieu grec était fourbu ; les journées s’enchainaient et ne se ressemblaient pas, enfin pas totalement. Il passait ses matinées, avant les heures chaudes, à aider les humains à bâtir les dernières maisons, ou à faire les gros œuvres qu’ils ne pouvaient pas faire sans machines modernes, comme forer, briser des roches, arracher des arbres… c’était fatiguant, mais il se sentait utile, et au moins, ça l’évitait de penser à sa vengeance. L’après midi, il la passait à la bibliothèque d’Alexandrie, soit seul, toujours affairé à trouver les failles de la mythologie égyptienne, soit avec Arya, l’humaine dont il tombait chaque jour un peu plus amoureux, sans trop savoir si cela venait de sa gémellité avec son ex femme, ou de son caractère explosif et plein de surprise. En tout cas, ses journées étaient bien souvent remplies et il était content le soir de retrouver son lit, dans sa maison. Une maison, lui le nomade, qui l’aurait cru ? la seule fois où il avait eu une maison, c’était quand il était marié, donc il y a très, très longtemps.

Il rentra ce soir là fourbu, courbaturé et, machinalement, il se dirigea vers la table de sa pièce unique, et se servit un verre de vin, qu’il but cul sec, ne prenant même pas le temps de savourer le gout et le tanin d’une boisson pourtant de qualité. Il ôta ses chaussettes, desserra son pantalon et jeta son haut en boule dans un coin sur un tas de linge. Il lavera ça plus tard, il était fatigué. Il s’étira, faisant craquer sa colonne et ses épaules, puis s’allongea, torse nu, sur son lit. Les nuits étaient encore douces et lui permettaient de dormir encore sur les draps. Tant mieux car, faute d’assouplissant ici, ils grattaient comme du poil de chèvre. Il trouva le sommeil rapidement, sagement allongé sur le dos, la respiration si faible qu’on aurait pu le croire mort. Il avait toujours eu le sommeil très lourd, même enfant, et avec la fatigue c’était encore pire. Il ne sentit même pas Néthi lui grimper dessus, et n’ouvrit un œil qu’à partir du moment ou la lame froide de la dague se posa sur sa gorge. Il ne sursauta pas, heureusement d’ailleurs, car le tranchant de la lame était si effilée qu’il lui aurait lacéré la peau sans aucune difficulté. Mais là, il était étonnamment groggy, et mit bien une bonne vingtaine de secondes à comprendre ce qui se passait, clignant des yeux avec un air un peu bête. Il ne se réveilla vraiment que lorsque la jeune femme vint mordre sa bouche, ce qui eut la propriété de le sortir de sa torpeur : cette odeur de sable chaud, cette voix moqueuse … Néthi ! que faisait elle là, chez lui ? pourquoi la dague, pourquoi le tuer ? Les pièces du puzzle se remettaient en place lentement : ah oui, la vengeance. Il aurait du se douter qu’elle allait revenir lui demander des comptes un de ses quatre. Mais avec son installation chez les humains, sa rencontre avec Arya, il avait été un peu … pris, et tout cela lui était sorti de la tête. C’était bien fait pour lui tiens. Mais maintenant, il fallait qu’il se sorte de ce mauvais pas, tout seul.

Il jaugea la créature du regard, alors qu’il sentait le sang chaud couler sur sa peau nue, jusqu’au creux de son cou. Voulait elle vraiment le tuer ? elle ne tuait pas les hommes fidèles normalement, mais est ce que sa trahison le rendait « infidèle » à ses convictions, ou à ses promesses, ou un truc du genre ?  Il fallait qu’il trouve un truc, et très très vite, apparemment il n’avait que quelques secondes. Il attrapa la jeune femme par les cheveux et l’attira vers lui, la plaquant contre lui. Bizarrement, il eut l’impression d’avoir plus de… mal, à la serrer contre lui, comme si ses bras étaient engourdies. Il n’était pas totalement démuni de force, mais il avait une poigne … normale, pour un homme de sa carrure, rien d’exceptionnel. Rien de divin. Il n’eut pas le temps d’y reflechir qu’il porta ses lèvres à celle de néthi, l’embrassant sans aucune retenue, comme si il avait fait ça toute sa vie. Ils avaient ça en commun, de pouvoir distinguer plaisir charnel et attachement, et Néthi était une femme magnifique, qu’il ne lui déplaisait pas du tout d’embrasser. Et surtout, c’était assez imprévisible pour que ça décontenance une peu la jeune femme.

-hum … C’est un bon début d’explication ?


Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Mar 24 Déc - 17:05


Alors que je menais clairement le jeu, avec ma dague plaqué sous son cou et son pouvoir envolé, Dionysos réussit quand même à me surprendre en m’attirant à lui, m’embrassant de manière ardente, baiser que je lui rendais sans me faire prier. Il avait beau avoir réussi à me surprendre, j’en étais pas pour autant déstabiliser, j’avais déjà beaucoup trop usé de cette technique pour me laisser avoir. Après tout, la séduction n’était-elle pas ma meilleure arme ? En tout cas, elle ne m’avait jamais laissé tombée. Mieux encore, j’avais observé Dionysos usé des pires stratagèmes et je le savais capable de n’importe quoi pour se sortir d’un mauvais pas. Je reculais alors la tête, une fois que ses lèvres eurent quitté les miennes et le détaillais avec un léger sourire.

« Je m’attendais à mieux… »

Alors, la lame quitta son cou pour venir frôler le haut de son torse, appuyant un peu plus fort ci et là sans jamais entailler sa peau. Je me demandais ce que j’allais faire de lui, le tuer ? Ca allait contre mes convictions même si l’envie était bien là, lui faire du mal ? Lui faire regretter son geste ? Sûrement. Je soupirais faisant la moue, montrant clairement que mon avis sur son sort n’était pas arrêté.

« A quoi tu t’attendais en m’utilisant ainsi ? A ce que je te remercie ? »

Dis-je le regard froid, plein de reproches. Il me devait des explications et je n’allais certainement pas me laisser berner par ses jolies gestes de pardon. Pourtant, une autre chose accapara mon attention, quelque chose qui ne m’avait pas sauté aux yeux tout de suite mais qui à la longue avait déclenché comme des signaux. J’arquais un sourcil, avant de  laisser un véritable sourire moqueur s’afficher sur mes traits puis je partis d’un grand éclat de rire.

« Mon dieu Dionysos, tu empestes l’humaine. »

J’étais capable de distinguer son odeur doucereuse, la faiblesse de ce signal m’indiquait pourtant que le pas entre eux n’avait pas été franchi mais il était suffisamment présent pour me chuchoter que le dieu la voyait souvent. Très souvent. Et du peu que je connaissais Dionysos, il n’était guère homme à faire autre chose que passer à l’acte et je l’imaginais mal faire la cour aussi longuement à une demoiselle. A moins qu’elle soit importante pour lui. D’un air plus séduisant je me rapprochais un peu de lui avant de chuchoter à son oreille.

« Justifie ton geste de l’autre jour et peut être que je pourrais t’aider à l’oublier… Vois les choses en face, elle ne doit pas être très intéressée pour te faire languir ainsi…»
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Sam 28 Déc - 22:35

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi



Bien que le baiser ne suffit pas à décontenancer la jeune femme, il eut au moins la qualité de briser la tension entre eux. Il se doutait bien qu’elle n’allait pas se faire avoir avec un tour aux ficelles aussi grosses, mais il flattait l’égo surdimensionné de la créature ainsi. Il le savait, parce que lui-même était du genre assez égocentrique pour apprécier ce genre de démonstration désinvolte. Il la laissa jouer avec son arme sur son torse, ne la quittant pas des yeux. Il ne se sentait pas faible mais … cotonneux ; il avait l’impression que la force avait déserté ses muscles, le rendant ridiculement … humain. Il marmonna quelque chose en araméen, qui lui vint spontanément. Il n’avait donc pas perdu ses pouvoirs dans la nuit, en tout cas pas tous, c’était déjà ça. Cette disparition venait elle d’une facétie de l’île ? avait il faché une entité supérieure ? ou alors… Néthi l’avait elle drogué ? Il ne savait même pas quelle hypothèse était la plus plausible mais en tout cas, il était clairement en position de faiblesse ce soir. Il devrait faire profil bas, les fanfaronnades ne seraient pas de mise ce soir …

- Je ne m’attendais à rien de moins que ce que tu es en train de faire à présent. J’envisageais même de devoir me séparer d’un doigt, d’un orteil ou d’une oreille pour faire amende honorable, mais je suppose que je suis un peu plus extrême que toi …

Il se tut un moment, se demandant comment il pouvait justifier son comportement auprès de la jeune femme. Il avait été un véritable mufle et il en était conscient, et se justifier ne changerait pas grand-chose : il n’était pas vraiment excusable, et la colère de néthi était plus que légitime. Il ne chercha donc pas à se défendre plongeant ses yeux clairs dans ceux de la jeune femme:

- Mon comportement ce soir là n’est ni justifiable, ni excusable, et j’en suis conscient. Pour être tout à fait honnête, ma haine envers Osiris, Anubis et tous ses dieux-rois m’a fait sortir de mes gonds, et m’a fait perdre prise et, malheureusement, tu étais la prise la plus facile pour atteindre ma cible. Je sais que j’aurais du m’en tenir au plan initial, ou au moins te prévenir, mais j’ai voulu rendre ça le plus crédible possible. Et malgré tes talents d’actrice, tu n’es jamais plus convaincante que lorsque tu es spontanée, alors j’ai pris le risque. J’assumerais mes fautes sans m’en dédouaner, et si tu considères que l’affront ne peut être lavé que par le sang, et bien je mourrais dignement, et pas en me cachant derrière une excuse comme le font les autres. * il esquissa un petit sourire* après, si tu me dis qu’il y a une autre façon d’expier ma faute, je suis prêt à donner de ma personne …

Il tordit le nez alors que Néthi lui riait au sien, se sentant presque coupable de ne pas avoir pris un douche pour se laver de l’odeur d’Arya. Mais l se reprit, songeant que Néthi était une créature surnaturelle : la moindre effluve, elle la captait, et surement ne sentait il pas l’odeur douce et sucrée de l’humaine. Aussi bien, il restait simplement un de ses cheveux sur son épaule, ou l’odeur de sa peau contre la sienne quand elle lui avait fait la bise pour lui dire au revoir. Autant de minuscules, risibles contacts qui pourtant étaient autant de preuves… de preuves de quoi, d’ailleurs ? Le fait qu’il fréquente Arya le rendait il coupable de trahir Arianne ? Etre veuf le détachait il de ses vœux de fidélité ? il supposa que non, puisque Néthi ne lui avait rien reproché quand ils s’étaient rencontrés après ses ébats avec un centaure… alors la chaste compagnie de l’humaine ne pouvait pas lui causer de tort…Si ?

- Je le répète, je ne peux rien justifier, j’ai perdu le contrôle et me suis laissé aller à mon péché le plus délicieux. L’Excès. J’ai voulu les secouer un peu tous, mais de toutes évidences, ils sont tellement bœufs qu’ils n’ont vu que le coup d’éclat sans prendre la peine d’en comprendre les enjeux. Alors la seule chose que je peux faire,c'est te demander pardon, et me tenir à présent éloigné de tes affaires. C’est pourquoi je suis ci, avec les humains. Je vais voir les créatures aussi parfois, mais j’évite les dieux en général. J’ai de plus en plus de mal à m’identifier à eux, nous ne sommes vraiment, vraiment pas pareils. Et concernant l’humaine …

Il lui fit un baise main, lui rendant son regard aguicheur avec la même intensité :

- Je suppose qu’il faudra plus que quelques sarcasmes pour me la faire oublier, et surtout … Cela ne fera que me rappeler un peu plus que ni elle ni toi n’êtes miennes … alors il faudrait se montrer particulièrement persuasive …


Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Dim 29 Déc - 16:43

Je l’observais soupçonneuse, me demandant bien quelle attitude adopter, l’écoutant attentivement tenter de se justifier et enchainer sur ma proposition avec le même regard aguicheur. Faisant la moue je me relevais, le laissant libre de ses mouvements et descendais du lit avant de faire quelques pas dans la chambre, semblant chercher le pour et le contre, distinguer le vrai du faux. Pouvais-je croire ce que Dionysos disais ? Après l’éclat de l’autre jour, je n’étais plus sûr de rien, tout le monde savait que la trahison était la pire chose à me faire et que je n’étais pas du genre à pardonner facilement. Je m’appuyais contre la porte, le regard rivé sur Dionysos qui commençait à se redresser sur le lit tandis que je jouais d’une main à l’autre avec ma dague. Ce que je ressentais pour lui n’avait absolument rien de romantique, rien de sentimentale, j’avais juste ressenti une sorte de connexion, une admiration pour sa cause, comme un chef à qui j’avais voué ma loyauté. Le problème c’était que l’homme m’avait trahi, s’en prenant à la seule personne à qui je…tenais et cette pensée me fit grimacer, je n’aimais guère l’emprise qu’Anubis avait sur moi. Reportant mon esprit sur Dionysos, j’avais fais quelques pas pour me rapprocher de lui et me rasseyais sur le lit. Je soupirais doucement, le couvant d’un regard désolé avant de saisir sa main et de la planter à l’aide de ma dague sur la petite table de chevet qui trônait à côté du lit. Je gardais une main sur le manche, voulant l’empêcher de la retirer tant que je n’avais pas dis tout ce que j’avais à lui dire, je posais l’autre main sur sa joue, caressant sa peau et le forçant à me regarder dans les yeux.

« Sache Dionysos que je n’apprécie guère qu’on me trahisse et que je peux me révéler…assez extrême malgré ce que tu peux penser… »

J’observais le dos de sa main sur laquelle ruisselait du sang avec un léger sourire puis approchais mes lèvres de l’oreille du dieu en y chuchotant :

« Tu sais que j’aurais été capable de tuer n’importe qui pour toi…et tu as choisi de t’en prendre à la seule personne qui…compte pour moi »

Et de nouveau ce verbe m’arracha une violente grimace, sans retirer la dague je finissais enfin :

« Trahis moi encore une fois et je peux t’assurer que je m’occuperais de ta petite humaine et que tu n’auras pas d’autres choix que de l’oublier… »

L’humaine ne m’avait rien fait mais pour servir mes desseins j’aurais été capable de n’importe quoi, la torturer en lui faisant jurer de ne plus jamais voir le dieu ? J’en étais capable. Raconter les pires mensonges à son sujet ? Aussi. Si je ne pouvais la tuer j’avais bien d’autres idées en tête, que je serais ravie d’exécuter si Dionysos me portait une nouvelle fois préjudice. Puis enlevant la dague de sa main, mon visage se fit plus doux, le couvant presque des yeux tandis que j’essuyais le sang de ma dague sur ma robe :

« J’espère que cela aura été assez persuasif pour toi… »
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Dim 29 Déc - 17:13

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi



La lame qui s’enfonçait comme dans du beurre dans la chair de sa main, se plantant presque jusqu’à la garde, le fit jurer de douleur. Il avait beau avoir une résistance physique hors du commun, il n’en était pas moins sensible à la douleur, et ça, ça faisait très mal. S’il  comprenait que la jeune femme n’eut pas apprécier la gifle, ce ne fut pas cela qui le surprit le plus : l’aképhalos … Tenir à quelqu’un ? à Anubis en plus ?! et à un point tel qu’elle était prête à se mettre un dieu qu’elle savait dangereux à dos ? Car de tout évidence, il était plus dangereux pour elle de se mettre Dionysos en défaut qu’Anubis, ce chiot qui lui mangeait déjà dans la main. Si le dieu grec n’était pas un meurtrier en puissant, il était bien plus enclin à la violence et aux débordements qu’Anubis, et ça elle aurait du le savoir. Cette reflexion tira un rictus à la fois douloureux et moqueur, alors que sa main était secouée de spasmes dus à la friction de la lame contre ses nerfs :

- Mais c’est trop mignon … une femme trompée qui s’entiche d’un vieux garçon qui n’a pas réglé son oedipe en plusieurs millénaires… ça ressemble à du shakespeare tiens …

Il roula des yeux alors qu’elle le menaçait clairement de s’en prendre à Arya s’il se servait à nouveau d’elle d’une quelconque manière que ce soit. Il décida d’appuyer où ça fait mal, alors qu’elle retirait lentement la dague de sa main, et qu’il ferma ses doigts comme pour vérifier si ils étaient tous en état de fonctionner.

- La question est plutôt, aurais je véritablement un intérêt quelconque à travailler encore avec toi si tu es en réalité aussi … influençable ? j’avais aimé ton esprit libre et ta ligne de conduite jusqu’au boutiste, mais si au final, tu es prête à abandonner tes convictions pour quelques battements de cils d’un homme … C’est que tu n’es pas aussi indépendante et inébranlable que tu veux bien le fanfaronner à qui veux l’entendre … Enfin bon, je trouverais surement d’autres personnes qui, elles, vont jusqu’au bout de leur convictions, et qui ne s’arrêtent pas à des considérations purement … sentimentales…

Etait il injuste ? évidemment qu’il l’était, mais c’était un peu la règle du jeu. Il s’était excusé, avait expliqué son point de vue, il n’allait pas non plus se rouler par terre pour lui demander pardon. S’il n’était pas un etre particulièrement fier, il n’était pas un pleutre non plus, et Néthi serait une adversaire comme les autres si il le fallait, même s’il était affaibli. Il n’en demeurait pas moins un dieu, avec une expérience millénaire et un don pour la crapulerie. Par ailleurs, il avait préféré ne pas soulever sa nouvelle référence à Arya. Non qu’il ne s’en soucia, bien au contraire, mais réagir serait donner une nouvelle preuve à néthi de l’importance qu’avait l’humaine à ses yeux, et il n’aurait pas supporté qu’elle s’intéresse de trop près à l’innocente humaine. Si il y avait un probleme, cela se ferait entre elle et lui. D’un air indécemment insolent, il lui désigna de sa main ensanglantée et involontairement tremblante la porte de sa chambre :

- Voilà voilà, j’ai bien compris le message, si je veux m’occuper d’anubis, je le ferais sagement de mon coté, et je te laisserais roucouler à ton aise. Maintenant si tu veux partir je ne te retiens pas.


Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Dim 29 Déc - 18:35

Evidemment qu’il avait appuyé là où ça faisait mal. C’était tout lui. Il avait cette capacité à insister sur le point qui pouvait me mettre le plus en rogne, et, si ce soir j’avais misé sur la douleur physique, Dionysos, lui, excellait dans la douleur morale. Je le regardais d’un air courroucé, mais la colère était davantage concentrée sur moi-même que sur lui. Parce qu’au fond il avait raison. Parce que cet attachement était contraire à tout ce que j’avais souhaité c’est-à-dire : la chute des dieux, au pouvoir de punir les plus grands infidèles de l’histoire. Quel était mon intérêt à défendre Anubis, qu’est ce que j’y gagnais ? A part de devenir faible ? Excédée, je me relevais prestement, rangeais la dague dans son fourreau avant de faire les cents pas. Je m’appuyais contre le mur face à Dionysos tandis qu’il me montrait la porte de sortie.

« Ne dis pas ça. Tais-toi ! » Hurlais-je le doigt pointé sur lui.

Il avait réussi à m’atteindre, à trouver le malaise qui subsistait entre mes deux personnalités qui semblaient de jour en jour se ressembler davantage. Faible. Non, je ne devais pas l’être. J’avais été créé pour être forte, redoutable. Je n’étais pas amoureuse, jamais je ne le serais. Anubis était rien ou tout du moins essayais-je de m’en persuader.

« Tu parles mais tu n’es pas si différent.  Tu es là à te cacher comme un lâche, traînant avec une humaine alors que tu devrais être en train de monter ta vengeance. Qu’est ce que tu attends ? A moins que tu n’ais peur ? Que tu préfères rester tranquillement avec ta douce humaine au camp ? » Sifflais-je mauvaise.

Je le défiais du regard, ignorant royalement son doigt pointé vers la porte. Mais plus mon regard restait posé sur le dieu et plus il se radoucissait. Je ne pouvais m’empêcher de vouloir faire partie de son plan, malgré le dieu égyptien et mes sentiments à son égard, ma vengeance était ce qui comptait le plus à mes yeux et il fallait que je la suive tant que je le pouvais encore. Je restais silencieuse, bras croisés, me demandant comment arranger les choses, comment de nouveau être ralliée à sa cause et déclarais :

« Je t’ai dis que j’allais t’aider et contrairement à toi je tiens paroles…Tu sais que mon seul but est de faire tomber les infidèles et que je veux tout autant que toi mettre fin à leur règne. »

Je me rapprochais du lit, m’asseyant à ses côtés avant de planter mon regard décidé dans le sien.

« Je crois que nous avons tous les deux été détournés de notre but. » dis-je doucement avant de saisir sa main blessée et de déposer un baiser dessus. « Je peux encore t’être utile tu sais… »
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Dim 29 Déc - 22:24

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi



Le grec soupira, contemplant sa main mutilée alors que la créature lui criait dessus. Il était fatigué et, malgré sa véhémence, n’avait pas tant envie que ça de se disputer avec Néthi. Elle était une alliée de première heure, le genre de personne qu’il avait toujours aimé fréquenter, avec ses traumatismes, ses démons personnels, sa lutte intérieure. Elle était une héroine digne des pièces de théatre qu’il inspirait aux dramaturges, et, au final, elle était tout aussi dans le vrai que lui, et il n’avait pas grand-chose à lui reprocher. Peut-être était-il allé un peu fort, comme à son habitude quand on le piquait. Sauf que, pour une fois, il lui faudrait s’adoucir et accepter qu’il n’était pas la vérité incarnée et qu’il était, en somme, lui aussi un être imparfait et faillible. Il songea amèrement que, finalement, lui aussi avait tendance à l’oublier de temps en temps, c’était risible.

D’un geste qui se voulait bien plus doux, il prit la main de la jeune femme pour l’attirer contre lui. Il était assis, adossé à sa tête de lit, et installa la jeune femme entre ses jambes, l’enlaçant de ses bras et posant son menton sur l’épaule de la jeune femme, enroulant sa main sanguinolente dans les draps pour éviter de tacher ses vêtements.

- De toute façon, je n’y arriverais pas sans toi, c’est sur *dit il d’un ton plus calme, presque résigné* . Mais il va falloir que l’un comme l’autre on empêche l’autre de tomber dans ses … travers.

Il posa un baiser sur l’épaule de la créature, réfléchissant à ce qu’il pouvait ou non lui dire. Si il voulait regagner sa confiance il fallait qu’il lui donne quelque chose en échange, c’était le deal. Lui donner de quoi le tenir en respect, des informations assez importantes pour qu’elle puisse avoir une certaine main mise sur lui, et retrouver un rapport d’égal à égal indispensable à leur collaboration. Il tordit le nez, un peu réticent à l’idée de s’ouvrir comme ça. Mais il n’avait pas bien le choix de toute façon.

- Elle s’appelle Arya. L’humaine que tu as senti. Elle fait partie des pionniers qui nous ont suivi dans notre exil, et elle … Elle est la copie conforme d’Arianne, ma femme. Enfin, celle qui fut ma femme il y a plusieurs millénaires … Sauf qu’elle, elle ne m’avait jamais vu de sa courte vie de mortelle.

Voilà, la bombe était lachée, et Néthi n’aurait surement aucun mal à envisager les tenants et les aboutissants du problème, et les troubles que cela pouvait entrainer dans l’esprit déjà bien dérangé du dieu grec. Elle qui avait elle aussi vécu d’autres traumatismes conjugaux, cette histoire lui évoquerait peut être quelque chose et avait un peu de chance, attirerait un peu de compassion. Il continua avant qu’elle puisse faire le moindre commentaire, le regard fixe sur le mur en face, et sa main valide caressant le bras de la jeune femme sans qu’il y fasse vraiment attention.

- Elle m’obsède complètement. Je n’arrive pas à savoir si elle est une espèce de … réincarnation d’Arianne, si elle est un piège, une sorte de sirène néméilienne que l’on aurait mis là pour me détourner de mon but … Je ne sais absolument pas à quoi m’en tenir, et c’est particulièrement frustrant.



Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Mar 31 Déc - 15:27

Mes yeux se perdaient dans le vide, semblant voir au-delà du mur de la chambre. La tension qui avait régné entre Dionysos et moi s’était peu à peu relâchée et j’étais soulagée de voir que malgré nos mésententes nous étions capables de passer outre, nous focalisant davantage sur notre but commun que sur les erreurs que nous avions commises. Deux caractères explosifs, passant de la colère au pardon en un rien de temps, deux personnages instables en somme. Mais le soulagement avait laissé place à l’inquiétude après la bombe que Dionysos venait de lâcher. Une réincarnation de sa femme ? Je ne voyais rien de bon en cela. Si elle était vraiment cette Ariane ne viendrait-elle pas mettre un terme à la volonté de vengeance que Dionysos fermentait ? A quoi bon faire la guerre si l’homme retrouvait son aimé, et je n’étais pas sans savoir que c’était l’assassinat d’Ariane par Artémis et Zeus qui avait surtout été à l’origine de la rébellion du dieu de l’excès. Pire encore si l’humaine n’était qu’un leurre, une tromperie, le dieu ne devrait-il pas craindre pour sa vie ? L’éclat de l’autre jour à la fête aurait très bien pu être la cause de nouvelles représailles, représailles ayant pris forme humaine.

Les doigts du dieu caressaient lentement mon épaule et je ne pus réprimer un léger soupir. Il semblait que malgré nos efforts les sentiments s’invitaient toujours dans nos vies emportant avec eux toutes nos bonnes résolutions et amenant son lot de souffrances. Tout était tellement plus simple avant Némeil, ma vie se limitait à traquer et tuer, rien à penser, personne pour qui s’inquiéter, l’instinct pur et dur, et il fallait avouer que dans ce genre de situation cette autre vie me manquait. Au lieu de ça, j’étais là dans les bras d’un dieu ressentant de la compassion, un mot qui m’était auparavant inconnu, à m’imaginer ma réaction si mon ancien époux…non plutôt l’époux de l’autre être habitant ce corps venait à débarquer sur Némeil. Autant dire que par pure préservation je chassais bien rapidement cette idée pour me reconcentrer sur Dionysos. Mais par où commencer ? Comment soulager son esprit tourmenté ?

« Je ne pense pas que ça soit Ariane. » débutais-je, cependant ma voix était peu certaine et je m’empressais de continuer. « Ne crois-tu pas que, si il s’agissait vraiment de ta femme, je l’aurais senti ? Si la mort avait levé tes obligations envers elle, je suis certaine qu’une résurrection les aurait restitués et je l’aurais senti. »

Plus je parlais et plus ma voix s’affirmait, comme si je me persuadais moi-même des propos que j’avançais. Je me redressais un peu, avant de me décaler pour lui faire face à nouveau puis posais une main sur sa nuque pour l’attirer vers moi et poser de nouveau mes lèvres sur les siennes un bref instant. Puis je m’éloignais un peu pour planter mon regard dans le sien :

« Rien pas le moindre petit tressaillement d’excitation à l’idée d’ôter ta vie » dis-je avec un léger sourire rieur.

Contrairement à mes autres proies, tous mes radars restaient silencieux mais cela était loin de me rassurer car après tout si il ne s’agissait pas de sa femme, qui était cette étrange humaine ? Un piège, j’en étais presque certaine. D’une voix sûre, mon regard n’ayant pas quitté le sien, ma main caressant toujours sa nuque, j’affirmais pour le convaincre :

« Elle pourrait se révéler dangereuse Dio, oublie là. »
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Mer 1 Jan - 12:30

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi





Les paroles de néthi ne lui plaisaient pas bien sur, mais malgré tout, il savait que ses paroles étaient pleines de bon sens. Arya, malgré tout le délicieux trouble et les espoirs qu’elle lui apportait, ne faisait que le détourner de ses ambitions pour cette ile. Pire encore, sa présence lui faisait oublier sa haine pour les grands, lui faisait oublier l’assassinat d’Arianne. Et cela n’était pas acceptable. Il devait venger la mort de son innocente femme, il devait réveiller les consciences. Il devait changer les choses, et Arya n’allait pas dans ce sens. Elle ne le connaissait pas vraiment, elle ne savait pas grand-chose de lui. En définitive, Néthi était bien plus au courant de ses démons que quiconque sur cette île. C’était elle, son allié de choix, sa partenaire. Il allait falloir qu’il s’y fasse et s’y conforme pour être digne de sa tache et de son soutien, peu importe le tourment qu’il aurait de s’éloigner d’Arya. Il soupira, encore, rendant son baiser à néthi, la regardant d’un air infiniment triste :

-Tu as probablement raison … Mais ce n’est pas facile …Pas facile du tout…

Elle avait l’air si sure d’elle qu’il paraissait peu probable qu’elle se trompe. Son don était implacable, il n’y avait aucune raison qu’il échoue pile à ce moment là. Le dieu se sentait à la fois déçu et un peu soulagé. A sa manière, la créature lui avait apporté des réponses aux questions qui le taraudaient depuis maintenant plusieurs semaines. Ces révélations lui permettraient d’avancer, de penser à autre chose. Il secoua la tête, comme pour se réveiller d’un mauvais rêve.

-Je ne pense pas qu’elle soit dangereuse en elle-même… C’est une humaine, elle est jeune et pleine d’entrain … Mais si la nouvelle se répand qu’elle est mon talon d’achille, la situation risque de devenir délicate, pour elle comme pour moi … L’idée que des humains soient éliminés par représailles contre mes agissements ne me plait dejà pas, mais si en plus c’est elle … J’aurais l’impression que l’on assassinerait Arianne une seconde fois. Je ne suis pas sur que ma sanité y survivrait …

C’était triste à dire mais vrai. Revoir le corps mutilé d’une Arya le ferait tomber inexorablement dans la folie. Il devait rapidement écarter cette idée, sinon la conversation risquait de tourner court, et lui risquait la crise d’angoisse. C’était le moment de s’intéresser un peu plus à Néthi, et d’oublier un peu son nombril. Il demanda doucement à la jeune femme, s’installant plus confortablement en tailleur :

-Et toi alors ? quel est le … problème, avec Anubis ? C’est que l’une d’entre vous l’apprécie et l’autre non ? ou qu’au contraire les deux sont sous son charme…

Etrangement, la question était très neutre, il n’avait pas souligné sa haine pour le dieu égyptien, ni même la complexité de la situation. Il ne voulait pas que Néthi se sente « fautive » de la situation. Il avait été suffisamment désagréable peu de temps avant, et là, avec le poison qui était à présent totalement opérationnel dans son sang l’avait vidé de toute pulsion agressive …



Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Mer 1 Jan - 22:22

Oui je me doutais que ça ne serait probablement pas facile pour Dionysos d’oublier cette sorte de fantôme de son passé mais il n’avait guère d’autre choix et c’était ce qui se révélait le plus sage à faire. Même si le dieu semblait persuadé qu’elle n’était qu’une humaine, je me promettais intérieurement de veiller au grain et de tenter d’en savoir un peu plus sur cette mystérieuse jeune femme. Au fur et à mesure que Dionysos avait parlé d’Arya, j’avais placé ma main dans la sienne comme signe de réconfort, je n’avais plus rien à répondre à ce sujet. Je savais que ma remarque avait fait chemin dans son esprit et qu’il prendrait maintenant les décisions qui s’imposent à lui et j’espérais que ses choix seraient les bons.

Malheureusement pour moi, alors que j’avais plutôt compté sur mon absence totale d’aveux au sujet d’Anubis, le dieu grec commença à m’interroger sur le sujet. Bien embêtée, je me mordais la lèvre inférieure réfléchissant à comment formuler les choses, à les nommer alors que dans ma tête tout était un joyeux bordel.

« Les deux sont atteintes… Disons qu’il m’a…nous a accueilli chez lui alors qu’il savait pertinemment que j’étais une meurtrière, il a encouragé l’autre, l’a soutenu et à force de le voir ainsi s’occuper d’elle, j’ai du …vouloir être à sa place et ce sentiment a été encouragé lorsqu’il a pris ma défense face à toi l’autre jour. Il savait pertinemment que c’était moi…enfin la créature et pourtant il m’a défendu. »

C’était vraiment plus difficile à avouer que ce que j’aurais pu penser. Tout ce que je voulais à présent c’était que Dionysos comprenne ma position, après tout j’étais un monstre sanguinaire qui se découvrait des sentiments après des millénaires, qui découvrait le besoin de se sentir apprécié par quelqu’un, soutenu. Je continuais alors, pensive :

« Enfin la seule bonne nouvelle… c’est que maintenant qu’Anubis a vu mes bons côtés, j’espère sincèrement qu’il ne veut plus me faire disparaître comme il le projetait tant avec l’autre…»

Choquée par mes propres paroles, par cette vérité qui me revenait de nouveau en pleine figure, je détournais alors le regard, incapable de voir les yeux de Dionysos. Ce que je venais de dire semblait totalement ridicule, comment avais-je pu m’enticher de quelqu’un qui voulait ma perte ? Comment pouvais-je être certaine que le plan d’Anubis, à mon égard, avait véritablement changé ? Après tout il était possible que je me sois faite rouler purement et simplement, que tout cela ne puisse être qu’une supercherie pour endormir mes soupçons.

« Au moins c’est clair, je suis aveugle et ridicule... » dis-je en soupirant, secouant la tête.

J’aurais pu en avoir les larmes aux yeux si seulement je ne m’étais pas appliquée à tant les refouler. J’avais tellement honte de cette pseudo innocence, tout ceci ne devait être qu’un plan c’était obligé. Je rajoutais alors avec un triste sourire :

« …Et peut être que mes jours sur Némeil sont comptés au final. »

Car après tout, jamais je n’avais jamais fait part à Dionysos de la possibilité que je me fasse éradiquer de ce corps, pour que le dédoublement causé par Némeil soit effacé et que la Néthi humaine retrouve de nouveau possession, seule, de cette jolie tête, se débarrassant entièrement de l’aképhalos, de moi en somme.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Mer 1 Jan - 23:49

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi






Dionysos écouta sagement l’aképhalos parler sans l’interrompre, respectant ses silences, ses intonations, ses douleurs. Elle était l’une de personnes les plus complexes qui lui ait été donné de rencontrer : elle était extrêmement forte, déterminée, et pourtant, cette force était la réminiscence d’une fêlure qu’elle n’avait jamais pu soigner, celle d’une femme trompée dont le pardon n’avait jamais été délivré. Sa relation avec Anubis était complexe, pire, elle n’était pas totalement de son fait. Quelle frustration cela devait être de ne pas être totalement maitre de ses mots, de ses gestes et de ses sentiments, de partager son corps avec une femme qu’elle n’appréciait même pas.

Il découvrait par la même occasion une autre facette d’Anubis, une facette plus humaine, moins … rigide. Il n’était pas ce monstre de droiture et de justice qu’il affichait si souvent en public. Il avait accueilli en âme et conscience une meurtrière chez lui, prit soin d’elle, tout en sachant pertinemment qu’il n’aurait pas le dessus sur son caractère vengeur. Pourtant il composait avec ses deux personnalités antagonistes, et semblait les accepter, d’une certaine façon. Cette révélation laissait le dieu grec songeur, alors qu’il tenait toujours les mains de son amie dans les siennes. Peut être que l’égyptien n’était pas totalement à jeter, après tout. Il y avait de quoi méditer à cela, mais cela manquait de vin ici pour ça pour l’instant.

- Je peux te promettre une chose Néthi … Jamais, tu m’entends, Jamais je ne laisserais Anubis te chasser de ton corps … quand bien même tu prenais son partie, tu restes la première personne à laquelle je me suis ouvert sur cette île, et tu as bien plus de valeur à mes yeux que quiconque ici … tu as la force et les qualités d’une déesse, bien plus que certaines véritables divinités d’ailleurs, tu peux me croire. * il sourit* Avec moi à tes cotés, tu as peut être le plus instable, mais aussi le plus entier des alliés. Si il faut que je fasse barrage de mon corps, et bien je le ferais. Tu n’es ni idiote, aveugle ou ridicule. Tu ne l’as jamais été et tu ne le seras jamais. J’en ai l’intime conviction.

Il lui baisa les mains et, un peu embarrassé de ne trouver d’autres mots pour la réconforter, sauta à pieds joints hors du lit, pour chercher quelque chose dans la commode.

- Il faut que je te montre quelque chose, ça devrait te plaire !

Il fouilla dans son argenterie, pour ramener deux verres, qui tremblaient dans sa main mutilée et encore fragile, et une carafe d’eau fraiche de sa main valide. Il se rassit en tailleur, versant l’eau avec application dans les deux verres translucides.

- Attention, ça va aller très vite…

Il posa la carafe par terre, tendant les verres à Néthi pour qu’elle les tienne et, d’un air concentré, passa sa main droite au dessus du premier verre, puis du second. En quelques instants, l’eau se troubla et, dans un frémissement, prit une couleur rubis, une robe sombre, et le délicat parfum du raisin fermenté. Il lui offrir un sourire de gamin :

- Je me suis rendu compte que j’arrivais à nouveau à faire ça ! fini les piquettes absolument infects de Néméil, à nous les grands crus terriens, les bordeaux, les vins blancs italiens, les bizarreries californiennes ou australiennes… il me suffit de choisir quel cepage je veux et tadam … du vin digne de ce nom pour trinquer à un partenariat insoluble !

Il fit tinter son verre contre le sien, goutant à la boisson délicatement sucré, dont l’équilibre des saveurs était sans égal sur l’ile. Quel bonheur c’était pour lui de retrouver ces saveurs si ardues à dénicher sur cette terre sauvage. Il alla chercher une goutte de vin qui lui échappait à la commissure de ses lèvres, puis reprit, jovial :

- Pour fêter cette réconciliation, je te propose un petit travail d’équipe ! il s’avère que Mégara, la nymphe si connu de la mythologie grecque, l’ancienne femme d’Hercule, est présente sur l’île ! Elle possède un don absolument indispensable a nos projets, celui de soigner les blessures physiques * il agita les doigts de sa main perforée*. Elle est totalement paumée pour l’instant, et donc une … recrue parfaite pour nos plans … Nous pourrions … l’entreprendre, tous les deux ? cela pourrait être marrant !



Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Jeu 2 Jan - 13:33

J’adressais à Dionysos un sourire reconnaissant, je voyais à son regard qu’il était sincère et que notre collaboration comptait autant à ses yeux qu’aux miens, malgré l’éclat de l’autre jour et nos dérives personnelles. Je lui chuchotais un merci, incapable d’en dire davantage car après tout je n’étais pas du genre à m’épancher sur ce que je ressentais mais j’étais certaine que Dionysos devinait  très bien à quel point ses paroles m’avaient touchée.

Rapidement le dieu se leva pour fouiller à la recherche de je ne sais quoi, m’installant un peu mieux sur le lit je l’observais sortir deux verres et de l’eau, j’arquais un sourire en me demandant bien ce qu’il avait derrière la tête. Qu’est ce qui pouvait me plaire là dedans ? Dubitative, je me décalais un peu pour lui laisser de la place pour se rassoir et fixa mes yeux sur les deux verres remplis du liquide translucide. Qu’est ce que je devais bien regarder ? Je ne savais si c’était davantage sur les verres ou plutôt sur le liquide que je devais me concentrer mais rapidement un bouillonnement attira mon attention sur le liquide et l’eau translucide finit par emprunter une couleur rubis des plus attirantes. Surprise, je relevais la tête avec un grand sourire avant d’entrechoquer mon verre avec le sien. Dionysos semblait ravi et j’avoue l’avoir été aussi en sentant le liquide sur ma langue. Il n’y avait effectivement pas d’égal à ce vin sur Némeil. Néanmoins cette nouvelle capacité souleva quelques questions dans mon esprit :

« Un nouveau pouvoir ? Serait-il possible que les dieux retrouvent leurs dons au fur et à mesure du temps passé sur Némeil ? »

Car je ne pouvais que m’inquiéter devant la possibilité que Zeus, Jupiter, Osiris et Odin redeviennent tous puissants. Après tout c’était déjà le second pouvoir que Dionysos récupérait. Mais le dieu grec ne sembla pas s’en formaliser et enchaîna sur la nymphe Mégara. Je la connaissais encore que de nom de par ma rencontre avec Hercule, je savais qu’elle était effectivement une possible recrue de part sa haine envers Héra. Mieux encore, si nous faisions rejoindre Mégara à notre cause, elle serait un autre argument pour qu’Hercule nous rejoigne lui aussi mais la nymphe devait, pour l’instant, être le centre de nos attentions. Je ne peux m’empêcher d’afficher un sourire malicieux quand Dionysos me montre sa main et je le cache rapidement en buvant une nouvelle gorgée de mon verre.

« Effectivement, ce don pourrait se révéler utile. J’ai déjà rencontré son époux par la même occasion… » et je m’empressais de rajouter avec un sourire « …et il est exceptionnellement encore en vie. Il faudra jouer sur sa haine envers Héra, rien de très compliqué à raviver considérant que la déesse est l’investigatrice de la mort de sa progéniture… Pas le genre de chose qu’une femme oublie si rapidement. »

Et avec un léger sourire, je dégustais une nouvelle gorgée de vin.
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Jeu 2 Jan - 19:03

Privé

Revenge


Dionysos & Néthi



Il savoura son verre dans un ronronnement félin avant de répondre à la question de Néthi. Evidemment, elle ne pouvait pas être au courant du secret de la fontaine, il ne savait d’ailleurs même pas qui savait, en dehors de lui. Il déglutit, avant d’expliquer :

- Hum, il y a une fontaine, dans le quartier grec, qui des propriétés… étranges… l’eau a des propriétés curatives et parfois, lors des pleines lunes quand on se baigne dedans… enfin pour ma part, j’ai retrouvé certains de mes pouvoirs. En fait, les pouvoirs que j’utilisais le plus sur terre, en y réfléchissant bien. Mais je ne sais rien de plus. Je ne sais pas si ça ne marche qu’avec moi, si c’est tout le monde, si c’est illimité etc… juste que pour moi ça a marché, deux fois …

Il haussa les épaules, signe qu’il n’y avait jamais sérieusement réfléchi. Il en avait profité, c’est tout. Mais la question de la créature était pertinente, et il se pencherait sur le sujet un peu plus tard.
Il sourit un peu plus alors qu’elle semblait adhérer à son idée. Elle lui expliqua alors qu’elle avait déjà rencontré son ancien mari, Hercule. Lui-même n’avait pas vu son demi frère, oui encore un, mortel, depuis leur débarquement sur Néméil. Il avait vaguement entendu parler de lui, et cela ne le surprenait qu’à moitié qu’il soit là. Ils n’avaient jamais été spécialement proches, mais l’avoir dans ses rangs pourraient être déterminant. Cependant, il n’était pas au courant des fréquentations sur l’île d’Hercule, et il espérait ne pas s’y prendre trop tard. Monsieur muscle était de genre chevalier blanc, mais le libre arbitre lui manquait parfois. Enfin, souvent.

- Je pense aussi. De plus, en tant que nymphe, elle devrait avoir une plutôt bonne image de moi, ayant été élevé auprès de ses siennes. Elle m’a fait part il y a peu de son envie de se distraire et de prendre du bon temps … ne serait ce pas l’occasion de l’embarquer dans une petite soirée traquenard, à la fin de la semaine ? on lui met des étoiles plein les yeux, on lui vend du rêve… pour mieux lui vendre la vengeance derrière …

Son sourire se fit plus malicieux, presque dangereux, alors que ses méninges commençaient déjà à élaborer son plan de conquête :

- Avec ton charme et ta persuasion, et mon sens de la fête, elle ne devrait pas être impossible à convaincre… et au pire, ce sera toujours une occasion de s’amuser !

Il étouffa un bâillement. La nuit était à présent bien avancée et les émotions fortes commençaient à avoir raison de lui :

- Alors, tu es partante ?



Créditsimage 1 : créateur | image 2 : créateur
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   Dim 5 Jan - 13:58

L’histoire de la fontaine me laissa dubitative, serait-il possible qu’un tel objet magique existe et ne fonctionnait-il qu’avec les dieux ? Je me pris à imaginer retrouver vitesse, force et invincibilité mais secouait rapidement la tête, il ne valait mieux pas rêver, je me renseignerais sur cette histoire plus tard. En attendant, il fallait espérer que cette révélation ne s’ébruite pas trop, il serait désagréable de voir les dieux retrouver davantage de force.

Je ne pu m’empêcher de rire en entendant le mot employé par Dionysos pour décrire notre volonté de mener la nymphe dans notre camp. « Traquenard » voilà qui était délicieusement bien choisi. Un peu d’alcool, de sous entendu, de mots bien placés, quelques sourires amicaux et le tour serait joué j’en étais certaine. Je n’avais guère fréquenté de nymphe encore, mais elles étaient des créatures comme moi –bien que beaucoup moins dangereuses il fallait que je l’accorde-  et avec Dionysos qui en était, de part son enfance, un véritable expert, j’étais presque persuadée de la réussite de cette soirée. Un sourire ravie, pendu aux lèvres j’étais déjà impatiente d’y être, simplement parce que ces derniers temps mon esprit n’avait guère été dédié à l’amusement. Lâcher prise me ferait du bien et si ça pouvait ramener la jolie nymphe de notre côté, cela serait encore mieux.

« Evidemment que je suis partante, quelle question ! M’as-tu déjà vu refuser une occasion de m’amuser ? » Je secouais négativement la tête donnant moi-même la réponse à la question que j’avais posée et après un arrêt je continuais « Prends donc contacte avec elle et tu n’auras qu’à me faire parvenir le jour et l’heure, que ce soit moi ou l’autre qui ait le message, j’aurais l’information et je m’arrangerais pour être là. »

Parce qu’après tout il y avait toujours le risque que l’autre soit aux commandes ce jour là mais il était certain que je serais prête à tout pour le regagner si c’était le cas. Après tout, j’étais plus forte qu’elle, enfin je l’espérais. Sans un mot, je m’installais auprès de Dionysos me calant dans ses bras sans vraiment lui demander si je pouvais rester là pour la nuit mais je me voyais mal rentrer chez Anubis à cette heure tardive.

« Bonne nuit » murmurais-je en souriant, avant de fermer les yeux et de m’endormir presque aussi tôt.


Les heures passèrent rapidement et c’est un rayon de soleil qui me tira du sommeil, j’ouvrais difficilement les yeux et balayais la pièce du regard. Où étais-je ? Pourquoi était ce si habituel de me retrouver dans un autre lit que le mien, j'étais fatiguée de ces tours joués par le monstre et de ces surprises matinales. Je mis quelques minutes à me remettre en mémoire ce que la créature avait fait hier, et soupirais avant de me retourner rapidement et de dévisager la personne endormie auprès de moi. Dionysos. Je me levais prestement du lit, perturbée de découvrir enfin cette personne que je n’avais eu l’occasion de voir qu’à travers les yeux…du monstre. Je restais quelques secondes debout au milieu de la pièce à l’observer, sans savoir exactement quoi ressentir à son sujet. Il aurait du être un ennemi, après tout n’avait-il pas cherché à tuer Anubis ? Pourtant je ne ressentais pas la moindre once de haine à son égard, soupirant devant la complexité des choses je préférais fuir cette possible rencontre et m’éclipsait de sa demeure.

Fin du rp pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Revenge | Dio   

Revenir en haut Aller en bas
 

Revenge | Dio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-