Partagez | 
 

 Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Mar 26 Nov - 17:27

Après avoir filé, de façon peu glorieuse de la fête, j'étais restée à réfléchir dans les ruelles du quartier égyptien avant de trouver refuge sur la plage. Mon lieu privilégié. La presque-trahison de Perséphone m’avait déçue et l’attaque de Dionysos m’avait pour le moins blessé. J’étais perdue dans ses ressentis que je ne devrais absolument pas avoir. J’étais un monstre. Une créature sans foi ni loi, pas la simple petite humaine. C’était l’autre la faible, pas moi. Il fallait que je me rendurcisse de nouveau, que j’empêche les sentiments de l’autre de prendre le pas sur moi. Tout ce dont j’avais besoin c’était du sang, des cris, de la vengeance. Et pour cela, il allait falloir que je brise un peu plus l’humaine qui était tapie au fond de mon être. Mais comment l’atteindre ? J’avais pu apercevoir son estime pour Anubis grandir de jour en jour, comme ses sentiments à son égard d’ailleurs. Je soupçonnais le pire et étais certaine que ce regain de confiance de Néthi envers un homme était la cause principale de mes faiblesses à moi. Il fallait que je mette fin à ça. Que Néthi redevienne aussi insignifiante et silencieuse qu’avant, et pour cela j’allais devoir briser la confiance qu’elle avait envers Anubis.

La solution toute trouvée, je me dirigeais vers la maison du dieu et y pénétrait à pas de loup. Me faufilais dans le couloir, imperceptible avant de pénétrer dans la chambre où l’égyptien semblait assoupi. Il était là allongé sur son lit, yeux clos. Je n’étais pas certaine qu’il dorme vraiment mais sa respiration calme et apaisée suffit à me convaincre. Je restais quelques instants à l’observer, persuadée que mon plan pouvait tout à fait marcher si on repensait à la façon dont il m’avait défendu un peu plus tôt. Je finis par m’allonger doucement à ses côtés et j’attendais patiemment qu’il sente ma présence et ouvre les yeux.

« Merci pour toute à l’heure. » Lâchais-je dans un murmure, avant de laisser ma main glisser le long de son torse avec un léger sourire.

Je le savais capable de me repousser mais je ne me laisserais certainement pas faire. Peu d’hommes m’avaient résisté et Anubis n’en ferait pas parti. Il fallait que je redevienne forte, froide. Il fallait que je mène mon plan à exécution.
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Lun 2 Déc - 7:04

Néthi & Anubis



Cette soirée avait été un massacre. Après quelques temps à trainer dehors, j’avais fini par retrouver le chemin de ma maison, trop épuisé pour continuer ma ronde. J’avais pris une longue douche chaude, comme pour me laver de cette soirée malsaine, avant d’aller me mettre dans mon lit. Je pensais que le sommeil ne viendrait pas, mais je m’assoupis presque immédiatement, comme épuisé par les évènements qui avaient précédé …

Mon sommeil fut de très courte durée, car il n’était pas profond lorsque je sentis une main se glisser sur mon torse. J’ouvris les yeux, pris de court par cette sensation étrange. Néthi était à côté de moi, et le simple fait qu’elle soit allongée sur mon lit me permis de savoir à qui j’avais affaire.

ANUBIS « Néthi … »

Elle me remercia de l’avoir protégée, le sourire aux lèvres. Je clignai des yeux pour sortir définitivement du sommeil, repoussai sa main et dit sans réfléchir …

ANUBIS « Ce n’est pas pour toi que je l’ai fait. »

Aussitôt, je me sentis comme le plus grand des abrutis. Elle était venue là, pour me remercier, et moi je l’envoyais balader. N’était-ce pourtant pas un signe de bonne volonté de sa part ? Et puis, ce n’était pas tout à fait vrai, ce que je venais de lui lancer. Je pensais qu’elles étaient toutes les deux une part de Néthi, parts que je me devais de rassembler. Je secouai la tête et me penchai sur le côté pour lui faire face, trop épuisé pour me relever.

ANUBIS « Pardonne moi … Cette soirée de fou … A eu raison de mes bonnes manières, ce qui n’excuse pas la dureté de mes mots. Et d’ailleurs je n’en pense pas un mot.

Je voulais qu’elle comprenne que je n’étais pas l’ennemi ici, que je ne lui voulais pas de mal. Et puis, c’était notre toute première conversation sur l’île, si on supprimait le passage « somnambule » qui ne pouvait définitivement pas être compté comme une conversation … Je ne pouvais pas faire de ce début un si mauvais départ …

ANUBIS « Je suis conscient que ça a dû être difficile pour toi ce soir, de ne pas participer à ce bain de sang … Et je suis heureux que tu aies choisi l’auto-préservation et que tu sois rentrée saine et sauve. »

Je pris une profonde inspiration. Ca allait. J’étais content de la tournure de cette soirée après tout. Si cela avait permis de mettre l’Aképhalos un peu plus en confiance, je n’aurais finalement pas complétement perdu ma soirée. Malgré tout, j’étais épuisé. Je la gratifiai d’un sourire d’excuse avant de la chasser gentiment.

ANUBIS« Maintenant si tu veux bien m’excuser, cette soirée m’a épuisé, et j’aimerais essayer de dormir un peu. On pourra parler de tout ça demain si tu en as envie ? Bonne nuit Néthi.»

J’étais content, et un peu fier aussi. J’avais hâte que Néthi se réveille au matin, tout en sachant que son double n’avait tué personne et s’était peut-être même un peu adoucie. Elle qui craignait sans cesse que l’Aképhalos ne s’en prenne à moi pouvait être rassurée … Non ?




ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Mar 3 Déc - 20:57

La première phrase qui sortit de ses lèvres m’avait refroidit sur le champ, je sentis tout mon être ce tendre devant cette méchanceté gratuite et eu presque envie de sortir ma dague pour tenter de lui inculquer les bonnes manières. Mais à la place, je ne pris qu’une longue respiration, tentant de canaliser ma fureur. Mon plan valait beaucoup mieux qu’une mort froide et douloureuse. Et je vis par la suite que garder mon calme avait été une décision bénie, déjà Anubis se reprenait voulant certainement encore passer pour le sympathique garçon auprès de « l’autre », de l’humaine quoi. Si seulement il savait, si il savait comment j’avais tout prévu pour que rien ne se passe jamais entre eux, pour que jamais il m’arrache de ce corps, me réunifie avec l’autre. J’étais très bien comme j’étais : forte et n’accepterais jamais de ne faire de nouveau plus qu’un avec elle. Il se tourna vers moi, s’excusant de ces propos, je pris une petite moue vexée comme pour lui montrer que j’avais été effectivement blessée.

« Tu devrais savoir depuis le temps que ma vie passe bien avant celle des autres… »

Il aurait été inutile de lui raconter des mensonges, autant la jouer franc jeu. J’étais une créature, presque un animal doté d’un instinct de survie très développé, ce n’était pas pour rien que j’étais resté en vie des milliers d’années. Je pris un air un peu contrit, comme si j’allais lui avouer quelque chose dont j’avais profondément honte avant de continuer :

« Et pourtant quand j’ai vu que Dionysos s’en était pris à toi…ça m’a fait quelque chose. Enfin je ne suis pas sûr de ce que c’est mais…ça m’importait tu vois ? »

Je n’avais jamais été habituée à ça, il y avait eu beaucoup trop de sentiments ce soir et il fallait les effacer le plus vite possible, cependant j’étais suffisamment maline pour les utiliser une dernière fois pour gagner la confiance d’Anubis car j’étais certaine qu’il savait que ce que je racontais était la vérité même si au final je faisais cela pour mieux lui jouer un tour par la suite. J’empruntais un regard qui aurait pu faire pitié à n’importe qui quand je l’entendais me demander de regagner mon propre lit et tentais le tout pour le tout :

« Allez s’il te plaît, après ce que j’ai vécu ce soir et pour me remercier de mon comportement tu pourrais me laisser dormir là ! Tu sais je suis très gentille quand je le veux… »

Et avec un petit sourire malicieux, je me hissais rapidement sur Anubis à présent à califourchon sur lui. J’approchais mon visage du sien, pouvais sentir son souffle sur ma peau.

« Tu es sûr que tu es fatigué ? » murmurais-je avec un demi-sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Jeu 5 Déc - 11:20

Néthi & Anubis



Lorsque je regardai Néthi, elle semblait avoir été … vexée par mes propos. Je m’en voulu un peu, tout en essayant d’analyser ce détail … Mais je fus déçu de la conclusion que j’en tirai. Ce n’était pas vraiment un sentiment que je voyais là, mais plutôt un trait de caractère : la fierté. Elle m’affirma que sa vie passerait toujours avant celle des autres, qu’elle se protégerait coûte que coûte, et bien que je ne fus pas surpris, j’appréciai sa franchise. Et là encore elle m’étonna. Je cru percevoir cette fois un vrai sentiment, une vraie tendresse pour moi, lorsqu’elle confessa avoir eu peur pour moi ce soir. Je plongeai mon regard dans le sien pour y déceler de la moquerie, ou du mensonge … Mais rien. Elle paraissait vraiment sincère, et une part de moi aurait voulu croire que nos siècles de travail ensemble avaient quand même signifié quelque chose … Elle m’arracha un petit sourire avant que je ne lui demande de partir. Evidemment, cette sorte de … « gentille complicité » ne pouvait pas durer.

Elle me lança un drôle de regard, et bien qu’elle pensait surement cacher à merveilles ses émotions, je pouvais dire à son œil brillant qu’elle avait une idée derrière la tête. Je gardais mes yeux sur elle en attendant la sentence lorsqu’enfin elle tomba : elle voulait dormir avec moi. Enfin, c’est ce qu’elle prétendait, car à sa façon d’être, un aveugle aurait vu que dormir n’était pas vraiment ce qu’elle avait en tête. Avant même que je n’ai eu le temps de soupirer, elle était déjà à califourchon sur moi. Elle semblait déterminée. Malgré moi je souris … Devant ma naïveté. C’était trop facile et trop beau pour être vrai, mais je m’étais laissé croire qu’elle pouvait être sincère. Mais malgré tout, j’avais du mal à comprendre ce qu’elle faisait ce soir, dans ma chambre, sur moi, à vouloir coucher avec moi. Je veux dire, bien sûr c’était son « truc ». Elle faisait ça au petit-déjeuner : coucher avec un homme, puis le tuer. Mais je n’étais pas infidèle … Je n’avais même jamais été marié.

Je la regardai un instant, si proche de moi, et je me rapprochai encore un peu. Elle était très belle, mais je ne l’avais encore jamais vu en action … Ce qui expliquai sans doute que je n’avais jusqu’alors pas compris comment elle faisait pour attirer tant d’infidèles dans sa couche. La distance entre nous était si faible que je n’eus même pas à me rapprocher pour l’embrasser.

D’une main j’emprisonnai sa nuque et plongeai plus profondément dans ce baiser, tandis mon autre main s’agrippait à sa cuisse, remontant doucement vers le haut … Jusqu’à ce que je trouve l’objet de mon désir. D’un geste précis et rapide, je m’emparais de sa dague avant de la repousser et de me lever d’un bond. Elle ne serait surement pas contente que je me sois joué d’elle ainsi sachant que c’était plutôt son rôle mais … Aux grands maux les grands remèdes ! Je pivotais instantanément pour lui faire face, et agiter la dague sous son nez.

« Tu n’en auras pas besoin ce soir. »

J’inclinai la tête et fronçai les sourcils, comme si cela allait m’aider à comprendre quelque chose à ce cerveau dérangé qui était là devant moi.

« Je ne te comprends pas Néthi. Je sais comment tu procèdes … Tu couches avec un homme et ensuite tu le tue. Mais je ne suis pas marié, je ne l’ai jamais été, je n’ai jamais même eu de vraie relation. Je n’ai donc jamais trompé qui que ce soit … Alors pourquoi ? »

Je soupirai et levai les yeux au ciel. Quelle soirée de merde …

« Quoiqu’il en soit si tu veux me tuer, attends ton tour … Apparemment vous êtes nombreux à faire la queue pour le faire. Bon sang Néthi … Qu’est-ce que tu cherches à prouver ?»







ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Sam 7 Déc - 18:03

J’avais peine à croire qu’Anubis ait pu faire le premier pas, et pourtant c’était bien ses lèvres qui s’étaient posées sur les mienne, sa main qui s’était posé sur ma nuque tentant de me rapprocher de lui. Intérieurement je jubilais, j’aurais cru que ça serait plus difficile d’attirer Anubis mais apparemment un homme restait un homme, dieu ou non. Je glissais mes mains dans ses cheveux, renforçant ma prise sur lui, tandis que je sentais sa main remontée sur ma cuisse. Mais l’instant fût de courte durée, ainsi que ma joie. Je fûs rapidement repoussée sur l’autre côté du lit et je restais quelques temps bouche bée, sans comprendre avant que mon regard se pose sur Anubis qui s’était levé, tenant à la main ma dague. J’arquais un sourcil attendant ses explications, je n’étais pas en colère, simplement vexée d’avoir été une deuxième fois repoussée. Je savais pertinemment que j’en aurais pas l’utilité ce soir, si j’avais voulu tuer Anubis j’en aurais eu l’occasion des milliards de fois, je levais les yeux au ciel avant que mon regard se perde dans le vague tandis qu’il continuait de parler. Apparemment il ne me comprenait pas, ne savait pas à quoi je jouais, pensais que je voulais le tuer. Je soupirais, avant de me mettre dos à lui, allongé sur le côté face au mur. Je restais quelques instants silencieuse, refusant de lui répondre. Mon cerveau marchait à toute allure pour trouver une solution pour retourner cette situation. J’avais bien fais de me retourner, le dieu ne pouvait ainsi pas voir mes émotions et c’est toujours cacher à ses yeux que je finis par lâcher, la voix emplie de tristesse. Après tout, même dans ma vie humaine j’avais été une très bonne comédienne.

« Parce que pour toi, je n’ai le droit de faire ce genre de chose que pour tuer des infidèles ? »

Je ne pu m’empêcher de me féliciter intérieurement, là je repoussais les limites de la ruse. Je rajoutais un peu d’émotion dans ma voix, la rendant tremblotante, et me disais qu’il était impossible que le dieu ne se fasse pas avoir, tandis que je forçais mes yeux à se remplir de larme, pensant à quelque chose de triste pour enlever toute trace de victoire de mon visage. Je me retournais, me redressant par la même occasion pour m’assoir face à lui.

« Ca serait comme dire à une prostituée qu’elle n’a pas le droit de faire l’amour, tu te rends compte ? »

Et je sentis une larme roulée sur ma joue. Sans que je veuille me l’avouer je savais pourtant que tout n’était pas qu’une comédie et que le malaise que je ressentais était bien réel. Sans lui laisser le temps de répondre, je continuais :

« On a travaillé des siècles ensemble, si j’avais eu des sentiments à l’époque ça aurait compté et tu le sais. Mais aujourd’hui, j’en ai, je les ressens et tu es là à me repousser comme si je n’avais pas le droit à un peu d’affection ? »

Je le regardais avec déception avant de lui murmurer :

« Je te trouve bien injuste… »

Et soupirant je me rallongeais et me retournais face au mur avant de chuchoter, sachant pertinemment qu’il m’entendrait :

« Tu m’aurais demandé ma dague, je te l’aurais donné. »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Dim 8 Déc - 16:25

Néthi & Anubis



Lorsque Néthi me tourna le dos pour se mettre face au mur, je me préparais plus ou moins au pire. J’étais conscient qu’elle était fière avant tout, et j’étais intimement persuadé qu’elle n’en resterait pas là. Se tourner ainsi ne pouvait vouloir dire qu’une chose : elle préparait son prochain mouvement. Après un temps pendant lequel je la fixai, tendu mais prêt à réagir si elle s’avérait dangereuse, elle brisa le silence. Elle me demanda si elle n’avait le droit de faire ce genre de chose que pour tuer les infidèles … Et bien que ma lucidité me dise que c’était une nouvelle ruse et qu’elle essayait de m’attendrir, cette question resta un instant dans mon esprit. Pour une raison ou une autre, je n’avais jamais envisagé que Néthi puisse avoir des désirs. Pour moi, elle était un morceau de la douce Néthi, une partie qui la protégeait en tuant les hommes qui auraient pu lui faire du mal. Une partie sans émotions.  Mentir n’étant pas dans ma nature, je confessais mes pensées.

« C’est en effet ce que j’ai toujours cru. »

Inutile d’en dire davantage ou de prétendre que j’étais désolé d’avoir pensé cela. Après tout, c’était elle qui agissait ainsi, elle qui m’avait amené à tirer cette conclusion. J’étais un dieu rationnel ; et j’avais jusqu’ici cru ce que j’avais toujours vu. Toutefois, je fus frappé par son visage lorsqu’elle se tourna vers moi. Elle … pleurait. Ca, c’était une émotion. Sa voix tremblait, ses yeux reflétaient la douleur, douleur que j’avais provoquée. Peut-être étais-je trop sentimental, mais je me sentis immédiatement mal d’avoir sous-entendu qu’elle n’était qu’une tueuse sans émotions. Après tout, je savais pourquoi elle faisait cela … Elle avait eu sa part de souffrance. Et ce n’était pas une petite part …

Mais elle continua. J’en eu le souffle coupé lorsqu’elle se compara à une prostituée. Malgré tout ce que je pouvais penser, je ne supportais pas l’idée qu’elle ait une si basse opinion d’elle-même. Mais avant que je n’aie pu accorder plus d’attention à cette déclaration, elle enchaina à nouveau avec une autre révélation surprenante. Elle ressentait quelque chose pour moi, une forme … D’affection. Et elle ne comprenait pas que je ne lui rende pas. Cette affirmation me fit l’effet d’une douche froide. Je ne l’avait pas vu venir … Je la fixai un instant, cherchant l’ombre d’un sourire ou d’un regard amusé qui aurait pu traduire le fait qu’elle se jouait de moi, qu’elle s’amusait à mes dépends. Mais dans ses yeux, je ne voyais qu’une âme fragile, blessée. Moi, dieu de la justice, j’avais laissé mon affection pour son double me tromper. En effet, trop attaché à libérer « ma » Néthi de sa double personnalité, j’avais jeté la pierre à cette Néthi qui se tenait sous mes yeux sans penser une seule seconde qu’elle puisse elle aussi être en souffrance. Ou me faisais-je simplement manipulé ? Tout était si confus … Je ne savais plus quoi penser. Lorsqu’elle affirma que j’étais injuste, mes yeux s’écarquillèrent. Si j’avais laissé mon orgueil prendre le dessus, j’aurais pensé qu’elle me manipulait vraiment. Après tout, quel meilleur moyen que de faire douter le dieu de la justice que de lui dire qu’il était injuste ? Mais le monde ne tournait pas autour de moi, et je compris ce qu’elle tentait de faire … Me blesser. Comme je venais de la blesser. Et pour ça, je ne pouvais pas la blâmer.

Finalement, elle lâcha mon regard pour s’allonger, et alors que j’entendais sa respiration se calmer, je l’entendis ajouter qu’elle m’aurait donné la dague si je lui avais demandé. A cet instant, je fus sûr qu’elle me disait la vérité. Je ne remettais même pas cela en question … Elle m’aurait donné cette fichue dague. Je baissais les yeux, honteux. Je devais me rattraper. Je ne pouvais pas la laisser comme ça, avec cette image d’elle, image que je lui avais imposée. Mais j’étais tiraillé, terriblement. Que dirait Néthi si elle me voyait tenter de consoler l’Aképhalos. Mais je faisais cela pour elle deux … Il y avait en elle une part de fragilité, une femme blessée, je pouvais le sentir. Je devais l’aider. Où était-ce moi que je tentais de convaincre ? Malgré les efforts de mon esprit pour me forcer à quitter cette pièce et sauver ma peau –et mon intégrité, je n’en fis rien. J’étais pris au piège d’un de mes traits de caractère les plus dérangeants : ma compassion. Mais il n’y avait pas que cela. Il y avait cette … Cette affection pour Néthi. Pour ces deux visages, en réalité. J’avais l’impression en la voyant de voir mon reflet dans un miroir, ce que j’aurais pu être si je n’avais pas eu Isis pour m’occuper de moi. N’étais-je pas un profond hypocrite de me laisser croire que cette femme en face de moi était un monstre, alors que je savais qu’elle n’était que le résultat d’un monde monstrueux qui l’avait poussé à se défendre ?

Malgré moi encore, je posai la dague sur la table de chevet, et prudemment, je vins m’allonger à ses côtés, regardant moi aussi le plafond. Je m’aperçus rapidement que ma respiration ralentissait aussi au rythme de la sienne, alors que je ne m’étais même pas rendu compte qu’elle s’était accélérée. La force de sa peine, de ses sentiments m’avaient envahi aussi surement que si c’était moi-même qui les avait ressenti. Je pris un instant pour calmer mes nerfs, et m’accordai le luxe de fermer les yeux, le temps que je puisse réfléchir à ce que j’étais en train de faire. Doucement, je pivotai vers elleet d’une main, je forçai son visage à se tourner vers le mien. Je me sentais si coupable de lui avoir causé de la peine, alors qu’elle avait déjà tellement souffert. Comment avais-je pu penser un instant que c’était là le moyen de calmer le monstre qui la dévorait ? Je caressai sa joue et effaçais d’un pouce les larmes qui ravageaient son visage.

« Chut, ne pleure pas. Ne pleure pas à cause de moi. »

Je penchai la tête alors que mon regard plongeait dans le sien, à la recherche de son âme. Mais je savais qu’en ce qui la concernait, je ne pouvais faire confiance au don que j’avais. Je n’arrivais jamais à la décrypter, tant son esprit était complexe. J’affichai alors un demi-sourire, tentant de ranimer un peu de chaleur sur son visage quand moi-même je n’y croyais pas.

« Tu es tellement contradictoire. Je n’arrive jamais à savoir ce que tu penses vraiment. Tu dis vouloir de l’affection … Et c’est ce que je veux aussi. C’est ce que je veux te donner, mais pas comme ça. Tu couches avec des hommes, certes pour les tuer, mais tu passes la nuit avec eux, est-ce là ce que tu appelles de l’affection ? Cela te donne-t-il satisfaction ? Je ne crois pas. »

J’avais baissé le ton de ma voix, et je chuchotais sans en avoir vraiment conscience, comme pour l’apaiser. Mais pourrais-je jamais apaiser cette femme ?

« J’ai connu des femmes, et j’ai partagé leur lit. Cela te soulage un instant, tu as l’impression d’être aimé pour une nuit mais ce n’est pas de l’affection crois moi. L’affection, c’est protéger quelqu’un coûte que coûte quand il est en danger. C’est l’écouter et le comprendre quand il en a besoin. C’est faire le mieux pour eux, même quand ils n’en n’ont pas envie. »

Je repoussais affectueusement une mèche de ses cheveux sans savoir vraiment où je voulais en venir. Je devais lui montrer que bien que je la pense sincère, je n’étais pas si dupe.

« Tu peux dire ce que tu veux, mais je ne sais jamais dans quel camp tu es. L’autre matin, sous la douche … Ce n’était pas de l’affection que tu recherchais. Tu voulais me mettre mal à l’aise, je me trompe ? Je te l’accorde, c’était réussi. C’était un coup bas. Ou peut-être voulais-tu juste voir ma réaction, comme ce soir ? Tu cherches à prouver que je te désire ? Ne cherche plus. C'est la cas, tu le sais, je le sais. Mais c'est parce que j'ai de l'affection pour toi que je le combat. Parce que je sais ce que tu as vécu, ce que vous avez vécu, et que maintenant dans ta vie, tu n'as pas besoin de ça, tu n'as pas besoin d’ambiguïté. Tu as besoin d'un ami, de quelqu'un dont tu n'as pas à douter. »

Je ne puis m’empêcher de sourire malgré tout. Elle était intelligente … Peut-être bien plus que moi. Mais elle avait ce don de percer toutes mes défenses alors même que je connaissais sa nature et son vice. Etais-je vraiment le dieu de la sagesse ? Je soupirai.

« Comme tu l’as dit, on se connait depuis longtemps, et tu sais comment je suis, tu connais mon histoire et mon passé avec les femmes. Je les ai souvent toutes mises dans le même sac, à les voir manipulatrices, vicieuses, déloyales … Et sincèrement, tu ne m’as donné aucune raison de te croire différente … Jusqu’à ce soir. »

Je baissais les yeux, certain qu’une part de moi se trompait, seulement je ne savais pas laquelle. Tout était tellement confus.

« Je ne sais pas vraiment ce que tu penses, Néthi. Peut-être es-tu en train de te réjouir de me jouer un tour à ta façon … »

Je relevai les yeux vers elle, et plongeais mon regard dans le sien comme pour appuyer mes dires.

« Et pourtant j’ai envie de croire que tu es sincère. »

Je pris une grande inspiration, et me replaçait sur le dos, légèrement sur le côté alors que j’ouvrais mon bras pour l’accueillir.

« Tu peux rester dormir ici si tu le désires … »

Cette fois si c’était sûr : j’avais complétement perdu l’esprit.




ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Dim 8 Déc - 19:22

Dos à lui, j’attendais ses réponses, j’espérais qu’il ne me repousse pas, pas une nouvelle fois. Je ne sais si c’était seulement par fierté mais s’il recommençait je savais que j’abandonnerais la partie, je n’aimais guère qu’on me prenne pour une moins que rien. A mon grand soulagement je l’entendis s’allonger à mes côtés, la chambre resta silencieuse tandis que nous réfléchissions tout deux. Moi, à ce que je venais de dénoncer, à cette envie pressante de compter pour quelqu’un après le fiasco de la fête de ce soir, la trahison de Dionysos : le seul que j’avais vu prendre totalement ma défense était Anubis et je ne pouvais me mentir davantage sur ce que ça avait signifié pour moi. Comment tout pouvait devenir si complexe ? Il y a encore quelques minutes j’avais un but, une mission pour redevenir forte, j’avais été prête à jouer à la comédie pour attirer Anubis dans mes filets et faire souffrir l’autre. Et au final, j’étais là des larmes roulant sur mes joues, pleine de sentiments qui étaient sortis, faits surface au rythme de mes mots. Je pensais jouer divinement bien la comédie mais en fait je m’étais juste contentée de dire ce que j’avais sur le cœur. Je n’étais plus un monstre sans sentiments, j’avais eu beau tenté de me le cacher longtemps, j’en étais remplie. Et ce soir ils me revenaient en pleine figure.

Finalement je sentis sa main se poser sur ma joue et me forçais à me retourner vers lui, je fermais les yeux quelques instants sous le contact simple, il essuya mes joues me demandant de ne pas pleurer à cause de lui, je ne pu m’empêcher un sourire ironique de se peindre sur mes traits : comme si je contrôlais mes pleurs. D’habitude c’était l’autre qui pleurait, l’autre la faible et ce soir il semblait que j’avais endossé ce rôle ridicule. J’ouvrais les yeux et plongeait mon regard dans celui bleuté du dieu et l’écoutais tenter de me convaincre qu’une simple partie de jambe en l’air n’était pas ce dont j’avais besoin. Je fuyais son regard, je n’avais aucune envie de lui dire qu’il avait raison, néanmoins mon désir envers lui était bien réel malgré que je me sois efforcée de tenter de cacher cela derrière une simple volonté de détruire mon autre partie, l’autre Néthi. J’avais observé Anubis prendre soin d'elle, la consoler dans ses moments, être là pour elle et sans que je puisse me l’avouer cela avait déclencher une jalousie envers elle. Moi aussi, j’avais dorénavant besoin d’affection.

Je sentis sa main frôler de nouveau ma joue dégager une de mes mèches de cheveux, me reprochant mes actions de l’autre jour et je sentis un autre sourire se former sur mes lèvres, davantage amusé cette fois. Il était vrai que j’avais été déloyal l’autre fois, mais je n’avais pas pu supporter le regard qu’il avait porté sur elle quand il l’avait découvert dans la salle de bain et la façon dont l’autre Néthi avait rougi de façon si naïve. Je devais leur montrer que leur histoire ne serait pas un jeu d’enfant, que je serais toujours là pour rappeler que j’étais toujours bien présente et que ça ne serait pas une simple balade dans un coucher de soleil. J’étais mesquine, il fallait qu’il fasse avec, c’était une partie de moi-même. J’aimais jouer, déranger, compliquer les choses et jusque là je l’avais fais à merveille, jusqu’à ce qu’à force de vouloir séparer les deux je me sois fait prendre à mon propre piège et m’étais laissée enfermer dans une jalousie pour l’attention qu’il portait envers « elle ».

J’écoutais la fin de ses dires avec attention, secouais négativement la tête de manière lente et réfléchie quand il me soupçonnait de me jouer de lui et souriais doucement, pour la première fois de façon sincère, quand je l’entendis me dire qu’il voulait me croire et mon sourire s’élargit quand je le vis ouvrir les bras en me proposant de rester. Je le contemplais quelques secondes, me demandant si je n’étais pas en train d’halluciner tandis que la situation revêtait une apparence totalement folle, le dieu de la justice, de la droiture, proposait à une tueuse de l’accueillir dans ses bras. Finalement sans demander mon reste, je calais ma tête sur son torse tandis que ses bras se refermaient autour de moi et pour la première fois de mon existence je me sentais apaisée. Après quelques minutes je relevais la tête vers lui, déposais un baiser au coin des ses lèvres, avant de murmurer la bouche toujours contre sa peau :

« Merci de croire en moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Dim 8 Déc - 22:12

Néthi & Anubis



Je ne savais pas comment elle allait prendre tout ce que j’allais lui dire, mais il semblait que ça se passe plutôt bien. Je souris malgré moi en la voyant sourire, heureux au final de voir qu’elle en avait qui était simplement joueur et par carnacier. C’est sans doute pour cela que je l’invitai à venir dans mes bras, et même si je n’étais pas sûr qu’elle allait accepter l’invitation. Elle le fit. Avec douceur, elle s’inséra entre mes bras et je me surpris à les refermer sur elle par automatisme. Elle diminua l’espace entre nous pour m’embrasser à la commissure des lèvres et je la laissai faire sans opposer la moindre résistance. Mes yeux glissèrent un instant vers ses lèvres et remontèrent vers ses yeux lorsqu’elle me remercia de croire en elle. Oui, j’y croyais. C’était en moi que j’avais de moins en moins confiance. Je souris avant de caresser ses cheveux d’une main, et de la ramener sur mon torse, afin de m’assurer que je ne ferais rien de stupide. Doucement, je continuais à caresser machinalement ses cheveux.

« Ne crois pas que je sois naïf Néthi. Je sais que je me suis trompé à ton sujet … Et je crois sincèrement qu’il y a une rédemption pour toi quelque part. Mais je n’ai pas la stupidité de croire qu’un câlin suffira à t’empêcher de tuer. Ne me fais pas l’affront de croire que je suis d’accord avec cela. »

Ce n’était en rien un reproche. Je voulais simplement que les choses soient claires entre nous. Je pensais dorénavant qu’une cohabitation était tout à fait possible, et je n’avais plus pour but de sauver ma Néthi, mais les deux. Mais je ne voulais pas qu’on se mente l’un à l’autre … Elle était qui elle était, et j’étais qui j’étais. Et pourtant, je me sentais proche d’elle.

« Tu sais, toi et moi … On se ressemble plus que je ne veux bien me l’avouer. Si ce n’avait été pour l’amour d’Isis, j’aurais certainement fini par tuer les femmes infidèles moi aussi. Tout le monde croit que je suis cette espèce de … D’honneur à deux jambes, de morale vivante … Mais si tu veux tout savoir, je suis allé à cette soirée pour la saboter. Rien que parce que c’était Osiris qui l’avait organisé. Et si quelqu’un venait un jour à s’en prendre à lui, je ne sais pas lequel des deux j’irais aider … Est-ce que ça te semble honorable ? »

Je grimaçais. Non, je n’étais vraiment pas si droit et honnête que les gens y pensaient. J’étais moi aussi une tempête de contradictions, comme je l’avais toujours été …. Un mélange d’hérédité et d’éducation.

« Ce soir, si Nephtys avait été là je l’aurais certainement massacrée, et si Râ ne m’avait pas stoppé, dieu sait ce qui serait arrivé à Dionysos … Alors je n’aurais pas l’hypocrisie de te juger ce soir. A vrai dire, tu t’es bien mieux comportée que moi. »

Je baissai les yeux vers elle et un instant, une idée me traversa l’esprit. C’était une idée de longue date, que j’avais quelque peu abandonné … Voire complétement, à cause de Néthi. Mais le fait de la voir ainsi, et cette soirée étrange me donnait envie de la mettre à exécution pourtant. Je ne devais pas trop y réfléchir … Je ne voulais pas qu’elle prenne cela comme un geste, c’était plutôt … Un geste de foi et de confiance. Je n’étais pas certain d’en être à ce stade, mais il n’y avait qu’un moyen de le savoir.

« Il y a une chose dont j’aimerais te parler. Il y a quelques semaines à notre arrivée ici, j’avais lancé une sorte d’invitation à quelques égyptiens … Mâat, Sekhmet, et Ouadjet. Ainsi que … Thot. C’est un homme très bien, qui n’a jamais trompé Maât. Il est bien plus intéressé par les livres que par les femmes. »

A l’exception d’une fois, où il avait parié avec Bastet que si elle trouvait son énigme il passerait la nuit avec elle. Mais bon, elle avait perdu et dieu merci, il ne l’avait pas trompé. Sans quoi je l’aurais surement massacré, étant donné l’affection infinie que je portais à Maât. Mais bon, ce détail me sembla négligeable.

« J’avais en quelque sorte prévu d’annuler ça à cause de … Enfin, tu vois. »

A cause d’elle. Je n’avais pas vraiment envie que mon salon se transforment en bain de sang, et je n’avais pas suffisamment d’amis pour me permettre de les perdre.

« Mais suite à la soirée de ce soir … Les temps sont troubles. Chacun prétend qu’une paix durable est possible entre les mythologies est possible, mais je doute que qui que ce soit n’y croit vraiment. Je pense qu’il est vraiment important de resserrer l’alliance entre les égyptiens, seules personnes sur qui nous pouvons vraiment compter. »

La vérité à la base était que j’aurais aimé trouver un moyen pour que la douce Néthi soit présente, car il me semblait important de l’introduire sous sa forme humaine à nos pairs, car après tout elle était égyptienne avant d’être créature. Seulement je n’avais eu aucun moyen de m’assurer que ça serait bien elle qui serait présente, et pas l’Aképhalos. Seulement ce soir, j’en avait vu une autre facette. Le visage d’une femme sinon douce, en demande d’affection, et certainement pas une meurtrière. J’avais bon espoir que même si c’était elle qui était là à cette soirée, elle saurait se tenir, en absence d’hommes infidèles. Je me surpris même à penser que cela serait mieux encore, que ce soit elle plutôt que « ma » Néthi. Après tout, quelques connaissances dans notre mythologie, voire des alliés, pourraient peut-être l’aider à renforcer cette part d’humanité qu’elle m’avait laissé entrevoir ce soir.

« Est-ce que tu penses que … »

Je ne finis pas ma phrase, pas certains de comment la finir. Tu pourrais te tenir ? Tu arriverais à t’empêcher de tuer l’ensemble des invités ? Ou simplement, que cela pourrait te plaire ? C’était surement trop tôt. Je n’aurais même pas dû demander … Je soupirais. Lorsque je parlerais à l’autre Néthi, j’allais surement passer un sale quart d’heure. Elle me prendrait pour un fou, d’avoir songé à inviter l’Aképhalos à un repas avec d’autres égyptiens. Je l’étais peut-être un peu. Je calai ma tête contre le haut de son crâne.

« Désolé, je pensais tout haut. Cette idée est sans doute stupide … C’est la fatigue qui me fait parler. »

Je ne voulais pas la brusquer, ou qu’elle se sente forcer d’accepter quelque chose pour lequel elle n’était pas prête, en pensant qu’elle avait quelque chose à prouver. Je déposai un baiser sur le haut de son crâne, avant de desserrer légèrement l’étreinte que j’exerçais sur elle pour lui permettre de s’installer de façon plus confortable.

« Bonne nuit Néthi. »






ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Jeu 12 Déc - 18:54

Comme je m’y attendais, Anubis ramena bien rapidement ma tête sur son torse et je mordis ma lèvre inférieure pour ne pas le laisser voir le sourire moqueur qui était prêt à se former. Sa résistance était faible, je le voyais, je n’avais qu’à me montrer un petit peu plus insistante pour que ses résolutions se brisent. Ses doigts continuaient de jouer avec mes cheveux et je sentis un léger frisson le long de ma colonne vertébrale quand je les sentis frôler ma nuque. Mais ses mots me firent comme l’effet d’une douche froide, je redressais vivement la tête, plantant mon regard dans le sien avant de lâcher certainement plus froide que je ne le voulais :

« Et ne me fait pas l’affront de croire que tout cela est de ma faute. Dois-je te rappeler que c’est l’un de vous, dieux, qui m’avez créé ? Vous auriez pu laisser le cœur de Néthi se faire juger comme tout le monde sur la balance et le laisser se faire dévorer par je-ne-sais quel dieu crocodile et tout aurait été fini ! Mais non, à la place vous m’avez créé moi, monstre tueur et vous avez le culot de me reprocher mes meurtres. »

Je soupirais d’énervement devant une telle injustice et reposais ma tête sur son torse, sourcils froncés, visage fermé. Je détestais ça. Qu’on me reproche avec autant de facilité ce pourquoi j’avais été créé. Que les dieux se jugent donc avant de me porter offense, ils sont les créateurs de toute chose n’est ce pas ? Alors qu’ils prennent les responsabilités qui leur incombent. Mais les mots qui sortirent de la bouche d’Anubis réussirent à m’apaiser quelque peu et m’arracha même un sourire quand il m’annonçait que je m’étais mieux comporté que lui. Il était étrange de nous comparer, mais vu ainsi nous n’étions apparemment pas si divergeant. Plus encore, nous avions des points communs qui semblait m’apparaître que maintenant et je me sentis d’un coup plus proche du dieu que jamais auparavant.

Malheureusement le moment fût de courte durée et Anubis enchaîna sur une histoire de diner ou quelque chose du genre qui me rendit des plus soupçonneuses. Thot, Maat, Bastet des noms plus connues les uns que les autres et je grimaçais d’avance devant l’ennui que devait représenter une soirée avec de telles personnes. L’autre Néthi s’y amuserait surement, elle. C’était son genre de truc les sourires, les longues discussions… moi tout ce que je voulais c’était m’amuser et à mes yeux cette soirée ne représentait aucun intérêt. Mais qu’il ne clôture pas sa demande, me laissant sur ma fin avec un vulgaire baiser sur le front pour combler ma curiosité, se fût trop et je ne pus m’empêcher de lui demander, ignorant totalement son bonne nuit.

« Que je pense quoi ? Que je pourrais ne pas te couvrir de ridicule ? Ca je ne peux absolument pas te le promettre surtout si l’un de tes dieux est assez intelligent pour ramener un peu d’alcool afin de transformer cet ennuyeux diner en soirée vivable. »

Levant la tête vers lui, je lui faisais un clin d’œil avant de continuer, sourire malicieux pendu aux lèvres.

« Avec un peu de chance et beaucoup d’alcool, tu aurais peut être même droit à un striptease. »

Je pouffais avant de retrouver mon sérieux et de continuer plus sérieusement sur le sujet.

« En tout cas si tu crains que je m’attaque à tes invités, tel ne sera pas le cas. Dois-je te rappeler que ma vengeance ne se porte qu’aux infidèles ? Jamais je n’ai trahis ma mission et jamais je n’ai tué ceux qui étaient innocents à mes yeux. »

Je soupirais avant de rajouter, sourire de nouveau présent, profitant qu'il ait un peu désserré ses bras je me redressais pour venir lui chuchoter à l'oreille :

« Je ne peux malheureusement pas te dire laquelle sera présente ce soir là, mais prie pour que ce soit l’autre, je risquerais de te faire du pied sous la table… histoire de m’occuper pendant que vous raconterez toutes vos histoires soporifiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Lun 23 Déc - 10:38

Néthi & Anubis



Néthi planta son regard dans le mien avant de dire avec une voix pleine de colère que ce n’était pas sa faute. Que c’était les dieux qui l’avaient créée et que nos reproches étaient infondés. Je penchai la tête vers elle, curieux. Pensait-elle vraiment ce qu’elle disait ?

« Néthi … Ce que tu dis étais vrai avant. Ici, tu as ta volonté propre, tu es une personne à part entière … Tu as le choix. »

Je la regardai, la tête posée sur moi, le visage fermé … Etait-ce cela, le monstre ? Elle n’en avait pas l’air. Elle avait plutôt l’air d’une femme blessée, d’une victime des dieux, elle aussi. Je passais une main dans ses cheveux, ayant du mal à trouver comment lui faire comprendre que je ne la jugeais pas sur son passé, mais que j’avais bon espoir qu’elle puisse changer son avenir.

« Je ne peux pas dire que j’approuve les choix qui t’ont menés ici Néthi … Mais saches que je les comprends. Tout comme je comprends que tu n’es pas la méchante de l’histoire … »

Une proximité se créa entre nous alors que je lui contais mon histoire, et je pus lire dans ses yeux qu’elle l’avait senti elle aussi. Toutefois, le fait que je parle du dîner sembla la perturber. J’espérais en faisant cela lui accorder une preuve de … « confiance ». Mais elle ne semblait pas avoir saisi cela. J’avais compris que mon idée était ridicule, et avait moi-même annuler la proposition avant de lui souhaiter une bonne nuit, mais …. Elle m’ignora royalement. Je levai les yeux au ciel. Elle était vraiment insubordonnée. Je baissai les yeux vers elle alors qu’elle prenait la mouche, pensant visiblement que je m’étais retiré de peur qu’elle ne me fasse honte. Je secouai la tête.

« Mais non voyons, je sais très bien que tu peux te tenir, je pensais juste qu’après réflexion, ça ne t’intéresserais pas tellement. »

Elle ajouta qu’elle ne pouvait pas promettre de se tenir s’il y avait le l’alcool. Je me retenais d’argumenter là-dessus, car après tout elle faisait boire les hommes avant de les tuer … Elle devait bien tenir l’alcool, depuis le temps. Mais je gardais ce commentaire pour moi devant l’apparente complicité qui nous liait. Lorsqu’elle me fit un clin d’œil, je compris qu’elle plaisantait et lorsqu’elle conclut en affirmant qu’avec un peu de chance, j’aurais peut-être droit à un striptease, j’éclatai de rire. Un rire franc et sincère comme je n’en avais pas eu depuis … Bien longtemps. Elle était joueuse, je pouvais l’être aussi. Je répondis en faisant allusion au jeu de la douche auquel elle s’était prêtée la veille :

« De la chance tu dis ? Mais qu’y a-t-il à voir que je n’ai déjà vu ? »

Elle reprit plus sérieusement en affirmant qu’elle n’avait jamais tué « d’innocent ». Je me pris un instant dans cette réflexion … Etait-elle absolument sure de ce qu’elle avançait ? Mais elle ne me laissa pas le temps d’y réfléchir. Elle se rapprocha de moi pour chuchoter à mon oreille, m’arrachant un frisson. Elle se moqua de moi, affirmant que si c’’était elle qui était présente lors de cette soirée, elle pourrait bien me faire du pied sous la table pour faire mieux passer cette soirée ennuyeuse.

« Qui sait, cela pourrait peut-être améliorer ma soirée … »

Je la fixai, cette proximité dérangeante qu’elle venait d’établir me perturbant visiblement à nouveau. Dieu ce qu’elle était forte, et moi faible, je m’en rendais compte. J’avais déjà eu des liaisons avec des femmes dangereuses, Sekhmet par exemple mais … Nulle attirance ne m’avais jamais semblée être aussi mal et nuisible que celle-là. Je baissais mes yeux vers ses lèvres, tenté pendant une seconde de fondre dessus pour m’en emparer, mais cette simple pensée me fit l’effet d’un électrochoc et je reculais franchement avant d’ajouter, comme pour clore cette conversation :

« Ne t’en fais pas, il y aura Sekhmet, je suis sûr que tu t’entendras à merveilles avec elle. Elle a un caractère très proche du tien. »

Je la regardais un dernier instant, tentant d’expliquer ma bipolarité par le manque de sommeil, je pris une voix fatiguée. Je passais néanmoins une main sur sa joue, refusant de rompre ainsi le contact si récemment étable avec cette tentatrice au cœur plus tendre que je ne l’avais cru.

« Allez, essayons de trouver le sommeil. On ne voudrait pas voir ce beau visage noirci par les cernes demains, n’est-ce pas ? »

Une dernière boutade qui sonna fausse dans ma tête. Ce visage était double … Et me rappela que si l’Aképhalos ne sera pas forcément ma parte, « Ma » Néthi la causerait surement au matin si elle prenait conscience de cette soirée. Je soupirais intérieurement en réfléchissant au pétrin dans lequel je m’étais fourré. Depuis quand la ligne entre le bien et le mal était-elle devenu si trouble ?







ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   Dim 29 Déc - 17:23

Anubis rentrait dans mon jeu et je ne pus m’empêcher d’afficher un grand sourire tandis que je lui découvrais une facette des plus intéressantes. Il jouait avec moi de la même manière que j’avais joué avec lui, j’avais réussi à l’attirer dans la provocation et je lui décochais un petit sourire plein de sous entendus quand il me balançait qu’après tout il avait déjà tout vu de moi. Je vis son regard troublé, voir même tenté, mais il se reprit bien vite me laissant définitivement sur ma fin, je soupirais et finis de me rembrunir quand il parla de Sekhmet. Je savais pertinemment qu’à elle il ne s’était pas refusé et je pouvais encore sentir sur lui l’odeur de la déesse. Je grommelais alors quelque chose d’incompréhensible du genre « pas envie de la connaître », montrant clairement à Anubis que partager n’était pas dans mes cordes comme jamais cela ne l’avait été quand Néthi était humaine. Puis je me calais un peu plus contre lui, quand il me parla de nouveau de dormir, avant de fermer les yeux, j’étais bien trop fatiguée pour tenter davantage de chose, je retenterais demain…mais encore fallait-il que ça soit encore moi aux commandes. Cette idée de laisser de nouveau mon corps à l’autre, m’empêcha de dormir de longues heures, luttant contre la fatigue, refusant tout bonnement de laisser ma place auprès du dieu à l’autre. Mais la fatigue fût la plus forte et après trois heures d’insomnie je me faisais emporter par le sommeil.

C’est le rayon du soleil filtrant à travers les volets qui me tira d’un profond sommeil, bien trop profond pour être tout à fait naturel. C’était comme si je me réveillais d’un somme de plusieurs jours. Plissant les yeux, je bougeais doucement avant de sentir le toucher de la peau sous mes doigts et déjà habitué à me réveiller devant de sanglants spectacles, j’ouvrais rapidement les yeux avant de découvrir Anubis endormi. Je restais quelques instants perdue, me demandant comment j’avais bien pu atterrir dans sa chambre avant qu’une sombre idée de ce qui avait pu arriver déclenche comme une colère profonde. Je tentais de calmer mon souffle frénétique avant de fermer les yeux pour me concentrer sur ce que j’avais du voir, ou sur ce que je devrais me souvenir. A force de concentration, les mots, les images finirent par me revenir par flash et je finis par poser sur Anubis un regard colérique avant de le secouer pour le réveiller. D’une vois presque hystérique, je lui lançais :

« Non mais ça va pas ! »

Me levant prestement du lit, je fis les cents pas, me prenant la tête dans les mains comme si je ne voulais pas y croire.

« Tu es comme les autres … irrécupérable ! Quelques battements cils et un peu de provocation et vous voilà à ses pieds ! Qu’est ce qui t’es passé par la tête ? »

Elle avait fini par s’arrêter de faire les cents pas avant de lui poser cette dernière question, posant sur lui un regard déçu et complètement exaspéré.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a des sacrifices nécessaires | Anubis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-