Partagez | 
 

 Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Lun 26 Aoû - 12:28

Privé

Le coeur a ses raisons que la raison ignore


Gizeh & Perséphone

Encore une matinée qui s'annonçait des plus belles, des plus ensoleillée. Et comme il arrivait quelques fois, l’élément primaire et puissant qu'est le soleil avait réussit à me sortir de ma noirceur et de mon côté sombre. Je m'étais donc vêtue de vêtements aux tons clairs, gais, et étais sortie pour me balader comme à mon habitude lorsque je retrouve ma bonne humeur. Curieuse et souhaitant connaître encore mieux cette île, j'étais partie à l'aventure, prenant des chemins encore inconnus afin de découvrir ce que cachait cette terre d'exil.

Après quelques heures de marches, je me retrouvai à un point d'eau. J'avais réussi à trouver un lieu que je ne connaissais pas encore, et fière de moi, je souris. Puis, arquant un sourcil, je perdis peu à peu ce sourire enfantin, me demandant comment j'allai rentrer. Je me souvenais vaguement du chemin que j'avais emprunté, mais j'étais presque sûre que j'allai me perdre avant la fin de la journée. Haussant les épaules, je retrouvai mon sourire avant de sautiller jusqu'au point d'eau où, retirant mes chaussures, je trempai mes pieds. L'eau était assez fraiche mais peu importe, j'étais heureuse de renouer avec ma bonne humeur, ainsi qu'avec la terre, celle dont j'étais la Déesse. Déesse des saisons, celle qui se sentait proche de l'hiver comme de l'été. Quelque part, mon caractère était aussi changeant que les saisons. J'avais ce côté sombre, sadique, qui avait grandi en présence d'Hadès mon mari. Et il y avait aussi la gentille Perséphone, celle qui s'extasie devant la nature et aime sourire aux gens. L'hiver et l'été. Le feu et la glace. Qui étais-je au fond de moi, je ne le savais pas. Peut-être étais-je réellement mauvaise, et seulement quelques fois une bonne personne ? Ou peut-être était-ce le contraire, peut-être étais-je quelqu'un de bien qui, à cause de son mari, devenait meurtrière certaines fois ? Je n'en savais rien. Peut-être serais-je toujours les deux à la fois ? De quoi étais-je sûre, au juste ? Simplement que j'aimais mon mari, que je lui avais toujours été fidèle, et que je considérai ma mère comme un modèle. Et en plus de ça ? Que Thor était mon plus précieux ami et...

C'est lorsque j'entendis un bruissement, comme quelqu'un qui approchait, que je me souvins d'une autre personne qui commençait à compter pour moi. Gizeh. Mes jours s'empourprèrent dès que je le reconnu. Que faisait-il là ? Je me mordis la joue intérieure et reculais dans l'eau, par réflexe, pour mettre de la distance entre moi et celui dont j'avais peur de ressentir des sentiments trop forts. Reculant encore, je finis par avoir de l'eau jusqu'à la taille. Mon regard encré dans le sien, je me demandai s'il allait briser le silence ou continuer son chemin.

Créditsbazzart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Mar 27 Aoû - 17:39

      Mes yeux d'un vert perçant furetaient l'horizon. Le soleil matinal épanouissait le camp où s'entassait les Humains. J'étais si proche d'eux finalement, depuis que j'étais arrivé sur le Némeil. J'étais d'ailleurs si semblable aux Dieux. Je m'épanouissai dans ma récente forme humaine. J'utilisais à foison mes deux jambes pour parcourir des distances incongrues. Et dire qu'il y a quelques temps j'étais cantonné à la simple ville de Gizâ ! Une petite bourgade egyptienne. Pourtant, il y avait tant de lieux différents où le sable n'ensevelisait pas les monuments à chaque tempête, où le soleil ne brûlait pas la peau instantanément, où la chaleur n'était pas toujours suffocante... J'avais acquis aussi l'usage de mes mains. Je m'étais révélé ambidextre et d'une extrême dextérité. J'avais aussi appris à cuisiner - oui, bon, enfin ça, c'était un châtiment après un soir de beuverie... Des travaux d'interêt général m'avaient été incommodé pour les réparations sur à des dégradations dans une nuit d'ivresse. S'il n'était pas rare que je fête dignement chaque soirée, il était exceptionnel que l'alcool m'ennivre. J'étais tout de même raisonnable. J'étais le gardien des égyptiens, après tout. Il fallait rester sobre pour protéger mes concitoyens !

      J'avais traversé le camp et gagnais inconsciemment le point d'eau. J'écartais une branche de mon passage et marchais sur quelques brindilles sèches. Celles-ci craquèrent sous mon poids dans un léger bruissement.

      Soudain, je fus allerté par un clapotis d'eau. Une personne reculait dans l'étendue bleue et humide. Et quelle personne ! Perséphone, en personne ! Je la trouvais resplendissante dans ses vêtements aux tons clairs, gais. De plus, l'aura divin de son statut de Déesse resplendissait sous le soleil (à moins que ce ne soit mes hormones qui me donnent ce mirage ?).

      - Même les nymphes, ses créatures que les mythes présentent comme les plus belles, ne t'arrive pas à la cheville, ma chère Perséphone. Mais tu devrais faire attention. A force de reculer, tu n'auras plus pieds et je serai obligé de sauter dans l'eau pour te repêcher !

      Mon sourire avenant et plein de malice dévisageai ma dulcinée avec une douceur sensuelle. C'était elle. L'unique. La merveilleuse. Celle que je voulais conquérir.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Mer 28 Aoû - 20:37

Je ne savais pas ce qui faisait de lui l'unique être au monde à me faire douter de ma fidélité depuis tous ces siècles. Je me surpris à penser que si nous n'avions pas été exilé sur Néméïl, jamais je ne l'aurai rencontré, et ainsi, jamais je n'aurai remis en question mon amour pour Hadès. Mon mari était ma moitié, mon âme soeur, je lui devais presque tout. Alors pourquoi ce Sphinx que je connaissais depuis seulement quelques semaines me faisait cet effet ? Etait-ce son sourire ? Ses yeux ? La manière douce qu'il avait de me regarder. Ou alors peut-être était-ce parce qu'il était le seul à chercher mon regard, mon attention depuis des siècles. En effet, le fait d'être la femme d'Hadès et enfermée en Enfers la moitié de l'année n'avait jamais tenté les hommes de se rapprocher de moi. Jusque là j'en avais été ravie, plus j'étais proche de mon homme et loin des autres et mieux je me portais, amoureuse comme je l'étais de mon mari. Mais Gizeh, lui, était passé outre le fait que j'étais la femme du puissant et dangereux Hadès. Et il prenait le risque de m'adresser la parole comme personne n'aurait jamais osé le faire.

A ses mots, j'esquissais un sourire, ayant l'image en tête de Gizeh venant me chercher au fond de l'eau, à demi noyée. Sauf que ce qu'il ne savait pas, c'est que j'étais une excellente nageuse, depuis que j'avais fait la connaissance d'une créature Nordique qui m'avait aidé à m'entraîner et à garder ma respiration plus longtemps sous l'eau.

Cependant, son compliment me mit mal à l'aise, bien que j'ai le sourire aux lèvres. Que répondre à cela ? Personne à part lui et Hadès n'oseraient ainsi me complimenter. Ou parce que je suis la femme du Dieu des morts et que tous craignent mon mari, ou parce que je suis souvent d'une humeur massacrante et là, c'est moi que tous craignaient. Que faire, que dire ?

-Je suis désolée si ma présence a interrompu tes plans, peut-être avais-tu prévu de te baigner. Je vais te laisser, souris-je timidement.

Je revins alors vers lui, mes vêtements dégoulinant, jusqu'au rivage où je réenfilais mes chaussures, ce qui n'était pas très agréable lorsque l'on avait les pieds mouillés, mais bon. Lorsque je me retournai, prête à reprendre ma route, je me retrouvais nez à nez avec le Sphinx. Je n'avais pas remarqué que nous étions si proches, et la proximité de son corps vis à vis du mien renforça mon malaise. Je baissais la tête, comme pour éviter qu'il puisse lire dans mon regard.

-Est-ce que... est-ce que par hasard, tu saurais quelle direction je dois prendre pour retrouver le quartier grec ?

Mes mots étaient si timides qu'ils étaient presque comme un chuchotement. Je n'osais relever la tête, de peur de croiser le regard charmeur du Sphinx qui avait bien conscience de ses atouts physiques et en jouait. D'ailleurs, souhaitait-il vraiment mes sentiments, ou juste m'ajouter à sa liste de conquêtes ? Je ne m'étais jamais posé la question, mais celle-ci méritait réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Dim 8 Sep - 16:10

      Cette beauté imprenable me tétanisait d'émerveillement. Je luttais contre moi-même pour ne pas écarquiller les yeux et rester bouche-bée à l'admirer. Comment avais-je fait pour me retrouver nez-à-nez avec ma douce déesse qui anime mes espoirs de conquête les plus chèrs ? J'aurais élaboré un plan, je ne me serai pas retrouver en si bonne posture !

      -Je suis désolée si ma présence a interrompu tes plans, peut-être avais-tu prévu de te baigner. Je vais te laisser, sourit- Perséphone timidement.

      J'avançai de quelques pas pour rompre mon immobilisme béat. Elle n'avait pas interrompu mes plans ! Au contraire, elle en avait animé de nouveaux dans mon esprits ! Bref. En tout cas, il ne fallait pas qu'"elle me laisse", comme elle le disait elle-même. Je devais trouver un stratagème pour la retenir.

      - Mais enfin, tu n'es pas obligée..., bafouillai-je.

      Je la regardai sortir de l'eau, l'eau ruisselant de ses vêtements et ses longs cheveux. A mes yeux, elle était aussi splendide qu'une nymphe. Une beauté pure et naturelle. Lorsqu'elle se retourna vers moi - qui n'avait pas bougé d'un poil de Sphinx, je pouvais sentir son odeur délicieuse et fruité de ses cheveux. J'avais un gros plan de son visage sans défaut. N'avait-elle pas le moindre bouton ? La moindre cicatrice ? Non, mise à part les perles d'eau, sa peau n'inspirait que pureté. Je m'attristai presque de la voir baissé le menton pour me parler. J'aurais tant aimé soulevé son menton avec ma main pour qu'elle me regarde dans les yeux. J'aurais aimé plongé tout entier dans ses deux prunelles divines.

      -Est-ce que... est-ce que par hasard, tu saurais quelle direction je dois prendre pour retrouver le quartier grec ?, me demanda-t-elle.

      Mon sourire s'amplia de charme. En voilà une bonne aubaine pour passer quelques temps avec ma Belle ! Et autant se perdre en la ramenant chez elle ! Ou pas... Il ne faudrait peut-être pas qu'elle découvre le stratagème...

      _ Je sais retourner au Quartier Sud. Et à partir de là, je pourrais te reconduire au Quartier Grec. C'est comme les pigeons voyageurs. Tu t'es déjà demandé pourquoi ils retrouvaient leur chemin ? En fait, ils enregistrent des monuments importants et à partir de là, ils arrivent à bon port. Mais si tu veux te baigner encore un peu, je peux te raccompagner un peu plus tard. Comme tu veux.

      Je tournai la tête à 90°, me penchai et pliai les genoux pour enfin croiser ses yeux. Un coup d'oeil complice et un sourire chaleureux la conformeraient-ils à ma proposition ?
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Ven 27 Sep - 20:07

Je m'interdisais tout regard en sa direction, de peur de céder face à son regard, face à son sourire, et de trouver une raison idiote pour passer un peu plus de temps avec lui. Je craignais d'apprendre à le connaître, imaginez que je l'apprécie, comment gérer ça en plus de l’attirance physique ? Je secouais doucement la tête pour me retirer ces idées de la tête, alors qu'il semblait bafouiller autant que moi. Alors que je lui demandais s'il pouvait m'indiquer où se trouver mon quartier à partir de ce point d'eau, il parut reprendre confiance en lui, me proposant de me raccompagner maintenant ou plus tard, tout dépendait de si j'avais envie de rester un peu près de l'eau ou non. Et pour accompagner ses mots, ils s'approcha de moi, se pencha jusqu'à ce que nos regards se croisent. Une bouffée de chaleur m'envahit alors que je n'avais pas prévu qu'il vienne vers moi ainsi, et je ne pu résister à son sourire, que je lui rendis.

Je finis donc par relever la tête et me résignais à tenter l'expérience de passer quelques instants avec lui.

-Et bien, si tu es venu par ici, c'est surement dans le but de profiter toi aussi du point d'eau, je me trompe ? souris-je. On peut donc rester encore un peu, et ensuite, je veux bien que tu me raccompagnes, merci.

Je crois bien que c'est la première fois que j'acceptais une de ses proposition, ou du moins que je ne l'évitais ou ne le rejetais pas. Et finalement, j'étais plutôt contente d'avoir répondu de manière à prolonger ce moment au bord de l'eau. Toujours souriante -et me sentant légère d'avoir enfin fait un pas vers lui plutôt que de reculer-, je fis demi tour pour me diriger à nouveau vers l'étendue d'eau et plutôt que d'y retourner jusqu'à la taille, je fis le choix de m'asseoir au bord de l'eau, laissant juste mes pieds profiter de l'élément primaire, vital. Je laissais donc l'Egyptien s'avancer pour profiter à son tour de l'eau fraiche mais agréable de l'étendue. Ainsi assise, mes vêtements pourraient sécher avant que nous repartions vers mon quartier, évitant ainsi qu'Hadès ne remarque que je m'étais une nouvelle fois aventurée plus loin que prévu, et qu'il ne pose de question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Dim 6 Oct - 16:09

      A première vue, elle ne semblait pas trop s'enfuir en courant devant ma proposition. Je craignais intérieurement qu'elle ne déguerpisse en prenant peur. J'étais là tout à fait par hasard. Je n'étais pas le genre de fourbe à se rincer l'oeil. Certes il est vrai que Perséphone était magnifique et qu'elle ne me laissait pas indifférent, mais jamais je n'aurais manqué d'un tel respect envers sa personne. Je la respectais profondémment. Je ne lui souhaitais aucun mal.

      D'ailleurs, même avec mes autres connaissances, j'étais doux... bon, d'accord, un peu bagarreur avec ceux qui me cherche vraiment des poux ou qui offense un Egyptien. Je porte dans mon coeur tous les Egyptiens, que je surveillais à Memphis, quand j'y siégeais. En effet, j'étais le Sphinx, colossale statue qui passait son temps à observer et entendre... très instructif, si vous voulez mon avis ! Mais j'avais que pouvoir utiliser mon appareil respiratoire, digestif et moteur sont drôlement plaisants ! Oui, vraiment, c'est agréable de marcher, d'apprendre à marcher à plus de vingt ans. Et voilà pourquoi j'arrivais ici. C'est ce que je me proposais de lui expliquer pour donner une raison à ma présence sur ces terres réculées.

      _ Je n'avais pas vraiment prévu de me baigner, mais la proposition est alléchante.

      Euh... il allait fallloir que je change de vocabulaire. Je n'étais plus un Sphinx mais un homme à présent !!

      _ Je marchais au hasard. Tu sais, en tant que Sphinx, il y avait un tas de choses que je ne pouvais pas faire... Comme marcher par exemple. Il y a plein d'humains qui se plaignaient de marcher, mais c'est une chance inouïe !

      J'enlevais mes sandales en cuir comme la majorité des Egyptiens pour laisser mes pieds baignaient dans la rivière.

      _ A chaque crue, j'espérais que le Nil atteindrait des reccords de monter des eaux. J'espérais que l'eau vienne me chatouiller les pattes... Mais malheureusement, j'ai été placé stratégiquement dans une zone que l'eau ne peut pas innondé.

      Je fermais les yeux un instant profitant de toutes les sensations que je rescentais dans les pieds au contact de l'eau douce et tiède. C'était agréaable les petits mouvements de courant qui couraient entre mes doigts de pieds.

      Puis, je m'aventurai un regard vers mon interlocutrice : était-ce elle qui m'avait lancé une giclée d'eau tiède dans la figure ?
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   Mer 9 Oct - 13:58

Je l'écoutais alors me parler de son ancienne vie alors qu'il avançait vers l'eau après avoir retiré ses sandales. Jamais on aurait pu douter de sa mythologie: par son nom, ses vêtements, sa manière d'être. D'ailleurs, il me semblait qu'il était très protecteur envers les siens. Et si un jour, ma part sombre venait à s'en prendre à un Egyptien ? Que ferait-il ? M'attaquerait-il ? Moi, j'étais certaine de me défendre et d'être prête à le tuer s'il venait à me toucher dans ma mauvaise passe. Mais lui, osera t-il me rendre les coups et m'empêcher de lui faire du mal ? J'avais bien l'impression que je lui plaisais, et de ce fait, je craignais qu'il ne parvienne pas à réfréner mes colères.

On resta ainsi un moment, alors que lui profitait du contact de l'eau, yeux fermés. Alors que mes vêtements étaient enfin presque secs, je me relevais et, en le faisant, j'eu une perte d'équilibre qui me fit retomber dans l'eau, envoyant ainsi de l'eau sur le Sphinx. J'ouvris de gros yeux, un peu sonnée. J'étais de nouveau trempée, et j'avais à présent mal aux mains de m'être rattrapée lors de ma chute. Je fis la moue. Il m'arrivait parfois de regretter la Perséphone Déesse des Enfers qui elle ne se serait jamais laissée humilier ainsi. Elle était forte, pas comme cette partie de moi, douce et innocente. Je remarquais le regard d Gizeh sur moi et je lui souris, m'excusant:

-C'est la honte, hein ?

Je ris -d'un rire qui ne me viendrait jamais à la bouche dans mes mauvaises passes- avant de tenter de me relever, dans retomber cette fois-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-