Partagez | 
 

 Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Lun 12 Aoû - 20:19

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Comme promis, Thor avait emmené son amie Perséphone avec lui afin qu'elle reste quelques jours chez lui. Elle pourrait ainsi se reposer loin de l'emprise passionnée mais néanmoins néfaste de son mari Hadès et en apprendre plus sur les us et coutumes des nordiques. Ce serait aussi l'occasion de forger des souvenirs emplis de douceur et de complicité entre eux qui leurs seront très probablement utiles si un jour une guerre devaient s'ouvrir sur Néméil. L'asgardien avait aussi réussi l'improbable pari d'enlever la déesse à son époux sans que celui-ci ne se courrouce, donnant même son accord. Tout se passait donc pour le mieux et c'est le cœur léger que le scandinave mena la petite brunette dans ses appartements. D'habitude, les dieux nordiques se réunissaient tous ensemble pour les repas mais ce soir-là, Thor décida d'épargner tout ce chahut à la déesse grecque qui était déjà fatiguée par ses instabilités de la journée, sans compter qu'il était à peu près sûr qu'elle devait s'interroger sur l'entrevue entre son mari et son meilleur ami. De toute façon, elle aurait bien le temps de voir à quoi ressemblait une attablée de guerriers du grand Nord qui ripaillaient dans la joie et la bonne humeur. En attendant, il lui réservait une soirée plus calme à l'intérieur de ses appartements. Inutile de se faire des idées, il la considérait comme une petite sœur qu'il protégera quoiqu'il advienne et c'est d'ailleurs ce qu'il faisait en l'invitant quelques jours en sa compagnie. L'asgardien était bien conscient que Perséphone était aujourd'hui deux entités réunies en un même corps, mais il avait bon espoir qu'à ses côtés, il réveillerait son côté taquin et heureuse de vivre tout en effaçant temporairement cette partie sombre et torturée.

Arrivés chez lui, il ouvrit les lourdes portes qui laissaient place à un vaste espace de vie. Il fallait descendre deux marches pour se retrouver dans la pièce et contrairement à ce qu'on aurait pu croire, l'endroit était méticuleusement bien rangé. Rien ne dépassait, rien ne trainait. Le grand lit qui trônais sur la gauche était fait et ses armes et armures à droite étaient toutes alignées dans l'ordre. La pièce était chaleureuse, spacieuse et les tons rouge et or étaient les plus présent. Le mobilier quand à lui étaient essentiellement fait en bois d'excellentes qualités. Thor s'avança dans la pièce avant de se retourner vers Perséphone.

- Bienvenue chez moi ! fit-il en ouvrant les bras, l'invitant à le rejoindre. Fais comme chez toi ma belle. Il avait bien hâte de la voir fouiner partout pour et lui dire ce qu'elle pensait de son antre. Comme on le disait souvent, on en apprenait sur quelqu'un en voyant comment il gérait son domaine personnelle. Perséphone avait donc de la chance de venir ici, rares étaient ceux qui y avaient mis un pied ou qui n'avait ne serait-ce que jeter un coup d’œil dans ses appartements. C'était d'ailleurs assez étrange qu'il y ait quelqu'un d'autre que lui seul ici. Il n'avait pas vraiment non plus réfléchis ou il trouvera bien quelques couvertures chaudes dans lesquelles l'enrubanner. Il savait que les grecs n'étaient pas très habitués au froid et ira donc jusqu'à emprunter d'épais duvet à ses voisins de chambré. Par contre, il n'avait pas prévenu Sif - ce qui était évident puisque tout ça s'était fait en dernière minute - mais il espérait qu'il pourrait la trouver et lui en parler avant qu'elle ne tombe nez-à-nez avec Perséphone. Il n'avait pas envie qu'elle s'imagine des choses parce que sinon, il connaissait très bien son caractère pour savoir qu'il ne serait pas facile de récupérer le coup et en même temps, ça pourrait peut-être l'éclairer sur ce qui se passait entre eux ? De toute façon, il verra ça en temps voulu. Pour le moment, il avait une invitée à s'occuper.

Il se fit apporter des plateaux de viandes et de légumes qu'il posa ensuite sur une table dans un coin de la pièce et l'invita à venir se servir. Il lui désigna aussi une porte qui donnait sur l'extérieur et d'où l'on pouvait, depuis la terrasse, voir un magnifique paysage. Or, en cette soirée bien entamée, les étoiles scintiller sur le ciel couleur ébène ce qui donnait un aspect particulièrement agréable à la soirée. Le quartier nordique se situant en hauteur, la vue était réellement imprenable. Ça devait la changer des ténèbres qui régnaient dans sa demeure avec Hadès. Thor espérait qu'elle se plairait ici et qu'elle se ressourcerait autant qu'elle en avait besoin. S'installant sur une chaise, il la regardait évoluer dans son univers, souriant quand elle regardait dans sa direction. Alors, tu trouves ça comment ?




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.


Dernière édition par Thor le Sam 17 Aoû - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mar 13 Aoû - 10:38

La manière de vivre des Nordiques était différente de la nôtre, les Grecs. Ou du moins, de la nôtre à mon mari et moi. Si certains Grecs aimaient manger, festoyer ensemble, nous restions cloitrés dans notre nouvel Enfer la plupart du temps. Hormis lorsque j'avais besoin d'air frais, ou que je me disputai avec Hadès et que j'allai me défouler ailleurs suite à nos engueulades. Finalement, alors qu'Hadès passait la plupart de son temps chez nous, je sortais beaucoup, peu importe mon humeur. Il m'arrivait de sortir pour profiter du soleil, des fleurs, de ma mère, de mon meilleur ami. Ou alors il m'arrivait de sortir massacrer quelques romains, d'aller me saouler dans un bar ou de retrouver des personnes à l'humeur aussi barbare que la mienne durant ces moments là.

Toujours est-il que je fus contente que Thor nous permette de manger au calme ce soir, je n'avais pas envie de retrouver quarante inconnus parlant fort, buvant des alcools forts et tapant du poings sur la table. Certes, ma vision des chose était stéréotypée mais dans le doute, je préférai passer ma première nuit en compagnie de Thor, et juste lui. Je lui souris faiblement lorsque l'on arriva chez lui, et qu'il me montra fièrement ses appartements. Certains pourraient penser que je fais des infidélités à mon mari, et que Thor et moi étions amants. Je souris à cette idée. Nous étions trop proches à présent pour être autre chose que nous sommes aujourd'hui. Il est l'une des première personne à qui je pense le matin lorsque j'ai envie de rire avec quelqu'un, ou alors, dans mes moins bons jours, d'organiser une vengeance contre les Humains. Mais il n'est pas celui qui me fait trembler d'amour, avoir des palpitations plus fortes lorsque je sens sa peau contre la mienne. J'étais totalement amoureuse de mon mari, abandonnée au Dieu des morts, corps et âme. Lorsque je prenais la main de Thor, c'était différent. Je ne ressentais pas de passion forte, de besoin d'en avoir plus. Je ressentais juste le bonheur d'avoir quelqu'un à mes côtés sur qui je puisse compter. Je n'avais aucun mal à être tactile avec Thor d'ailleurs. Il est plus facile de prendre dans ses bras une personne qui pour nous est plus un frère qu'un possible amant, que l'inverse. Ainsi, je ne me privais pas du contact de Thor, étant certaine que ni l'un ni l'autre ne le prendrait autrement qu'une profonde amitié.

Il se retourna alors vers moi, ouvrant les bras et présentant ses quartiers. Lui souriant, je le rejoignis et passai une main dans la sienne, alors que mon regard vagabondait dans la pièce, telle une enfant. Je ne fis même pas attention aux personnes qui vinrent nous apporter à manger sous sa demande, et me laissai guider par le Dieu qui nous mena à une table afin de manger. Je n'avais pas très faim, mais refuser de partager ce premier repas avec Thor aurait été impoli. Je pris donc quelques bouchées, tout en sachant qu'il ne serait pas dupe à mon manque d'appétit. Voyant que je ne finirai pas mon assiette, il me proposa de me balader, et m'indiqua une porte que j'ouvris le sourire aux lèvres, curieuse.

Alors que je n'avais pas encore ouvert la bouche depuis que j'étais arrivée, je ne pu retenir un:

-Ouah...

J'en avais presque mal aux yeux, tellement la lueur de la lune était puissante, et son reflet sur le sol blanc de ce quartier brillant. J'eu une pensée pour Hadès qui n'avait pas idée de ce qu'il loupait, enfermé dans son antre. Je me tournai vers Thor qui m'avait rejoint.

-Alors, tu trouves ça comment ?

Je me mordis la lèvre inférieure. J'étais presque gênée d'être là, sous son regard protecteur et d'avoir toute son attention. Qui d'autre que lui avait déjà vu pareille vue depuis son balcon ? Et si les autres me voyaient, qu'en penseraient-ils ? Quels sont les liens entre les Nordiques ? Considèrent-ils l'amitié homme/femme impossible ? Allais-je créer des problèmes dans son début de relation avec Sif ? Je fis la moue, puis reculais, et rentrai, avant que l'on ne m'aperçoive. Je fis passer cela pour une autre raison, prétextant que j'avais froid. Une fois de nouveau à l'intérieur, je ne l'attendis pas et me mis en quête de connaître sa personnalité grâce à son habitation. Il était étonnant de tout voir si bien rangé, si propre. Dans mon manoir, les bougies étaient disposées partout, sans ordre précis, et je laissai quelques fois trainer quelques robes noirs sur le sol. Dans mes mauvais moments, je n'aimais pas que tout soit propre, bien rangé, alors je faisais de manière à rendre les lieux vivants, désordonnés. Ici, on ressentait son besoin de tout maîtriser. Thor était un chef de guerre, il ne laissait rien au hasard et réfléchissait toutes ses actions afin de gagner un combat. C'était quelqu'un de droit, et ça se ressentait ici. Tout à coup, espiègle, je me retournai vers lui le sourire aux lèvres.

-Ha ha, où donc as-tu caché l'alcool ?

Il devait bien avoir une pièce prévu à cet effet, non ? Ouvrant une porte, je tombai alors sur une chambre. La sienne, ou celle prévue pour les visiteurs ? Je ressentis alors à nouveau un nouvel élan de gêne. Où allais-je dormir ? Qu'est-ce que je faisais là, bon sang ? Je me sentais mal à l'aise, sans trop savoir pourquoi. J'avais l'impression de trahir mon mari alors que lui même avait semble-t-il donné son accord. Et plus que tout; j'avais l'impression de déranger. Thor faisait tout ça pour moi, mais ne se rendait pas compte qu'il se préparait à s'occuper d'une jeune femme désordonnée dans sa tête, perdue, fatiguée, fragile. J'imaginais alors brièvement Sif. Elle devait être forte, avec un caractère de guerrière. Du moins je l'espérai, car c'était ce qu'il fallait à Thor. Rendue muette par la gêne, je refermai la porte menant à cette chambre et, les yeux brillants de fatigue et d'émotions, souris maladroitement au Dieu de la foudre qui s'était approché à ma remarque sur l'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mar 13 Aoû - 13:19

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Si l'asgardien aurait pu avoir quelques doutes sur les pensées de son amie, la voir picorer seulement quelques aliments lui confirma ce qu'il supposait : elle ne se sentait pas vraiment à sa place et pensait à Hadès. Ce dieu avait une telle emprise sur elle que s'en était réellement troublant. Thor n'était pas du genre à se mêler de la vie privé des gens mais en l'occurrence, la relation qu'entretenait Hadès et Perséphone attisait sa curiosité. Est-ce que lorsqu'on aimait, c'était vraiment aussi puissant que ça ? Toujours ses pensées vers l'être aimé et incapable de vivre sans ? Thor était assez méditatif là-dessus étant donné que dans ce domaine-là, il n'était pas le plus expérimenté. Il lui arrivait cependant de s'y perdre assez souvent ces derniers temps, depuis sa discussion avec Sif au bord du ruisseau appelé Nil dans le quartier égyptien. Et eux, ils en étaient où ? Qu'est-ce qu'il ressentait vraiment pour elle ? Seulement de l'amitié ou entrevoyait-il plus que cela ? Et elle, qu'en pensait-elle ? Qu'aurait-il ressentit si la belle asyne avait fait partit de ceux qui avaient disparu ?

Thor et Perséphone allèrent sur le balcon, admirant la vue magnifique qui s'offrait à eux. Il sourit d'ailleurs, en entendant la déesse grecque s'émerveiller à voix haute du paysage. Pourtant, elle retourna assez rapidement à l'intérieur, argumentant qu'elle avait froid. Thor lui, resta quelques secondes de plus à observer le spectacle avant de rentrer et de fermer la porte derrière lui. Il tomba alors sur une Perséphone en quête de vérité de lui, comme si elle analysait la pièce. Oui, l'asgardien aimait l'ordre, que tout soit à sa place. Raison de plus pour laquelle il avait besoin de revenir chez lui, sur Terre. Ici il n'était pas à sa place et il détestait cela. On disait aussi que les personnes qui était à la limite du maniaque cachait en réalité le besoin de tout contrôler. Si c'était vrai, ça avait de quoi faire réfléchir l'asgardien. Néanmoins, en tant que futur roi sur les autres nordiques, il était logique qu'il veuille que tout soit parfait et donc, sous contrôle. Rien ne devait être laissé au hasard pour limiter au maximum les fâcheux contre-temps. Avoir en sa main la vie de milliers de personnes, ça change tout le monde, les hommes comme les dieux. Le grand blond observait avec un certain amusement la brunette s'approprier les lieux à sa manière, jusqu'à ce qu'elle se retourne vers lui, les yeux rieurs et qu'elle lui demande, espiègle, où est-ce qu'il avait caché l'alcool. Sous mon lit évidemment ! fit-il sur le même ton mutin qu'elle tout en haussant les épaules, comme si c'était une évidence. Non ma réserve personnelle est dans la pièce d'à côté. C'est là ou je reste pour méditer et réfléchir. Un peu d'alcool, ça m'aide parfois. précisa-t-il car il n'avait aucune envie de passer pour un alcoolique. Perséphone ouvrit la porte qui menait sur ladite pièce et resta un moment devant avant de la fermer et de se retourner vers son meilleur ami. Il la trouvait particulièrement fatiguée et décida alors qu'il était temps de rejoindre le pays des rêves. Perséphone ira probablement mieux après une bonne nuit de semaine.

- Bon, et si on allait dormir un peu, histoire d'être en super forme pour demain ? Je te laisse le lit de la chambre d'à côté mais interdiction de te précipiter sur ma réserve d'hydromel une fois la porte close, rit-il. Il ouvrit la porte et l'incita à entrer. Tu me dis si tu as assez de couvertures. N'hésite pas à m'en demander d'autres, ce n'est pas ce qui manque ici. dit-il joyeusement. Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis dans la pièce d'à côté. Il pencha ensuite vers elle pour déposer un baiser sur son front avant de fermer la porte et de rejoindre le lit de la pièce principale. Une fois seul, il inspira longuement avant d'expirer, espérant que Perséphone tiendrait le coup loin de son mari. Quand il rependait à son entrevue avec Hadès, il se disait souvent que le dieu avait accepter trop facilement. Son emprise sur sa femme était peut-être si forte qu'il n'avait eu aucun doute qu'elle lui reviendrait avant même de passer ne serait-ce qu'une nuit ici ? Méditatif, Thor rangea arme et armure, se revêtant alors seulement d'un pantalon en toile, avant de retourner vers le plat de viande. Il mangea de bon appétit avant de se rendre sur la balcon et de poser son regard sur les appartements de Sif. Parfois, il avait l'impression que tout cela le dépassait. C'était étrange de ne pas vraiment comprendre ce qui le liait réellement à celle qui avait grandi à ses côtés. Ou plutôt de ne pas vouloir comprendre parce que quelque part, il n'était pas sûr d'être à la hauteur ? Parce qu'il y avait des problèmes autrement plus important ici que ce qu'il ressentait ? Il resta un moment là, les yeux rivés au loin, avant de se décider à rentrer. Sachant que Perséphone était à côté et qu'elle dormait déjà peut-être, il fit attention de ne pas faire de bruit avant de finalement s'asseoir sur son lit pour polir ses armes. A tous les coups on avait remarqué son absence lors du dîner. Cela dit ce n'était pas la première fois même si en général, il tentait d'y être. La différence cette fois c'est qu'il était à peu près sûr que certains de ses compatriotes l'avaient vu, ne serait-ce que celui qui lui avait apporté à manger. Bah ! il fallait qu'il arrête de trop réfléchir. Rangeant son arme, il éteignit les bougies et se mit sous les couvertures. Étrangement, malgré toutes les questions qui lui trottaient en tête, le sommeil ne tarda pas à l'étreindre. Ce fut alors le noir complet, bien au chaud sous les couvertures faites de fourrures.




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.


Dernière édition par Thor le Sam 17 Aoû - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mar 13 Aoû - 21:28

Je souris à la remarque du Dieu Nordique. En temps normal, j'aurai répondu à son ton joyeux et rieur. De l'hydromel sous son lit, peut-être était-ce grâce à cela qu'il dormait bien ? Je n'avais pas besoin de cela pour bien dormir, moi. Bien que je ne dorme que très peu, une fois que les songes m'avaient emportée, je dormais d'une traite quelques heures. Peut-être était-ce dû à la présence d'Hadès ? Au fait que mes journées me fatiguaient doublement, à cause de mes problèmes personnels, de ma bipolarité ?

Il comprit que je n'étais pas au meilleur de ma forme et me proposa d'aller me coucher, ce que j'acceptai avec joie, jusqu'à ce qu'il me présente la même porte que je venais de fermer. Je n'avais pas vraiment envie de dormir dans cette pièce qui m'avait fait me sentir si mal à l'aise, mais tant pis. Je lui souris alors qu'il se proposait à être à mon écoute si j'avais besoin de lui. Il déposa un baiser sur mon front avant de partir.

-Bonne nuit Thor, réussis-je à lui souffler avant qu'il ne franchisse le seuil de la porte.

Lorsque la porte se ferma, mon coeur se serra si fort que je pris au plus vite dans les affaires que j'avais pris pour passer quelques jours chez le Nordique un pull que j'enfilai et me ruai sous les couettes. J'avais l'impression d'être une petite fille qui a peur du noir et de la solitude et pourtant, n'étais-je pas la Reine des Enfers ? Je vivais mal l'éloignement de mon époux, ainsi que le fait de devoir passer le pas entre ma personnalité plus dangereuse, et celle plus vivante, heureuse. J'étais épuisée de ne pas être en ce moment même dans l'éteinte étouffante de mon mari, ou sous ses injures. Je devais retrouver en moi un calme que la nuit ne m'offrait pas, étant donné que je n'avais plus l'habitude de dormir seule. La dernière fois que j'avais dormi seule c'était... la veille de mon enlèvement. Voilà des siècles que je partage le lit du même homme, et voilà que du jour au lendemain je me retrouve dans une pièce que je ne connais pas, seule, dans l'incertitude de faire quelque chose de bien. Etait-ce une bonne idée que d'être là ? Je craignais tellement de créer des problèmes à Thor. Et si je pétais les plombs ? Et si j'en venais à lui faire honte parce que je m'en prenais sans raison aux Nordiques ? J'étais folle, et j'avais peur de moi-même. J'allai lui créer des problèmes, c'était sûr.

A trop penser, je n'avais même pas remarqué que je claquais des dents. Impossible de me réchauffer, malgré mes vêtements, mon pull et les couettes. Rien que le fait d'ouvrir les yeux me fit presque mal, comme s'ils rechignaient à affronter l'air froid de l'habitation. Les Nordiques avaient l'habitude de cette température, chez nous les Grecs, le soleil était souvent très fort et les températures très hautes. Je finis par faire un effort monstre pour me lever. Et si j'allais prendre une douche, pour me réchauffer ? Je pris quelques affaires de toilettes dans mon sac qu'avait fait déposer Thor dans ma chambre, et me mis à la recherche de la salle de bain, le plus discrètement possible. Une fois l'objectif atteint, j'eu un mal fou à me déshabiller. Plus je retirai de couche de vêtement, plus le froid se faisait mordant sur ma peau. Une fois sous la douche, j'eu presque un cri de douleur de passer du froid polaire à la chaleur de l'eau. J'en profitai quelques instants, me lavais, puis pris une bonne inspiration avant de ressortir pour me sécher et m'habiller de ma nuisette cette fois. Car oui, je n'avais que cela pour dormir. Une nuisette noire, comme les aimait Hadès. Chez nous, pas la peine d'avoir de quoi se tenir chaud, et puis je n'avais jamais pensé dormir ailleurs que dans les bras de mon mari, et n'avais donc jamais acheté ou confectionné de vêtements de nuit autre que mes nuisettes habituelles. Je renfilai au plus vite mon pull, mais il ne me fut pas d'une grande aide. Je pris mes affaires sous le bras et repris la direction de ma chambre, dépitée de ne pas avoir réussi à me réchauffer plus de cinq minutes.

Et Thor qui devait dormir à poings fermés à côté. Je fis la moue mais ne m'avouais pas vaincue, retournant sous les couettes. Grelottantes, la fatigue finit par m'emporter quelques instants dans les méandres du sommeil. Mais ce répit fut de courte durée. Désespérée, et recherchant absolument une compagnie avant de devenir folle de solitude et de froid, je finis par rejoindre la chambre de Thor. Une fois dans l'enceinte de la pièce, je me figeais. Mais qu'est-ce que je faisais ? Je craignais que Sif soit jalouse de me savoir ici, et j'étais prête à rejoindre le Nordique dans son lit ? Je pesais le pour et le contre, me tortillant sur moi-même de froid comme une enfant qui aurait envie de faire pipi. Je le fixais, muette, interdite, comme si j'allais faire une bétise. Et si Hadès l'apprenait ? Hadès sait toujours tout dès que ça me concerne. Je pris une bonne inspiration, avant de craquer. Le visage apaisé de Thor avait eu raison de moi, et le fait qu'il dorme torse nu avait achevé ma retenue: il avait chaud, et j'étais congelée.

Timide, je m'approchai donc de son lit. Je passais un premier genoux sur les draps. Je ne lâchai pas Thor du regard, de peur qu'il se réveille. Quelle serait sa réaction ? Aucun mouvement venant de sa part, je passais un deuxième genoux. Il ne bougeait toujours pas. Je pris délicatement le tissu entre mes doigts, l'écartai pour enfin m'y glisser. Bon sang. J'ouvris de gros yeux, émerveillée par la chaleur qui émanait du Dieu. Je le fixai d'un regard insistant, comme si je le découvrais sous un autre angle. Un sauveur. Et alors que je l'avais toujours vu comme meilleur ami, je l'imaginais en petit ami. Je souris, à l'idée qu'il se trouve une femme qu'il pourra réchauffer la nuit, et qui en retour, l'épaulera le jour. Et alors que je l'observai en silence, appuyais sur mes coudes et à quelques centimètres de son corps chaud, il dû sentir qu'un corps étranger et froid était entré dans son lit car il ouvrit les yeux, perplexe. Je fondis de honte à la seconde et, remontant la couverture jusqu'à mon nez, lui dit:

-Excuse-moi, vraiment. J'avais trop froid, et... je n'ai plus dormi seule depuis très, très longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mer 14 Aoû - 16:44

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Son rêve n'avait pas vraiment de saveur. Pour le moment, c'était juste une mer noire opaque et réparatrice. Il lui arrivait de faire des insomnies plusieurs nuits d'affilées et en contrepartie, il s'assoupissait aussi comme une masse les nuits d'après. Une sorte d'équilibre. Cette nuit-là, il tenait plutôt de la masse. C'est en majorité ce qu'il préférait, une longue nuit reposante d'une seule traite et sais rêve ni cauchemar pour le perturber. Mais ça comportait aussi des risques, comme de ne pas entendre d'éventuels intrus s'introduire ici. Mais peu importe, il sentait qu'il ne risquerait rien et faisait confiance à son instinct de survie, sans compter qu'il y avait Perséphone à protéger si jamais quelque chose se passait, et par conséquent son inconscient ayant enregistré cette information, ses capacités à détecter un potentiel danger étaient en alerte. Soudain, il sentait quelque chose à ses côtés et s'éveilla aussitôt. Ses yeux s'ouvrir sur une Perséphone toute gênée qui était déjà à moitié sous les couvertures et qui s'apprêtait apparemment à se coller à lui. Perséphone ? Il resta un instant interdit, le temps de comprendre la situation et de se remémorer ce qu'il s'était passé avant qu'il ne s'endorme. La déesse expliqua alors tout simplement qu'elle avait trop froid et qu'elle n'avait plus l'habitude de dormir toute seule. Le moment était vraiment irréel et c'était d'autant plus vrai qu'il faisait nuit noire à présent. Si quelqu'un rentrait maintenant, ce serait épique de tenter d'expliquer que ce n'était pas ce qu'il croyait. Mais honnêtement, qui tenterait de s'introduire chez lui en pleine nuit ? Souriant finalement devant la mine de Perséphone qui ressemblait à une gamine qui avait peur de l'orage, il s'apprêta à retourner à son sommeil sans rien dire quand par curiosité, il lui toucha le bras. Ouh là ! t'es glacée ! Thor réduisit alors la petite distance qui les séparait et la prit dans ses bras, l'enserrant comme pour la protéger, tel un frère qui rassure sa petite sœur. Viens-là mon petit glaçon. la taquina-t-il une dernière fois avant de fermer les yeux. Le nordique se rendormit facilement, s'étonnant de ce qu'il se sentait plus calme, détendu, d'avoir Perséphone à ses côtés. C'était agréable de partager sa couche avec une personne à laquelle on tenait, qu'on aimait. Sif...

L'aube arriva finalement et quelques rayons entrèrent dans la pièce, caressant le visage apaisé de l'asgardien qui tenait toujours entre ses bras celle qui pourrait tenir lieu de petite-sœur dans sa vie. Quelques heures passèrent néanmoins avant que le grand blond ne se décide à ouvrir les yeux. Une nouvelle journée commençait, nouvelle journée qui s'annonçait merveilleuse car il avait déjà plein d'idées en tête quant à ce qu'il allait faire découvrir à son invitée. Il l’emmènerait sur leur espace d'entrainement qui ne se désemplissait jamais de la journée et il lui montrerait quelques unes de ces prouesses martiales, peut-être pourrait-il aussi l'initier à quelques tours facilement maîtrisables et ainsi lui apprendre à renforcer ses défenses et à donner des coups précis pour l'offensive ? Il y aura aussi la visite du quartier nordique ainsi que la rencontre d'autres dieux. Ainsi présentée aux siens, Thor savait que si un nordique passait près d'elle et qu'elle avait besoin d'aide, il se montrera prompt à l'aider. Cela permettrait aussi de rompre la glace entre ces gens du grand froid et une déesse d'une autre mythologie. En général, les nordiques préféraient rester entre eux et en montrant l'exemple, Thor avait bon espoir que ses contemporains s'ouvrent un peu au nouveau monde qui était désormais Néméil. Il pourront aussi visiter les alentours avant d'assister à un de ces grands festins dignes des normands. Et il faudra aussi qu'il lui présente Sif. Il se demandait comment les deux femmes allaient réagir face à l'autre et bien que Perséphone soit bipolaire, il craignait plus la réaction de l'ase. De toute façon, il faudra bien que la rencontre se fasse à un moment ou à un autre. Décidant de ne pas tergiverser maintenant que son programme était établie dans sa tête, il prit soin de se lever sans bousculer Perséphone qu'il jurerait presque qu'elle ne dormait plus, mais faire un commentaire aurait été mal à propos et il se dirigea simplement vers ses vêtements qui tenaient tous plus de l'armure. Il choisit ce qui s'apparentait à une armure légère s'habilla sans plus de cérémonie. Il fit ensuite venir à manger qu'il posait sur une table basse qu'il déplaça près du lit. Perséphone n'aura ainsi plus qu'à tendre le bras pour attraper le fruit de son choix. Thor lui, s'installa sur une chaise qu'il positionna face au lit et à Perséphone, commençant à prendre son petit-déjeuner. Maintenant qu'il n'était plus à côté d'elle pour lui servir de bouillotte, il y avait fort à parier qu'elle n'allait pas tarder à s'éveiller elle-aussi, à moins que ce ne soit déjà le cas ? L'asgardien attrapa alors une coupe de nectar tout en regardant la déesse grecque dormir. La voir là, étendue là, ses pensées ne pouvaient s'empêcher de s'égarer vers Sif allant même jusqu'à s'imaginer que c'était son autre brune qui était là. Il fallait vraiment qu'il cesse ça tout de suite et qu'il s'occupe l'esprit, en allant se défouler sur le champs de désolation par exemple ? Heureusement Perséphone finit par ouvrir les yeux, sentant peut-être le regard du dieu posé sur elle ? Bonjour toi. Bien dormis ? T'as pas eu trop froid ? Oui il était espiègle dès le levé du lit. Et elle, où en était-elle dans ses émotions ? Qui allait lui répondre ? La déesse des saisons ou la reine des enfers ?




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.


Dernière édition par Thor le Sam 17 Aoû - 16:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mer 14 Aoû - 18:54

Si j'avais pu mourir sur l'instant, Zeus que cela aurait été plus facile pour moi, et moins gênant. De plus, le regard intrigué et presque outré de Thor ne m'aidait pas à me sentir plus à l'aise. Je me figeais totalement, attendant la sentence du Dieu Nordique. Puis, finalement, il sourit, tâta mon bras pour vérifier mes dires et prit conscience de mon état désespéré. Oui, j'étais belle et bien congelée. Il m'attira à lui et je me sentis mieux à l'instant même où je pu poser ma tête contre son torse.

- Viens-là mon petit glaçon, me dit-il, espiègle.

Je souris, mais le sommeil m'emporta trop vite pour que je lui réponde. Enfin réchauffée et épuisée, je ne pu tenir longtemps. Cette nuit fut très différentes de toutes celles que j'ai pu vivre. Et pourtant, j'en avais vécu des nuits étranges. D'abord des nuits d'adolescentes, puis des nuits de victime, des nuits de femme mariée contre son gré, des nuits d'amour naissant, des nuits de passion, mais aussi des nuits de violence... cette nuit là ne faisait partit d'aucune d'elles. C'était ma première nuit dans les bras d'un être cher, autre que mon mari. D'ailleurs, heureusement que mes songes m'emportaient aussi loin que possible d'Hadès, ou la culpabilité m'aurait repris d'avoir rejoins Thor dans son lit.

Le réveil fut beaucoup moins agréable que lorsque je m'étais endormie: alors que j'avais lâchée prise entourée de chaleur et de protection, je me réveillais comme pincée par le froid. J'eu d'abord le réflexe de remonter les couvertures jusqu'à mon nez, avant de me rappeler de la situation. Prise de panique, je fis un bond dans le lit, et m'asseyais. Je me souvins alors que j'avais rejoins Thor dans la nuit, et de la gêne que j'avais ressenti lorsqu'il m'avait prise sur le fait. Écarquillant de grands yeux, mon regard finit par tomber sur celui bleu azur du Nordique, assis non loin de moi, une coupe à la main. Je restais un moment sans bouger, interdite. M'en voulait-il pour m'être ainsi introduite dans son intimité hier soir ? Je fis la moue, avant que Thor ne me rassure par une boutade dès le réveil:

- Bonjour toi. Bien dormis ? T'as pas eu trop froid ?

Je souris alors, rassurée. Je n’emmitouflai au maximum dans les couvertures avant de m'asseoir au bord du lit, face à mon hôte.

-Sache que tu as la peau rugueuse et que tu n'es pas très confortable, mon cher, lui souris-je.

Je lui tirais la langue, avant d'éclater de rire, totalement libre, soulagée, comme si le poids de la fatigue, du stress, de tout ce qui était de mauvais en moi, m'avait quitté. Je me servais sur le buffet improvisé que Thor avait fait venir jusque moi et bu quelques gorgées d'eau avant d'avoir tout à coup envie de continuer mon déjeuner sur son balcon. Souriant jusqu'aux oreilles, je quittais le lit de Thor, les draps toujours entourés autour de moi et rejoignais ma chambre pour me changer et mettre des vêtements plus chauds. Une fois fait, je retournai dans la pièce d'à côté et, sans adresser un mot à Thor, piquais quelques fruits avant de me diriger à nouveau vers la sortie. Puis finalement, je stoppai net au seuil de la porte, fis demi tour, me remis face à Thor et lui tirai la langue pour la deuxième fois de la matinée, avant de repartir en sautillant vers sa terrasse.

Je poussai la porte lourde avec mal mais y parvins tout de même. La vue était toujours aussi belle et, m'accoudant au balcon, dégustai la fin de mon petit déjeuner. Finalement, l'air frais du matin ne me faisait pas tant de mal, il était plutôt revigorant, et je l'acceptai avec joie alors qu'il soufflait dans mes cheveux. J'entendis alors des pas derrière moi. Thor vint à mes côtés.

-En fait, c'était mieux quand tu n'étais pas là, tu ne veux pas retourner à l'intérieur ? le taquinais-je en mangeant mon dernier fruit.

Je léchai mes doigts où le jus avait coulé et je remarquai le regard insistant de Thor, je souris alors. Voilà longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi jeune, aussi enfant. J'avais l'impression de reprendre mon adolescence là où je l'avais laissé. Et comme pour répondre à mes pensées, un soleil des plus magnifique fit briller ses rayons vers mon visage. Fermant les yeux, je profitai de l'instant, renaissant.

-Merci, Thor. Merci de m'avoir invité. Et de ne pas m'avoir viré cette nuit, riais-je en réouvrant les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mer 14 Aoû - 21:51

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme ce qui amplifia celui que Thor affichait déjà. C'était la déesse des saisons qui se réveilla et elle était de toute évidence aussi enclin à commencer la journée taquine, pour le plus grand plaisir de son meilleur ami. C'est une Perséphone emmitouflée dans les chaudes couvertures qui se releva pour s'installa en position face au dieu du tonnerre. L'image était très étrange et pendant un instant, il eut vraiment l'impression qu'ils étaient amants tant il n'était pas habitué à voir quelqu'un d'autre que lui étalé dans son grand lit douillet. Chassant cette pensée fugace, il accusa la réplique de Perséphone avec une mine faussement accablé. C'est triste ce que tu me dis là. Triste mais sans doute vrai. En tout cas, ça expliquerait pourquoi je me réveille seul matin après matin. Elles s'enfuient toute pendant la nuit. Les deux amis explosèrent de rire de leur gaminerie avant de se mettre à boire, Thor son nectar et Perséphone de l'eau. Finalement tu as soif, c'est qu'en matière de bouillotte, je suis pas mal alors... remarqua-t-il avec une expression rieuse sur le visage. Pour toute réponse, la belle brune lui sourit et se leva en emportant la couverture avec elle. Le nordique se fit la réflexion étrange qu'elle était en train de nettoyer le sol avec sa couverture et il la regardait partir avec une air pensif qui lui donnait un air comique. Restant assit sur sa confortable chaise, il attendit que la déesse ait fini de s'habiller et lui annonce qu'elle était prête pour lui énoncer le programme qu'il entrevoyait de faire aujourd'hui et pour qu'elle lui dise si ça la tentait ou non. Il était peut-être certes encore tôt pour déjà penser à sortir et en plus, elle venait à peine de tomber du lit, mais il avait hâte de lui montrer ce à quoi ressemblait sa vie de tous les jours et aussi, il ne voyait pas bien ce qu'il pourrait faire de plus dans la chambre. Ou du moins, à part se confier sur des sujets qui les touchaient en profondeur ou sur quelques commérages possibles, il ne voyait pas pourquoi rester ici plus longtemps. Or, comme ils étaient tous les deux d'humeur espiègle, pourquoi se perdre en palabre ? Ils auraient tous le temps de le faire une fois rentrés le soir après leur journée bien remplie en émotions fortes et en fous-rires. Perséphone sortit alors de la pièce mais sans mot dire, elle regagna le plateau de victuailles, sous l’œil curieux et amusé du nordique, avant de rejoindre le balcon, non sans avoir préalablement tiré la langue à son spectateur. Incorrigible et s'il l'adorait en tout temps, c'était sans aucun doute comme ça qu'il la préférait : respirant la joie de vivre et retrouvant son côté enfantin qui mine de rien, se conjuguait très bien au côté puéril que Thor avait conservé.

Il la laissa quelques temps dehors, seule, se disant qu'elle avait probablement besoin d'un peu d'intimité et non pas d'un stalker qui serait toujours sur ses talons. Puis il se leva et récupéra sa couverture pour aller la remettre sur son grand lit vide et rejoint finalement Perséphone qui profitait du spectacle. Était-il réellement utile de préciser que la vue était toujours aussi sublime que la veille, même si cette fois, au lieu d'un ciel étoilé s'offrait à leurs regards un somptueux soleil qui illuminait leurs âmes ? L'asgardien se tint derrière elle, préférant rester sur le pas de la porte plutôt que de venir l'envahir mais elle sentit sa présence et lui lança une nouvelle boutade. Il sourit. Elle était en forme. Mmm, non ! fit-il en s'approchant d'elle pour se poster à côté d'elle, les deux mains sur le muret qui faisait office de rambarde. Il fixa un instant l'horizon, profitant de la caresse du soleil sur sa peau avant de se retourner vers Perséphone qui le remercia de l'avoir invitée et de ne pas l'avoir envoyée sur les roses lorsqu'il l'avait trouvé à côté de lui sous les couvertures, s'invitant dans son lit. Je t'en pries, le plaisir est pour moi. dit-il avec douceur. Quel genre de personne refuserait une aussi charmante compagnie dans sa couche de toute façon ? Tu pourras revenir pour les suivantes si tu veux. ajouta-t-il avec une pointe d'humour. Non sérieusement, je suis content que tu sois là et en fait, j'aurais peut-être même dû y penser avant. Le jour ou l'admirable Perséphone et le grand Thor sont devenus inséparables sera à tout jamais gravé dans l'histoire de Néméil, de même que les jours où ils marchèrent de concert à travers l'île. Il avait dit cela d'un ton solennel que l'on pouvait interpréter avec sérieux ou comme une blague de plus, mais le dieu lui, le pensait sincèrement. C'était vraiment étrange, jamais il n'aurait pensé pouvoir s'attacher et se sentir aussi proche d'une personne qui n'était pas de son monde. Eh oui ! l'insaisissable et solitaire propriétaire de Mjöllnir était aussi un cœur tendre et taquin avec qui savait l'apprivoiser, chose rare il fallait le dire. Car bien qu'il savait se montrer amical et bienveillant, qu'on pouvait lui faire confiance et compter sur lui en temps de crise, il n'était pourtant pas du genre à lier amitié. C'était pourtant un lien très fort qui l'unissait à la déesse grecque et c'était suffisamment rare pour que ce soit graver dans le marbre. L'asgardien était donc tout particulièrement soucieux de l'état d'âme de son amie et était aux petits soins pour elle. Tu pourras toujours compter sur moi. affirma-t-il en la regardant droit dans les yeux, martelant ainsi la véracité et la profondeur de sa promesse. Puis ils restèrent encore un peu sur le balcon avant que Thor ne lui propose de se rendre sur l'espace d'entrainement afin qu'il lui montre quelques uns de ses talents en combat singulier. Les nordiques adoraient les défis et se battre entre eux et le normand n'était pas en reste, bien au contraire, il était même le premier sur le champs de bataille et le dernier à en partir. Ah moins que tu ne préfères qu'on commence par visiter un endroit moins brutal ? Tu es mon hôte, je te laisse choisir. Aucune différence pour lui puisque de toute façon, à la fin du séjour elle aura tout vu ce qu'il voulait lui faire découvrir. Alors commencer par un coin ou par un autre, c'était du pareil au même.




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Ven 16 Aoû - 19:35

Le Nordique se moquait de moi comme je me moquais de lui, bien qu'il soit encore tôt et que nous ne soyons pas réveillés depuis longtemps. Il se qualifia lui même de bouillotte et je souris, puisqu'en effet cette nuit il avait fait office de source de chaleur pour moi. Il fit même une réflexion sur le fait qu'il soit toujours célibataire, mettant ça sur le compte de sa peau rugueuse. Or j'avais menti, sa peau n'avait rien de désagréable et il le savait tout aussi bien que moi, s'il était seul aujourd'hui c'était pour d'autres raisons, surement parce qu'il avait des responsabilités qui lui demandaient trop de temps et d'investissement. Mais d'après ce que j'avais compris il serait fort possible qu'il ne soit plus si seul que ça. Je me gardai cependant toute réflexion, préférant en venir à ce sujet là à un moment plus calme.

Je fini par quitter mon ami, lui voler sa couette, lui dérober des fruits sous ses yeux, lui tirer la langue, puis repartir. Thor me connaissait assez bien pour savoir que ce débordement d'énergie et de taquinerie n'était dû qu'à une chose: j'étais heureuse d'être là, et je le lui montrai de la meilleure façon qui soit pour nous, dans une ambiance bon enfant. Et alors qu'il me rejoignit sur le balcon où je me trouvai pour finir mon petit déjeuner, je tentai de le virer sans grand résultat puisqu'il s'approcha encore un peu plus de moi. On se sourit, profitant tous les deux de la vue et des rayons du soleil. Je le remerciai alors de me permettre d'être là, d'être libre dans ma tête, légère. Il accepta alors que je revienne vers lui pour les nuits prochaines, et je fus rassurée par ses dires bien qu'il soit tout aussi sérieux que moqueur, je savais que si vraiment cela l'aurait dérangé il ne me l'aurait pas proposé. Or je doute que ce soir il fasse plus chaud la nuit ici, et que je me sente moins seule dans ma chambre isolée et inconnue. Le fait de savoir que je pourrai à nouveau dormir avec Thor était un soulagement pour le reste du séjour chez les Nordiques.

-Non sérieusement, je suis content que tu sois là et en fait, j'aurais peut-être même dû y penser avant. Le jour ou l'admirable Perséphone et le grand Thor sont devenus inséparables sera à tout jamais gravé dans l'histoire de Néméil, de même que les jours où ils marchèrent de concert à travers l'île.

Mon regard s'encra dans le sien intensément, et je souris de plus belle en y lisant une amitié et une honnêteté profondes. Je me glissai alors sous un de ses bras, posant ma tête contre son torse, afin de lui témoigner mes sentiments pour lui, autrement que par la parole. J'étais incroyablement tactile avec les gens que j'aimais, ou du moins lorsque j'étais de bonne humeur, et Thor ne faisait pas l’exception non plus de ce côté là. Il poursuivit alors:

-Tu pourras toujours compter sur moi.

-Tu sais que c'est réciproque, dis-je en relevant la tête vers lui avant de rompre l'étreinte.

Je pris une bonne inspiration, alors que nous restions un moment dans le calme absolu, comme pour signer nos belles paroles, signer notre amitié qui l'était pourtant depuis déjà longtemps. Il finit par reprendre la parole pour me dire ce qu'il avait prévu et me demanda alors mon avis sur le commencement du planning. Découvrir les lieux des entraînements des Nordiques m’enchantait tout particulièrement, j'étais quelqu'un de curieuse dans l'âme et j'avais envie d'en savoir plus sur leurs coutumes, leur vie.

-Commençons par l'espace d'entraînement, comme ça je serai prête à faire face à un Nordique un peu trop lourd après que tu m'ais appris quelques techniques de combat, souris-je.

Le Dieu parut satisfait de ma réponse et m'entraîna vers l'extérieur afin que nous prenions le chemin menant à notre but. Et alors que nous marchions côtes à côtes bien que je laisse un peu de distance entre nous pour ne pas créer de problèmes à Thor vis à vis de l'intrusion d'une étrangère qui serait un peu trop proche du Dieu du tonnerre à leur gout, je lui demandai:

-Au fait dis-moi, comment s'est passé ton entrevue avec mon mari pour qu'il me laisse te rejoindre quelques jours ?

En effet, je ne lui en avais pas encore parlé et bien que je fasse mon maximum pour me détacher des Grecs et de ma vie là-bas pour vivre au mieux mon séjour Nordique, j'étais constamment tracassée par l'idée que je puisse trahir mon mari. Non, ce n'était pas une trahison, après tout il avait accepté que je vienne ici. Cependant, je me sentais coupable de le laisser seul tandis que je profitais de merveilleux moments en compagnie de cet être qui m'était si cher, Thor. Je ne pu retenir un soupire, me demandant si Hadès allait essayer de s'en prendre à mon ami, ou peut-être serait-ce l'inverse ? Thor serait-il capable de lever la main sur mon mari, sachant qu'il est une de mes raison de vivre ? Je fis la moue, perplexe. Et s'ils s'entendaient bien ? Serait-ce possible qu'Hadès accepte de rester neutre face à quelqu'un qui lui retire du temps avec moi, voire même ami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Sam 17 Aoû - 16:21

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



L'instant humour laissa maintenant sa place à une note de douceur et de tendresse. Perséphone avait pris son ami nordique dans les bras, s'appuyant plusieurs longues secondes sur son torse puissant avant de rompre l'étreinte pour lui promettre que lui-aussi pourra toujours compter sur elle. Ça il le savait mais c'était toujours bon de se l'entendre dire. La déesse grecque était peut-être instable et ses réactions imprévisibles et déstabilisantes, ça ne changeait pas qu'au fond elle possédait un cœur loyal et fidèle. De cela, l'asgardien en était plus que persuadé. C'était d'ailleurs une raison majeure qui faisait que les deux-là s'entendaient si bien. Sincères et déterminés dans ce qu'ils entreprenaient, amitiés comprises. Les deux comparses restèrent dans le calme complet, profitant silencieusement de la compagnie de l'autre et admirant le spectacle qui s'offrait à eux depuis le balcon. A ce moment précis, Thor pensa que ce n'était pas si désagréable de vivre sur cette île et que finalement, il pourrait s'y accoutumer. Certes on l'avait déraciné de chez lui, on lui avait pris sa vie, son futur, mais honnêtement, il se rendait compte qu'en définitive, un foyer et des amis, c'était ce qu'il y avait de plus important. Et s'il n'avait pas été exilé, lui et les autres, il n'aurait jamais découvert l'existence de ces autres dieux et n'aurait jamais eu la chance de connaître Perséphone. Pouvait-on dire alors que c'était un mal pour un bien ? En tout cas, Thor le pensa à cet instant. Amusant comme la présence des personnes qui nous sont chères pouvait modifier notre vision des choses, si ce n'est durablement, au moins l'espace d'un instant. Son amitié avec le Reine des Enfers était des plus précieuses et la profondeur de leur amitié n'avait jamais atteint autant de sommet que présentement.

Brisant le silence, le guerrier qui demeurait en lui ne put s'empêcher de lui proposer de commencer à visiter les lieux en allant sur l'espace des duels, ce que la brune accepta, arguant qu'ainsi, en commençant par là, elle pourra se défendre si d'ordinaire un nordique un peu trop lourd viendrait l'approcher de trop près. Sa réflexion amusa le dieu du tonnerre qui rit franchement. Ils le feront sûrement par curiosité, tu peux en être sûre. Mais rien de méchant et puis, en te voyant avec moi, je doute qu'ils se risquent à venir te titiller de trop près. Cela dit, j'aimerais beaucoup assister à pareil spectacle. La Reine des Enfers de Grèce, faussement sans défense, affrontant un géant du nord. Voilà qui s'inscrirait dans les annales de l'île. D'un autre côté, j'aimerais autant éviter, parce que je ne suis pas sûr que ton mari apprécierait que je te laisse te battre avec des gaillards rompus au combat et qui dépassent tous les deux mètres. D'ailleurs, parlant de son mari, Perséphone lui demanda comment s'était passée son entrevue avec lui pour qu'il accepte de la laisser partir. Le scandinave ne pouvais pas lui en vouloir de poser la question et en fait, il était même étonné qu'elle ne lui ait pas demandé plus tôt. Thor comprenait parfaitement qu'avec un conjoint pareil, elle s'inquiète des relations qu'il pouvait il y avoir entre lui et son meilleur ami. Il ne fallait pourtant pas qu'elle se fasse autant de soucis. L'asgardien avait bien compris qu'un lien privilégié existait entre eux, aussi insolite puisse-t-il être et il était donc évident qu'il ne ferait rien qui puisse faire du tort à Hadès, car le toucher serait toucher Perséphone par dommage collatéral, or il ne lui ferait jamais de mal. Mais étrangement, même sans ça, le nordique éprouvait de la fascination pour ce dieu grec et il cherchait à s'en rapprocher pour faire une alliance avec lui, et même, idéalement, s'en faire un ami. S'il aimait Perséphone, bien qu'il ait une manière de le montrer, il était évident pour le porteur de Mjöllnir qu'il avait des qualités et qu'Hadès méritait d'être connu. Pour le moment il n'avait eu que l'occasion de lui parler pour le convaincre de laisse sa femme partir quelques jours parmi les normands, mais il était bien décidé à forcer le hasard pour que d'autres rencontres se fassent entre eux. Il ne savait pas encore comment, mais il trouvera bien le moyen de percer les défenses de ce dieu mystérieux et sauvage.

- Étonnamment bien quant on sait ce que ça aurait pu donné. Je m'attendais à ce qu'il se montre plus réticent et méfiant mais quant je lui ai exposé mes raisons et affirmé que ce serait pour quelques jours, il a accepté. Je ne pense pas qu'il l'ait fait pour moi, par peur de voir un grand blond baraqué lui fondre dessus pour l'obliger à accepter. Il était surtout incroyablement persuadé que tu reviendrais à lui sans même qu'il n'ait besoin de bouger. Il est assez effrayant dans son genre mais pour une raison que je ne parviens pas à déterminer, je l'apprécie. Thor haussa les épaules. Il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il explique pourquoi il appréciait Hadès, lui-même l'ignorait. Mais contre toute apparence, il sentait qu'il y avait plutôt un bon feeling entre eux et qu'avec de la patience, il pourrait peut-être en tirer quelque chose. Si jamais il y parvenait, ce serait vraiment cocasse de les voir tous les trois. Lui, dieu scandinave du tonnerre ami avec le dieu et la déesse grecs des enfers. Et pourtant... Les trois là, ça détonnerait à coup sûr et si Sif se joignait à eux, ce serait encore plus distrayant. Finalement, ils arrivèrent sur l'espace d'entrainement et des regards curieux se tournèrent peu à peu vers eux. Thor la présenta aux compatriotes qu'ils croisaient et bientôt, ils retournèrent chacun à leur exercice. Tu sais te servir d'une arme ou pas du tout ? demanda-t-il à Perséphone qui faisait figure de fillette parmi tous ses guerriers aux dimensions extraordinaires.




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Dim 18 Aoû - 9:26

J'étais arrivée sur Néméïl avec deux piliers: ma mère, et mon mari. Il ne manquait plus qu'à mon bonheur des piliers provenant de Néméïl même, qui ne me rappareilleraient pas la terre, ni ma vie d'avant. Thor faisait à présent parti de ceux dont je ne voulais plus me passer. Et depuis hier, notre complicité avait croît de plus belle. Et puisque je me sentais apaisée en ces lieux et en sa compagnie, je me montrai des plus docile, aimante, fraiche et câline, ce qui nous rapprochait encore un peu plus, Thor et moi, du fait que j'avais dormi contre lui et que je n'hésitai plus à le prendre dans mes bras dès que l'occasion se présentait.

Lorsqu'il me proposa de commencer notre visite du quartier Nordique par leur lieu d'entraînement, je fus très curieuse et excitée à l'idée de voir de pareils combattants en action. Les Scandinaves avaient sur Néméïl une réputation bien à eux: celle de farouches guerriers. J'avais hâte de les voir en action. Je suivis donc mon guide qui entre temps, répondit à ma question concernant mon mari. J'eu un sourire lorsqu'il énonça qu'Hadès n'avait pas accepté par peur du Dieu Nordique.

-Je confirme. Hadès n'a peur de rien. De plus, il a gardé un don très puissant ici, et s'il venait à l'utiliser contre toi, je ne suis même pas sûr que tu puisses le vaincre, le prévins-je.

Il m'expliqua alors ensuite son ressenti face à l'acceptation de mon séjour ici: il était persuadé que dans tous les cas, Hadès pouvait me permettre d'aller n'importe où, je reviendrai toujours à lui. Je fis la moue. Il avait totalement raison. Ma vie sans lui avait un gout mortel pour moi, sans mauvais jeu de mot. Je comprenais mieux pourquoi mon époux avait accepté que je m'éloigne de lui quelques temps. Peu importe le temps que je resterai chez les Nordiques et peu importe comme cela se passerait, je lui appartiendrai toujours de la même manière, avec la même force, la même passion. Puis je retrouvais mon sourire lorsque, finalement, il dit apprécier mon mari sans même pouvoir expliquer pourquoi.

-Parfois on apprécie une personne parce qu'elle sort du lot.J'en suis l'exemple même, qui aurait accepté qu'une folle comme moi s'incruste dans son lit au beau milieu de la nuit, hein ? riais-je.

Puis, nous arrivâmes au lieu tant attendu. Tous les regards se braquèrent sur nous, autant par curiosité de voir arriver une inconnue que parce qu'il s'agissait du grand Thor qui se trouvait à mes côtés. Qu'est-ce qui attirait le plus leur attention ? L'inconnu ou leur chef ? Aucune idée. Tous finirent par reprendre leurs activités suite aux présentations faites par Thor, avant que celui-ci ne se retourne vers moi pour me demander si je savais manier une arme. Je me mordis la joue intérieure, mal à l'aise. Devais-je avoir à mon meilleur ami que j'étais presque devenue une tueuse professionnelle ? Que j'avais appris avec mon mari des techniques de torture que lui-même pouvait ignorer ? Dans mes mauvais jours, rien ne pouvait m'arrêter, et j'étais capable de manier n'importe quelle arme si celle-ci pouvait tuer. Même un verre ou un bout de bois pouvaient faire office d'arme meurtrière une fois qu'ils étaient entre mes mains et que la folie bouillait dans mes veines. Je fis la moue, me rappelant aussi que j'avais une fois arrachée une dent à sa fille lors d'un combat improvisé. Oui, j'étais dangereuse, bien que je ne fasse pas la même taille que tous ces Dieux, et que je n'ai pas vingt kilos de muscles. Je raclais ma gorge, mal à l'aise.

-Si tu entends par arme épée, arc ou autre, pas du tout.

Voilà, là au moins j'évitais de lui révéler ma vraie nature de furie sans lui cacher pour autant que je savais manier d'autres armes moins habituelles. Je lui fis un sourire timide, sachant très bien qu'il n'était pas dupe et comprendrait le message caché derrière ma phrase.

-Je dois t'avouer que j'aimerai beaucoup apprendre à manier l'épée, je trouve ça très beau, surtout ceux qui se battent à deux épées.

Et qu'arriverait-il si pendant l'entraînement, la Reine des Enfers reprenait le dessus ? Ce n'était pas impossible, connaissant mon côté sadique et fier, je savais qu'en temps de combat il pouvait ressurgir pour tuer. Finalement, être venu ici n'était peut-être pas une si bonne idée. Mais j'étais accompagnée de Thor, il m'aiderait. Et puis, si ces Nordiques sont de si bons guerriers, ils ne devraient rien craindre de moi, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Ven 23 Aoû - 9:50

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Hadès avait conservé un puissant pouvoir ? Raison de plus pour que Thor parvienne à le convaincre d'être de son côté et il n'ignorait pas qu'être ami avec Perséphone pouvait s'avérer être un atout comme une entrave. Si le dieu de la mort voyait en lui un rival ou quelqu'un qui le privait régulièrement de sa femme, il pourrait décider de ne pas accepter d'alliance mais a contrario, il pourrait justement accepter de se rallier au nordique parce que sa femme était ami avec lui. Quoiqu'il en soit, il n'était pas à prendre à la légère mais l'asgardien ne pouvait s'empêcher de nourrir une fascination pour lui, chose qu'il confia à Perséphone et qui la fit rire. C'est vrai, on pouvait apprécier une personne sans raison particulière, du moins sans raison logique. Là, c'était plutôt l'instinct qui le guidait et jusqu'ici, il lui avait toujours été utile même si parfois, c'était aussi ce qu'il l'avait mené dans les combats les plus dangereux qu'il ait connu. Il considérait néanmoins que c'était une excellente chose. Ça avait contribué à lui donné une précieuse expérience et ça avait été ses plus beaux combats voire même les plus épiques. Se faisant donc confiance, Thor était à peu près sûr que les choses avec Hadès se passerait bien mais il n'oubliait pas qu'il y avait toujours un minimum de données aléatoires qui pouvaient tout faire changer et qu'il fallait par conséquent qu'il reste sur ses gardes. Va savoir, je ne suis peut-être pas aussi saint d'esprit qu'il n'y paraît, ce qui expliquerait pourquoi je t'ai accepté. rebondit-il à la réflexion de la déesse. D'ailleurs, je pense qu'il faut avoir un certain grain de folie pour constamment chercher querelle à des créatures immenses et dangereuses ou même tout simplement tenir tête à mon propre père, Odin. fit-il avec humour.

Et arrivés sur le terrain d'entrainement, Thor afficha un grand sourire face à ses frères d'arme et ceux-ci, après avoir observé un moment la nouvelle venue. Certains s'en désintéressèrent, d'autres la saluèrent mais tous, comme un seul homme repartirent à leurs occupations. A nouveau le tintement du fer des épées sur les boucliers d'airain se firent entendre, on entendant les bottes marteler le sol poussiéreux et autant de cris de rage que de rires. Les asgardiens passaient un temps considérable ici, Thor le premier. L'espace d'un instant, il se remémora les entrainements à Asgard, quand il était petit puis quand il avait grandi. Son père lui contant les exploits des grands guerriers ainsi que ses propres combats et Thor rêvant de devenir une légende lui-aussi, ce qu'il était finalement parvenu à faire... Se retournant vers Perséphone, il lui demanda si elle savait manier une arme. La déesse répondit d'une manière étonnante que l'asgardien ne releva mais dont il perçut les non-dits et celle-ci finit par dire que l'épée serait un départ intéressant car elle aimerait bien apprendre à se battre avec deux épées. D'accord... donc va pour l'épée. Suis-moi. Thor se dirigea vers les présentoirs d'armes et soupesa plusieurs petites épées avant d'en donner une à Perséphone. Fais voir quelques mouvements et dis-moi si ça va, si c'est trop lourd ou trop léger, sachant que si tu veux te battre avec deux armes, il faut privilégier la dextérité et donc utiliser des armes légères, faciles à manier. Son regard se posa ensuite sur le présentoir des armures. Je te laisse choisir ton épée, je reviens. Il se dirigea alors vers ledit présentoir et chercha quelque chose à la taille de Perséphone. Vu la taille des nordiques, il n'était pas si aisé de trouver une armure légère et solide dans laquelle entrerait son amie mais il réussit néanmoins à en dénicher une. Elle n'était pas de prime fabrication mais après vérification, elle était suffisamment solide pour endurer un entrainement basique. Il revint donc vers la déesse qui semblait s'être décidée sur l'épée et lui tendit l'armure. Tu peux la mettre par-dessus tes habits et je te conseille même de l'enfiler rapidement. Ici, il y a souvent du mouvement. Et comme pour confirmer, un bruit de choc violent se fit entendre et un guerrier d'une taille impressionnante atterri au pied de Thor. Ce dernier regarda son contemporain avec un grand sourire qui resta quelques secondes à reprendre ses esprits avant de se relever aussitôt et de repartir à la charge. Les scandinaves étaient des fous qui ne reculaient devant aucun combat et le prince d'Asgard était fier d'appartenir à pareil peuple. Tu vois ce que je veux dire. fit-il avec amusement à Perséphone.

Il l'entraina ensuite dans un coin assez reculé pour minimiser les risques qu'une brute ne leur tombe sur la tête et étant lui-même armé d'une épée et d'un bouclier. L'art du combat à deux mains reposes sur la dextérité et la précision. Comme tu n'as pas de bouclier, tu comprendras bien qu'il faut que tu mettes ton ennemi à terre avec une rare rapidité. C'est pourquoi esquiver te sera d'une grande utilité. Mais avant que tu ne t'entraines avec deux armes, commençons déjà par le maniement standard d'une épée à lame courte. Aller, essaie de me toucher mais sans me tuer tu seras gentil. Tandis que Perséphone s'évertuait à le toucher, Thor l'en empêchait en esquivant. Pour cette première fois, il n'utiliserait pas d'arme. Il cherchait aussi à déterminer ses points forts et ses points faibles en attaque ainsi qu'en défense. Il était bien rare qu'il se transforme en professeur et à la vérité, il était bien possible que ce soit la première fois. Il lui était arrivé de donner des conseils à ses amis ou alliés, mais jamais de donner ce genre de cours. C'était une première mais il ne s'en sortait pas mal. En même temps, les champs de bataille et l'art de la guerre n'avait aucun secret pour lui. La difficulté résidait plutôt dans sa capacité à transmettre son savoir mais force était de constater que pour le moment, il avait l'air de bien s'en sortir. Perséphone quant à elle se montrait douée et il était certain qu'elle s'était déjà battu et pas seulement avec sa fille. Et tandis qu'il voyait la déesse se concentrée, il se dit qu'il y avait des risques que sa bipolarité fasse son apparition et qu'elle change de personnalité. Si jamais elle changeait, Thor s'en voudra. Il était là pour lui changer les idées et pas pour réveiller ce côté sombre qu'Hadès avait ancré en elle. Enfin, il était là quoiqu'il arrive.




We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Ven 30 Aoû - 8:17

Thor, ou l'art de se caractériser soi-même de fou. Encore une fois, nous étions sur la même longueur d'onde puisque j'avais fait de même il y a quelques minutes. Moi, j'avais des soucis psychologiques je n'en doutais plus. Mais lui ? Je lui souris tendrement, et lui dis:

-Je pense plutôt que tu es quelqu'un de très courageux, Thor. Et tu as confiance en toi. Ca ne fait pas de toi un fou. Bon, certes, on ne sait pas encore comment tu fais pour me supporter, mais j'y travaille ! souris-je.

On se rendit ensuite au 'champ de bataille' où le brouhaha ambiant représentait très bien les Scandinaves sur plusieurs points: ils ne sont pas les plus raffinés, ni les plus silencieux. Et entendre ces chocs entre armures, armes et boucliers leur correspondait très bien aussi. Je me sentis très petite et très faible lorsque tout le monde se tourna vers nous, bien qu'ils retournèrent assez vite à leur occupation. On voyait bien que je n'étais pas de cette mythologie, s'en était effrayant. Je suivis Thor parmi les siens, et il me mena jusqu'à une armurerie. Lorsqu'il me demanda quel type d'arme je savais manier, je contournai la réponse avant de lui avouer avoir toujours voulu combattre à l'épée, à deux épées lus précisément, mais commencer par une me paraissait être une bien bonne idée. Il me laissa alors choisir mon arme et, ouvrant de gros yeux, je me sentis particulièrement ridicule, toute maigrelette, à soupeser les épées, qui pour la plupart étaient bien trop lourdes pour moi. Je finis par soupirer de soulagement en trouvant celle qui me conviendrait, et souris en voyant mon ami revenir avec.. une armure à la main ?! Etait-il sérieux ? Jamais je n'allais supporter ce poids sur mon corps ! Comment pouvaient-ils se battre avec ces armures qui devaient entraver leurs mouvements ? Je fis la moue, mais enfilais le vêtement quand même. Il me fallut un temps d'adaptation mais je réussi finalement à me faire à l'armure que Thor avait très bien choisi pour moi. Et alors que j'étais fière de ma reconversion nouvelle en guerrière novice, un homme nous tomba presque dessus dans la seconde où Thor me prévint qu'ici, il y avait beaucoup de mouvement.

Thor m'attira alors dans un coin de l'espace d'entraînement afin que l'on ne nous envoie plus d'hommes volants sur le coin de la figure, et il entreprit de me former aux armes. Au début timide et hésitante, je fini par prendre très au sérieux cet entrainement, qui plus est ayant un professeur que tout le monde rêverait d'avoir: Thor, l'un de ceux à qui l'on compte surement le plus de victoires. J'avais donc bien compris ses instructions: être rapide. De plus, ma petite taille et mon armure légère comparée aux leurs était un réel atout. Je connaissais assez Thor pour savoir que sa force n'avait pas d'égal, mais qu'en revanche, il était moins rapide que moi. Et après une longue heure où je tentai vainement de le toucher, je finis par mettre en action ses conseils. Ainsi, je donnai un coup d'épée vers son épaule droite qu'il esquiva avec son bouclier, mais n'y mettais aucune force, concentrant celle-ci sur mes jambes, alors que je me donnais une impulsion pour sauter jusqu'à son épaule gauche -et donc à l'opposé de là où il mettait toute son attention, ainsi que son bouclier- et me retrouvais ainsi derrière son dos. Pointant mon épée au niveau de sa colonne vertébrale si bien protégée par son armure, je souris, triomphante.

-Touché.

Puis, mon corps m'envoya le signal qu'il fallait faire une pause: en sueur, mes jambes commencèrent à trembler de fatigue, je rendis donc les armes en déposant la mienne à l'armurerie non loin. Je m'assis à même le sol, épuisée, le souffle court et bruyant. Oui, j'étais exténuée, mais au bout d'une heure j'avais quand même réussi ce qui me semblait être insurmontable: toucher Thor. D'ailleurs, lorsque celui-ci revint vers moi, il sourit en voyant le déchet humain que j'étais devenue, incapable de me relever ni même d'esquisser le moindre geste.

-Si tu veux m'achever, c'est le moment, riais-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Lun 2 Sep - 14:37

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Selon les dires de Perséphone, notre sympathique asgardien n'avait rien de fou mais se révélait au contraire être quelqu'un de courageux. Oui, sans doute, mais où s'arrête le courage pour laisser place à la folie pure ? Elle disait aussi qu'il avait juste confiance en lui. Si on demandait l'avis d'autres personnes, nul doute qu'elles qualifieraient le grand blond d'arrogant, ce qui n'était pas faux non plus. Mais peu importe, un compliment était toujours bon à prendre et ne faisait jamais de mal. De toute façon, s'il avait confiance en lui, parfois un peu trop, Sif et d'autres seraient là pour l'aider à le faire redescendre de son nuage, par la force s'il le fallait. Donc, peu de risque que ses chevilles ne gonflent trop. Ceci étant dit, les deux amis se retrouvèrent sur l'espace de duel et rapidement, ils trouvèrent une arme et une armure adaptée. Comme Perséphone voulait s'essayer aux épées à deux mains, Thor lui donna des conseils sur la tenue à porter et aux armes à privilégier. Ce genre de combat portait sur la dextérité et il fallait donc elle soit libre de ses mouvements pour gagner en rapidité et en esquive et il fallait aussi que ses gestes soient précis. En combinant tout cela et en s’entrainant régulièrement, elle pourrait très probablement vite progresser et se hisser au niveau de combattants émérites parmi les nordiques. Et finalement, Perséphone se prêta au jeu, cherchant à mettre en pratique les conseils du guerrier en trouvant une faille et en s'y engouffrant avec rapidité. La manœuvre dura une bonne heure avant que la brune ne parvienne à être plus rapide que lui, le contournant à vive allure pour se retrouver derrière son dos et lui donner un coup au niveau de la colonne vertébrale. Si la victoire dessina un grand sourire sur le visage de la jeune femme, Thor constata aussi que cet exercice l'avait fatigué. Ça va ? demanda-t-il alors. Finalement, ils s'arrêtèrent là et allèrent reposer les armes qu'ils avaient emprunter et Perséphone alla s'asseoir à même le sol un peu plus loin tandis que Thor reposait l'imposant bouclier et partit un peu plus loin pour chercher de l'eau. Il vint ensuite vers son ami et de son imposante stature lui cacha le soleil. La voilà la future guerrière gardienne du Valhala, s'amusa-t-il non sans une pointe de fierté de ce qu'elle avait accompli. Sérieusement, tu peux vraiment être fière de toi. Je connais de valeureux combattant qui n'ont jamais réussi à me toucher et pourtant, ils sont loin d'être le genre à compter fleurette à leurs ennemis. Certes, l'asgardien ne s'était pas aussi menaçant avec elle qu'avec les autres, mais il n'en restait pas moins qu'elle avait démontrer d'excellent talent dans l'art militaire. Lui tendant une outre d'eau, il s'assit ensuite à côté d'elle, les traits radieux et fier par les prouesses de sa petite protégée. Maintenant que tu t'es essayé au combat, tu comprendras mieux mon agacement de ceux qui se moquent de nous en prétendant que nous sommes stupides parce que musclés. Se battre contre quelqu'un requiert plus que de la force brute. Ça demande de la discipline pour s'entrainer tous les jours même si les muscles sont endoloris, ça requiert aussi de la persévérance, de la détermination, du courage et de l'intelligence. N'est pas guerrier le premier idiot qui court sur le champ de bataille avec une épée en main. Ça, c'est un suicidaire et il ne faut pas confondre, plaisanta-t-il. Puis ils restèrent un moment assis là, tel quel, à profiter du paysage si on pouvait appeler ça profiter et au bout d'un moment, Thor se leva et enjoint Perséphone à en faire autant. Allez ! Levons-nous avant de nous enraciner. Il ne doit pas être loin de l'heure du déjeuner et j'aimerais te faire un peu visiter le quartier Nordique avant qu'on ne passe à table. A moins que tu ne veuilles rentrer te reposer un peu ? Le premier entrainement n'était jamais évident, mais ceux qui suivaient l'étaient encore moins. Thor se souvenait avec amusement des premiers duels qu'il avait fait avec son père. Il était presque impossible de canaliser son énergie, c'était presque à se demander si ce gamin qu'il avait été n'était pas hyperactif. Et puis à force de s'entrainer, d'être à l'entrainement envers et contre tout, il avait fait partit des meilleurs et sa légende était rapidement né après ça. Les millénaires n'avaient fait qu'alourdir la liste de tous les triomphes et succès qu'il avait accompli, avec (mais surtout sans) le consentement de son père. Que de souvenirs ! Avec aussi Loki et Sif à ses côtés et d'autres partisans de ses actions qui étaient devenus de fidèles amis. Oui, il avait nagé dans une gloire luminescente et l'apogée aurait dû être lorsqu'il se serait fait couronné et qu'il aurait remplacé son illustre père sur le trône d'Asgard. Malheureusement, ils avaient échoué sur cette île infâme qui enlevait tout espoir de retour chez eux. Il n'avait plus qu'à espéré que Néméil ne lui prenne rien d'autre. Toutefois, Thor préférait pour le moment se concentré sur le positif de cet exil en se disait qu'ainsi, il avait fait des rencontres étonnantes et plaisantes dont Perséphone, déesse grecque des saisons et reine des enfers, qui était aujourd'hui devenue une amie précieuse qu'il considérait comme sa protégée, comme une petite sœur et qu'il avait réussi à kidnapper quelques jours pour lui montrer son univers. Un moment agréable et atypique dont l'asgardien comptait bien profiter car être heureux sur cette île pouvait se révéler être un luxe, alors autant accueillir avec émerveillement chaque goutte de joie possible qui tomberait entre ses doigts.





We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Ven 27 Sep - 19:57

Assoiffée. J'étais desséchée de toute goutte d'eau et de toute énergie. Mon entraineur particulier me rejoignit sur le sol, et on resta ainsi un moment, alors même que j'étais incapable de répondre à la simple question qu'il m'avait posé, s'inquiétant -avec amusement cependant- de mon état. Faire ce bon pour arriver toucher son dos m'avait arraché toute force. Une fois que j'eu repris ma respiration, il se leva et m'invita à en faire de même. Gamine dans l'âme comme toujours, je lui fis une grimace avant de finalement le suivre, réprimant les vagues de douleurs que me faisaient ressentir chaque centimètre de mon corps.

- Allez ! Levons-nous avant de nous enraciner. Il ne doit pas être loin de l'heure du déjeuner et j'aimerais te faire un peu visiter le quartier Nordique avant qu'on ne passe à table. A moins que tu ne veuilles rentrer te reposer un peu ?

J'eu alors une idée. Je savais exactement ce que je voulais: étancher ma soif tout en découvrant une nouvelle partie de l'univers de Thor. Je lui répondis donc tout en déposant arme et armure là où je les avais prises.

-Tu ne voudrais pas m'emmener dans une taverne mon cher ami ? Je sais que tu es un fin connaisseur de boissons qui me sont encore inconnues, et étant donné que cet entraînement m'a totalement assoiffé... Tu devrais profiter de l'occasion, ce n'est pas tous les jours que je te proposerai de me faire boire ! riais-je.

J'eu alors une pensée pour Hadès, que je chassais bien vite. Je savais que ce que je faisais en compagnie de Thor lui déplairait fortement et penser à lui risquait de faire remonter en moi des sentiments et sensations que j'essayais de taire lorsque j'étais en compagnie de l'Asgardien. Je me doutais bien qu'il n'allait pas refuser, ainsi je me préparais déjà mentalement à ce qui allait suivre. Moi, épuisée, paraissant encore plus frêle et pâle qu'à l'habitude, entre une horde de vigoureux guerriers, dans une taverne, à gouter les différentes boissons que me ferait servir Thor. Hum. Oui, ça me plait bien, pour une fois, lâchons-nous ! N'étais-je pas ici pour profiter, m'amuser, et connaître Thor encore mieux que je ne le connaissais déjà ? Ravie, c'est souriante et presque en sautillant que je rejoignis à nouveau mon ami après avoir rangé mes affaires et après m'être rafraichie en me passant un peu d'eau là où j'avais le plus transpiré. Et oui, si eux avaient l'habitude de sentir le fauve qui a vaillamment combattu, la douce Déesse Grecque que j'étais aimait se montrer féminine et délicate. Or, ce que j'avais fait l'heure passé m'avait quelque peu fait perdre de ma fraicheur. Je sentis le regard amusé de Thor sur moi et répliquais avant même qu'il ne prenne la parole:

-Te moque pas, si toi ça te plait de sentir le phoque, c'est pas mon cas, souriais-je avant de lui tirer la langue. Alors, on y va ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Jeu 3 Oct - 19:05

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Thor demanda à son amie ce qu'elle voulait faire et s'il s'était attendu à ce qu'elle réclame à boire, il n'aurait cependant jamais songé qu'elle lui demande de l'emmener dans une des tavernes que comptait le quartier nordique pour s'essayer à diverses boissons typiques de chez eux. C'est avec un regard légèrement surpris qu'il accueillit la requête mais il était plus qu'heureux de constater que Perséphone voulait profiter de tout ce qui s'offrait à elle. Maintenant qu'il l'avait initiée aux armes et au combat tel qu'il existait parmi les scandinaves, il allait avoir la joie de lui faire découvrir une autre facette de son peuple qui accompagnait les victoires : les boissons alcoolisées des sauvages vivant dans le septentrion. Il pourra aussi lui faire voir des choses moins connues et dans lesquelles pourtant ils excellaient : l'art de la forge. Épées, armures mais aussi bracelets, bagues et autres bijoux. Et puis eux-aussi avaient leurs poètes, qu'on nommait chez eux les scaldes. Il voulait l'initier à ça aussi. Il était d'ailleurs très curieux de savoir ce qu'elle en penserait, des histoires nordiques narrant leurs hauts-faits. L'asgardien espérait aussi lui faire rencontrer des amis et parmi ceux-ci, Sif. Perséphone sentirait d'ailleurs peut-être qu'il se passait quelque chose entre eux, quelque chose qu'il ne s'avouait pas et peut-être que la brune le charrierait dessus mais avec de la chance, elle lui donnerait quelques conseils qu'il ne demanderait pas. Cela dit, avec ou sans, il doutait que quelque chose se concrétise entre eux. Ni l'un ni l'autre n'était du genre à faire le premier pas dès qu'il s'agissait de sentiments amoureux. Rien ces mots "sentiments amoureux" lui râpaient la langue, et pourtant il avait déjà ressenti ça un jour, avec la mère de Thrùd. Pourquoi était-ce si compliqué ? Trop amis pour craindre de dépasser ce stade ?

Une fois debout, Thor attendit que la déesse le suive et alors qu'elle se désaltérait, il ouvrit bientôt de grands yeux en voyant la jeune femme se mettre de l'eau sur le corps, pour se rafraichir ? Peut-être, mais le temps n'était pas vraiment chaud pour quelqu'un habitué aux hautes températures de la Grèce antique. Non, apparemment, elle tentait plutôt de prendre une douche improvisée, ce qui fit sourire l'asgardien. C'était bien la première fois qu'il assistait à pareil spectacle ! Jamais il n'avait vu Sif faire ainsi, où alors elle le cachait drôlement bien parce qu'il ne l'avait jamais surpris ! Perséphone dut sentir son regard puisqu'elle lui lança, sans même se retourner vers lui, que si lui et les autres guerriers étaient habitués à sentir le phoque, ce n'était pas son cas. Sa réflexion le fit rire franchement et la reine des enfers lui tira la langue. Et pourtant, mes odeurs ne t'ont pas dérangé cette nuit, répliqua-t-il avec espièglerie. Perséphone lui demanda s'ils y allaient, signal qu'elle avait terminé son bain de fortune. Alors c'est partit ! Quittant l'espace des duels, les deux amis cheminèrent sur la route sinueuse qui les menèrent sur la route d'Asgard, discutant de cet exercice physique, d'armes et Thor racontant toutes sortes d'exploits, ceux qu'il avait vu comme certains qu'il avait fait. Le long de cette route, il y avait quelques tavernes et ils entrèrent dans la plus reconnues. Il y avait déjà pas mal de monde et il était finalement assez cocasse de remarquer que les lieux les plus usités par les nordiques étaient l'espace des duels et la taverne. Enfin, ça dépendait surtout des dieux. Si tous étaient plus ou moins guerriers, il est vrai que certains appréciaient davantage de passer du temps au kiosque ou en compagnie philosophe. Après tout, il fallait de tout ! S'installant à une table, Perséphone put admirer la décoration qui était faite en bois et en pierre, mais le tout vaillamment sculpté dans des ornements raffinés. Les chaises, qui s'apparentaient davantage à des fauteuils, étaient recouvertes de peaux de bêtes et les couleurs vives comme le rouge et le doré donnait à la pièce une allure royale et confortable. Le genre de lieu où on a l'impression d'être dans un cocon. Thor ayant demandé qu'on lui apporte les boissons les plus prisées et les plus délectables, on apporta au futur roi plusieurs pichets qui comportaient des alcools plus ou moins forts mais tous particulièrement chatoyants et jouant avec les papilles. Bière, akvavit, vodka, vin, Perséphone pouvait se faire plaisir et s'amuser en les goûtant tous. Je doute que tu es encore soif après ça. Par contre, je ne parierai pas que tu marches droit, déclara-t-il avec malice, un grand sourire accroché aux lèvres. Tu me diras si c'est à la hauteur des hommes forts et braves du nord ! Sans attendre, le normand servit Perséphone avant de se servir. Le polisson qu'il était l'obligea à commencer par l'akvavit, eau de vie faite à partir de céréales ou de pommes de terre et typique de leur terre natale. Cul sec ma belle ! L'idée n'était pas de l'étouffer mais si la déesse n'était pas habituée aux alcools forts, ce pourrait être drôle de voir la tête qu'elle ferait. Qui a dit que les scandinaves n'avaient pas le sens de l'humour ? Pas Thor en tout cas !





We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Mer 9 Oct - 14:08

Je donnais un coup de poing affectif sur l'épaule de Thor alors qu'il se moquait de moi et de mes manières tandis que je me rafraichissais. Cette nuit, peu importait son odeur tant que j'avais une présence auprès de moi et un peu de chaleur. D'ailleurs, je me promis de lui faire prendre un bon bain ce soir avant notre prochaine nuit ensemble !

Je le suivis ensuite vers une taverne qui paraissait être une des plus grande, des plus belles, et surtout des plus fréquentées du quartier. La foule me mit mal à l'aise, alors que je me sentais de plus en plus petite entourées de tous ces Scandinaves. Surtout que plutôt que d'être en armure et fières comme au camp d'entrainement, là, ils étaient saouls et bruyants. Je me recroquevillais donc sur moi-même, passant sans difficultés entre ces brutes qui ne me remarquaient même pas. Je ne me sentis mieux qu'une fois assise un peu plus au calme, avec mon cher ami. Je le laissais passer commande, ne connaissant rien de ce qui se vendait ici. D'habitude, lorsque je buvais, c'était lorsque j'étais dans ma mauvaise passe. Dans mes mauvais jours, j'adorai foutre le bazar dans les bars et tavernes et en ressortais toujours après une bonne bagarre, le sang bouillant d'alcool. Mais cette fois, la situation était très différente. Je n'étais pas seule, et j'étais de bonne humeur. La suite ds événements m'intriguait. Allais-je perdre le contrôle, ou allais-je passer un bon moment en compagnie de mon plus proche ami ?

-Cul sec ma belle !

Sa voix et son regards étaient empreints de malice, d'un air de défis. Je souris, fière d'avoir déjà réussi à lui toucher de la pointe de mon épée cet après midi, j'étais bien décidée à continuer à le surprendre. Je pris donc mon verre, sachant que mon autre part de moi-même avait l'habitude de boire.

-Je te préviens, je tiens bien l'alcool. On dirait pas comme ça, mais je passe pas mal de temps dans les bars. Souvent pour y semer le trouble, tu t'en doutes bien.

Je savais qu'il comprendrait que je parlais de mon autre facette, plus sombre, malveillante. Je levais donc mon verre vers mon ami, comme pour le lui dédier, souriante.

-Au Prince d'Asgard !

Et le premier verre fut avalé. Par Zeus, qu'est-ce que c'était que ça ? Je toussais quelques instants avant de fusiller Thor du regard.

-Rassure-moi, on a commencé par la plus fort, et les alcools vont aller de plus en plus doux, hein ? riais-je.

Il me servit un autre verre. Le premier alcool n'avait même pas fini d'atteindre mon estomac que nous étions repartis pour un cul sec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Jeu 10 Oct - 12:20

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Thor ne pouvait qu'imaginer ce qu'il ressentirait, s'il se retrouvait entouré d'étrangers particulièrement plus puissants que lui. Ça ne lui plairait pas, c'était certain, et il serait constamment sur ses gardes, prêt à déployer une force encore plus colossale qu'à l'accoutumer pour mettre à terre ses ennemis potentiels. Aussi comprenait-il à peu près ce que pouvait ressentir son amie Perséphone, perdu dans ce grand espace avec de forts et fiers normands qui, loin du silence de concentration de tout à l'heure, se montraient ici particulièrement bruyants entre rires et frappes virils. L'asgardien se montrait alors autant que possible amical et abordable histoire de rassurée cette instable déesse mais sa raison n'était peut-être pas au maximum de son état d'esprit du moment puisqu'il s'engageait sur le chemin de l'ivresse. Une pente glissante. Néanmoins l'impulsif scandinave savait apprendre de ses erreurs et saurait, normalement et c'était à espérer, trouver un juste équilibre entre amusement et sérieux. Pour l'heure, il avait amené plusieurs alcools sur la table qui comptait parmi les plus forts que produisaient les nordiques. Joueur et malicieux, il avait servit un tord-boyaux à la jolie et pas si fragile déesse grecque. Celle-ci le prévint néanmoins qu'elle savait tenir l'alcool puisque son côté sombre aimait la mener dans ce genre d'endroit. Ne t'en fait pas, le désordre ici c'est une deuxième nature. Puis il leva haut son verre et les deux trinquèrent et tandis que Perséphone le faisait en son nom, ou plutôt en son titre, Thor leva son verre à leur relation. A notre amitié ! Et puisse Néméil nous rejeter dans notre monde ! Alors qu'il appréciait la chaleur et la sensation provoquées par cette boisson, il vit son amie Perséphone se mettre à tousser tout en relevant vers lui un regard assassin. L'asgardien lui, conservait son sourire malicieux en coin. Est-ce qu'il commençait par le plus fort pour aller en descendant ? La déesse finit par se fendre d'un rire, abandonnant ce regard furibond qu'elle avait arboré plus tôt, pour le plus grand plaisir de Thor. C'était un des plus forts oui, je n'ai pas pu m'en empêcher, s'esclaffa le dieu du tonnerre, avant de resservir la grecque d'un autre verre, moins fort celui-ci. A présent, ils testeraient l'hydromel, puis vodka, bière, et ils s'arrêterait là pour aujourd'hui. Il ne cherchait pas à la soûler et à lui faire avoir sa première gueule de bois chez les normands, mais comme boire du vin détendait et ça ne lui ferait pas de mal de se lâcher un peu loin de son mari, tout en le faisait pour s'amuser et non pas pour mettre le bar à sac. Tu tiens encore debout ? demanda-t-il en se levant et lui tendant la main. Sinon je peux te porter, fit-il en souriant avec douceur. Peut-être serait-il judicieux de la ramener chez lui, histoire qu'elle digère un peu avant le déjeuner ? C'est en tout cas là-bas qu'il la mena, afin qu'elle puisse reprendre contenance après sa rude matinée.

De retour dans sa chambre, Thor changea d'armure pour en porter une plus légère qui avait même des allures de tenue officielle. Ainsi plus à l'aise, il s'occupa de son hôte qu'il avait légèrement malmené pour une première demi-journée passée uniquement ensemble. Venant vers elle qui s'était assise, il s’installa à ses côtés et lui donna un petit coup de coude. Je viens de t'initier aux deux plus grandes activités des scandinaves, est-ce que ça va ? Tu vas survivre à ton séjour ? rit-il gentiment. Si en une matinée il la tuait à moitié, pas sûr qu'elle tienne le choc pour les jours à suivre. Et surtout, il risquait d'avoir Hadès sur son palier dans les heures qui viennent. Pour l'étrangler ou le féliciter de sa prestation qui lui donnait à présent une excellente raison de le maintenir à distance de Perséphone, il n'aurait su dire, mais dans tous les cas, ça n'aurait présager rien de bon. Ne t'en fais pas, on sait faire autre chose. J'aimerais beaucoup t'amener chez un artisan cette après-midi ou demain, que tu vois une autre facette de nous. Un orfèvre hors pair que j'apprécie tout particulièrement. Il la laissa voir comment elle allait et ignorait ce qui était le mieux. D'un côté il avait tant envie de lui montrer tout ce qu'impliquait les nordiques et en même temps, s'il lui montrait tout en deux jours, il ne saurait quoi faire les jours prochains. Ah oui, puis il y avait Sif. Il ignorait complètement comment il allait procéder aux présentations. Ce ne sera pas évident même s'il savait que son amie d'enfance savait faire preuve d'une incroyable courtoisie. Pas sûr cependant qu'elle apprécie de constater qu'il passe tant de temps avec une autre femme, surtout d'une autre mythologie. Enfin, il faudra bien qu'elles se rencontrent tôt ou tard et repousser l'échéance sera peut-être fatal. Perséphone de son côté, semblait curieuse et impatiente de la rencontrer. En attendant, Thor se leva et alla chercher un plateau qui contenait des fruits de ce matin, qu'il proposa à la déesse grecque.





We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Jeu 24 Oct - 14:00

Et c'est ainsi que l'on repartit de plus belle pour un verre. Puis un autre. Ce Dieu Nordique avait commencé par me proposer l'alcool le plus fort, du coup au fur et à mesure des verres je finis par ne même plus grimacer lorsque je finissais un verre cul sec. Comme prévu, je tins mieux l'alcool que prévu grâce/à cause de mon autre moi-même, mais je finis tout de même par avoir sérieusement mal à la tête et au ventre. Thor, lui, était toujours au meilleur de sa forme.

-Tu tiens encore debout ?  Sinon je peux te porter.

Alors que j'avais fermé les yeux pour calmer mon mal de tête, je rouvris un oeil, fronçant les sourcils. J'avais l'impression que le sol s'effondrait sous mes pieds lorsque j'essayais de me lever. Agrippant le bras de Thor, je lui fis comprendre sans un mot qu'il avait intérêt à m'aider à me déplacer, sinon je finissais la nuit ici. Toute fois, je ne le laissais pas me porter et marchais -tant bien que mal- à ses côtés, jusque chez lui. Je n'avais toujours pas ouvert la bouche, totalement assommée par ce que j'avais bu.

Je me laissais tomber sur le sofa de Thor dans son salon, étalée de tout mon long, yeux fermés. Je laissais échapper un grognement lorsque mon ami vint me donner un coup dans l'épaule, me demandant si j'allais survivre à mon séjour ici. Je souris malgré moi alors que j'aurai préféré l'envoyer paitre.

-T'as de la chance que je t'aime tu sais, souris-je.

Il me proposa alors une activité que j'imaginais volontiers captivante, intéressante. Mais... pas maintenant, non.

-Je suis désolée Thor mais... Ca t'ennuie si je dors un peu ? On ira ce soir si tu veux, finis-je ma phrase presque dans un murmure, alors que je m'endormais déjà.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Lun 28 Oct - 8:58

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



L’assommer à coup d'alcool avait peut-être réveillé son autre elle-même car la reine des enfers lui dit dans un sourire qu'il avait de la chance qu'elle l'aime, ce qui le fit sourire à son tour. Perséphone tentait vraiment de se maitriser lorsqu'ils étaient ensemble et il appréciait réellement ses efforts, signe qu'elle tenait vraiment à lui. En retour, il savait se montrer patient et faire fi des mots blessants qu'elle pouvait avoir à son encontre. Il savait parfaitement qu'elle n'était pas vraiment elle-même et qu'elle finirait bien par revenir à la raison et par conséquent, à lui. Quand à sa proposition d'aller visiter un orfèvre, la déesse grecque lui dit qu'ils iraient mais pas tout de suite. Pour le moment, elle avait sommeil et d'ailleurs, à peine lui avait-elle demandé si ça le dérangeait qu'elle se repose un peu qu'elle avait déjà les yeux clos et qu'elle rejoignait Morphée. Ça ne me dérange pas du tout. Désolé de t'avoir assommée à coup d'alcools forts. Repose-toi bien ma Perséphone. Comme s'il s'occupait d'une petite fille, Thor la porta jusqu'à son lit ou il remonta les couvertures sur elle avant de déposer un baiser sur son front. Il resta ensuite quelques instants à veiller sur elle avant de se lever et de quitter les lieux. La déesse des saisons était complètement à sèche après son entrainement de la matinée et cet apéro un peu trop corsé. Thor lui, n'avait fait que réitérer les gestes qu'il faisait tous les jours et par conséquent, il se sentait toujours aussi frais et disponible pour le reste d'une journée pleine de rebondissement. Cela dit, pour quelqu'un qui n'avait pas sa résistance et qui n'avait pas la résistance d'un guerrier nordique, il pouvait comprendre qu'on se retrouve dans ce genre d'état. Et encore, la déesse avait fait preuve d'une force et d'une intelligence exceptionnelles pour tenir le coup de la sorte. Non seulement elle avait réussi à le toucher avec sa dague durant leur combat, mais en plus elle avait réussi à boire tout ce qu'il avait placé comme boisson devant elle. Un exploit pour la miss, même si elle ne s'en rendait pas forcément compte. Du coup, il partit de la chambre sur la pointe des pieds pour laisser son amie se reposer tranquillement, qu'elle ne soit pas perturbée par une présence dans la pièce, et après quelques réflexions sur le palier de sa porte de chambre, il se rendit finalement chez ce fameux orfèvre. Il avait dans l'idée de préparer le terrain pour que lorsqu'il viendrait avec son amie grecque, il puisse lui montrer une large palette de leur art mais aussi pour qu'elle ait une surprise qui, il l'espérait, lui ferait pardonner sa taquinerie du matin ou il l'avait rendu complètement ivre car la soumettre à un test de résistance à l'alcool n'était décidément pas digne d'un gentleman et encore moins d'un dieu de sa stature. Il faut croire qu'il s'était laissé emporter par l'euphorie du moment. Impulsif un jour, impulsif toujours.

Se rendant alors dans la rue d'Asgard, il alla manger avec d'autres dieux avant de se rendre dans une riche boutique d'orfèvrerie, où il salua l’artisan avant de lui annoncer pourquoi il se tenait là. Les deux hommes, comme deux comploteurs, allèrent s'installer dans une salle adjacente et se mirent à parler de ce que voulait Thor, avant de se mettre à parler de Néméil en général, des derniers commérages, de leurs inquiétudes de ne jamais réussir à rentrer chez eux avant de s'encourager sur le fait qu'ils trouveraient bien comment déjouer ce funeste destin. La clef ne pouvait pas être bien loin après tout. Thor restait cependant bien conscient qu'il ne pouvait pas rester une éternité chez l'orfèvre car il avait une invitée qui dormait dans son lit et il ne voulait pas qu'elle se réveille sans lui. Néanmoins, avec ce qu'elle s'était enfilée, il pouvait bien rester quelques heures ici sans s'inquiéter qu'elle ne s'éveille pendant son absence. Il songea aussi à sa mère qu'il n'osait pas approcher hors des conventions et à son père à qui il avait parlé de son projet de paix avec Maât, une égyptienne qui était venue à la rencontre du peuple normand il y a jours et qu'il n'avait toujours pas été revoir. Qui aurait pu croire qu'il y avait tant de chose à faire sur cette ile et qu'il n'ait pas à s'ennuyer ?


HRP : je vais MP Sif pour qu'elle vienne alors Wink



We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sif
avatar Messages : 292
Age : 24
Date d'inscription : 22/05/2013
Localisation : Là où est sa place

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse nordique des Mariages
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Sam 4 Jan - 17:57


Sif & Thor & Perséphone
« On croit ce que l'on veut croire. »
- Démosthène




Sif avait toujours été une force de la nature, comme une vague d’énergie déferlant sur ce monde, et tous les autres supportés par Yggdrasil. Il ne s’agissait pas pour autant d’aveuglement, ou d’impatience : son tempérament n’avait jamais fait d’elle un être plaintif et penaud baissant les bras à la moindre difficulté, ou refusant un peu de bonheur sous prétexte que celui-ci ne s’avérait ni total, ni parfait. Les légendes faisaient d’elle une déesse bienfaisante et douce, et quoi que cela fût vrai, les récits minimisaient trop souvent cette énergie que renfermait son cœur, et qui avait largement contribué, en plus de son talent naturel, à forger de l’Asyne une guerrière accomplie.

La brune mélangeait les extrêmes, vous le saviez à présent, vous la connaissiez. Et plus encore alors qu’elle descendait la rue Jötunheim, cheveux au vent, d’un pas assuré, joyeux, symbole à lui seul de son dynamisme mordant.  Ce même pas qui l’avait guidée avec assurance dans de bien sombres moments, pour toucher de temps à autres à des éclaircies ; jamais aussi belle pourtant que celle qui éclairait son cœur depuis que Thor lui avait proposé d’être son cavalier pour le bal organisé par Dionysos et Osiris. L’Asgardienne n’y avait pas vraiment songé lorsqu’elle lui avait parlé de ce projet : elle n’avait rien de manipulateur, et encore moins d’intéressé, à l’image de ces belles de jour annonçant l’air de rien que leur délicieuse personne allait participer à une soirée où elle aspirait secrètement avoir à son bras le dernier homme sur lequel elle avait jeté son dévolu ! Et c’était tout aussi naturellement que son ami lui avait proposé de l’accompagner. Pourtant, étrangement, cela l’avait ravie, après coup, alors que seule dans son appartement, Sif avait repensé à tout cela, et commencé à imaginer à quoi ressemblerait cette réception. Oh, bien sûr, il lui restait des tas de choses à planifier avant le jour J, que ce soit pour le buffet, la musique, les invitations ou encore les différents moyens de s’assurer que tout ne tournerait pas au vinaigre à cause d’esprits mal intentionnés. Des objectifs concrets atteindre qui, malgré son sens pratique et sa bonne volonté, n’étaient parvenus tout à fait à effacer le léger sourire lui venant à chaque fois qu’elle s’imaginait en tant que cavalière du Dieu de la Foudre. Un truc de gamine… Cette sensation idiote d’être si bien, rien qu’en y songeant…

Mais à force de rêvasser, le temps filait ! Dans ses préparatifs, la demoiselle avait repensé à quelques détails, échappés de sa mémoire du fait de cette fugace mis néanmoins délicieuse émotion dont elle n’avait pas la moindre idée de la nature : chargée de convier les Scandinaves, elle n’avait encore décidé comment s’y prendre afin d’éviter autant que possible que certains de leur mythologie ne viennent tout gâcher, sans pour autant que ceux-ci se sentent mis à part, et donc dotés d’une bonne raison de venir se plaindre. Prévenir de vive voix celles et ceux dignes de confiance, et laisser aux autres une simple note, affichée sur un placard ? Ah, et aussi, très important : Thor et elle n’avait pas fixé l’heure à laquelle il passerait la chercher. Son emploi du temps risquerait d’être mouvementé, et Sif n’était pas certaine de se trouver chez elle juste avant le bal, du moins éventuellement en coup de vent pour se changer, enfin bref, des soucis de femme, vous voyez. Le plus simple consistait à en discuter avec l’intéressé, afin de recueillir ses toujours précieux conseils, mais également de s’organiser un peu plus qu’avec un simple « Avec plaisir, c’est très aimable à toi de proposer ! »

Sif, autant se réjouir d’un bal ! Franchement, on l’aurait narré, que personne n’y aurait cru. Et c’était pourtant cette raison qui en secret allégeait tant son âme, et teinté de gaité sa marche gracieuse : revoir Thor, et converser une nouvelle fois de cette soirée à venir, ce petit « vivement » pas vraiment comme les autres. Ceux prônant la paix sur Néméïl attendaient beaucoup de cette réunion, ce qu’elle comprenait et partageait ; grâce à Thor, une autre source d’impatience venait se mêler au reste… Celle de le voir sourire en s’évoquant, elle et lui, cavalier et cavalière. Celle d’être en sa présence. Celle d’effectivement sentir contre son épaule cette carrure impressionnante, qui, à n’en pas douter, ferait d’eux un couple remarquable lors de ces festivités. Un couple en tout bien tout honneur, n’est-ce pas. Après tout, ils étaient amis, et rien de plus.

Ce pas guilleret cependant se voyait destiné à prendre fin, puisque Sif venait d’arriver à la maison de son ami d’enfance, parti depuis trop longtemps pour qu’elle ait une seule chance de le croiser, et d’ainsi éviter ce qui allait survenir.
Ce sourire angélique, dont le noir de sa chevelure ne parvenait à atténuer la chaleur lui aussi était condamné à disparaître, balayé par le corps étendu là d’une inconnue, négligemment abandonné sur le sofa, comme un chat se prélassant négligemment au soleil.

-Bonjour bonjour, c’est moi… ! avait lancé la miss qui, après avoir frappé au battant et n’obtenu aucune réponse, avait trouvé la porte ouverte, puis pris la liberté d’entrer.

Après tout, Thor n’avait pas grand-chose à lui cacher, voire même rien : Sif n’avait pas peu d’un éventuel bazar typiquement masculin, de vêtements sales éparpillés çà et là, ou quoi que ce soit d’autre. Il avait beau être un Prince, et toujours faire un effort lorsqu’elle passait pour que tout soit le plus impeccable possible, il demeurait un célibataire à la vie bien remplie, dans laquelle le ménage n’avait pas grand place…

Enfin, ça, c’était ce que croyait Sif avant de trouver cette fille endormie dans le salon. Fou, comme les certitudes ont parfois la vie dure, au point de croire le sol disparu sous leurs pieds. La force de la nature venait de se heurter à une muraille, brisant son élan, annihilant son ardeur lumineuse, sa bonne humeur si naïve.

Indécise, l’Asyne ne savait que faire : rebrousser chemin et revenir une autre fois ? Attendre là ? Et si l’invitée mystère s’éveillait ? Qui était-elle d’abord ? Pourquoi ces questions commençaient-elles à tourner dans son esprit comme autant de corbeaux au-dessus d’un champ de bataille ?

Du calme. Il devait y avoir une explication. Quelque chose de parfaitement concevable, et très différent de ce que ça avait l’air. Et puis d’ailleurs de quoi cela avait-il l’air ? Juste de quelqu’un endormi dans un sofa. Certes, de sexe féminin, que Sif ne connaissait pas, et chez son meilleur ami. Ce dernier avait quand même le droit de côtoyer des gens qu’elle-même ne connaissait pas. Il n’y avait aucune raison de se sentir mal à l’aise ou de seulement céder à la détestable tentation de s’imaginer des choses… N’est-ce pas ?








(c) paraliptic & darkpalace & livejournal



Dame Sif« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habitueront.»  -  René Char

Bound to you:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Dim 5 Jan - 11:25

Le souffle court, je ne parvenais pas à battre des paupières, si lourdes et douloureuses, alors que mon esprit se retrouvait peu à peu enfermé dans un rêve sombre, où je me retrouvais victime. Je me voyais déambulant dans les rues du quartier neutre, le sourire aux lèvres comme à chaque fois que j'allais rendre visite à ma mère, le pas léger et une robe aux tons rose pastel pour m'habiller. Je respirais la joie de vivre telle l'enfant de la nature que j'étais depuis ma naissance, fille de la Déesse de l'agriculture. Et alors que j'apercevais mon modèle depuis toujours à quelques mètres de moi, je n'eu pas le temps de la saluer d'un signe de la main qu'une large ombre s'empara de ses poignets, l'attirant vers elle. Alors que j'aurai voulu courir vers elle, la secourir, mes jambes me semblaient si lourdes que je ne pu faire un pas. Face à moi, l'ombre prit le visage de ma tendre mère entre ses mains, avant de lui briser la nuque.

C'est dans un sursaut que je m'éveillais, le regard sombre et les traits sévères. En alerte, je regardais vivement autour de moi. Le gout amer qu'on ait voulu s'en prendre à ma mère toujours en bouche, je me souvins alors que je me trouvais chez Thor, chez qui je m'étais endormie après une journée mouvementée. Serrant les poings, mon regard se figea sur une silhouette féminine. Bon sang, ne pouvait-on pas décuver tranquille ? L'esprit toujours empoisonné par mon cauchemar, je me levais d'un bond, menaçante.

-T'as dû te tromper de maison chérie, râlais-je.

Thor avait visiblement quitté les lieux. C'était sans surprise que j'en avais pris conscience à la seconde même de mon réveil. Donc si je ne l'avais pas entendu toquer et si Thor n'était pas là, c'était que mademoiselle s'était permit d'entrer, tout simplement. Pour qui ce prenait-elle, cette Hercule sur pattes ? Je la dévisageais de bas en haut. Musclée, aux cheveux couleur charbon, et la peau pâle. Une Nordique à n'en pas douter. En réalité, je n'en avais que faire de son identité. Elle n'avait rien à faire ici, je n'étais pas d'humeur à jouer les hôtes chaleureux et sympathiques.

-Il n'y a personne ici qui puisse t'intéresser. Sors d'ici, grondais-je en avançant d'un pas vers l'intéressée.

C'est seulement à cet instant que je remarquais mon mal de crâne. Thor n'avait pas lésiné sur l'alcool hier, et j'en payais les conséquences aujourd'hui. Je me demandais d'ailleurs si mon ami Scandinave m'en voudrait si je m'en prenais à une des leurs ? J'haussais les épaules. Ca valait le coup d'essayer ! Mon cauchemar avait fait renaître en moi ma part d'ombre que Thor avait pourtant réussi à dissiper la veille, et je n'étais prête à faire aucune concession. Il était dans l’intérêt de cette femme de partir. Vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sif
avatar Messages : 292
Age : 24
Date d'inscription : 22/05/2013
Localisation : Là où est sa place

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse nordique des Mariages
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Dim 19 Jan - 21:20

Ne rien faire ou agir, telle avait été la question, et comble de malchance, c’était le hasard qui avait tranché, sans laisser à Sif le loisir d’en décider. Ce corps qui une seconde auparavant s’avérait aussi immobile qu’un être dénué de toute vie s’anima sous ses yeux, et la jeune femme ne put que sentir son cœur se cristalliser un bref instant de surprise presque terrifiée, telle une héroïne de film d’horreur voyant sous ses yeux un statue, une momie, un cadavre ou tout autre terreur prendre vie sans sommation. Pourtant, elle n’avait émis un son, esquissé le moindre geste trop brusque !

Et pis encore, la créature parla. Et d’innocente tétanisée le temps d’un souffle, puis devenue noble dame disposée à s’excuser pour la gêne occasionnée, l’Asgardienne changea encore une fois de visage, pour mieux froncer les sourcils, son esprit passant d’un état à l’autre si promptement que le reste du monde ne put malheureusement profiter de toute la finesse des variations l’ayant habitée. L’on ne pouvait dire que la demoiselle se vexait pour un rien, ou encore possédait un tempérament de feu s’enflammant pour un rien ; cependant, il fallait bien admettre que l’entrée en matière de cette anonyme n’avait rien d’assez engageant pour éviter à sa fierté de se cabrer résolument, et ma foi avec une certaine légitimité.

-Vous vous méprenez, répliqua la Nordique avec aplomb, bravant la tempête naissante avec la fermeté d’un rocher contre lequel pouvaient venir se fracasser les éléments autant qu’ils le souhaiteraient. J’ai le plein droit de me trouver en ces lieux, qui si je ne m’abuse se trouvent sous l’autorité du maître de maison, et de personne d’autre.

Non mais pour qui se prenait-elle ? Quelle étrangeté, vraiment, que Thor eût laissé son logis entre les mains d’une effrontée pareille… ça n’avait aucun sens. Ou éventuellement un, indéfini, indéfinissable, qui inexplicablement la rendait perplexe, en proie à une impression dérangeante, avec un cœur planté d’épines. Une part d’elle courrait après diverses hypothèses, comme celle voulant que la brune en face d’elle soit une sans domicile ayant profité de l’absence de Thor pour avoir un toi sur la tête ; auquel cas son animosité se révélait le fruit de son déplaisir d’avoir été surprise en pleine infraction. Mais plus agaçant encore que ces mystères futiles, et en même temps primordiaux, il y avait cette fille, avec cette attitude de chien prêt à mordre, et ses mots si acides, dénués de toute politesse élémentaire ; rien cependant qui ne puisse éveiller la peur chez Sif, elle qui avait combattu tan d’armées et de créatures effroyables. Inconscience ou bravoure bien trempée, la frontière entre ces deux entités apparaissaient fort ténue.

-Je n’ai donc d’ordre à recevoir de quiconque, vous y compris. Qui que vous soyez.

Voilà, les choses avaient été posées. Clairement, simplement, sans ressentiment sous-jacent, mais avec le sérieux de circonstance, avec sans doute ce léger relèvement de menton trahissant le sang d’aristocrate qui coulait dans des veines que la Grecque sous peu ne tarderait pas à désirer voir lacérées de toute part. Que voulez-vous, même avec un bon fond, les origines ne trompaient pas, plus encore avec les Ases, supérieurs non seulement aux humains, mais également à tout un éventail d’autres peuples, comme les nains ou les géants. Dans sa dernière phrase, il y avait un peu de cela, et plus encore : son indifférence profonde quant à son identité. Une seule chose au fond importait : la raison de sa présence.




Dame Sif« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. À te regarder, ils s’habitueront.»  -  René Char

Bound to you:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Lun 20 Jan - 10:07

Elle avait tranché. Elle avait choisit l'insolence plutôt que de suivre mes conseils. La dernière fois que je m'étais retrouvée face à une Scandinave dans un état fort sombre, Thrùd en avait perdu une dent, et depuis, ne me cherchait plus querelle. Non, je n'étais pas aussi forte qu'eux aux statures colossales et au courage impressionnant. Les Nordiques connaissaient l'art de la guerre mieux que personne. Mais j'étais rapide, et agile. N'avais-je pas réussi à toucher Thor dans le dos durant notre entrainement ce matin ? Certes il ne s'était pas battu avec tant d'ardeur que lors d'une vraie guerre. Mais je l'avais tout de même touché. Et puis, mon caractère était sans égal. Et valait mieux ne pas m'énerver, surtout dans ces moments où mon sang bouillait, noir comme de la cendre. Je souris à ses premières paroles.

-Ainsi, tu vas rester ici jusqu'au retour de Thor ? Le soucis, c'est que j'ai été invitée à passer quelques jours ici. Or, toi, tu es entrée sans même que l'on t'y autorise. Je pense donc que l’intrus ici, c'est toi. Et si tu ne quittes pas ces lieux de toi-même, je m'en chargerai.

Elle pensait être en position de force, cependant, elle était dans ce salon sans aucune raison, sans aucun droit. Elle pouvait donc jouer de ses manières de haut rang ou je ne sais quoi, elle était dans le tord. A sa seconde réflexion et sa posture hautaine, j'approchais à nouveau. Je résistais à l'envie de la faire bouillir de l'intérieur. Cependant, je retenais que ce don me rendait aveugle quelques temps. Quoi que, si j'y mets assez de force, je pourrai peut-être la tuer d'un seul coup grâce à mon pouvoir ? Ainsi, la cécité ne me préoccuperait plus puisque je serai à nouveau seule dans cette maison. Que faire ? Frapper un grand coup et être tranquille ensuite, mais aveugle, ou garder la vue sans être sûre de pouvoir se défaire de cette intruse ? Cruel dilemme. Cruelle, justement, je l'étais. Je pris donc la décision de ne lui laisser aucune chance de sortir d'ici vivante. Cependant, je me souvins être l'amie de Thor. Il adorait une part de moi-même, douce et attachante. Comment réagirait-il si je tuais cette personne dans sa maison ? Je soupirais. Je détestais lorsque mon autre personnalité me mettait des bâtons dans les roues. A cause de mon côté Déesse des saisons, je n'étais plus sûre de vouloir tuer cette femme. Je changeais alors de tactique. Il fallait que je connaisse son identité. Une fois sûre qu'elle n'avait aucun lien avec Thor, j'en finirai avec elle. Si elle refusait de se présenter ou si son nom ne faisait pas parti de ceux dont m'avait parlé Thor, elle périrait.

-Puis-je seulement savoir qui donc s’immisce dans la maison du Prince d'Asgard ? Tu es à coup sûre une Nordique, toi aussi, tu dois donc savoir qui est le propriétaire de cette maison. J'aimerai savoir quel était le but de ta visite ? Le piller ?

Avançant à nouveau d'un pas, mon regard droit dans le sien, je souris intérieurement en me disant que là, si proche, mes yeux ne quittant pas ses prunelles, je pourrais lui causer tant de ravages si j'utilisais mon don. Malgré tout, je me retins. Pour Thor. Pour la confiance qu'il avait en une parti de moi-même. Pour tout ce qu'il faisait pour cette Perséphone qu'il appréciait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thor
avatar Messages : 1921
Date d'inscription : 08/05/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu scandinave
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   Lun 31 Mar - 14:13

Je dissiperai les ténèbres qui te font souffrir
Thor & Perséphone



Combien de temps s’était-il passé depuis qu’il était avec son compagnon nordique ? Beaucoup plus qu’il ne l’avait imaginé. C’était fou comme le temps passait à une allure vertigineuse dès qu’on était en agréable compagnie et d’une manière générale, tous les nordiques l’étaient pour Thor. Il y avait toujours des personnalités à apprendre à connaître, des conversations intéressantes car des idées vues sous différents angles. Et puis les scandinaves étaient chaleureux et unis, n’en déplaisent aux autres peuplades. Après une énième chope d’hydromel, Thor la reposant en riant, amusé par le récit que l’orfèvre lui faisait de certains moments de sa vie. Sur le moment, certains évènements n’étaient pas faciles mais avec le temps, ils devenaient épiques à raconter. C’est alors que le normand finissait son histoire que Thor pensa à regarder l’heure qu’il était. Damned ! Plus de deux heures s’étaient écoulées et Perséphone s’était peut-être réveillée depuis. Prenant congé de l’orfèvre, l’asgardien se dirigea vers sa demeure, la joie au cœur et retrouvant un côté insouciant qui n’était que trop rare depuis qu’il avait appris certaines choses et encore plus depuis l’exil. Etre proche des siens était un plaisir que rien ne pourrait jamais remplacer et les amis en faisant partie, c’était avec cette optique de bonheur qu’il pensait retrouver la déesse grecque, en espérant que ce ne soit pas la harpie qu’elle pouvait être qui l’accueillerait. Et quand bien même, Thor se disait que sa sérénité et sa joie de vivre étaient suffisamment perceptibles pour qu’elle touche la déesse. Sauf qu’en arrivant, ce fut tout autre qu’il découvrit.

Avant même d’ouvrir la porte, il entendit des voix s’élever chez lui et de suite, il accéléra le pas, se demandant ce qui était bien en train de se passer. Espérant qu’une guerre n’était pas en train d’exploser chez lui, il s’empressa d’entrer et découvrit avec étonnement une Perséphone de mauvaise humeur, prête à mordre, face à une Sif prête à bondir et qui n’avait pas sa langue dans la poche. Sous la surprise, Thor resta un moment à les dévisager. Dire qu’il avait aimé penser que lorsqu’il les présenterait l’une à l’autre les choses se passeraient à merveille… là il pouvait faire une croix dessus. Perséphone en guerre avec Thrùd, Thrùd en guerre avec Sif et maintenant Sif en guerre avec Perséphone. L’asgardien avait quelques soucis avec les femmes qui évoluaient autours de lui. « On se calme. » fit-il en se postant entre les deux pour être sûr qu’aucune des deux ne fassent quelque chose de stupide. Clairement, il n’avait pas imaginé ce genre de rencontre entre ces deux femmes si importantes pour lui. « Perséphone, je te présente Sif, mon amie d’enfance. Sif, je te présente Perséphone, une amie grecque qui passe quelques vacances ici. » Et là, il ne put s’empêcher de se sentir paniquer. Si Sif se faisait des idées sur sa réelle relation avec Perséphone, ça risquait de lui coûter beaucoup et en même temps, il devait faire preuve de tact avec la déesse grecque pour ne pas saccager cette amitié qui s’avérait parfois compliquée entre leurs deux tempéraments de feu. « Maintenant, est-ce que je peux savoir ce qui se passe ? » Son attention était surtout concentrée sur son amie d’enfance car il s’interrogeait sur sa venue. Nul besoin d’être médium pour comprendre que Sif avait dû vouloir le voir et qu’elle était tombée sur Perséphone qui avait sûrement été dérangée par cette « intrusion ». A présent, le challenge était de calmer les esprits. Il savait que Sif ne serait pas difficile à convaincre pour faire retomber la tension, contrairement à Perséphone, mais qu’en revanche, elle risquait de croire des choses qui étaient fasses. Thor espérait cependant que son invitée se souvienne de ce qu’il lui avait déjà dit sur Sif et qu’au lien d’envenimer les choses, elle tente de se rattraper. Situation difficile mais rien d’inextricable. Au pire, il pourra toujours les voir après seul à seule pour remettre les choses dans le bon ordre et organiser une rencontre pour que tout se mette à plat. Cela dit, c’était assez comique de constater à quel point les femmes de son entourage avaient toutes le même fort caractère que lui. Ça faisait des étincelles, pas le temps de s’ennuyer.

HRP : je vous laisse voir qui répond la première =)



We're brothers, remember ?
We're family Loki. I'm your family. It always be you and me, remember ? We're still brothers and that can never change.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vacances au frais [ft Perséphone et Sif]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-