Partagez | 
 

 « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Dim 28 Juil - 15:54


Azelle sortit de sa chambre en trombe pour aller se contempler dans un miroir de la salle de bain, refaisant ses nattes à la hâte et plongeant tout en même temps son visage sous l'eau froide. Ce matin, ses divins parents lui avaient appris qu'il y avait, à Némeil, un véritable Colisée, identique à celui que les humains avaient créés à Rome. Cette nouvelle l'avait immédiatement remplit d'une euphorie temporairement inébranlable : du temps de sa vie de Harpie, elle avait toujours trouvé le concept des jeux absolument fascinant et les humains étaient presque remontés dans son estime lorsqu'elle avait su qu'il se battait jusqu'à la mort.

Bon, apparemment ici ce n'était pas le cas, ce qui avait tout d'abord constitué un petit obstacle à la joie qu'avait provoqué chez elle la bonne nouvelle, mais elle était finalement décidée à ne pas se laisser abattre et d'ailleurs l'idée d'assister à de violents combats lui plaisait trop pour cela. Ce serait aujourd’hui qu'elle irait, c'était décidé, et rien ne se mettrait en travers de son morbide chemin; elle voulait voir le sang couler.
Contempler un agonisait, c'était déjà pas mal. Ça lui ferait au moins une petite consolation à sa tristesse de ne pas pouvoir voir de cadavres.

Elle adressa un sourire mutin à son reflet avant de déguerpir, enfilant ses deux bras frêles dans une robe bleu nuit, cintrée en haut et plus ample en bas. Elle n'avait pas le temps de passer des heures devant la glace ou dans un bain comme elle avait l'habitude de le faire ; elle se pressa donc et sortit de chez elle avec hâte. Il y a quelques jours de cela, elle n'aurait pas imaginé sortir avec tant d'empressement de son cocon, mais cette fois l'occasion était trop tentante.

Elle traversa les quartiers sans jeter un seul regard autour d'elle, trop obsédée par son but. La matinée était déjà bien avancé et il lui fallait se dépêcher si elle ne voulait pas manquer le meilleur. Elle percuta quelques Dieux et créatures avec un mépris affiché et reprenait sa route sans s'excuser, avec un rictus insupportable de dédain. Elle ne savait décidément pas qu'elle n'était pas intouchable et qu'elle aurait pu tomber sur une Divinité bien moins complaisante, qui lui aurait efficacement remis les idées en place. En effet Azelle vivait dans une petite bulle dorée qu'elle c'était elle-même créée, ou rien ni personne ne pouvait lui vouloir sérieusement du mal sans être abattue.

Son orgueil et son insolence forgeait une solide muraille entre sa vision du monde et la réalité. Elle avait, jusque la, seulement eu beaucoup de chance et ne réalisait évidemment pas ce qui pouvait lui tomber sur le coin du nez d'une minute à l'autre. Elle ne connaissait pas la sensation d'impuissance ni d'humiliation et considérait fermement que personne ne pouvait honnêtement venir atteindre à sa petite personne. Ce qui, bien sûr, était faux ; la demoiselle se prenait pour ce qu'elle n'était pas, faute à son pouvoir de persuasion, à son éducation et au fait de ne jamais avoir pris de branlée digne de ce nom par une autre créature ou divinité.

Elle arriva bientôt face à l'Amphithéâtre, un air de contentement étirant ses lèvres. Enfin ! Elle ne contait pas s'éterniser devant le lieu pour observer la beauté de l'architecture - peut-être était-elle trop immature pour cela - et entra d'un pas assuré dans le bâtiment. Une fois au centre du grand hall, elle regarda vivement autour d'elle en soupirant. Les gladiateurs, je veux voir les gladiateurs, songeait-elle en tapotant son pied droit au sol. Elle crut reconnaître un lieu menant à une arène et s'y engagea.
Une fois dedans, elle grimpa dans les gradins rapidement, montant les marches quatre à quatre. Ça n'allait pas tarder à commencer et cette idée la faisait frémir d'impatience.
Elle s'assit alors confortablement, les deux mains posées derrière elle et croisant indolemment ses jambes.
Et que personne n'ose déranger son moment, semblait dire son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Mar 30 Juil - 16:46

Lorsque je m'ennuyais et que la meilleure occupation qui me venait à l'esprit après celle de crier après mon mari, était de me divertir avec les autres Dieux. La plupart du temps je m'amusais à les humilier, à trouver leurs points faibles etc, bien qu'il m'arrive d'être aussi d'humeur à aller ruiner mon état en alcool dans les différents bars qui habitent Néméïl. Ce matin-ci, je cherchais désespérément quelqu'un avec qui passer le temps. Pour une fois, je n'avais pas tant envie que ça de torturer, de me moquer, d'humilier, d'écraser. Je voulais juste que l'on m'occupe, peu importe si ça passerait par la violence ou non.

Je m'étais instinctivement dirigée vers les Romains, sûrement est-ce parce que se sont ceux que j'aime le moins ici, et que je pensais pouvoir trouver parmi eux la personne qui me divertirait. Les Romains, ces êtres qui se pensent égaux à nous, les Grecs... Je ne pouvais que les détester. Cependant, j'avais foi en eux pour m'occuper aujourd'hui, allez savoir pourquoi ! Alors que je me trouvais dans le quartier latin, j'entendis que l'on parlait d'une représentation à l’amphithéâtre Flavien. Des combats violents ? Des courses de chars ? Il n'en fallait pas plus pour m'attirer. Je me dirigeai donc vers le monument qui m'arracha quelques minutes d'admiration. Bon sang. Ce n'était pas quelque chose que l'on voyait, chez les Grecs. Et c'était bien dommage, le Colisée, comme certains l'appelaient, avait de quoi faire pâlir par sa grandeur. Le sourire jusqu'aux oreilles, j'étais d'autant plus excitée de découvrir les lieux. J'aurai pu détester encore plus les romains d'avoir ce genre de bâtiment, mais je crois que mon côté Déesse des saisons avait pris le dessus à ce moment là, et que ma curiosité avait pris le pas sur la jalousie.

Cependant, ma nervosité et mon asociabilité revinrent lorsque j'entrai dans le Colisée. Quel monde ! Tout le monde poussait, tout le monde était bruyant. Je détestais ça. Je regrettai alors mes Enfers, mon mari, mon royaume à moi. Emportée par la foule, je dû choisir une place bien malgré moi. Je me retrouvai aux côtés d'une gamine à l'air suffisant qui m'agaçait d'avance. L'air mauvais, agacée de la tournure que prenait les événements alors que j'avais été contente de venir ici, je lui lançais:

-T'es pas un peu jeune pour ce genre d'endroit ? râlais-je.

Il est vrai qu'elle ne paraissait pas tant plus jeune que moi, peut-être de trois ou quatre années ? Cependant, moi j'avais tout vécu, j'avais vaincu la mort, affronté les Enfers. Mon âge physique n'avait rien voir avec mon âge réel, ni rien à voir avec mon expérience. Mais elle, qui était-elle pour venir ici ? Surement une Romaine. Je déteste les Romains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Jeu 1 Aoû - 12:15

Azelle gardait les yeux rivés sur le Colisée, uniquement intéressée par le commencement des jeux imminent. Les bruits et le monde autour d’elle ne la laissait pas indifférente, loin de là. Au contraire, cela avait le don de profondément l’énerver, mais elle tentait de faire abstraction total de ce qui se passait autour d’elle (pour une fois), pour mieux se concentrer sur ce qui lui faisait plaisir et donc ne risquait pas de la contrarier. C’est qu’elle en faisait des efforts pour devenir agréable, ou du moins ; vivable.

Soudain, un petit homme vint annoncer le début des jeux tant attendus par la harpie. Un grand sourire sincère mais un brin sadique s’afficha sur son jeune visage et elle posa son menton pointu dans la paume de sa main, celle-ci appuyé sur la peau pâle de son genou. Totalement prête pour le réjouissant spectacle. Alors qu’elle jubilait d’avance, son cœur accélérant même un peu contre sa poitrine, une voix la sortit de ses pensées. Une voix irritante, songea-t-elle sans détourner les yeux immédiatement. Elle était si outrée d’avoir été coupé dans son euphorie naissante, comme si quelqu’un était venue la prendre à la gorge durant un éclat de rire, que la stupéfaction qui s’ensuivit la garda parfaitement stoïque et silencieuse durant un instant.

Elle inspira et ferma les yeux un court instant, bien décidée à ce que rien ne vienne ruiner sa matinée. Calmes toi ma grande, ce n’est rien que quelqu’un qui cherche à socialiser d’une étrange façon, se dit-elle fermement. Puis, elle tourna la tête lentement vers son interlocutrice, une impressionnante et belle jeune femme assise à côté d’elle. Bon, très bien. Il n’y avait aucune raison de se sentir agressée, n’est-ce pas ? Pourtant, Azelle entendait la phrase tourner dans sa tête et ce « trop jeune » qu’elle ne pouvait s’empêcher de trouver insultant.
En effet, elle était jeune, autant de corps que d’âme, mais c’était une notion qu’elle préférait oublier, trouvant que cela ne collait pas à sa condition de terrible créature sanguinaire. Et puis… Et puis de quoi se mêlait-elle, celle-là, avec ses grands airs ?! Il valait mieux qu’elle change de place et assez rapidement, songea la rousse en soupirant d’un air faussement las. Elle oublia presque aussitôt ses résolutions et planta ses yeux dans ceux de la demoiselle, penchant la tête sur le côté. Elle ne devait pas dépasser la vingtaine d’année en apparence, mais Azelle choisit délibérément la voix de la provocation, souhaitant répondre avec le ton le plus impertinent possible :

-Donc ça y est, on a dépassé les 30 ans d’apparence alors on ne se sent plus et on vient titiller les jeunes et fraiches personnes ?

Sur cette phrase, elle tapota avec exaspération ses ongles sur son genou, jaugeant la jeune femme de haut en bas. Azelle exagérait en connaissance de cause, bien sûr; la jeune femme était elle-même jeune et fraiche, mais la n'était pas la question.
Qui était-elle… ? La créature avait gardé un minimum d’instinct et était donc capable de sentir au moins une chose : elle n’était pas humaine. Ça devait être une déesse ou une puissante créature. Azelle lança d’un ton courroucé, bien décidée à ne pas se faire manquer de respect à tous les coins de rues, même par une Déesse :

-Je suis une harpie et vous ne venez pas de me mettre de bonne humeur. Ce qui est dommage si vous comptez être ma voisine durant tout le spectacle dont vous m’avez volontairement et efficacement gâché le début.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Jeu 1 Aoû - 16:42

Venir à ces jeux n'avait pas été une bonne idée, j'aurai dû me fier à mes habitudes et étrangler une ou deux personnes. Je m'étais déjà retrouvée dans des situations désespérées où, lorsque j'attaquais quelqu'un sans raison, il s'avérait être plus fort que moi. Mais jamais ça ne m'avait empêché de recommencer. J'aimais les défis, et puis parfois, lorsque j'arrivai à mettre à terre quelqu'un de plus grand et de plus costaud que moi, j'en tirai une grande satisfaction. Les fois où je me faisais battre, je gardais en mémoire le visage de la personne, et réfléchissais déjà à une vengeance alors que j'étais encore en mauvais état. Jamais je ne m'arrêtais. Sauf dans mes doux moments, ces instants où la fragilité me reprenait, me rendant mielleuse et généreuse, quelle honte.

Aujourd'hui, je profitai donc de ma mauvaise humeur pour en jouir avec les autres. Et ce fut sur une frêle et jeune fille que tomba la malchance. Cependant, je dû lui reconnaître du cran, et de la répartie. Je la regardais faire avec ses manières, son regard perçant, si elle croyait m'impressionner. Elle tenta alors un pique qui ne me fit même pas arquer un sourcil sur mon âge, tout à fait indifférente à ses faibles paroles. Suite à cela en revanche, elle dit quelque chose qui m’intéressa beaucoup plus.

-Je suis une harpie et vous ne venez pas de me mettre de bonne humeur. Ce qui est dommage si vous comptez être ma voisine durant tout le spectacle dont vous m’avez volontairement et efficacement gâché le début.

Une harpie... une JEUNE harpie. C'était bien connu, je détestais les Romains. Et si avec un peu de chance, cette jeune fille était vulnérable bien qu'elle se donne de grands airs ? Et si en réalité, elle était influençable ? Je souriais intérieurement. Je venais de trouver un nouveau jeu. Finalement, cette journée n'allait pas être si ennuyeuse ! J'allais retourner cette enfant contre son clan, peu importe le temps que ça prendra et les moyens que ça demandera.

-Tu te crois impressionnante, parce que tu te dis harpie ? Tu n'aurais pas pris la peine de dire qui tu es vraiment, si tu avais confiance en ta prestance. Dommage, j'avais presque cru être tombée sur une personne qui en impose... Finalement, tu es bien une enfant, souriais-je.

Je ne m'étais pas encore mis d'accord avec moi-même sur la manière dont j'allais m'y prendre pour la faire trahir les siens. Devais-je devenir son amie ? -c'était déjà mal parti- ou devais-je devenir son pire cauchemar, qu'elle ait peur de moi, au point de rejoindre mon 'clan' de peur des représailles ? Hum. Une harpie... Peu importe son âge, elle pouvait avoir des dons redoutables. Quel était donc le sien ? J'haussais les épaules. Je n'en avais que faire de ses dons, ce n'est pas ça qui m'arrêterait. Finalement, je me décidai sur un 50/50. Je n'allais pas ni devenir son amie, ni son ennemie. Je serai les deux à la fois. J'allais la mettre en confiance, tout en lui montrant que j'étais quelqu'un dont il fallait se méfier.

-Si tu es une harpie, ces jeux doivent d'être familiers alors... Tu saurais me vanter les mérites de votre empire ? De ta mythologie ? Je suis très curieuse...

Et c'était vrai. Bien que je déteste les Romains, j'étais toujours curieuse de mieux connaître les autres mythologies. Et puis peut-être allait-elle se sentir flattée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Ven 2 Aoû - 20:03

Azelle attendit la réponse de la jeune femme en tapotant d’agacement son pied contre le sol. Elle était venue pour s’amuser, mais elle l’avait presque déjà oublié. En quelques secondes, ses instincts belliqueux avait fermement prit le dessus, lui donnant l’envie brulante d’en découdre avec l’indésirable. Lorsque celle-ci prit la peine d’ouvrir la bouche, Azelle fut brièvement secoué d’un tic nerveux, un rictus mauvais aux lèvres. Ben voyons… Ce facile et provocateur « tu es bien une enfant.» n’aurait aucun effet sur elle, elle se le promit intérieurement. Cette phrase avait clairement été prononcée dans l’unique but de l’irriter d’avantage et elle devait prouver à la demoiselle qu’elle n’était pas soumise à ses pulsions au point de s’enflammer à une vitesse aussi folle. Enfin, c’est ce dont elle tentait de se convaincre.

La vérité était tout autre : elle s’était mise à s’arracher férocement la peau autour des ongles, dissimulant bien mal sa colère croissante. Comment osait-elle remettre en question sa confiance en elle ? Pire encore, en son espèce ? Et cette façon répugnante avec laquelle elle avait dit cet odieux : « tu te crois impressionnante ? ». Pour des gens normaux, cette réplique n’était pas si terrible que ça ; mais pour Azelle, l’affront était de taille et elle mit à se masser la mâchoire comme un boxeur venant de se prendre un coup, regardant mécaniquement par-dessus l’épaule de la jeune femme. Elle n’était pas sûre de pouvoir la regarder en face longtemps avant de ne plus pouvoir se contenir. La rouquine se répétait la réplique de la perturbatrice en boucle, cherchant le moyen de ne pas s’emporter. Mais c’était impossible ! Tout dans cette phrase lui titillait dangereusement les nerfs. Si cela continuait, les jeux allait bien avoir lieux, mais dans les gradins.

Excédée mais consciente qu’elle ne vivait plus dans un monde où l’on pouvait joyeusement et impunément massacrer son prochain, elle se tapa sur les deux cuisses en inspirant ostensiblement, replongeant ses yeux d’oisillon dans ceux de la demoiselle. Ne pas répondre, il valait mieux ne pas répondre et faire comme si elle n’avait rien dis, laissant le manque de respect couler sur elle. Gnh, c’était atrocement dur !

Alors qu’elle faisait maintes et maintes efforts pour ne pas faire une véritable crise de nerfs publique, la coupable de tout ce mélodrame interne prononça une nouvelle phrase… Qui ne raisonna pas plus innocemment aux oreilles de l’ancienne harpie. Elle avait soudain l’amère impression de devoir prouver que sa mythologie était digne de respect. Elle eut une grimace de dédain qu’elle ne contrôla même pas, puis jaugea la demoiselle de la tête au pied, sans répondre à sa demande de vanter les « mérites » des Romains. Et puis quoi encore ? Elle n’avait rien à prouver. Maintenant qu’elle y réfléchissait, il n’y avait qu’une Grecque pour lui demander une chose pareille. Cette idée lui donna un étrange frémissement dans le bas du dos.
Elle ne put alors s’empêcher de siffler entre ses dents, presque comme si elle désirait que personne ne l’entende :

-Vous êtes une Grecque…

Puis, un peu plus fort, relevant la tête dans une tentative de reprendre contenance :

-Il n’y a bien que les Grecs pour parcourir le monde avec cette suffisance-là. Et pour vous répondre, la mythologie romaine à tout aussi lieu d’être que vos croyances archaïques.


Elle décroisa ses jambes et se pencha vers la jeune femme :

-Vous êtes quoi exactement ? Pour vous adresser à moi, une Déesse, j’imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   Sam 3 Aoû - 9:53

La Harpie semblait se contrôler avec peine. Elle était très nerveuse, jouant avec ses doigts, cherchant à fuir mon regard, se claquant les cuisses de ses mains. Ce que j'avais dit lui avait donc fait tant de mal ? La jeune femme avait de l'orgueil ! Je souris, fière du petit effet de mes mots. J'attendais patiemment qu'elle se reprenne, la scrutant de mes yeux clairs. Elle finit par enfin me regarder à nouveau, après que je lui ai demandé de me vanter les mérites de sa mythologie. En avait-elle au moins ? Je méprisais les Romains. Le seul point positif que je leur trouvais restait cet édifice impressionnant. Peut-être avaient-ils d'autres choses à m'apprendre, qui sait. Mais elle ne semblait pas prête à devenir mon guide. Elle persifla quelque chose entre ses dents, avant de se tourner à nouveau vers moi.

-Il n’y a bien que les Grecs pour parcourir le monde avec cette suffisance-là. Et pour vous répondre, la mythologie romaine à tout aussi lieu d’être que vos croyances archaïques. Vous êtes quoi exactement ? Pour vous adresser à moi, une Déesse, j’imagine.

J'ouvris de gros yeux. Bon sang, qu'elle était orgueilleuse ! S'imaginait-elle si forte, si impressionnante, pour penser que seule une Déesse pouvait lui parler ainsi ? Je n'étouffais même pas le rire moqueur qui me montait aux lèvres.

-Et bien, je vois que tu ne manques pas de confiance en toi, finalement. Alors pour toi, seule une Déesse prendrait le 'risque' de t'adresser la parole ?

Je ris alors d'un rire franc. Elle était drôle, cette jeune fille ! Voilà longtemps que je n'avais pas vu quelqu'un dans son genre. Elle faisait facilement une tête de moins que tout le monde, elle était frêle, et elle pensait que seuls une Divinité pouvait la toiser ? Même un Humain n'aurait pas peur d'elle sous cette forme !

-Tu ne manques pas d'air ! Mes croyances sont l'équivalence des tiennes, impie, au cas où tu ne le saurais pas, alors surveille tes paroles.

Je la regardai d'un regard noir, contrastant à merveille avec le rire franc que j'avais laissé échappé de ma gorge quelques secondes plus tôt. J'étais folle, autant qu'elle le comprenne tout de suite. Bien, comment allais-je m'y prendre pour la rallier peu à peu à ma cause... ? Les traits de mon visage retrouvèrent un peu de douceur, alors que je lui disais:

-Cependant, tu as raison, je suis une Déesse. Et comme je viens de te le dire, nos mythologies sont très similaires, ainsi pour me présenter, je te dirai plus simplement que je suis la Proserpine Grecque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Plus mon rang a d'éclat, plus l'affront est sanglant. » [Persephone/Azelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-