Partagez | 
 

 Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Mer 17 Juil - 10:11

Privé

Même les Grecs sont mauvais entre eux


Perséphone, Eris & Séléné

Il fallait bien avouer qu'on s'était bien trouvées, Eris et moi. Je n'avais jamais vraiment été au contact de la Déesse de la Discorde avant d'arriver sur Néméïl, passant six mois de l'année en Enfers, le reste du temps avec ma mère à aider les Humains dans leurs récoltes. Mais si Néméïl avait parfois du bon, c'était dans le fait de faire enfin se rencontrer des personnes qui étaient faites pour s'entendre. Eris était une belle femme qui avait plus d'un tour dans son sac. Elle aimait les frictions entre les gens, les mal entendus et les méfiances mutuelles. Surtout si elle en était la cause. Je comprenais tout à fait ça et étais dans le même état d'esprit, si bien que nous nous amusions à torturer quelques âmes fragiles quand nous en avions le temps, ou quand nous nous croisions dans notre quartier.

Aujourd'hui, je m'étais rendue chez elle afin d'aller la chercher, nous avions prévue une journée haute en couleur. La plupart du temps, c'était avec Hadès que je prenais le plus de plaisir à enquiquiner le monde entier, mais avec Eris c'était encore différent, nous étions entre filles, ce qui créait une complicité que je n'avais pas avec mon mari. Le sourire aux lèvres j'allais donc la chercher, puis nous primes la route vers la plage, là où nous savions que nous trouverions quelques âmes esseulées. J'avais hâte de commencer ma journée sadique, moi !

J'aperçus alors une jeune femme aux cheveux  longs et bruns, mais dont le visage me disait quelque chose, mais avec une chevelure beaucoup plus courte et blanche... Peut-être me trompais-je, peut-être étaient-ce deux personnes différentes ? Intriguée tout de même, et irritée de ne pas savoir qui était cette personne qu'il me semblait avoir déjà aperçu sans en être certaine, j'indiquais à Eris la proie que je venais de me fixer, un sourire sadique aux lèvres. Le jeu pouvait commencer.

Je m'avançais donc vers la jeune femme qui regardait au large, comme hypnotisée par l'eau. Son visage était doux et ne semblait pas cacher de rancœur ou de sadisme particulier. Une proie faible, entre autre. Bien, nous allions donc pouvoir nous amuser ! Elle ne nous avait absolument pas entendu venir, j'en profitais.

-Il y en a qui ont eu la vie bien tranquille, pour ne pas se méfier de qui se rapproche dans votre dos, souriais-je, mauvaise.


image 1 : créateur | image 2 : créateur


Ordre de passage: Perséphone - Eris - Séléné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris
avatar Messages : 1285
Date d'inscription : 01/03/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Greque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Mar 30 Juil - 9:57



Perséphone && Eris && Séléné



Eris avait attendu ce moment avec impatience, aller semer la terreur et la panique avec Perséphone. Elle n’aurait jamais cru pouvoir être amie avec la reine des Enfer, surtout maintenant qu’elle connaissait son homologue latine. Mais la déesse des saisons était bien plus amusante qu’on ne l’aurait pensé de prime abord, et Discorde adorait la retrouver pour torture de pauvre âme qui n’avait d’autre tort que de se trouver sur leur route. Le destin était parfois bien cruel avec les innocents se dit-elle avant de rigoler toute seule. Comme si elle allait avoir pitié des plus faibles. C’était une bonne blague qu’elle pourrait raconter son amie. ce que la jeune femme s’empressa de faire lorsque sa compagne passa la prendre chez elle, direction la plage.

Oui l’océan attirait les tristes sires. L’eau dégageait cette mélancolie qui rendait Eris malade. Elle détestait ceux qui se lamentaient sans fin sur un quelconque problème. Il fallait savoir prendre le taureau par les cornes et affronter la vie avec une volonté de faire. Enfin la brunette n’allait pas s’en plaindre non plus, sans désespoirs elle aurait des journées bien vides et puis qui prierait pour l’aide des Dieux si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Oui ce serait bien dommage. Et perdue dans cette réflexion, Discorde ne remarqua pas la demoiselle qui se tenait fasse aux vagues dans ses propres pensées, mais Perséphone ne l’avait pas raté elle. Elle la suivit donc en silence et éclata de rire à sa remarque. « Persy voyons, il ne faut pas faire peur aux gens de la sorte…les menacer directement c’est mieux… »

Disant cela la déesse de la discorde tenta d’user de son don pour découvrir ce qui faisait peur à leur nouvelle interlocutrice. Ses terreurs les plus profondes. Ce qui la ferait pleurer et implorer leur clémence pour cesser la torture. Oui n’y avait pas plus douce musique aux oreilles de la grecque que les supplications des âmes en proie au désarroi. Elle n’aimait pas les champs de batailles pour rien. Les cris et pleurs des soldats agonisants, de leurs esprits hantant les lieux avant de passer de l’autre côté du Styx. Cela lui procurait toujours beaucoup de plaisir. Elle soupira d’aise à ce souvenir puis ajouta à l’attention de leur victime désignée du jour. « N’es-tu pas d’accord avec moi ? » Mais son ton ne lui laissait pas le loisir de répondre par la négative.


made by pandora.




I wanna be bad I make bad look so good I got things on my mind I never thought I would I, I wanna be bad I make bad feel so good I'm losing all my cool I'm about to break the rules I, I wanna be bad †
TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mégara
avatar Messages : 82
Age : 25
Date d'inscription : 03/12/2013
Localisation : Là où il y a de l'eau

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Nymphe aquatique ❊ Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Mer 11 Déc - 12:35

    Mes retrouvailles avec Hercule m’avaient laissé profondément perplexe. Décidément rien ne s’était passer comme prévu et je n’arrivais pas à déterminer si je devais m’en réjouir ou au contraire m’en inquiéter. Toutefois depuis le temps j’avais l’habitude de vivre dans un flou quasi constant en ce qui concernait mon avenir, alors un peu plus ou un peu moins pas de quoi s’arracher les cheveux. Il serait bien assez tôt pour avoir des regrets le moment venu, pour l’instant j’avais opté pour l’insouciance pure et dure. Prendre les choses comme elles viennent et vivre au jour le jour à parfois du bon. Levée tôt, comme de coutume, j’avais opté pour la plage plutôt que la fontaine ce matin. Du moment qu’il y avait de l’eau et que j’étais tranquille l’endroit m’importait finalement peu. L’avantage de la plage par rapport à la fontaine reste qu’il est rare d’y croiser du monde. Il y a bien quelque rare mélancolique qui vienne errer par là ou des gens en quête de solitude, mais c’est bien là les seules personnes qu’on peut y croiser. Pour ma part j’oscille entre les deux catégories, pas vraiment mélancolique je ne suis pas non plus une fervente amie de la solitude, mais il y a des matins où mes insomnies récurrentes me poussent à m’isoler. Question de manque de sommeil je pense.

    Pied nus dans le sable je laisse le vent faire voler ma chevelure et ma robe de coton blanc. Regard porté sur l’horizon je réfléchis. Je m’étais toujours dit qu’une fois qu’Hercule et moi auraient mis les points sur les « i » je pourrais enfin refaire ma vie, maintenant je n’en suis plus si sûre. Et s’il n’y avait qu’avec lui que je puisse faire ma vie . Ce serait un dessin bien cruel de la part des Dieux … Une voie s’élève dans mon dos m’arrachant à ma contemplation passive. Me retournant d’un bloc je fixe les deux femmes me faisant face. Trop occupée par mes pensées je ne les aie pas entendu approcher et me le reproche mentalement. J’accorde donc sans mal à celle qui vient de parler qu’elle n’a pas tort, si ce n’est que je ne pense pas avoir la vie facile, bien au contraire. Son sourire mauvais me met toutefois sur mes gardes et le rire que sa remarque attire à la seconde ne me dit rien qui vaille. N’y a-t-il pas moyen de passer une journée tranquille sur cette île ? Visiblement non puisque voilà la deuxième qui, ayant fini de rire reprend son amie. Mais oui bien sûre … C’est certain mieux vaut ne menacer que de faire peur comme elle s’y prend. Décidément la présence de ses deux-là ne me dit vraiment rien qui vaille. Il y a des jours où on ferait mieux de rester coucher.

    Leur lançant un regard suspicieux je me tiens sur mes gardes. « Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ? » Ignorant superbement la question qui m’est posée, de toute façon la réponse est toute désignée, je préfère me renseigner sur l’identité des deux femmes. Rien ne me dit qu’elles vont me répondre, mais qui ne tente rien n’a rien. En attendant pas question que je m’abaisse à répondre, à celle qui m’a questionnée, que je suis d’accord avec elle. D’abord ce n’est nullement le cas et de toute façon son ton ne me donne juste pas envie d’entrer dans son jeu. J’aurais surement dû opter pour la fontaine plutôt que la plage ce matin, ou alors resté blottis sous ma couette, parce que là je sens que la mâtiné ne va pas être des plus reluisantes pour ma personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Jeu 12 Déc - 10:33

Bien bien bien... mon sourire s'élargit. Mon alliée était en forme aussi ce matin, visiblement. Je me remémorais ces siècles passés sur (ou plutôt sous) terre. Eris et moi avions déjà bon nombre de points communs, à cette époque. Parfois, lorsqu'elle accompagnait Arès sur un champ de bataille, je ne pouvais m'empêcher d'observer la scène de mes Enfers. Ils faisaient un très beau duo en ce qui concernait le désordre. Heureusement, la soeur d'Arès était tout de même là pour calmer le jeu. Elle avait sa propre vision de la guerre, très carrée, tactique. Alors qu'Arès et Eris.. à partir du moment où ils voyaient tomber quelques têtes...

-Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ?

Blonde aux yeux clairs. Pieds nus dans l'eau. Elle n'a pas l'air de vouloir montrer de sa superbe. Et le fait qu'elle ne nous reconnaisse pas non plus me fit penser qu'elle n'était pas Divine. Créature, donc. Ou Demi Déesse ? Ses yeux bleus et le fait qu'elle soit venue noyer ses pensées ici fit pencher mes recherches vers des Créatures aquatiques, ou vers la fille d'un Dieu marin. Qu'y avait-il comme créature aquatique ici, à part les Nymphes ? Si elle en était une, alors la partie serait un jeu d'enfant. Les Nymphes oeuvrent pour le bien, l'équilibre, la paix. Eris et moi n'en ferions qu'une bouchée. Si elle était une Demi Déesse... Fille de Neptune, peut-être ? Poséïdon ? Afin d'être sûre de moi, je finis par me décider à nous présenter, ainsi l'on verrait si nos noms lui disent quelques chose. Si tel est le cas, alors elle est Grecque. Sinon, et bien... nous allions vite lui faire comprendre qui se tient devant elle.

-Ho oui, milles excuses. Il faut croire que de vivre sous Terre la plupart du temps m'a fait perdre mes bonnes manières. Je me nomme Perséphone. Et voici la talentueuse Eris.

Tout en prononçant ces mots, je lançais un regard insistant à Eris, lui faisant comprendre qu'il serait très apprécié qu'elle utilise son don, afin que le jeu puisse commencer. Alors ma duce, quel est ton point faible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris
avatar Messages : 1285
Date d'inscription : 01/03/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Greque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Lun 16 Déc - 10:55




Eris senti immédiatement que la blonde était sur ses gardes, il y avait de quoi et cela prouvait même que leur victime avait un minimum de jugeote. Malheureusement pour elle c’était trop tard, la déesse avait capté des pensés, des peurs et c’était suffisamment pour lui faire un peu ou beaucoup la misère. Cependant Discorde fut blessée dans son orgueil quand la jeune femme demanda qui elles étaient, comment, elle ne les reconnaissait pas ?! C’était une honte, même si elle appartenait à une autre mythologie, cela n’allait pas du tout, et la brune se décida qu’il faudrait qu’elle paie cet affront, et cher. Perséphone se chargea des présentations la qualifiant même de talentueuse, c’était beaucoup d’honneur quand on connaissait la femme d’Hadès. Eris lui tapota donc l’épaule avec un sourire entendu. « Allons, je ne suis pas si talentueuse que cela… » Déclara-t-elle sans être crédible pour un sou. Il s’agissait surtout de montrer à leur victime qu’elles allaient s’amuser et bel et bien à ses dépens.

Au vu de ce que la demoiselle avait capté, cette fille n’était pas une déesse, et cette information était suffisante pour qu’Eris ne se soucie pas de la froisser, d’ailleurs elle ne s’en souciait jamais. Elle soupira ensuite et s’avança vers la pauvre blonde et commença à décrire un arc de cercle autour d’elle, tel le vautour moyen au-dessus d’un charnier. « Mais est-il juste d’houspiller une femme avec des problème de cœur..? Je me le demande Persy chérie. Un amant cruel ? Abusif ? Ou bien désintéressé ? » Elle fit claquer ses langues. « Tututute, les hommes ! » S’exclama dramatiquement Discorde avant de rigoler à gorge déployée. Pour sa part elle n’avait aucun problème alors cela la faisait rire. Arès était son tout, ni un mari ou un amant, pas même véritablement un frère, juste son meilleur compagnon. Du reste elle n’avait guère besoin d’un mâle pour enfanter. Tout comme sa propre mère. Alors les histoires de cœur cela la dépassait et lui donnait la main supérieure, elle pouvait en jouer et surtout s’en moquer. Se disant Discorde mit fin à son petit tour pour revenir aux côtés de la reine des Enfers. Elle devait se concentrer un peu plus pour puiser plus profondément dans son don et découvrir plus de choses sur leur tête de turc. Le jeu de mot la fit rire compte tenu des relations entre la Grèce et la Turquie, mais ce n’était ni le lieu ou le moment de s’intéresser aux problèmes de géopolitique. « Alors dis-nous tout, Perséphone et moi-même pouvons certainement t’aider à résoudre tes problèmes avec cet.. ? » Eris laissa la phrase en suspend pour que la blonde complète avec un prénom ou bien une insulte si cela lui convenait mieux. Mais en ouvrant ainsi, elle ne doutait pas d’obtenir d’autres renseignements qui pourraient les aider à martyriser la baigneuse.

made by pandora.




I wanna be bad I make bad look so good I got things on my mind I never thought I would I, I wanna be bad I make bad feel so good I'm losing all my cool I'm about to break the rules I, I wanna be bad †
TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mégara
avatar Messages : 82
Age : 25
Date d'inscription : 03/12/2013
Localisation : Là où il y a de l'eau

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Nymphe aquatique ❊ Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Ven 27 Déc - 13:14

    Dérangée dans ma recherche de paix j’observe les deux femmes me faisant face. Elles ne m’inspirent pas vraiment confiance, mais je sais que la première impression n’est pas toujours la bonne. Toute fois leur manière me mette de suite sur mes gardes, elles ont à peine parlées que je me sens déjà comme un lapin à un banquet de renard … Autant dire que la confiance n’est pas vraiment au rendez-vous. Je décide malgré tout de leur demander qui elles sont, ce n’est pas forcément le plus avisé des comportements, mais que faire d’autre ? Filer ? Oui, mais où et surtout pourquoi ? Bien qu’elles ne me semblent pas être la meilleure des compagnies elles n’ont, pour le moment, rien fais qui puisse justifier que je décampe. J’attends donc qu’elles se présentent dans l’espoir d’en apprendre un peu plus sur elles et sur leurs intentions.

    Si je n’étais pas encore fixée sur ma situation le simple fait d’entendre leur nom me fait comprendre que je tiens bien le rôle du lapin au banquet de renards. Perséphone déesse des Enfers et Eris déesse de la discorde, me voilà bien entourée … Le petit jeu que ses deux-là semble instaurer à mes dépens me déplait déjà et ce même si je n’en connais pas les finalités. J’entrevois, bien malgré moi, que je tiens le mauvais rôle dans cette histoire et qu’il y a peu de chance pour qu’un retournement de situation ne vienne à mon aide. Tant pis, elles veulent jouer à mes dépends ? Bien, alors jouons. Je ne vois d’autre solutions que d’entrer dans leur jeu et croiser les doigts pour en sortir avec le moins de dommages possible à mon actif. Loin de moi l’idée de m’attirer les foudres des deux déesses, mais pas question non plus d’être la victime sans intervenir.

    -« Et bien enchanté mesdames, ravie de rencontrer la reine des Enfers et la déesse de la discorde. Je suis Mégara, une Nymphe.»

    Enchanté ? Ravie ? Pas tant que cela en fait, mais je le cache derrière un jolie sourire et un air faussement heureux. Je pourrais aussi décider de leur tirer la tronche, mais je ne vois pas en quoi ça m’aiderais alors autant feindre la bonne humeur et attendre de voir. Par pure courtoisie je leur retourne la politesse et me présente à mon tour, ça non plus ça n’a pas grand intérêt, mais comme ça elles savent au moins qui elles ont choisis pour proie … Eris s’avance alors vers moi et commence à me tourner autour comme si elle me jaugeait. C’est désagréable au possible, mais je ne perds pas contenance et ignore son petit manège gardant mon attention fixée sur Perséphone. Les paroles de la déesse de la discorde me font toutefois tourner mon regard vers elle. Problème de cœur ? Amant cruel ? Abusif ? Désintéressé ? De quoi elle parle là ?

    Oh ! Elle lit dans ma tête ! Voilà qui ne va pas m’aider pour la suite, mais elle choisit mal ses mots ou alors ne comprend pas la finalité de mes pensées puisqu’Hercule n’est ni abusif, ni désintéressé et encore moins cruel … D’ailleurs le terme amant ne lui convient plus vraiment à l’heure actuelle. Faisant claquer sa langue la déesse se permet un petit commentaire sur un ton dramatique et je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel en réponse à ses mots. Son fou rire me laisse de marbre, elle se moque de moi, ou d’elle-même, je n’ai pas décidé, mais hors de question de réagir à si peu de chose. Arrêtant enfin de me tourner autour la femme revient se poster aux côtés de sa comparse. Elle me propose alors leur aide pour régler mes problèmes. Les aurais-je mal jugés ? Doutant de la véracité de ses propos je reste méfiante.

    -« Cet ? Idiot ? Homme ? Il existe bien des façons de finir votre phrase et, pour ma part, je n’ai pas encore décidé laquelle conviendrait le mieux. Mais son prénom est peut-être la solution. Si c’est ce que vous voulez savoir il s’agit d’Hercule le fils de Zeus. »

    Je décide de ne pas entrer dans les détails de mon problème à quoi bon puisque tout un chacun connait notre histoire. Personne n’est sans savoir comment Héra, jalouse du fils de son époux, a ruiné sa vie le poussant à tuer ses propres enfants dans un accès de folie. Alors voilà, de simple Nymphe je suis devenue épouse d’un héros puis mère éplorée, … Qu’elle vie ! En tout cas mentionner le nom du jeune homme à ses deux-là n’était peut-être pas la meilleure chose à faire, mais maintenant que c’est dit il est un peu tard pour le regretter et pas moyen de faire marche arrière. Du coup il ne me reste plus qu’à assumer mes paroles et croiser les doigts pour qu’elles n’aient pas de néfastes conséquences par la suite. Après tout que peuvent bien faire deux déesses du nom d’un homme, non vraiment, pas de quoi s’inquiéter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Jeu 2 Jan - 17:07

Il faut l'avouer, Eris est parfaite dans le rôle de la compagne de jeu. Elle sait si bien s'y prendre lorsqu'il s'agit de faire du tord, de semer la discorde, de se moquer d'une tiers personne. Je la regarde donc tourner autour de notre nouvelle amie, souriant de plus belle devinant qu'elle était en train d'user de son don pour deviner le point faible de la demoiselle. Alors, qu'allait-elle nous révéler ? Etait-elle phobique ? Avait-elle des ennemis ? Peut-être était-elle sourde et lisait-elle sur nos lèvres ? J'étais très excitée à l'idée de savoir ce qui allait nous servir dans notre petit jeu. Je ne fus pas déçue lorsqu'Eris parla d'amant. Ha, l'amour... Mon regard s'assombrit. Je savais que nous allions prendre du plaisir à tourmenter cette âme dont le cœur était en peine.

La jeune femme finit par se présenter. Visiblement, elle connaissait nos noms, mais ne parut pas vraiment réagir. Je fronçais les sourcils. Il ne s'agissait pas de Déesses de l'amour et de la paix en face d'elle, alors pourquoi ce sourire si ce n'est pour m'agacer d'avantage ? Je soupirais bruyamment lorsqu'elle énonça qu'elle était une Nymphe. Ha lala... Ces petites créatures vivant d'amour et d'eau fraiche. Quelle horreur. Je laissais mon amie débuter la partie, bien que j'étais plus que prête à prendre part au jeu. Megara répondit à Eris, nommant alors Hercule. Je ne pu retenir un autre soupire. Un Grec ! Fils de Zeus ! Décidément, Hera avait du soucis à se faire, normal qu'elle soit si souvent sur les nerfs, son mari ne sachant contenir son instinct bestial. J'haussais les épaules. Il aurait pu s'agir de Zeus lui-même que ça n'aurait rien changé. Je ne craignais personne, et puis, faire du tord à la femme d'Hercule c'était faire souffrir celui-ci et donc, indirectement, provoquer celui qui n'avait sut me départager lors du grand procès entre ma mère et Hadès. Il avait terriblement fait souffrir ma mère, alors pourquoi ne pas profiter de cette rencontre pour se jouer un peu de lui par la même occasion ?

-Hercule... Celui dont l'esprit est assez faible pour être manipulé par sa belle mère... Il y a des fois comme aujourd'hui, où je suis fière d'avoir un époux si puissant, dont l'esprit est impénétrable. Mais bon, tous les gouts sont dans la nature, certains sont du bon côté, d'autres sont de celui des faibles... C'est comme ça !

J'haussais les épaules, comme pour mimer ma fausse résignation. Je me demandais un instant ce que ça faisait, d'être mère. Moi qui n'avais jamais voulu d'enfants, j'étais cependant curieuse de connaître les raisons qui poussent les gens à procréer. Je finis par abandonner cette pensée, préférant me concentrer sur notre interlocutrice.

-Alors chère Nymphe.. Quel don possèdes-tu encore sur cette Terre qui ne nous a pas épargné ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris
avatar Messages : 1285
Date d'inscription : 01/03/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Greque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Mar 21 Jan - 10:21




Eris fut surprise que leur victime, Megara, nymphe de son état, comme elle s’était présentée, utilise autant de mots pour compléter sa phrase. Comme si elle cherchait à gagner du temps. Oui cette petite réfléchissait parce qu’elle savait qui se trouvait face à elle et ce qu’il pouvait lui en couter. Du coup la grecque se demanda s’il s’agissait d’une bonne stratégie que d’avancer un nom tel que celui d’Hercule sur la table de jeu. Cet homme avait de quoi la remercier, elle avait été sa muse durant ses très connus travaux, il ne pourrait même pas venger son épouse si jamais elle et Persy lui faisait plus de mal que prévu. Quant à Zeux, si elle pensait leur faire peur avec le dieu des dieux, c’était raté. Lui non plus ne pourrait pas renoncer à l’aide que Discorde pouvait lui apporter dans certains cas, et pour se sortir de cette maudite île, il aurait besoin d’elle et de son frère. C’était bien triste d’avoir de forts arguments mais totalement inutile. La déesse des Enfers n’était pas sensible à ce genre de menace indirecte. Elle attaque d’ailleurs directement après la révélation pour dire que la créature avait de très mauvais goût en matière d’homme, on ne pouvait qu’être d’accord avec cela. Aussi la brunette hocha la tête avec un air grave pour annoncer qu’elle était du même avis. Et puis son amie posa une question qui n’avait aucun intérêt d’après elle. C’était une nymphe, elle ne pourrait rien leur faire, peu importe ses dons. Et très honnêtement même si elle possédait un pouvoir utile, Eris doutait fortement que cette dernière le mette à leur service. Non, cette gamine était plus maligne que cela, elle pouvait le sentir, à la façon dont elle se méfiait d’elles.

« En tout cas tu n’as pas le don d’éviter les conflits avec ton mari visiblement. » La déesse émit un petit rire. « Mais je comprends bien que ce n’est pas ta faute, l’amour, haaa l’amour, tout le monde peut se faire prendre au piège et j’imagine que prisonnier ici c’est encore plus dur à gérer. Nous pouvons t’aider à mettre un mot sur tes sentiments pour ce bon vieux Hercules…si tu le souhaite, nous pouvons même faire plus… » Cela pouvait paraître comme une véritable gentillesse pour ceux qui ne connaissaient pas Eris, mais la demoiselle cherchait surtout à faire parler Megara, puisque la belle semblait d’humeur à papoter. Plus elle se livrerait et plus la déesse aurait accès à ses peurs les plus profondes, les plus irrationnelles. Et avec ça viendrait l‘ouverture pour le coup de grâce. Comment faire le plus de mal possible à une Nymphe ?! Elle n’avait plus d’enfant à qui s’en prendre, ce qui était fort dommage, mais en tant que mère Eris n’était pas particulièrement pour cette méthode. Attaquer directement Hercules ne servirait pas non plus à grand-chose selon la belle. Ils avaient déjà des soucis conjugaux, au contraire cela risquait de les rapprocher. Mais le prendre pour cible n’était pas une si mauvaise idée non plus. Parmi ses atouts, Discorde avait aussi son charme et le fils de Zeus n’était pas en reste de ce côté-là, restait à voir comment cela pourrait faire du tort à la jolie nymphe. « Perséphone, j’imagine qu’il y a une place en Enfer pour les mauvais maris, peut-être même dans une autre mythologie pour qu’il souffre au plus haut point. » Puis reportant son attention sur Megara. « Quand dis-tu darling, une éternité de souffrance pour ton époux indigne ne te conviendrait-il pas ? » Cela encore ce n’était que fausse gentillesse, faire croire à la jeune femme qu’elles étaient de son coté, souhaitant véritable lui venir en aide. Cependant là encore ce n’était qu’une tactique pour que la blonde dévoile le reste de son jeu. Dans le pire des cas et que cette petite séance ne donnait rien, Eris se consolait dans le fait qu’elles embrouillaient encore plus l’esprit embué de leur victime.

made by pandora.


]


I wanna be bad I make bad look so good I got things on my mind I never thought I would I, I wanna be bad I make bad feel so good I'm losing all my cool I'm about to break the rules I, I wanna be bad †
TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mégara
avatar Messages : 82
Age : 25
Date d'inscription : 03/12/2013
Localisation : Là où il y a de l'eau

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Nymphe aquatique ❊ Grec
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Ven 31 Jan - 17:03


    Bien que sachant que Perséphone et Eris ne sont pas les déesses les plus fréquentable pour une nymphe je décide de rester polie et courtoise avec elles. De toute façon elles ne m’ont pas encore données matière à m’inquiéter, quoi que le fait qu’Eris me tourne autour comme un vautour ne soit pas des plus agréable … Ça me donne la désagréable impression d’être une proie et plus j’y réfléchis plus je me dit que ça risque en effet d’être le cas. Eris prend alors la parole pour me parler de mes problèmes de cœur. Un instant je reste interdite avant de deviner qu’elle a accès à mon esprit. Voilà qui est bien déplaisant comme constat. Pourtant je ne prends pas garde et lui répond sans préambule, citant au passage le nom d’Hercule. Je n’espère pas par-là les intimider ou autre, qu’il soit fils de Zeus m’a toujours été bien égal au demeurant, mais après coup je me dis que j’aurais peut-être du garder son nom et son rang pour moi, sauf qu’à présent il est trop tard pour faire marche arrière.

    Perséphone est la première à réagir évoquant la faiblesse d’esprit de mon époux ayant permis à Héra de le manipuler. Déjà de telles paroles sont déplaisantes à entendre, mais la suite ne l’est pas plus. Du côté des faibles ? Voilà une pique bien facile de la part d’une déesse, après tout il n’existe rien de plus puissant qu’un être divin. Restant le plus impassible que possible je me contente d’un léger froncement de sourcils pour marquer mon mécontentement, que pourrais-je faire de toute façon. Je me vois mal remettre la déesse à sa place et puis je suis positivement pacifique et il en faut plus pour m’énerver. La conversation prend alors un tournant à 180 degrés lorsque Perséphone me demande quel don je possède encore. « J’ai gardé mon pouvoir de guérison. » Répondant du tact au tact je ne m’étends pas plus que nécessaire sur le sujet. Peut-être que si je ne me montre pas très loquace elles me laisseront.

    On peut toujours rêver … Eris prend alors la relève de la déesse des enfers pour me signaler que s’il est un don dont je suis dépourvus c’est bien celui d’éviter les conflits avec mon époux. Ponctuant sa phrase d’un petit rire je lui accorde un regard noir, mais ça ne l’empêche pas de continuer sur sa lancée. Elle me dit alors comprendre que ce n’est pas ma faute et me propose même de m’aider à mettre un mot sur mes sentiments pour Hercule. Mon regard se fait alors plus curieux, du moins jusqu’à ce qu’elle propose de faire plus, là mes prunelles se teintes de méfiance. Plus dans quel sens ? Lorsqu’elle demande à sa comparse s’il n’y a pas de la place aux enfers pour les mauvais époux je me raidis. Elle est sérieuse là ? Visiblement oui puisque la voilà qui me demande ce que j’en pense. Secouant mes boucles blondes négativement je soupire. « J’en pense que s’il est une personne que je veux voir aux enfers c’est Héra et non pas Hercule. » Annoncer cela de but en blanc n’est pas très fin, mais c’est sincère.

    « Mon époux n’a rien d’indigne comme vous le dites. Il a été manipulé ce n’est pas la même chose, mais je ne m’attends pas à ce que deux déesses comprennent ce que peut ressentir une créature non divine dans pareil cas. » Quoi qu’elles puissent en penser je ne tiens pas rigueur à Hercule de ses actes, il y a bien longtemps que j’ai compris qu’il n’était pas lui-même le jour où il a ôté la vie à nos enfants. Non, ma rancœur va à l’encontre d’Héra et uniquement elle. Femme trompée elle a voulus se venger, mais au lieu de faire payer son époux elle n’a pas trouvé mieux que de s’en prendre aux fruits de son inceste. J’aurais pu la comprendre, du moins si elle ne s’était pas abaissée à tuer mes enfants. Le cas étant je ne peux m’empêcher de la haïr pour son geste tout en sachant fort bien que je ne pourrais jamais obtenir réparation. « A moins que vous n’ayez un moyen de me rendre mes enfants je ne vois pas quel aide vous pourriez m’apporter. » Comme je sais fort bien que mon souhait n’est pas réalisable je n’attends vraiment rien des deux déesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
avatar Messages : 3950
Date d'inscription : 30/05/2012
Localisation : Il fut un temps où vous m'auriez trouvé en Enfers...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Grecque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Dim 9 Fév - 20:10

J'écoutais paisiblement -pour le moment- les deux interlocutrices échanger quelques mots. Megara m'apprit pour son don, tandis qu'Eris passait à l'offensive. Je me taisais, un plan prenant place dans mon esprit tourmenté. Les enfants de cette Créature étaient donc morts... Et qu'est-ce que cela signifiait ? Énormément de choses pour moi. Je souris à Eris qui me demandait s'il y avait de la place pour Hercule en Enfers. Ce à quoi je pensais était bien au delà de ça. Je ne voulais pas voir Hercule passer le Styx. Non, je voulais faire bien pire. Manipuler cette mère en deuil grâce à ma situation de Reine ainsi que mon don. Aux dernières paroles de Megara, je m'élançais.

-Tes enfants, dis-tu. Et si tu pouvais communiquer à nouveau avec eux, qu'en penses-tu ? Je ne peux pas mettre Hera en Enfers bien que je n'ai rien contre, mais je peux sûrement faire mieux pour toi, si tu vois où je veux en venir...

Je lançais un regard à Eris. Je ne savais pas encore en quoi cette créature pourrait nous être utile, mais on ne sait jamais. Son don est assez précieux, surtout pour des teignes comme Discorde et moi. Puis je repensais à Hera. Oui, cette femme méritait sûrement bien des vengeances, autant qu'elle avait dû en faire subir. Je n'aurai rien contre la voir traverser le Styx, cependant je n'avais aucune raison non plus de me la mettre à dos. Donc la solution des enfants me convenait mieux. Toucher Hercule ou Hera ne nous apporterait rien, en revanche, donner de l'espoir à cette femme nous permettrait de faire pression. Et puis, je pouvais réellement communiquer avec les morts. Qui sait, si elle tombait sur la part de moi douce et généreuse, peut-être pourra-t-elle vraiment entrer en contact avec ses enfants une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eris
avatar Messages : 1285
Date d'inscription : 01/03/2013

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Déesse Greque
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   Mer 12 Fév - 15:58



Héra, ce nom fit apparaitre un nouveau sourire sur les lèvres d’Eris, elle devait donc trouver comment créer une véritable guerre entre les deux femmes. Plusieurs idées se bousculaient déjà dans son esprit. Il lui suffisait juste de choisir la meilleure d’entre elles. Durant ce lapse de temps, la belle laissa à son acolyte et amie le soin de continuer la conversation. Les enfants, ils semblaient être la clé de tout, quel dommage vraiment qu’ils soient morts. Et Discorde devait bien avouer que cela touchait sa corde sensible, elle pensa à ses propres enfants et au fait qu’elle aimerait en avoir d’autres. Héra mériterait bien ce qui lui tomberait sur le coin du nez, si la brune parvenait à monter Mégara contre la déesse et inversement aussi. Mais avec un plan de secours pour que la femme de Zeus soit la perdante. Sur le plus de plan possible. D’accord personnellement cette dernière ne lui avait rien fait et l’ambiance générale sur l’ile incitait peut-être plus aux alliances qu’aux conflits mais Discorde ne pouvait résister à l’appelle de la guerre. Il ne lui manquait vraiment plus que le plan d’attaque. Et Mégara pourrait bien l’aider à le trouver. « Persy à raison, n’aimerais-tu pas revoir tes enfants rien qu’une fois ? Tu devrais en profiter. Et si ton ennemi est Héra, la proposition tient toujours si tu veux de notre aide pour te venger. »

Se disant, la demoiselle adopta une posture montrant qu’elle commençait à réfléchir. On pouvait faire croire à l’épouse meurtrie par les infidélités qu’il y avait encore un enfant vivant, qui avait échappé à la folie d’Hercule. Un enfant dont il ne serait même pas le père mais Zeus lui-même. Aveuglée par la jalousie, la fille de Cronos ne se rendrait peut-être pas compte de la grossièreté de la chose. Quant à l’inverse, si on disait à Mégara que cette horrible femme avait gardé en vie un de ses marmots…elle aurait peut-être bien envie de lui faire la peau. « Cela ne te couterait rien… » Ou presque pas, ajouta Eris dans sa tête. « Imagine, lui faire subir la même perte, d’autant que j’ai croisé notre chère Héra avec un petit il n’y a pas si longtemps, de jolies boucles blondes et des yeux d’un bleu…le ciel de notre Olympe perdue. » Une description vague mais que pourrait correspondre, il ne lui restait plus qu’à espérer qu’il y avait bien un fils dans le lot. Si Discorde avait su, elle aurait été plus attentive aux naissances de ses comparses et autres. Et comme devait le penser Perséphone, le don de guérison, cela ne pouvait pas faire de mal de se le mettre dans la poche. Elle la nymphe venait à leur être redevable. « Pense au mal qu’elle t’a fait, à celui qu’elle a fait à Hercule, et à votre couple, si nous te donnions l’opportunité de lui rendre au centuple. » Car Eris se moquait bien de se mettre les gens à dos, sinon, elle n’en serait pas là à ce jour et la guerre de Troie ne se trouverait dans aucun livre d’histoire. Tant qu’il y avait des disputes, des bagarres et autres, elle se sentait bien, elle se sentait vivante et dans ce trou perdu, il fallait bien un peu de distraction. Et quoi de mieux que de créer une scission chez les siens. Elle penserait plus tard aux conséquences.

made by pandora.




I wanna be bad I make bad look so good I got things on my mind I never thought I would I, I wanna be bad I make bad feel so good I'm losing all my cool I'm about to break the rules I, I wanna be bad †
TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Même les Grecs entre eux sont mauvais [Séléné & Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Avant la reconstruction-