Partagez | 
 

 Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Lun 15 Juil - 9:27

Néthi & Anubis




Ce matin j’avais trouvé un mot sous ma porte C’était Néthi « Problème, retrouve-moi dès que tu es levé à la plage ».  A la seconde où j’ai lu le message, je me suis imaginé le pire. Avait-elle encore eu envie de tuer quelqu’un ? L’avait-elle fait ? J’avais sauté dans une tenue et des chaussures, et c’est avec un bout de pain rance de la veille en guise de déjeuner que je pris la direction de la plage. Il était très tôt, et le soleil était à peine levé, si bien que j’avais un peu de mal à progresser. Sous ma forme canine, cela aurait été bien plus simple mais je ne voulais pas risquer de l’effrayer.

Ce n’était pas la première fois depuis notre arrivée ici qu’elle et moi nous retrouvions. J’avais tissé un lien étrange avec elle, peut-être parce qu’au fond elle n’était pas une femme comme les autres, mais bien une créature, et que je ne la voyais pas tromper quelqu’un. Elle était à la fois pure et magnifique, comme elle pouvait être froide et monstrueuse, mais jamais elle n’était fourbe ou manipulatrice : elle était entière, mais cela pouvait amener de nombreux problèmes. Bipolaire, j’ai parfois du mal à l’approcher tant je suis surpris par ses humeurs. Mais elle était venue me demander mon aide, à moi, seul lien qu’elle avait de par nos « vocations ». Et voyant ses yeux plongés dans les miens, je n’avais pas trouvé la force en moi de refuser.

C’est donc hésitant que j’arrivai sur la plage. Elle était assise sur le bord de l’eau, la mer venant chatouiller ses pieds, dos à moi. Je me raclai la gorge pour ne pas la surprendre si jamais elle était dans une colère noire. Je posai ma main sur son épaule, me voulant rassurant.

« Hey, tu m’as fait peur avec ton message … Tout va bien … Nét’ ? »

Je l'observais en coin, un peu inquiet de la trouver si calme. J'aurais voulu la voir, l'entendre, mais je n'osais pas la brusquer, et préférais m'armer de patience ...




ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Lun 15 Juil - 12:56


Ma vue se brouillait à la vue du sang. Pourquoi m’avait-on choisi pour devenir un être si monstrueux ? En mourant n’avais-je pas remplie ma dette ? Je pleurais encore la mort de mon ancien amant, des millénaires n’avaient pas réussis à m’ôter sa perte, perte que j’avais provoquée de mes propres mains. Et ce sang que je voyais me rappelait le sien. Depuis combien de temps le monstre avait-il reprit le dessus ? Désorientée, je quittais la demeure de l’homme décédé et me dirigeait vers la maison d’Anubis. Je cachais mes mains aux passants, évitant leur regard, des larmes de honte commençaient à couler le long de mes joues. J’étais fatiguée de toute cette mascarade, fatiguée de cette punition qui n’en finissait pas. Le poids sur mon cœur était insupportable et je remarquais l’heure tardive qu’une fois arrivée devant la maison du dieu égyptien. Soupirant je laissais un mot devant sa porte pour lui indiquer ou me trouver et me dirigeais vers la plage.

Je peinais à m’approcher de l’eau, j’en avais toujours eu peur et ce depuis ma plus tendre enfance, je n’avais jamais appris à nager. Je plongeais pourtant mes pieds dedans et lavais mes mains pour les débarrasser de toute trace de sang. Le regard perdu dans le lointain je me redressais et me demandait si il n’était pas plus simple que je plonge dans le tumulte des vagues et me laisse couler. Plus de culpabilité, plus de morts. Tout le monde serait heureux et peut être que j’aurais enfin accès à la paix. Lâchement je me reculais et retournais m’assoir dans le sable. Je contemplais les vagues qui s’agitaient tentant de canaliser la vision de toutes les morts que le monstre avait perpétrées. Je me prenais la tête dans les mains et fermais les yeux, suppliant pour que toutes ces horreurs s’arrêtent mais je savais parfaitement que mes supplications n’y changeraient rien.

Les heures passèrent et je finis par entendre des pas dans le sable, incapable d’affronter le regard d’Anubis, trop honteuse d’avoir de nouveau laissé la créature prendre le dessus, je restais les yeux fixés sur la mer. Il posa sa main sur mon épaule et je soupirais, comme si sa simple présence m’enlevait déjà un poids.

« Hey, tu m’as fait peur avec ton message … Tout va bien … Nét’ ? »

Je fermais les yeux et secouais alors la tête avant de me mordre la lèvre inférieure pour retenir mes sanglots.

« Non ça ne va pas Anubis… il est revenu encore. »

Je finissais par me retourner vers lui et me laissait aller contre son épaule, exténuée, cherchant du soutient.

« Quand cette folie va-t-elle s’arrêter, n’ais-je pas assez payé pour mon crime ? »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Dim 21 Juil - 16:16

Néthi & Anubis





J’avais deviné à son message que ça n’allait pas vraiment, mais j’ignorais à quel point. Lorsque j’entendis un sanglot, je posai ma main sur son épaule pour l’entendre me dire que rien n’allait, et que son alter ego faisait encore des siennes. Je me pinçai la lèvre. Je ne l’avais jamais rencontré sur cette île, mais pour avoir passé du temps avec ce qu’on appelait aujourd’hui « le monstre », je savais qu’il était contrôlable. Au fond il n’était pas vicieux, il était même très basique. Trouver les hommes infidèles, et les tuer. N’importe où, il aurait suffit de le tenir éloigné des hommes infidèles, mais ici sur l’île, c’était bien plus complexe, avec tous ces dieux aux mœurs légères.

ANUBIS ►« Hey, ne t’en fais pas Néthi … »

Elle s’était jetée dans mes bras, et je sentais toute la tension quitter son corps. Lorsqu’elle était comme cela, il était bien difficile de l’imaginer froide et sanguinaire. C’était peut-être une part du problème : je ne savais pas vraiment ce que nous devions combattre.

ANUBIS ►« Chut, arrête Nét. Bien sûr que tu as suffisamment payé, mais tu n’es vraiment pas tombé au meilleur des endroits pour chasser tes démons … »

Je réfléchissais à ce que je venais de comprendre. J’avais en effet du mal à cerner cette bête froide et sadique qu’elle était parfois, parce que je ne la connaissais pas. Pour la refreiner, il faudrait chercher à l’analyser, la percer à jour … Je reculai légèrement et invitai Néthi à s’assoir dans le sable. Me positionnant derrière elle, je commençai à lui masser doucement les épaules. Elle était terriblement tendue …

ANUBIS ►« Je sais que l’idée ne va pas te plaire, mais si on n’arrive pas à te sortir de là, je pense qu’on devrait en parler à Thôt. C’est un bon ami, et il est bien plus érudit que moi … Si on n’arrive pas à s’en sortir simplement, peut-être que lui trouverait un moyen plus radical de supprimer la bête … »

Je m’attendais à ce que l’idée lui déplaise. Evidemment elle voulait faire partir la créature, mais en parler à un autre dieu reviendrait à devoir confesser ses crimes, tous ses crimes …

ANUBIS ►« Bien sûr ça ne serait qu’en dernier recours, on va d’abord essayer la méthode douce. »

Je lâchai ses épaules pour pivoter et me mettre en face d’elle. La méthode que j’avais en tête nécessiterait de pouvoir voir ses yeux.

ANUBIS ►« Je ne connais pas bien cette part de toi-même ici … Et je ne suis pas sûr que toi-même tu la comprennes vraiment. »

Je pris sa main dans la mienne, car j’avais conscience que ce que j’allais lui demander allait être douloureux et pénible.

ANUBIS ►« Alors je veux que tu me raconte ta journée, dans chaque détail, ce que tu- ou il a ressenti, comment il a choisi sa victime, comment il l’a isolé … Si on arrive à bien cerner ses méthodes, on arrivera peut-être à te faire sortir de ce schéma … »

Je la gratifiai d’un sourire, pour l’encourager, et serrai sa main un peu plus fort.

ANUBIS ►« Allez Nét, je sais que c’est pénible, mais j’ai confiance, tu peux le faire … »






ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless



Dernière édition par Anubis le Ven 26 Juil - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Mar 23 Juil - 0:02

Je souffrais profondément, pourtant aucune douleur n’était physique mais simplement moral. Malgré mes efforts, ma volonté, il revenait toujours. Cet horrible monstre semblait vouloir remplir sa mission malgré l’horreur qui en résultait. Comment la créature pouvait-elle agir ainsi sans avoir le moindre remord ? Car j’étais là, au fond, lors de chacun de ses crimes c’était moi qui pleurait. A sa place. Je ne contrôlais pas ses gestes mais avais l’impression que ce qui en résultait était de ma faute. J’étais faible, incapable de me battre contre elle. Contre sa puissance dévastatrice, sa vengeance au feu dévorant. Cette créature je la haïssais comme je pouvais l’admirer, j’aimais sa façon d’être si confiante et haïssais son intransigeance. Mais il fallait que je me rende à l’évidence, cette créature faisait partie de moi. Pire encore j’avais plus vécue en elle que je n’avais vécu avec mon humanité. La créature c’était moi et il fallait que j’apprenne à la canaliser.

Je m’étais jetée dans les bras d’Anubis comme une désespérée, comme si il était mon point d’attache dans l’océan tumultueux qu’était ma vie. Le dieu tenta de m’apaiser du mieux qu’il pouvait me confiant que j’avais effectivement assez payer pour la mort de Nebenkha et que l’île de Némeil était un endroit propice au monstre. Et il avait raison, ici les dieux avaient des mœurs légères et il semblait que l’infidélité était une caractéristique qui courrait les rues. Malheureusement pour eux. Malheureusement pour moi. Je ne comprenais pas le but de me faire devenir un monstre pour me punir d’un crime si c’était pour m’en faire commettre des milliers d’autres. Etait-ce pour que je me morfonde jusqu’à la fin des temps ? pour que je songe à m’autodétruire pour abréger mes souffrances ? Je ne savais pas quel dieu égyptien était l’investigateur de cette punition mais elle me semblait bien lourde aujourd’hui.

Avec Anubis, nous reprenions place sur le sable et le dieu s’installa derrière moi pour me prodiguer un massage afin de soulager mes tensions. Je fermais les yeux et enfouissais ma tête dans mes mains, tentant de retrouver un rythme cardiaque, plus calme, plus apaisé.

« Je sais que l’idée ne va pas te plaire, mais si on n’arrive pas à te sortir de là, je pense qu’on devrait en parler à Thôt. C’est un bon ami, et il est bien plus érudit que moi … Si on n’arrive pas à s’en sortir simplement, peut-être que lui trouverait un moyen plus radical de supprimer la bête … »

Je relevais la tête, presque affolée de ses paroles. Il ne pouvait pas me faire ça, pas après m’avoir promis de garder mon secret. Comment les dieux allaient réagir si il savait que la créature était ici et prête à arracher la vie de n’importe lequel d’entre eux ? Sur l’île de Némeil tout s’était compliqué, avant personne n’aurait craint l’Aképhalos mais, ici, maintenant que les dieux étaient mortels je ne m’attendais pas à recevoir quelconque pitié. Il me tuerait purement et simplement. Le pire, ça serait de voir dans leurs yeux l’horreur que je leur faisais ressentir et je ne voulais pas paraître horrible. Non. Ce monstre ce n’est pas moi. Comme si il avait senti la détresse que sa proposition me fit ressentir, Anubis rajouta :

« Bien sûr ça ne serait qu’en dernier recours, on va d’abord essayer la méthode douce. »

Je soupirais de soulagement, Anubis se plaça en face de moi et m’introduisais à ce qu’il appelait « la méthode douce ».  Il m'expliqua qu’il fallait qu’on apprenne à mieux connaître le monstre si on voulait l’éradiquer afin de laisser enfin totalement place à néthi, l’humaine. Mes yeux agrandirent de terreur quand il continua en me disant que la technique consistait à se rappeler du moindre faits et gestes du monstre et je secouais la tête, emplie de crainte. J’enlevais mes mains des siennes, prestement, sentant l’angoisse monter de nouveau comme un flot violent :

« Non s’il te plait, Anubis ! Tout mais pas ça, je t’en supplie ! Je ne veux pas…»

Dans un sanglot, je lui retendais pourtant mes mains consciente que c’était probablement la seule solution pour chasser le monstre à jamais. Je levais les yeux au ciel, comme pour chercher un quelconque soutient de là-haut, comme pour supplier qu’on me pardonne toutes les choses horribles que j’allais confessés et rebaissais la tête, fermant les yeux, avant de fouiller dans ma mémoire et de conter après quelques minutes de silence :

« Je suis dans un bar –enfin elle est dans un bar-, c’est… c’est l’odeur qui l’a amené ici. L’odeur de l’infidélité l’attire. Elle… elle cherche à qui appartient l’effluve, s’approche de chacun des hommes avant d’isoler enfin celui qu’elle cherche. Je sens qu’elle sourit, elle lui sourit. Et elle lui parle, le … l’entreprend. »

Je ne peux empêcher un hoquet de dégout me rappelant ce qu’elle a fait avec ce corps que nous partageons, je n’ose continuer honteuse, comme si on venait de me violer. Je lâche de nouveau les mains du dieu et entoure mes genoux avec avant d’y enfouir ma tête tentant de cacher, le feu de honte qui illumine mes joues. Je bredouille, dégoutée :

« Elle utilise mon corps Anubis, elle l’utilise pour éteindre leur méfiance et au moment où l’homme est le plus faible, elle l’égorge purement et simplement. »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Ven 26 Juil - 18:26

Néthi & Anubis




Lorsque je proposai à Néthi de me raconter comment l’Aképhalos choisissait ses victimes, je senti immédiatement sa réticence. Tout son corps se tendit, et elle retira ses mains des miennes, comme si c’était moi qui lui faisais peur maintenant. Dans un effort désespéré pour la détendre, je tentai un brin d’humour.

ANUBIS ►« Hey, vu ce que ta jumelle maléfique fait aux hommes c’est moi qui devrais avoir peur de ce que tu vas me raconter. »

Là-dessus, j’ajoutai un sourire pour lui signifier que je n’en pensais pas un mot. Je poussai un soupir de soulagement lorsqu’elle reposa ses mains dans les siennes, et les pressai légèrement pour tenter de lui donner la force d’accomplir cette tâche que j’imaginais ô combien douloureuse.

Alors qu’elle me contait son histoire, elle gardait les yeux fermés, comme si elle avait honte. Je l’observai et pris son menton entre mon pouce et mon index pour relever son visage vers moi, et lui intimer l’ordre d’ouvrir les yeux.

ANUBIS ►« Ouvre les yeux Néthi, n’ai pas honte. Ce n’est pas toi qui a fait cela … »

Elle me raconta alors que c’était à l’odeur que l’Aképhalos dénichait ses victimes. Je me pinçai la lèvre. Cette information était extrêmement intéressante. Je la laissai continuer un instant. Elle se renfrogna, se cachant dans ses genoux pour ne pas que je la vois alors qu’elle m’expliquait qu’elle charmait les hommes avant de les tuer. Ca j’aurais pu le deviner. Si je ne l’avais pas vue si désemparée, son adorable innocence m’aurait certainement fait sourire.

ANUBIS ►« En effet on peut dire que tu lui fournis un outil de travail très efficace. »

En effet, Néthi était une femme torturée. Lorsque je la côtoyais, même dans son rire il y avait de la mélancolie, de la tristesse, de la peur. Elle me faisait l’effet d’une femme fragile, que j’avais envie de protéger. Mais elle était terriblement belle, il fallait se l’avouer, et je n’osais imaginer les dégâts qu’elle pouvait faire lorsque sa jumelle séductrice s’élançait. Je me levais un instant et lui tendis la main pour qu’elle me suive. J’avais besoin de réfléchir, et pour cela il me fallait de l’air, j’avais besoin de marcher.

ANUBIS ►« Viens, marchons un peu. »

Comme à mon habitude, les idées fusaient dans ma tête. Je tentai au mieux de ne pas l’embrouiller, donc de garder le silence, mais à certains moments c’étaient plus fort que moi et les idées fusaient.

ANUBIS ►« Peut-être que … Non, non c’est stupide … Et si ? Non, impossible … »

Je secouai la tête, incapable de mettre en ordre mes idées. On avait découvert une faiblesse, il fallait en tenir compte.

ANUBIS ►« L’odorat … Peut-être que si tu portais un parfum très fort … Mais je doute que ce soit juste une odeur. C’est certainement plus une histoire d’hormones ? »

Je secouai la tête. Honnêtement la seule solution qui me revenait en tête, c’était l’isolement. Le couvent ?

ANUBIS ►« Est-ce que ça se déclenche lorsque tu croises un homme ? Comment est-ce qu’elle prend le pouvoir ? Tu croises quelqu’un et soudainement elle prend le relais, ou est-ce que c’est complètement aléatoire, un matin tu te lèves tu es toi, l’autre tu es elle ? Réfléchis bien Néthi, c’est très très important … »





ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Ven 2 Aoû - 14:48

Je sentais de l’espoir pour la première fois depuis des années. Un infime espoir pour que je redevienne finalement moi-même, sans ce monstre pour partager mon corps. Mais même débarassée de l’aképhalos, serais-je vraiment moi-même ? Après tout, j’avais eu la force, la violence pour assassiner mon mari, qu’avais-je pour m’assurer que je ne serais pas pire que la créature ? J’avais un nombre incalculable de doutes sur ma personnalité, j’avais peur au fond d’être un monstre pire que l’aképhalos. L’homme n’était-il pas l’être le plus faible mais pourtant le plus dangereux de toute la création ? Mais j’étais incapable de confier mes peurs à Anubis, craignant qu’il m’abandonne à mon sort, persuadé que me sauver ne servait à rien.

Devant les images qui défilaient dans ma tête, je ne pouvais cacher mon désarroi. J’avais honte de ce qu’elle faisait, de ce qu’elle me faisait. C’était mon corps qu’elle utilisait à ses fins, je me sentais frissonnée de dégoût avant qu’Anubis relève ma tête, j’avais beau tenter d’éviter son regard je ne pouvais les détourner des hypnotisant yeux bleus que le dieu arborait.
« En effet on peut dire que tu lui fournis un outil de travail très efficace. »

Je ne pu m’empêcher de sourire à sa remarque, j’avais toujours été coquette et avait certainement déjà usé de ce beau visage mais de façon… beaucoup plus innocente que le faisait l’Aképhalos. Je n’en restais pourtant pas moins une femme et un compliment me ravissait toujours autant, surtout quand il était proféré par Anubis.

J’observais quelques secondes la main qu’il me tendait avant de le suivre, je détaillais son visage, ses sourcils froncés indiquant que le dieu réfléchissait à toutes les façons possibles pour bannir l’Aképhalos à jamais sans me perdre de la même façon. Je souriais tranquillement tandis qu’il se parlait à lui-même, réfutant les idées que son esprit ingénieux lui amenait. Moi-même, je tentais de réfléchir à une idée mais au fond de moi, j’avais déjà une solution toute trouvée pour mettre fin à tout ça.

« L’odorat … Peut-être que si tu portais un parfum très fort … Mais je doute que ce soit juste une odeur. C’est certainement plus une histoire d’hormones ? »

Je secouais la tête avant de lui répondre, mains derrières le dos, regard plongé au sol continuant de marcher d’un pas lent tout en fouillant dans ma mémoire.

« Non même le plus fort des parfums ne pourra la détourner de ça.  Elle a été créé pour détecter ces odeurs, rien ne pourra la détourner de l’effluve une fois qu’elle en a eu un échantillon… »

Je soupirais, pinçant mes lèvres, le regard perdu au loin, tentant de profiter du paysage, de l’air sur ma peau, avant que toutes ces sensations, ses sentiments ne me soient de nouveau arrachés par l’Aképhalos. Anubis me ôta de nouveau de mes pensées en me disant :

« Est-ce que ça se déclenche lorsque tu croises un homme ? Comment est-ce qu’elle prend le pouvoir ? Tu croises quelqu’un et soudainement elle prend le relais, ou est-ce que c’est complètement aléatoire, un matin tu te lèves tu es toi, l’autre tu es elle ? Réfléchis bien Néthi, c’est très très important … »

Je m’arrêtais alors, passant une main sur mon visage. Je fouillais, me remémorais. Quel souvenir m’appartenait ? Quelle était la dernière chose dont je me souvenais avant qu’elle reprenne possession totale de mon corps. Puis ce fût comme une évidence, une odeur. Une odeur qui revenait souvent, ce même effluve délicieux qui emportait mon contrôle et qui m’arrachait à ce monde pour faire revenir le monstre. Je relevais le regard vers lui, tâchant de comprendre ce qu’il avait derrière la tête :

« C’est une odeur qui la ramène, à mes yeux c’est comme… la plus merveilleuse odeur du monde et d’un coup elle revient, elle reprend possession de mon corps. C’est comme un déclic que l’odeur de l’infidélité déclencherait. »

Je fronçais les sourcils, tentant de comprendre des choses qui pourtant m’échappaient :

« Mais que comptes-tu faire de ça ? Qu’est ce que cela change ? le résultat reste le même, camoufler cette odeur me semble impossible… »

Je marquais une pause avant de regarder le sol, me mordant la lèvre inférieure, sourcils fronçés, comme si j’étais décidée que ce j’allais avancer était la meilleure solution :

« Me tuer serait plus simple Anubis et tu le sais très bien. J’ai déjà vécu trop longtemps. »
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Lun 5 Aoû - 21:49


Néthi & Anubis





Néthi me semblait amusée par mes recherches, et mine de rien, c’était bon de la voir sourire. Toutefois, mes idées ne semblaient mener nulle part et elle réfutait mes idées rapidement. Le problème ne serait pas simple à éradiquer, et je songeais un instant que le problème était peut-être plus complexe que je ne me l’étais imaginé. Après tout, Néthi, ma Néthi, était la femme la plus gentille et la plus douce que j’ai pu rencontrer. Mais n’était-ce pas un peu surprenant au fond ? Je veux dire, elle est égyptienne avant tout, et nos femmes sont connues pour avoir un caractère bien trempé. Peut-être pas autant que celui de l’Aképhalos cependant … Se pourrait-il qu’aveuglé par mon affection pour la douce Néthi, j’en ai trop vite conclu que c’était elle la vraie Néthi ? Peut-être qu’au fond, elles étaient toutes les deux Néthi. Je grimaçai intérieurement, conscient que je ne pouvais pas lui dire cette idée à froid. Elle déteste tellement l’Aképhalos, si je venais à lui dire cela, elle risquerait d’être peinée …

Je commençai d’abord par enquêter, savoir si c’est le fait de voir un homme qui déclenchait le monstre. Lorsqu’elle m’offrit une réponse positive, je fus ravi. Cela pouvait éventuellement confirmer une petite idée que j’avais en tête. Je m’apprêtais à lui expliquer ma théorie, un sourire aux lèvres, à la fois amusé par son impatience et aussi un peu fier de ma réflexion il fallait l’avouer. Toutefois, elle me coupa net en proposant tout simplement de se tuer, affirmant que cela serait plus simple. Je m’arrêtai d’un coup, la fixant, comme m’attendant à ce qu’elle explose de rire et m’affirme que ce n’était qu’une énorme plaisanterie. Mais je vis dans ses yeux qu’elle ne riait pas. Je secouai la tête, complètement abasourdi et choqué qu’elle puisse avoir ce genre d’idée extrême.

ANUBIS ►« Tu n’es pas sérieuse là Néthi ?! Non mais vois-tu ce que tu proposes ? Je vais finir par croire que tu as réellement perdu l’esprit … »

J’attrapai son visage entre mon pouce et mon index, le levant doucement pour la forcer à me regarder.

ANUBIS ►« Je t’interdis de songer à une chose pareil, tu m’entends ?! Non mais bon sang, n’as-tu donc aucune confiance en moi ? Je t’ai dit que je te sortirais de là, et je le ferais ».

Je savais comme elle était, et je craignais qu’elle ne reste bornée dans cette idée. Une part de moi espérait que l’Aképhalos ait quelques instincts de survie et l’en empêche, toutefois ce n’était pas un pari que j’étais prêt à prendre …

ANUBIS ►« Ecoute, on va passer à l’étape supérieure … Tu vas venir vivre chez moi. »

Je n’étais pas bien sûr de mes réelles motivations à ce sujet … Protéger les autres, ou la protéger d’elle-même ?

ANUBIS ►« L’Aképhalos ne se montre pas quand je suis là. En attendant qu’on trouve quelque chose de plus permanent, c’est déjà ça. Et puis je pourrais t’observer davantage, il serait plus simple de trouver des choses à en tirer, même si j’ai déjà une petite idée … Mais là encore, cela requiert que tu me fasses confiance. C’est là toute la question en fait Néthi … »

Je lui tendis la main, mettant dans mon regard toute la force de persuasion que je pouvais avoir.

ANUBIS ►« As-tu confiance en moi ? »




ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Mer 21 Aoû - 21:00

Non je n’avais pas perdu l’esprit, plus je réfléchissais et plus je voyais une mort véritable comme la seule solution à mes horribles méfaits. J’avais peut être mérité le repos éternel auprès de mon mari, enfin pourrais-je lui demander pardon pour le mal que je lui avais fais et la vie que je lui avais arrachée. Mais je doutais que ce crime ne puisse être pardonné, il était bien trop grave. Au final, la seule chose qui m’empêchait de faire ce geste horrible était que je doutais de la destination des âmes. Tous les dieux étaient ici, Osiris, Anubis, tous ceux qui occupaient une place prépondérante vers le repos éternel étaient coincés sans pouvoir mener à bien leur tâche. Ainsi, si je mourrais que deviendrais-je ? une âme errante ? rien de plus que ces longs millénaires transformés en Aképhalos. Autant dire que je n’étais guère enchantée par cette opportunité.

Mais ma proposition, bien qu’elle me sembla assez alléchante, n’était apparemment pas du tout au goût d’Anubis, je baissais les yeux évitant son regard qui semblait me percer au plus profond de mon âme. Je tentais de me justifier mais de simples balbutiements franchirent mes lèvres. Je détournais le regard, rouge aux joues, emplie de honte. Mais Anubis attrapa mon menton me forçant encore une fois à le faire face alors que tout ce que je souhaitais était d’échapper à son regard clair, sondant profondément mon âme.

« Je t’interdis de songer à une chose pareil, tu m’entends ?! Non mais bon sang, n’as-tu donc aucune confiance en moi ? Je t’ai dit que je te sortirais de là, et je le ferais ».

Je dégageais mon visage de ces mains avant de murmurer de façon buté.

« Tu n’es plus tout puissant Anubis. »

Je ne voulais pas lui faire de la peine et pourtant ma susceptibilité m’avait forcé à prononcer ces mots vengeurs. Je n’aimais pas le voir s’acharner ainsi pour une cause qui semblait perdu. Anubis avait bien d’autres choses à faire comme retrouver la totalité de ses pouvoirs ou bien partir de Némeil, sans perdre son temps à tenter de sauver l’âme d’une tueuse. J’accélérais le pas, comme si je m’attendais à fuir sa colère, j’avais été injuste de lui répondre ainsi. Mais même ma part humaine avait ses défauts qu’il fallait que j’apprenne à contrôler. Me mordant la lèvre je finis par me retourner vers lui.

« Je n’aurais pas du dire ça, je suis désolée. »

Je fuyais encore une fois son regard quand la proposition qu’il me fit me fit relever vivement la tête. Moi ? Habiter chez lui ? Je fouillais son regard à la recherche d’une lueur amusée mais je n’en fis rien, était-il à ce point fou pour héberger une criminelle dans sa demeure ? Je ne comprenais rien, restais perplexe, sourcils froncés devant sa proposition. J’attendais qu’il développe son idée.

« L’Aképhalos ne se montre pas quand je suis là. En attendant qu’on trouve quelque chose de plus permanent, c’est déjà ça. Et puis je pourrais t’observer davantage, il serait plus simple de trouver des choses à en tirer, même si j’ai déjà une petite idée … Mais là encore, cela requiert que tu me fasses confiance. C’est là toute la question en fait Néthi … »

Je levais les yeux aux ciels, il était fou. Complètement fou.

« Mais tu es inconscient ! Comment veux-tu que je te protège d’elle ? J’en suis totalement incapable et tu le sais. Et si elle se réveille soudain et te tue pendant ton sommeil ? Crois-tu vraiment que je serais capable de me remettre de ta perte ? »

Jamais. Je ne m’en remettrais jamais. Anubis mort, il était certain que je ne tarderais pas à le rejoindre. Il était le point d’ancrage de mon humanité. Pourtant je ne pouvais m’empêcher de baisser la tête pour rajouter, quelque peu blessée par ses propos.

« Et je n’aime pas quand tu dis observer… je … j’ai l’impression d’être un monstre de foire, que la seule chose qui fait que tu me fréquentes est ta curiosité à l’égard de l’Aképhalos. »

Je le laissais méditer mes paroles tandis que je me repenchais sur les siennes. Je me sentais incapable de mettre en danger la vie d’Anubis même si cela pouvait me guérir. Je me tordais les mains, réfléchissant à toute vitesse, cherchant si j’avais un quelconque moyen de contrôler la bête qui sommeillait en moi mais n’en voyais aucun. La main d’Anubis se tendit vers moi et je lui lançais un regard désespéré, comme si je voulais l’entendre renoncer à sa proposition mais à la place il me demanda si j’avais confiance en lui. Je contemplais alors sa paume tendue et soupirant posais ma main dans la sienne.

« Oui » fis-je dans un murmure.
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Mer 28 Aoû - 15:34

Néthi & Anubis



Néthi se trouvait là, face à moi à proposer de se suicider et honnêtement, j’étais un peu désespéré. Je la connaissais bien, et savais à quel point elle pouvait être butée. Il me faudrait une sacrée dose d’inventivité pour qu’elle change d’avis, c’était clair ! Lorsqu’elle ajouta que je n’étais plus tout puissant, ma fierté fut piquée au vif, mais je n’en laissai rien paraître. Je voyais bien comment elle était. Elle voulait visiblement me pousser à bout pour que je l’abandonne, et elle était fatiguée de se battre pour n’obtenir aucun résultat. C’était la colère et la lassitude qui avait parlé, j’en étais conscient. Ce qui était douloureux, c’est qu’elle n’avait rien dit d’autre que la vérité. Ainsi, lorsqu’elle partit devant moi, je ne sus que dire pour la retenir, car une partie de moi savait qu’elle avait raison : j’étais désarmé face à l’Aképhalos. Toutefois, elle se retourna, et vint s’excuser auprès de moi. Je haussai les épaules.

ANUBIS ► « Ne t’excuses pas Néthi, ce que tu as dit n’est malheureusement que la vérité … Je ne suis plus tout puissant. Et je ne propose pas de faire disparaitre tes problèmes en claquant des doigts, mais ensemble, si on réfléchit, on trouvera une solution. De toute façon, je doute qu’on puisse la faire disparaitre par la force, il faudra faire plus subtil que ça … »

Et là me vint l’idée de la faire vivre chez moi. Elle ne sembla pas d’accord aussitôt. Elle commença à s’affoler, pensant être incapable de me protéger d’elle. Sa dernière phrase, disant qu’elle était incapable de se passer de moi, me surpris. Je la regardai un instant, avec un demi-sourire alors qu’elle semblait au contraire, être en colère contre moi pour avoir ne serait-ce que proposé cette idée.

ANUBIS ► « C’est mon rôle de te protéger Néthi, pas le tien. Et je t’avoue que je suis un peu vexé. Pourquoi penses-tu que la créature s’en prendrait à moi ? »

Elle ne me laissa pas le temps de continuer, enchainant sur le fait qu’elle n’était pas un monstre de foire, et que ça la dérangeait que je ne veuille passer mon temps avec elle que par curiosité malsaine. J’écarquillai les yeux, mi- choqué, mi- énervé …

ANUBIS ► « C’est vraiment ce que tu penses ? »

Je n’osais croire qu’elle avait une si faible opinion de moi. Pourtant, lorsque je lui tendis la main, lui demandant si elle avait confiance en moi, elle me répondit oui et mis sa main dans la mienne. Je l’observai un instant, gardant sa main dans la mienne, et poussant un soupir. Par où commencer ?

ANUBIS ► « Visiblement, avant de commencer quoique ce soit, il va falloir qu’on règle un problème plus profond. Tu dis avoir confiance en moi … Mais c’est un mensonge. Comment le pourrais-tu ? Je sais tout de toi, mais toi, tu ne connais pas grand-chose finalement. Tu me crois faible, intéressé, obsessionnel … Et peut-être même séducteur, si tu penses que ton double pourrais avoir un quelconque intérêt pour ma personne.  Je peux voir en quoi ma proposition te choque, si c’est cette image là que tu as de moi … »

Je la lâchai un instant, poussant un soupir. J’espérais qu’on n’aurait pas à en arriver à cette discussion, mais à ce moment donné, elle me paraissait inévitable malheureusement.

ANUBIS ► « Déjà tu sais que j’ai perdu mes pouvoirs, mais pas tous. Je vois toujours l’âme des gens, et je suppose qui si l’Aképhalos venait à se montrer, je saurais reconnaitre son âme noire de la tienne. Et puis, je peux toujours me transformer en chien comme tu le sais. Si jamais les choses tournent mal, aussi peu courageux que ça soit, si je devais fuir, je doute qu’elle soit capable de battre cet énorme chien noir à la course. »

Ca c’était l’affaire facile. Maintenant, c’était parti pour la partie tendue, celle dont je détestais parler.

ANUBIS ► « Quant à moi, ne t’es-tu jamais demandé pourquoi ton double ne s’était jamais présenté devant moi ? Tu connais une partie de mon histoire, Néthi. Tu sais que celle que j’appelle maman ne m’a pas mis au monde, que mon père est un trompeur que je reverrais de mettre en face de l’Aképhalos si je ne savais pas le mal que cela te ferai.  Je n’ai jamais fait confiance à aucune femme. Je n’ai jamais été avec aucune, je n’ai jamais trompé personne. C’est pour cela que je t’invite chez moi … J’ai la certitude qu’un démon qui chasse les hommes infidèles ne me trouvera jamais aucun intérêt. »

Voilà, c’était dit. Elle savait à présent que je ne risquais rien, et qu’elle pouvait sans problème rester chez moi un temps. Mais en avait-elle envie ?

ANUBIS ► « Et je pense que tu sais que mon intérêt pour toi n’a rien de malsain. Je ne te prends pas pour une bête de foire, Néthi. J’aime passer du temps avec toi, et mon intérêt à chercher à te guérir est bien plus égoïste que de la simple curiosité. Je voudrais pouvoir passer du temps avec toi, l’une des seules à m’avoir connu avant, à savoir qui j’étais et qui je suis. Et je voudrais pouvoir t’avoir toi, toute seule, sans tous tes démons … » 

J’avançai un peu et laissai échapper un soupir de soulagement, sachant que ma séance d’introspection était terminée. Je laissai aussi s’échapper un léger rire, nerveux surement.

ANUBIS ► « Et moi qui pensais qu’on allait parler de toi ! »

Je me tournai vers elle, moins à l’aise qu’auparavant surement. J’étais un peu mal à l’aise de cette nouvelle situation. Je m’étais engagé à la protéger, à l’aider. Je ne devais pas lui fournir des armes que son double pourrait utiliser contre moi. Mais quelque part, si l’idée que j’avais en tête était juste, j’étais persuadé qu’au fond, l’Aképhalos était déjà au courant de tout cela sans quoi il ne m’aurait pas laisser approcher de la douce Néthi sans montrer les crocs.

ANUBIS ► « Je ne réitérerai pas ma demande Néthi. Nous n’aurons plus besoin d’en reparler si elle te met mal à l’aise, ou si tu as l’impression que je dépasse certaines limites. Saches juste qu’elle tient toujours, et que je pense sincèrement que ça pourrait nous aider toi et moi, à confirmer ou pas la petite idée que j’ai derrière la tête. »




ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Dim 1 Sep - 15:27

J’aurais du me taire plutôt que de balancer ses mots vengeurs à Anubis. Je regrettais mes propos et espérais qu’il m’accorde son pardon. Il allait falloir que j’apprenne à canaliser mes émotions, après des millénaires inhibés du moindre sentiment j’étais comme une sorte de bombe à retardement. Jusqu’alors, le sentiment que j’avais le plus ressenti était la culpabilité mais peu à peu j’en découvrais d’autre : la colère, l’attachement, la peur. Et cette avalanche de sensations me perturbait, m’effrayait même. Je ne connaissais pas mes limites, ne savais plus très bien comment réagir face à mes pulsions. Je réapprenais doucement à vivre et pourtant ma réaction face à Anubis montrait que je n’avais pas le contrôle total de mon être. Je l’écoutais, quelque peu honteuse, me dire que je n’avais pas à m’excuser car mes paroles étaient empreinte de vérités. Mais je ne sentais pas le poids de mon cœur s’alléger pour autant.

Dire que j’étais choquée par la proposition d’Anubis aurait été un euphémisme. A dire vrai, j’en étais complètement retournée. Comment pouvait-il être insouciant à ce point ? Ne comprenait-il donc pas que l’Aképhalos était un monstre dangereux ? Il n’était pas à prendre à la légère et pourtant c’était ce qu’Anubis semblait faire. J’étais complètement abasourdie et tentais de convaincre Anubis de la folie de son idée.

« C’est mon rôle de te protéger Néthi, pas le tien. Et je t’avoue que je suis un peu vexé. Pourquoi penses-tu que la créature s’en prendrait à moi ? »

Trop énervée pour ne serait-ce que répondre à sa question, je continuais de débiter mon flot de paroles et mes arguments pour lui faire renoncer à cette folie. Et finit par révéler que ces mots m’avaient quelque peu blessés. Interdite, je pensais vraiment cette fois l’avoir pousser à bout. J’attendais sa réponse, l’imaginait presque déjà me dire qu’évidemment c’était juste pour sa curiosité envers l’Aképhalos qu’il me côtoyait. Mais à la place, je ne vis sur son visage que de la déception

« C’est vraiment ce que tu penses ? »

Je détournais le regard, sans oser lui avouer que j’avais quelque petit doute sur la question. Je savais qu’en répondant oui, je lui ferais probablement de la peine et je ne le souhaitais pas. Pourtant, c’était plus fort que moi, je ne pouvais m’empêcher de penser que la curiosité était la seule raison pour qu’il s’approche autant de moi. Après tout qui voudrait se lier à une tueuse ? Néanmoins contre toute attente je n’avais pu m’empêcher de saisir sa main quand il m’avait demandé si j’avais confiance en lui. Car il était mon seul point de repère, la seule personne qui m’accueillait quand j’étais perdue. Je l’entendis soupirer et me mordis la lèvre. Voilà je l’avais déçu.

« Visiblement, avant de commencer quoique ce soit, il va falloir qu’on règle un problème plus profond. Tu dis avoir confiance en moi … Mais c’est un mensonge. Comment le pourrais-tu ? Je sais tout de toi, mais toi, tu ne connais pas grand-chose finalement. Tu me crois faible, intéressé, obsessionnel … Et peut-être même séducteur, si tu penses que ton double pourrais avoir un quelconque intérêt pour ma personne.  Je peux voir en quoi ma proposition te choque, si c’est cette image là que tu as de moi … »

« Je…, je… »

J’étais honteuse, je sentis le rouge monter rapidement à mes joues. Je détournais mon regard du sien et réfléchissais à comment démentir ses propos. Non, ce n’était pas comme ça que je le voyais, enfin si…, enfin je ne sais plus. Incapable de dire le moindre mot sous le tourment de mon esprit, je restais la interdite, complètement humiliée tandis qu’Anubis continuait imperturbable.

« Déjà tu sais que j’ai perdu mes pouvoirs, mais pas tous. Je vois toujours l’âme des gens, et je suppose qui si l’Aképhalos venait à se montrer, je saurais reconnaitre son âme noire de la tienne. Et puis, je peux toujours me transformer en chien comme tu le sais. Si jamais les choses tournent mal, aussi peu courageux que ça soit, si je devais fuir, je doute qu’elle soit capable de battre cet énorme chien noir à la course. »

Je l’écoutais, comprenais que sur ce point il n’avait pas tort. Anubis n’était pas sans défense. Mais pourtant, je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter.

« Quant à moi, ne t’es-tu jamais demandé pourquoi ton double ne s’était jamais présenté devant moi ? Tu connais une partie de mon histoire, Néthi. Tu sais que celle que j’appelle maman ne m’a pas mis au monde, que mon père est un trompeur que je reverrais de mettre en face de l’Aképhalos si je ne savais pas le mal que cela te ferai.  Je n’ai jamais fait confiance à aucune femme. Je n’ai jamais été avec aucune, je n’ai jamais trompé personne. C’est pour cela que je t’invite chez moi … J’ai la certitude qu’un démon qui chasse les hommes infidèles ne me trouvera jamais aucun intérêt. »

Je tentais de fouiller dans ma mémoire, de me mettre à la place de l’Aképhalos. Mon regard sombre se posa sur Anubis et je m’apprêtais à répliquer mais il continua.

« Et je pense que tu sais que mon intérêt pour toi n’a rien de malsain. Je ne te prends pas pour une bête de foire, Néthi. J’aime passer du temps avec toi, et mon intérêt à chercher à te guérir est bien plus égoïste que de la simple curiosité. Je voudrais pouvoir passer du temps avec toi, l’une des seules à m’avoir connu avant, à savoir qui j’étais et qui je suis. Et je voudrais pouvoir t’avoir toi, toute seule, sans tous tes démons … »

D’un coup, c’est comme si tous mes arguments s’effaçaient. Je le dévisageais, tentant de percer ce qui se cachait derrière ses grands yeux bleus. Ses mots m’avaient affecté de la plus agréable des manières et je ne savais pas comment réagir. Plongée dans le silence, je tentais de traduire les sensations qui voletaient dans ma tête. Des choses que je n’avais pas ressenties depuis des millénaires. Pourtant Anubis finit par me sortir de mes pensées en riant et déclarant qu’il avait pensé qu’on parlerait de moi. Je reposais mon regard sombre sur lui, et décidais d’ignorer mon trouble pour me repencher sur des questions plus importantes.

« L’idée que tu ai pu tromper quelqu’un ne m’a jamais traversé l’esprit. » avouais-je alors. « Ce n’est pas ça qui m’inquiète. Mais réfléchis un peu. L’Aképhalos sait pertinemment que tu cherches à l’effacer, il a accès au moindre de mes souvenirs comme moi j’ai accès aux siens. Ne crois-tu pas que pour survivre il serait capable de tout et donc de te tuer ? »

Je posais mon regard au loin, réfléchissant à cette personnalité si étonnante avec laquelle je partageais mon corps. Personnellement, je le croyais capable de tout, je l’imaginais sans mal préférer la mort d’un être innocent à la sienne. Je continuais alors, décidé à ce qu’Anubis connaisse toutes les conséquences de sa proposition avant d’accepter.

« Et même si il ne te tuait pas, crois-tu qu’il se retiendrait de te mener la vie dure ? »

J’imaginais à la perfection cette sombre part de moi, tenter d’empêcher Anubis de la faire disparaître. Et ce par tous les moyens possibles et imaginables. L’Aképhalos était plein de ressources et loin d’être idiot.

« Je ne réitérerai pas ma demande Néthi. Nous n’aurons plus besoin d’en reparler si elle te met mal à l’aise, ou si tu as l’impression que je dépasse certaines limites. Saches juste qu’elle tient toujours, et que je pense sincèrement que ça pourrait nous aider toi et moi, à confirmer ou pas la petite idée que j’ai derrière la tête. »

Je réfléchissais quelques instants, avant de poser ma main sur son bras, soupirant, et de lui répondre.

« Je t’ai évoqué tout ce que je redoutais. Si tu es prêt à faire face à tout ça, si tu penses pouvoir survivre à cette entreprise alors je ne peux qu’accepter ta proposition. Je veux récupérer le monopole de mon corps. Je veux pouvoir me lever le matin sans crainte de ce que j’ai fais la veille. Je veux pouvoir ouvrir les yeux, sans voir du sang. Et je veux pouvoir te connaître davantage sans craindre que le monstre puisse te faire du mal.» Avouais-je à demi-mots.
Revenir en haut Aller en bas
Anubis
avatar Messages : 2129
Date d'inscription : 29/12/2012

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Dieu Egyptien
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   Mer 11 Sep - 13:50

Néthi & Anubis



Néthi tenta de me rassurer, me disant qu’elle n’avait pas supposé que j’ai pu tromper quelqu’un mais que si je cherchais à supprimer l’Aképhalos, il pourrait vouloir me tuer, en quelque sorte par légitime défense. Je secouais la tête. J’aurais du lui parler de ma théorie. En effet, je ne pensais pas que l’Aképhalos me ferais du mal parce que je comptais sur le fait qu’il savait que je ne ferais pas de mal à Néthi. J’avais l’intime conviction que l’Aképhalos n’était pas un monstre étranger à Néthi. J’avais travaillé avec lui, je l’avais côtoyé pendant des millénaires … Et il n’était pas un monstre vicieux comme mon amie me le décrivait. Il était obéissant, droit … Ce que je pensais, c’était qu’il était devenu si mauvais à cause d’elle, Néthi, son humanité. La seule certitude que j’avais, c’était qu’il ne s’était jamais présenté devant moi, et que Néthi me faisait confiance. Cela concordait. Pour moi, le monstre allait tuer les hommes avant qu’ils ne fassent souffrir Néthi … Il était comme un garde du corps, sauf qu’il tuait les ennemis en prévention du danger. Il était la part de Néthi qui avait souffert, cette part qui ne voulait plus avoir de peine et qui lui « évitait » le danger, si on pouvait parler ainsi. Je baissai les yeux vers Néthi, visualisant son désaroi. Elle n’était pas prête à entendre que l’Aképhalos était peut-être une part d’elle-même et pas un ennemi. Elle n’était pas prête à accepter que ces hommes étaient morts … Pour la protéger. Je devais la préparer pour cela, tout en travaillant sa confiance, lui apprenant que tous les hommes n’étaient pas mauvais et qu’il n’y avait donc pas besoin de les tuer –juste de les choisir. Je me contentai donc d’ajouter sur un ton énigmatique ….

« Je pense qu’elle sait que je ne veux pas vraiment la tuer. Et elle sait que je ne ferais jamais de mal à ton corps. »

Pourtant, elle ne semblait pas rassurée. Sans mentir, j’étais flatté de l’importance qu’elle accordait à ma vie, même si cela posait un problème technique là tout de suite. Elle ajouta alors qu’il risquait de me mener la vie dure. Je ne pus me retenir d’éclater de rire. Avant de la regarder, amusé.

« Ne t’en fais pas, je devrais pouvoir supporter ça. Et puis, tu n’as vu que mes bons côtés. Si ça se trouve, il va me trouver si insupportable qu’il n’osera même pas pointer le bout de son nez. »

Enfin, elle sembla se détendre un peu, et fini par accepter ma proposition, tout en avouant qu’elle voulait passer plus de temps avec moi sans avoir à craindre de me voir blesser. Cette révélation me surpris légèrement, et je levai les yeux vers elle, lui offrant un large sourire.

« Marchons jusque chez toi, je vais t’aider à prendre quelques affaires. »

FIN DU TOPIC







ANUBIS. Everything looks better when the sun goes down, I had everything, opportunities for eternity and I could belong to the night. I'll never be good enough. You make me wanna die and everything you love will burn up in the light. » You make me wanna die by The Pretty Reckless

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui es-tu ? Monstre ou victime, comment savoir ... [Néthi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-