Partagez | 
 

 au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mar 25 Juin - 19:27



Au contact de l'eau

_______________________________________________
PV. Gemma



Voilà quelques jours que Thaïs avait débarqué sur cette île, dont elle ignorait toujours le nom. Elle errait beaucoup, avait fait quelques rencontres quand même, et n'était pas tout à fait convaincu de tout ce qu'on a pu lui raconter. Qu'elle y croit ou non, la voilà toujours coincée ici, et n'avait retrouvé aucun moyen de retourner à Boston. Ses avenues, et son université commençait déjà à lui manquer. Bien qu'elle n'aimait pas forcément l'ambiance citadine de la ville, elle s'y sentait chez elle, savait où elle était, ce qu'elle y faisait. Pas comme ici. A nouveau seule, la jeune femme marchait sans but. Elle avait trouvé un banc dehors où elle s'était assise pendant une ou deux heures peut-être, à regarder le temps passer. Il n'y avait pas grand monde ici, et les seuls qui passaient par là, la regardaient avec étrangeté, comme si l'Américaine débarquait d'une autre planète. Quant à elle, elle ne daignait même pas les regarder, elle s'était habituée aux regards indiscrets, plein de jugeottes et de préjugés. Quoique ces yeux là la regardaient avec interrogation, comme s'ils cherchaient à reconnaître quelqu'un.

Il devait être entre midi et deux heures, car le soleil était proche de son apogée. Eblouie par ses rayons, elle cacha l'astre de ses yeux avec sa main. Et ce fut là qu'elle contemplait l'immense bâtiment qui se trouvait en face d'elle. Thaïs avait de rares notions de latin, mais elle arrivait à reconnaître les signes qui devaient signifier "bains" ou "thermes", ou quelque chose dans le genre. Vu tout ce qu'on lui avait rabâché jusqu'ici, elle supposait se trouver dans le quartier romain. Si déjà je suis bloquée ici, pourquoi ne pas profiter de ce qui se présente à moi ? se dit-elle. Thaïs hésitait d'abord un instant, puis se leva finalement pour prendre les escaliers, passer au travers des pylônes et de rentrer dans les thermes. Un homme l'accueilla, demandant ce qu'elle souhaitait faire, en citant ce qu'il y avait de disponible. Elle dit alors, un peu perdue, et à tout hasard, qu'elle voulait se baigner. L'étudiante n'avait malheureusement pas de quoi prendre l'eau, mais l'inconnu la rassura en lui disant qu'elle pouvait emprunter un maillot de bain. Souriant légèrement, elle le remercia puis aller se changer.

Qui aurait penser pouvoir voir ce genre de bâtisses ? Thaïs avait la sensation d'avoir fait un véritable saut dans le temps. Elle avait fait un voyage d'études à Rome, elle n'avait vu que des vestiges, des ruines des thermes romaines, et elle avait la sensation de les redécouvrir. A peine à l'entrée de la grande salle, Thaïs passait un long moment à admirer les murs, les plafonds, puis les bains. Bien silencieuse, il y avait néanmoins des milliers de pensées qui se bousculaient dans sa tête. Enfin, elle s'approcha du bassin le plus fumant de la salle. Thaïs y entrait un pied, puis un deuxième, avant d'entrer entièrement dans l'eau. Elle effleura avec ses mains la surface de l'eau - elle adorait son contact. Si bien que la jeune femme esquissa un sourire.

Elle s'installa alors à un endroit où il n'y avait personne, prenant peu à peu ses aises. Ses yeux noisette balayait l'ensemble du bassin. Encore ces quelques regards qui la fixaient. Et dès que le sien croisait les leur, ils fuyaient, mine de rien. Mais elle les avait vu. Et elle n'y faisait toujours pas attention, à quoi bon. Elle était bien trop satisfaite de se retrouver dans l'eau, son élément, pour se soucier de ce qui l'entourait.

Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mer 26 Juin - 13:34

Je commençais à m'ennuyer ferme sur Néméïl. A notre arrivée sur l'île inconnue, on est excité, on a peur, on regrette son ancienne vie. On a beau être triste, on ressent tout de même des choses, plein de choses, des émotions indescriptibles et jusqu'alors jamais vécues. Tout est nouveau, tout est inquiétant ou magnifique. Mais, à la longue, on commence à se lasser. Les journées se suivent et se ressemblent, on s'habitue petit à petit à la magnificence des lieux, les endroits les plus extravagants hier paraissent incroyablement normaux avec le temps. Moi qui m'extasiais à chaque seconde devant un édifice somptueux ou en voyant un dieu d'une beauté éclatante, je devenais de plus en plus blasée. Les choses ont cessé de m'impressionner, plus rien ou presque ne peut me surprendre. J'ai plus vécu en quelques semaines ici que de toute ma vie terrienne.

Maintenant, c'est l'ennui. Un long fleuve tranquille. Les Romains ont cessé de s'inquiéter à mon propos, on me laisse mener la vie que je veux. Concrètement ? On m'oublie, on m'abandonne, mais ce n'est pas forcément plus mal. Les dieux m'accordent une plus grande liberté, et je compte bien en profiter ! Je me promène de plus en plus loin dans l'île, je rentre de plus en plus tard. Peut-être que je cherche à retrouver le frisson de la découverte, ce frisson que j'ai senti en arrivant sur Néméïl. Je suis de plus en plus insensible, impassible, plus rien ne me touche. Peut-être que je cherche à rallumer cette flamme au fond de moi. Je n'en sais rien, et je n'ai pas forcément envie de savoir. Je vis au jour le jour, puisque personne ne peut prédire l'avenir ici. Certes, certains dieux ont encore des dons de vision, mais leurs prophéties sont tellement aléatoires que peu continuent d'y croire.

Vénus a fini par s'apercevoir de ma mélancolie. "Va aux thermes, m'a-t-elle conseillé un matin. Joue un peu dans l'eau, cela te fera du bien, crois-moi." L'idée était bonne. Les jeux d'eau m'amusent plus que tout ! Armée de mon maillot de bain deux pièces, de lunettes de natation et d'une serviette, je me rendis donc aux thermes d'Herculanum, endroit le plus réputé du Quartier Latin. Vénus m'y avait déjà emmenée deux ou trois fois depuis notre venue, et j'y appréciais beaucoup les soins du corps, les saunas, et les bassins parfumés. Dans ce petit paradis humide, on oubliait tout le reste. Le temps passait plus vite, l'air était plein de rires et d'odeurs rafraichissantes. Cela me faisait penser aux piscines de mon enfance, et je me sens bien.

Cette fois-ci, je me rendais aux thermes seule. Je trouvai mon chemin sans trop de difficulté, malgré mon piètre sens de l'orientation. J'entrai rapidement dans la grande salle. Je ne m'arrêtai même plus pour contempler la pompe du lieu, mais cela ne m'empêchait pas d'apprécier sa splendeur. J'étais habituée au luxe, mais je ne le dénigrais pas pour autant.

Je choisis le bassin chaud, caldarium comme disait Vénus. Il n'y avait pas tant de monde que cela aujourd'hui, ce qui me permettait de profiter pleinement de cette sortie. Mon pied effleura l'eau brûlante, j'hésitai quelques secondes, puis je finis par entrer dans le bassin. Assise dans l'eau, c'était un poste idéal d'observation. J'aimais dévisager les gens, ces dieux prétentieux qui se croyaient uniques. Leur égo énormissime me faisait rire. C'était très drôle, en effet, cet orgueil, cette vanité, ce sentiment de supériorité... Ils se croyaient tous meilleurs que les autres... C'était triste à en mourir de rire.

Un visage étranger attira mon attention. C'était une femme, très belle, mais qui ne se donnait pas en spectacle - comportement étrange dans cet endroit où chacun cherche à montrer son magnifique corps de dieu grec. Elle fuyait les regards, cherchait à être seule, se mettant ostensiblement à l'écart. Cette attitude me donna envie d'en savoir plus. L'idée que je pouvais la déranger ne m'effleura même pas lorsque je m'approchai d'elle avec un sourire avenant.

"Bonjour. Je m'appelle Gemma" me présentai-je. "Et je suis la fille de Jupiter à ce qu'on dit. Enchantée."

Je me tus quelques secondes, pour reprendre en hésitant : "J'espère que je ne vous dérange pas. C'est juste que... Vous... Vous avez l'air différente. Vous avez du mal à vous habituer à Néméïl ?" demandai-je gentiment, pour engager la conversation.


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mer 26 Juin - 16:00



L'eau caressait sa peau, et sa chaleur donnait à Thaïs une sensation de bien-être, ce qui permit de la détendre un peu. Même s'il y avait des discussions ici et là, l'ensemble de la grande salle était étonnemment calme, seuls les bruits de l'eau qui s'agitaient et coulaient dominaient.  La jeune femme se sentait prête à passer tranquillement le reste de la journée ici. Cela lui faisait passer le temps, et elle s'y sentait à l'aise - façon de parler. Jusqu'à ce quelqu'un s'approchait d'elle. Thaïs ne l'avait remarqué que tardivement, et fit une expression de surprise en la voyant arriver.

Elle était jeune, pour sûr qu'elle avait un niveau de lycéenne. Un visage à ne pas déplaire, ayant déjà acquis quelques noblesse féminines. Semblant sans gêne et pleine de bonté, Thaïs la regardait s'approcher d'elle, d'un air totalement neutre. A vrai dire, elle était perplexe. Non pas qu'elle fut totalement associable et froide, mais qu'on vienne lui adresser la parole alors que personne ne l'avait encore fait, et que personne la connaissait la perturbait. La jeune Américaine était très joviale, et ne repoussait pas tous ceux qui s'approchaient d'elle, mais elle reste très longtemps méfiante - elle se qualifierait plutôt de prudente - jusqu'à ce qu'elle sache qu'elle puisse faire confiance à la personne qui lui parlait. Hors là, rien n'était à l'avantage de la jeune inconnue, déjà qu'elle se trouvait dans un endroit méconnu, et qu'on lui racontait à peu près n'importe quoi par ici.

Elle se présenta, la moindre des politesses avant d'engager tout autre sujet de conversation. Et voilà qu'elle s'y mettait aussi. Fille de Jupiter ? C'est la croisée des divinités par ici, pensa-t-elle. Elle haussa un sourcil. Mais la prénommée Gemma avait ajouté un point de doute dans sa phrase, ce qui interpella son interlocutrice. Thaïs daigna enfin esquisser un léger sourire, et répondit à voix basse.

"Thaïs pour ma part. Je sais que ma mère s'appelle Emma"
ajouta-t-elle avec un rire un peu moqueur.

Gemma reprit parole peu après, la jeune femme l'écoutant avec attention.  Néméil ? Etait-ce ainsi que l'on appelait ce curieux endroit ? Thaïs prit beaucoup de temps à répondre ce coup-ci. Elle eut comme un moment d'absence, replongeant dans ses pensées, toujours aussi bordéliques. La jeune femme fronça les sourcils, montrant sa perplexité.

"Néméil, vous dites ? Parce que cet endroit a un nom ?"
dit-elle en riant jaune. Il n'y avait là aucun ton d'agressivité. Elle trouvait juste tout cela bien cocasse.

A la suite de sa phrase, Thaïs ajouta.
"Différente... Dans le sens où je parais tout à fait normale ? Parce qu'ici, soit il y a des personnes qui me regardent de manière douteuse avec un égo surdimensionné, soit je parle à des personnes qui n'ont que le mot "Dieu" en tête, et d'autres qui ont un léger soucis avec la modestie."


Elle parlait de manière calme, mais assez rapide quand même. Après avoir marqué un cours instant de pause elle ajouta.

"Comment veux-tu qu'on s'habitue à un tel endroit, franchement ? Non pas que je sois contre l'architecture ou assimilé. C'est juste que ... que ça semble être totalement hors du temps."
Elle s'était mise à la tutoyer de manière inconsciente.

C'était vrai. Même si c'était vraiment agréable à visiter et admirer, et qu'elle avait l'étrange sensation d'y retrouver un peu de son âme par ici, elle n'était pas chez elle. Arrivée au milieu de dizaines d'inconnus au comportement étrange de surcroît, je vous laisse imaginer quel était son état d'esprit actuel.

"Rassurez-moi, on est quand même toujours aux Etats-Unis, hein ?"


Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Sam 29 Juin - 17:47

Mon interlocutrice se présenta de manière bien étrange. Thaïs. C'était un joli prénom. Et la méditation de Thaïs de Massenet est un morceau sublime à écouter, surtout lorsqu'il est arrangé pour un solo de flûte. Ce qui était étrange, c'était sa mère : Emma. Et alors ? Je fronçai un sourcil, ne comprenant pas comment j'étais censée connaître cette fameuse Emma, mais je ne dis rien. Thaïs était différente, je l'avais dit, je le savais, en voilà la preuve.
Pire encore ? Elle ne connaissait pas le nom du lieu. Néméïl. Ah. J'avais probablement une demi-déesse en face de moi, qui ne sait pas ce qu'elle fait ici. Il fallait y aller en douceur. Je me souviens encore, à mon arrivée, je refusais de croire tout ce qui se passait ici. Cela me paraissait insensé. Il a fallu toute la persuasion de Vénus pour que je commence à admettre ma demi-divinité. D'ailleurs, même maintenant, dans certains moments, je me demandais comment cela était possible. J'avais des doutes, oui. Mais j'essayais de ne pas y penser. Les questions n'avaient pas de réponse sur Néméïl, il était inutile de s'acharner, ou on risque d'y laisser sa santé mentale.

"Oui, on l'appelle Néméïl..." confirmai-je.

Je me demande qui a trouvé ce nom, qui a baptisé cette île. Néméïl, c'est un nom bien étrange. Ce n'est pas grec ni romain en tout cas. Peut-être est-ce l'île elle-même qui a révélé son nom aux oracles que nous avons chez les dieux ?

"Différente... Dans le sens où je parais tout à fait normale ? Parce qu'ici, soit il y a des personnes qui me regardent de manière douteuse avec un égo surdimensionné, soit je parle à des personnes qui n'ont que le mot "Dieu" en tête, et d'autres qui ont un léger soucis avec la modestie."

Je ris. C'était exactement ce que je pensais. Cette jeune femme avait la même vision des choses que moi, pour une fois que je rencontrais quelqu'un qui me ressemblait sur cette île ! Je n'ajoutai rien, parce que Thaïs avait tout dit ce qu'il fallait dire.

Elle me demanda si nous étions aux Etats-Unis. Comment lui dire ?

"C'est hors du temps, effectivement... Et je crois que nous sommes hors de l'espace aussi. D'après ce qu'ils racontent, on n'est même pas sur Terre. Les humains auraient exilés dieux, demi-dieux et créatures sur une île déserte."

En m'entendant parler, je pris conscience du grotesque de la situation. Franchement, c'était ridicule. Je ne pus m'empêcher de rire. Du grand n'importe quoi ! Ce devait être une blague. Parce que, comme par hasard, les dieux n'ont plus de pouvoirs, et personne n'est en mesure de montrer sa prétendue puissance. On était dans un asile de fous, oui. Peut-être un jeu de rôle grandeur nature. Vous savez, il y a parfois des passionnés des chevaliers du Moyen-Âge qui font des reconstitutions de bataille. Ici, nous étions peut-être parmi les fans de mythologies anciennes. Ce devait être ça. Finalement, on était sûrement aux Etats-Unis. Il n'y a que des Américains pour être aussi tarés.

"Mais je ne comprends vraiment pas ce qu'on fait ici !" pensai-je tout haut. Je n'avais jamais été particulièrement intéressée par les dieux ! Il y a erreur sur la personne.

"Ici, les gens sont gentils, mais un peu étranges. Ce sont des dieux, tu vois ?" continuai-je plus ou moins ironiquement. Je me posais de plus en plus de questions.

"De toute façon, il ne faut pas chercher à comprendre. Sinon, on devient pire encore qu'eux. S'ils te disent que tu es demi-déesse, tu dis oui, tu ne te demandes pas comment tu as pu en arriver là. Si tu commences à réfléchir... Ca ne sert à rien."


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Sam 29 Juin - 19:54



Certes, l'ensemble du contexte, de ce qui était arrivé semblait cocasse, et on riait jaune. Mais Thaïs fut prise d'une certaine incompréhension lorsqu'elle vit son interlocutrice rire à ses propos. C'était drôle à entendre, mais vrai. Si elle ne parvenait pas à croire que des êtres supérieurs puissent cohabiter avec elle ici, leur déficience en modestie et leur égo aussi grand que la tour Eiffel se faisait facilement remarquer. Les pauvres avaient du avoir sacrément souffert au niveau de leur amour propre en arrivant ici. La jeune étudiante fixait Gemma, attendant qu'elle reprenne la parole. Néméil, on lui avait déjà dit ce nom quelque part. Elle avait déjà rencontré quelques personnes ici et là, qui lui racontait un peu n'importe quoi, et Thaïs, encore à moitié assommée par cette affreuse migraine qu'elle avait au préalable, n'avait pas tout assimilé de ce qu'on aurait pu déjà lui dire. Puis ce n'est pas son truc de retenir des noms factices de lieux qui ne sont même pas indiqués sur une carte. Puis Gemma décrit l'île comme un endroit en dehors du spatio-temporel. Elle fronça les sourcils, perplexes. Elle aurait pu presque y croire - et cela aurait expliqué bien des choses -, mais les rires de Gemma lui donnèrent raison, et elle oublia vite cette petite idée.

Pendant que Gemma sortait quelques phrases qu'elle émettait à haute voix, alors qu'elle voulait sûrement que les penser, Thaïs observait l'eau. Elle en sortait sa main, laissant un peu du liquide dans l'eau de celle-ci. Je ne peux pas rêver, pensa-t-elle, les rêves ne peuvent pas s'étendre sur plusieurs journées, et à faire croire que ce qui nous entoure est si réel. Mais la jeune Américaine écoutait d'une oreille attentive sa nouvelle connaissance. Thaïs s'offrait un instant de pause, et esquissa un sourire avant de lui répondre.

"Le problème, c'est qu'à l'université, on t'apprend tellement à réfléchir qu'au final, tu ne sais plus trop faire les choses sans penser aux causes et aux conséquences, aux probabiltés et aux évidences..."


Elle soupira, puis la fixa, avec un ton déterminé.

"Puis j'ai ce trait de caractère qui peut être bon et mauvais à la fois, et qui porte le nom de curiosité. Tant que je n'aurai pas mes explications, tant que je n'aurai pas de preuves concrètes de ce que tout le monde avance ici."


Une petite parenthèse sérieuse inclue de ce semblant de croire qu'il y avait effectivement des Dieux qui les entouraient. Thaïs regardait quelques uns d'entre eux, ceux qui étaient dans le même bassin qu'elle. Alors oui, elle essayait de comprendre. C'est vrai que sa mère n'avait jamais parlé de son père, et lorsque Thaïs abordait le sujet de conversation, Emma se contentait de sourire, et de ne rien dire. Elle disait juste qu'elle était différente. En ayant grandi, elle supposait qu'elle parlait du domaine génétique, qui est en soit logique. Depuis, Thaïs n'avait pas cherché plus loin. Mais là, il y avait trop de coïncidences. Si c'était une émission américaine quelconque, ils ont du être vachement sélectifs quant aux choix des candidats pour avoir des scénarios qui peuvent autant corréler. THaïs émit un petit rire à bouche fermée et demanda à Gemma.

"Alors, selon toi, je suis la fille de qui ?"


Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Sam 29 Juin - 20:23

Thaïs voulait comprendre. La pauvre... Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait. J'avais voulu essayer, moi aussi, mais j'ai abandonné. Ce n'est pourtant pas dans ma nature de renoncer face à un problème intellectuel, quel qu'il soit, mais la tâche était impossible ici. Les dires de tous les dieux concordaient, tout indiquait que ce que nous vivions était réel. Les choses formaient un ensemble parfaitement cohérent. Ce ne pouvait qu'être vrai. Mais c'était impossible, pour la bonne raison que les dieux n'existent pas ! Je ne croyais pas en Dieu, j'étais athée, j'avais besoin de preuves. Rationnelle. J'avais du mal avec le monothéisme, le polythéisme n'était même pas envisageable ! Soyons un peu sérieux ! Et, bien que j'aie ces personnes en face de moi, en chair et en os, ce n'était pas suffisant pour me prouver qu'ils avaient existé par le passé, sur Terre, notre ancien monde. "Notre ancien monde"... J'en parle comme si c'était possible, pourtant. Ah, tout ça, c'est à se faire une entorse au cerveau !

"Tu sais, je suis curieuse aussi, mais là... Enfin, je suppose qu'il faudra que tu essaies, comme j'ai moi-même essayé de comprendre ; et tu finiras par abandonner comme j'ai moi-même abandonné" répondis-je avec un sourire.

Mes paroles pouvaient paraître présomptueuses, de la part d'une adolescente de quinze ans, mais j'avais raison, je le savais. Elle se devait d'au moins tenter d'élucider ce mystère, trouver une explication plausible. Et elle verrait que ce n'était pas possible. Soit elle admet cet échec, soit elle devient folle.

"Alors, selon toi, je suis la fille de qui ?"

C'était une bonne question. Nous faisons semblant d'y croire, autant y aller jusqu'au bout. Tout cela était absurde, il fallait exagérer à fond, tant qu'à faire !

De qui pouvait-elle être la fille ? Son parent divin était forcément le père, puisqu'elle connaissait sa mère - Emma.
Elle ne pouvait pas être scandinave : trop bronzée, les cheveux et les yeux foncés. Sauf si elle a hérité de ces caractéristiques de sa mère, les couleurs foncées étant des gènes dominants... Ah, non, si on commençait à entrer dans les détails, on ne s'en sortira jamais ! Pas égyptienne non plus. Elle était de type caucasien, ce devait être une Romaine ou une Grecque.

"Un dieu grec ou romain" répondis-je sans hésitation.

Je penchai la tête sur la droite. Je ne voyais pas de ressemblance particulière avec les dieux que j'avais croisés.

"Tu dois avoir un petit don, des facilités dans un domaine, une affinité pour un élément, ou quelque chose comme ça..."

Pour moi, c'était les arts et les connaissances intellectuelles. Ce n'était pas un pouvoir à proprement parler, mais j'avais des facilités innées. J'aurais pu être fille d'Apollon, ou d'une muse. J'aurais probablement préféré. Oui, une Muse, la gentille Thalie... Ca aurait été bien... Mais non, raté : ce fut Jupiter. Forcément, tant qu'à faire, autant prendre le dieu des dieux, le plus impressionnant de tous. Quand je dis qu'il faut pousser l'absurde jusqu'au bout !

"On peut aller voir Vénus ou Aphrodite, qui ont le don de repérer les relations entre personnes. Mais ce serait moins drôle" fis-je en souriant. Il serait toujours temps d'aller rencontrer ces déesses de l'amour plus tard.

J'avais l'impression de jouer la comédie, d'avoir un rôle. Je ne sais pas si j'y croyais. Les dieux, Néméïl, Jupiter, tout ça... Un peu sans doute, mais je ne me l'admettais pas vraiment. Au fond de moi... Je ne sais pas. C'était le chaos.


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mer 3 Juil - 10:53



La religion avait toujours été un domaine intriguant, fascinant, et effrayant à la fois pour la jeune étudiante. Elle a un amie de longue date qui étudiait la théologie dans sa généralité, et tentait d'étudier les corrélations entre chacune - c'était d'ailleurs le sujet de sa thèse. Il avait demandé à Thaïs de lire le pavé qu'il avait rédigé, qui était très pertinent et objectif. Il avait choisi cette amie parce que son objectivité aurait pu causer tort ou aurait été mal interprété pour une personne croyante. Thaïs se remémorait alors les nombreuses concordances entre les religions - les similitudes entre la mythologie grecque et romaine étant les plus évidentes. Elle n'avait jamais été baptisé, sa mère n'a jamais voulu. Jamais les pieds dans une Église, ni de prières quelconques. "Tu n'en as pas besoin" répétait Emma sans cesse. Et le côté effrayant de la religion, était l’extrémisme dans lequel s'embarquait de nombreuses, et le fait de savoir qu'il existe des être supérieurs à eux.

Thaïs était stupéfaite de cela, puisque l'Homme avait toujours acclamé sa liberté par divers moyens : la démocratie, la Révolution, les guerres. Alors que d'autres font la guerre pour soumettre cette volonté. Et puis ce sont des êtres imaginaires. La jeune femme trouvait très étrange le fait d’idolâtrer des êtres qui n'existent même pas. Tout le monde en a une représentation différente - ce qui, en soit, épaissit le mysticisme de la chose. Mais par exemple, plein de personnes visualisent Zeus comme un vieux barbu avec son éclair en main. Si ça se trouve, il est jeune, beau, séduisant ou très maigrichon. Qui sait ?

Gemma dit alors qu'il fallait mieux abandonner les recherches sur le pourquoi du comment. Thaïs n'avait pas une âme particulièrement forte, elle n'avait pas grand courage, elle n'en avait pas eu recours jusqu'ici. Mais elle était d'une très grande détermination et perspicacité. Si elle voulait comprendre une chose, elle se donnait les moyens d'y parvenir, quel qu'en soit le prix. Elle répondit avec un même sourire.

"Tu sais, c'est peut-être ce qu'ils veulent, qu'on abandonne, qu'on perde espoir. Tous ces gens-là, ils ont l'air tellement sûrs d'eux, ils ne s'attendent pas à ce que des gens inférieurs comme nous soient perspicaces et un peu trop curieux. Ne te sens pas désolée pour moi, mais si déjà je suis coincée ici, autant trouver les réponses, aussi cachée puisse-t-elle être."


Elle marqua une pause et ajouta.

"Ca m'occupe l'esprit, il faut bien."


Allant à l'extrême de l'absurdité, Thaïs posai cette fameuse question. Qui pourrait être son Dieu de père. Et la rapidité à laquelle répondit Gemma la surprit quelque peu. Elle avait du bien étudié sa situation pour au moins avoir idée de la mythologie dont elle serait issue. Thaïs haussait les sourcils, la regardant avec interrogation.

"Des facilités.... Enfin oui, mais rien d'extraordinaire. Mon entraîneur de natation dit que je suis apparemment assez agile, mais sinon ..."


Thaïs faisait une drôle de tête. Non, sa vie n'avait rien d'extraordinaire. Lorsqu'elle se remémora quelque chose. Elle grimaça.

"Enfin, y'a p't'être juste un truc qui s'est passé quand j'étais petite, mais je suis même pas sûre que c'était vrai. Mais sinon, non, j'ai rien de divin."


Elle parlait ensuite de Vénus, d'Aphrodite, avec leurs dons. Mais comment peuvent-elles le savoir ? Peut-être qu'il y aurait des tas de commérages qui font qu'elles savent tout sur tout. Un show un peu comme Desperate Housewives, mais version Dieux et Déesses.

"Toujours en supposant qu'ils existent, je me vois mal leur demander. Imagine que je sois la fille d'un ennemi ultime. Elles vont pas me faire de cadeau dans ce cas-là."
ajouta-t-elle en haussant, encore une fois les sourcils.

Cet endroit était vraiment très bizarre.


Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Jeu 4 Juil - 15:42

Thaïs a l'air décidée. Déterminée à aller jusqu'au bout, à trouver des réponses coûte que coûte. Je ne répondis rien. Je savais que j'avais raison, mais je savais aussi qu'elle ne pouvait pas entendre mes explications. J'avais quinze ans, mais j'avais une intelligence plus développée que le commun des mortels, une faculté de compréhension des concepts abstraits. J'étais en avance sur mon âge. Alors, bien sûr, je n'avais pas l'expérience de Thaïs, mais j'étais certaine de ce que je disais. Elle veut leur montrer de quoi elle est capable, elle veut se battre et trouver les réponses. Mais elle se trompe d'adversaire.

Les fous ne sont pas nos ennemis, ils sont tout autant victimes que nous. S'ils avaient eu le choix, je suis certaine qu'ils seraient restés tranquillement dans leur asile, chacun de son côté. Ils ne se supportaient pas. Bien sûr, il y avait des alliances, des amitiés, mais une grande partie d'entre eux se détestaient. Ils devaient enrager, eux aussi.

Qui était l'ennemi alors ? Celui qui nous a emprisonnés ici. C'était la réponse la plus instinctive, et donc la plus vraie. Celui qui nous garde prisonniers. Celui-là était à craindre, plus que tous les gentils tarés que l'on pouvait croiser sur cette île. Le Mal n'était pas du côté de ceux qui se prétendent dieux, mais d'une force obscure et supérieure. Je ne sais pas d'où elle peut venir, quelle forme elle prend. Je ne sais rien d'elle. Tout ce dont j'étais sûre, c'est qu'il fallait me méfier.

N'allez pas croire ce que je n'ai pas dit. Je n'ai pas renoncé à la raison, à la rationalité. Mais les réponses ne sont pas logiques ici. Si l'on veut comprendre, il faut peut-être justement perdre la tête. Admettre l'existence de la magie et des créatures surnaturelles. C'était un choix à faire. J'étais perdue entre mes exigences scientifiques et la volonté de percer ce mystère. Inconciliables. J'avais mis du temps à le comprendre : je pensais que l'on pouvait tout expliquer par les connaissances humaines, mais pas ici. Nous sommes dans un autre monde, avec d'autres règles, d'autres phénomènes, d'autres explications. Il fallait abandonner notre raisonnement "terrien" et accepter de ne pas comprendre. Plus je me posais de question, moins j'avais de réponse. Il ne fallait pas refuser en bloc ce qui paraissait impossible, mais s'adapter. Et s'adapter demande du temps...

Voyant que nous ne pouvions être d'accord, je ne dis rien et nous changeâmes de sujet. Le débat était clos - pour le moment.
Nous en vînmes à parler du parent divin de Thaïs. Elle me dit qu'elle n'avait rien d'extraordinaire, mis à part quelques facilités en natation. C'était un bon début. Moi aussi, je me demandais ce que je faisais ici, je n'étais pas superwoman. J'étais juste une fille normale. C'est ce que tous les demi-dieux pensaient.

"Des facilités en natation..." répétai-je. "Peut-être fille d'un dieu de l'océan, ou d'une créature maritime ? Il y a peut-être des nymphes de l'eau dans ta famille ?"

Et ce fameux "truc qui s'était passé", je suis certaine qu'il s'agissait de la clef. Ce devait être quelque chose d'extraordinaire, d'impossible, de surnaturel pour qu'elle pense ainsi avoir rêvé.

"Et quel était ce truc improbable ? Tu sais, plus rien ne me paraît impossible maintenant" demandai-je avec un sourire.

Thaïs avait peur de demander de l'aide aux déesses de l'amour. Je ne voyais pas pourquoi. Certes Aphrodite était une peste, mais s'il s'agit de quelqu'un de sa famille, elle n'avait aucune raison d'être méchante. Et si Thaïs était effectivement la fille d'un ennemi, c'était une raison de plus de faire preuve de gentillesse. Quitte à être fourbe et manipulatrice, autant retourner les enfants de son adversaire contre ce dernier ; ce qui ferait encore plus mal, non ? J'étais peut-être trop tordue pour avoir de tels raisonnements.

"Elles n'ont aucun intérêt à se faire des ennemis de plus, surtout si tes parents sont puissants. Je n'ai jamais eu d'ennui depuis qu'ils savent que je suis prétendument la fille de Jupiter. Personne ne veut se brouiller avec le dieu des dieux. C'est absurde - moi, fille de Jupiter ?! -, mais au moins j'ai la paix."


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Ven 5 Juil - 13:21



Gemma était restée silencieuse suite aux propos de la jeune femme. Cette dernière se doutait qu'elle était restée figée sur sa position et qu'elle ne changerait pas d'avis. D'un sens, ce n'était pas plus mal. Il fallait des gens qui abandonnaient, il fallait aussi des personnes qui préfèraient perséverer, au risque de perdre toute raison. L'intelligence et la maturité de Gemma l'impressionnait, et se sentait aussi désolée. Etre une adolescente et être confrontée à tout ça alors que l'on avait rien demandé, c'était bien triste. Il avait fallu qu'elle se débrouille toute seule. Aussi était-elle bien avancée pour son âge par rapport aux autres jeunes, ça existait. Mais le fait d'être isolée sur cette île avait du amplifier la chose. Thaïs la fixait longuement, silencieuse et sans jugement. Elle la regardait juste. Gemma était même sûrement plus mature et réalise que Thaïs. Même si celle-ci était cartésienne, elle ne s'empêchait pas de rêver de temps en temps. Même si elle savait que cela ne dépasserait jamais la notion de rêve.

Enfin, son amie continuait le sujet que l'Américaine avait abordé quelques temps plus tôt. Entendre des mots tels que nymphes, créatures, la laissait perplexe. Elle avait cette étrange impression qu'elle allait devoir s'y faire. Le vocabulaire de Néméil était bien différent de celui sur Terre.

"Pas à ma connaissance en tout cas. Ma mère n'a jamais voulu me dire quoi que ce soit concernant la famille du paternel. Elle a toujours aimé garder une partie de mystère sur tout ça. Ca doit être son côté un peu aventureux et rêveur. Deux points que je n'ai vraiment pas hérité. Elle m'a déjà racontée des histoires plus farfelues les unes que les autres. Une imagination de dingue."


Elle marquait un temps de pause.

"Et c'est pourquoi je ne lui ai jamais raconte ce petit "truc" qui m'était arrivée parce qu'elle se serait envolée. Dès qu'il y a une part d'inexpliquée tu sais... elle devenait complètement bornée."


Gemma insistait sur ce "fameux truc improbable." Thaïs n'était même plus vraiment de ce qu'il s'était passé. Ca lui est arrivé assez jeune, et ça l'avait tellement dépassé qu'elle préférait encore ignorer et oublier ce jour-là. Jusqu'à ce que ça ne devienne qu'un vague souvenir, puis une illusion, pour se terminer en un rêve perdu.

"C'est arrivé... j'avais quoi ... huit, neuf, peut-être même dix ans. J'habitais encore dans l'Iowa, aux Etats-Unis, et j'habitais dans une petite ville où il y avait un lac pas loin, j'adorais y nager. Et une fois j'avais fait une soirée camping avec des amis et je me suis retrouvée près de la berge."


Elle s'arrêtait, et riait nerveusement.

" J'ai tenté d'oublier ce truc, parce que c'était tellement impossible. Mais je me souviens assez distinctement d'avoir marché sur l'eau, figure-toi. Bien sûr, quand j'ai voulu réessayer pour voir si je ne délirais pas, ça n'a pas marché."


Apparemment, il n'y avait aucun risque particulier avec les Déesses dont Gemma avait parlé plus tôt. C'est vrai que si elle était effectivement la fille de Jupiter, elle n'aurait pas trop aimé se frotter à elle.

" Mais pour l'instant, rien n'indique que mon père soit puissant." ajouta-t-elle, en souriant.


C'est en ressassant et racontant un peu sa vie que Thaïs réalisait qu'il y avait un peu trop de coïncidences entre son vécu, et toutes les bêtises qu'on pouvait lui raconter ici.

" Même si c'est carément pas possible, tu trouves qu'il y ait genre... un peu trop d'accroches entre nos vies et ce qu'ils exposent ici ? Soit ils ont du faire de sacrées recherches sur nous avant qu'on arrive ici ... soit ... ce ne sont que de vulgaires coïncidences. Mais il y a forcément quelqu'un derrière tout ça."



Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Sam 6 Juil - 13:28

J'ai honte de le dire, mais j'enviais Thaïs dans son malheur. J'étais bien plus malchanceuse qu'elle, puisque j'avais connu la sérénité de vivre normalement, dans une famille tout ce qu'il y a de plus habituel, avec mon père, ma mère, ma soeur et mon chat. La vie était alors un long fleuve tranquille, paisible, rien ne pouvait troubler cette douce quiétude...

Et d'un coup Néméïl, alors que rien ne m'y préparait ! On me dit que ma mère aurait trompé mon père (trompé, quel mot horrible, ma si vertueuse mère aurait trompé mon père !), et que ce père n'était pas mon véritable géniteur ! A quinze ans, quel choc ! Quelle image puis-je avoir de ma famille maintenant ? Ma mère serait une traînée, et mon père un imposteur ! Même mes souvenirs de mon ancienne vie ne peuvent me consoler, puisqu'ils sont eux aussi salis par l'image que j'ai maintenant de mes parents ! Tout ce bonheur était une illusion ! Et ils ne sont même pas là pour se défendre, m'expliquer que ce n'est qu'un malentendu... Je les hais de toute ma force, et pourtant quelque chose me dit qu'ils ne savaient pas non plus, ce n'était pas de leur faute... Et je ne peux m'empêcher de culpabiliser de les détester, et je me déteste moi-même d'être aussi dure - parce qu'au fond de moi, je les aime encore et je les aimerai toujours... Comment juger l'accusé alors qu'il n'est pas là pour donner sa version ?

Thaïs avait toujours su que son père n'était pas banal. Elle avait une mère rêveuse, qui lui avait appris les contes et légendes ; elle était prête à vivre un bouleversement comme le nôtre. Elle savait qu'un mystère entourait sa naissance, que tout n'était pas normal chez elle. Et surtout, elle n'avait jamais goûté à mon bonheur tranquille, elle ne pouvait pas être déçue n'ayant pas été bercée par mes douces illusions ! Je l'enviais d'avoir une mère qui l'avait préparée à cela ! Thaïs devait se douter de sa particularité, alors que je n'en avais aucune idée pour ma part... Et elle était plus grande que moi, elle devait vivre toute seule et avoir l'habitude de ne pas être avec ses parents. C'était tellement injuste !

Bien sûr, elle avait plus de chance que moi, mais cela ne voulait pas dire qu'elle avait de la chance. Ce n'était une chance pour personne d'être ici ! Nous étions tous dans la même galère. Thaïs était aussi perdue que moi, elle avait autant besoin de soutien que moi. Et puis, nous ne pouvions pas refaire le passé, nous ne pouvions pas retourner en arrière. Réécrire l'histoire ne me faisait que du mal, cela me rappelait toutes les choses que je n'ai pas faites, mes regrets... Concentre-toi Gemma, ce n'est pas le moment de flancher ! Tu peux être rêveuse, perdue dans tes pensées si tu veux, mais nous ne parlons pas de toi ici ! C'est Thaïs qui compte !

J'essayai de chasser ces idées moroses et me concentrai sur ce que disait la présumée demi-déesse. Ainsi donc, elle avait déjà marché sur l'eau ! Impressionnant !

"Mais pour l'instant, rien n'indique que mon père soit puissant" finit-elle.

"Tu rigoles !" m'exclamai-je. "Pour que tu aies un tel pouvoir, même si ce n'était qu'une fois dans ta vie, ton père doit être sacrément fort..."

Je réfléchis quelques secondes... Ce ne pouvait être qu'un dieu majeur ! Cela tombait bien, je ne connaissais que les divinités les plus importantes des mythologies. J'essayais d'en apprendre un maximum sur ma nouvelle famille, mais je n'en étais qu'au tout début : les mythes fondateurs, les histoires principales...

"Si cela a un rapport avec l'eau, et en plus avec une telle puissance, ce ne peut qu'être Poséidon ou Neptune. Une créature n'aurait jamais pu transmettre autant de pouvoir..."

Thaïs semblait perplexe. Trop de points concordaient. Ce ne pouvait être une coïncidence à ce stade...

"Personnellement, je ne crois pas au complot, dis-je à mon tour. Mais il y a trop de coïncidences, ce n'est pas possible... Je... Je ne sais pas... Je n'ai pas envie de me lancer là-dedans, ou je finirai paranoïaque !" poursuivis-je avec un sourire.

"On va nager un peu ?" proposai-je alors.

Les thermes ne contenaient pas de piscine - ce n'était pas le but - mais certains bassins plus profonds étaient suffisamment immenses pour permettre de faire quelques longueurs. Nous nous relevâmes et sortîmes de l'eau. Je guidai Thaïs vers un bain d'eau fraîche, d'une teinte légèrement verte, et aux odeurs de thé.

"C'est parce qu'il y a des extraits de plantes," précisai-je en voyant le regard interrogatif de l'Américaine. "Mais c'est très bon pour la peau !"

J'entrai dans l'eau doucement. Je voulais faire nager Thaïs pour éventuellement "réveiller" la magie qu'il y avait en elle. Je me demandais si cela allait fonctionner - il fallait au moins essayer pour le savoir.


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Dim 7 Juil - 16:56



Gemma rétorquait à la demi-seconde après que Thaïs ait supposé que son père n'était vraiment puissant. Elle haussa les sourcils en signe de surprise, et écoutait son interlocutrice. Marcher sur l'eau, en soit, ça n'a rien de redoutable, et ne lui semblait pas plus imposant que ça comme pouvoir. Elle s'imaginait des choses plus grandes, plus dangereuses. Thaïs regardait Gemma durant ses instants de réflexion. C'était vrai que l'eau était un peu son élément en soi, elle s'y était toujours sentie à l'aise. Après, elle ne s'était pas posée des questions plus que ça. Il y avait partout dans le monde des personnes qui avaient une facilité dans un domaine particulier, qui avaient un don. Mozart, Shakespeare, et champions sportifs par exemple.

Et alors là, deux noms titillèrent les oreilles de Thaïs. Poséidon ou Neptune, sérieusement ? Elle regarda sa nouvelle amie avec étrangeté, perplexe de cette supposition. Ca pourrait coller. Ah ! Ces coincïdences commençaient vraiment à l'énerver. Gemma utilisait même le terme de paranoïa. A l'entendre, la jeune Américaine sourit, et répond en plaisantant.

"Si ça se trouve, on l'est déjà."


Suite à quoi, l'adolescente lui proposa de changer. Oui, pourquoi pas. Thaïs accepta en faisant un simple signe de la tête. Elles sortirent du bassin, et un petit vint parcourir la peau de Thaïs, n'ayant qu'une hâte : retourner dans l'eau. Gemma la guidait vers un bassin bien plus grand, et qui semblait un peu plus profond que les autres aux alentours. L'eau était de couleur verdâtre, rien de très inspirant pour s'y plonger dedans. La prétendue fille de Jupiter justifia très peu de temps après la couleur de l'eau, ce qui aiguisa la curiosité de Thaïs. Elle n'avait jamais entendu parlé de ces types de bain, c'était peut-être une habitude des Romains à l'époque, et qui s'est perdu au fil du temps pour diverses raisons. Il était vrai que l'odeur était agréable sentir, très apaisante. Elle ne se laisait pas prier pour mettre ses pieds dans l'eau. L'eau était un plus froide, mais ça ne la gênait pas. Les eaux des lacs nord-américains n'étaient pas franchement chaudes non plus - on s'y habituait à force.

Elle descendait les marches du bassin normalement, se doutant que Gemma n'allait pas tarder la rejoindre. Il n'y avait pas grand monde dans ce bassin. Il n'y avait pas d'écho, de rumeurs et de messe-basses, rendant l'atmosphère plus détendue. Elle se permit alors de plonger tout son corps dans l'eau, même la tête. Celle-ci rémergea une poignée de secondes plus tard, et Thaïs continuait de nager avec aisance jusqu'à l'autre bout du bassin - une simple brasse. Le contact avec l'eau la rendait heureuse. Un plaisir simple qui égayait ses journées lorsque ça n'allait pas. Une fois arrivée au bord, elle mit ses cheveux bien en arrière avec ses deux mains, toujours le sourire suspendue aux lèvres. Elle avait l'impression de ne pas avoir utilisé ces muscles du rictus depuis une éternité. Thaïs ne s'était pas pris le temps de sourire ou de prendre plaisir à quelque chose depuis son arrivée ici. En même temps, il n'y avait rien jusqu'ici qui lui permettait un bonheur quelconque. Elle se retourna, voyant Gemma arrivée par ses propres moyens.

"Tu parlais de grande puissance concernant ma petit expérience. Même si c'est complètement fou en soi, je trouve pas que ça prouve que mon père soit d'une force insurmontable. Quand on me parle de grands pouvoirs, je vois plutôt des choses du genre, d'immenses vagues s'éclatant contre tous les récifs du monde à la moindre colère, ou le calme plat de l'eau lorsque l'on est serein. Tu vois ce que je veux dire ?"




Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mer 10 Juil - 16:52

L'eau du bassin aux herbes était bien plus fraîche, à la même température celle de la Manche à Brighton. Je frissonnais un peu, j'avais la chair de poule. Certes, j'étais anglaise (et théoriquement habituée au légendaire temps British !), mais je restais tout de même frileuse, surtout pour l'eau. J'entrais dans le bassin centimètre par centimètre, regardant Thaïs avec admiration. La demi-déesse avait plongé sa tête, tout naturellement, et ne présentait pas le moindre symptôme de congélation. Elle eut le temps de faire une longueur : l'eau m'arrivait jusqu'aux épaules. Maintenant, le plus dur : la tête. Courage Gemma. Je pris une grosse inspiration, et, ne pensant plus à rien, je me laissais couler dans le bassin. Voilà, j'étais totalement mouillée ! Ah, c'était froid quand même !

Je rejoignis Thaïs à l'autre extrémité du bassin, éclaboussant le peu de monde qu'il y avait grâce à mon crawl pour le moins imposant (mais c'est parce que je faisais exprès de bouger pour me réchauffer ; d'habitude, je ne gênais pas autant). Pas de lunettes de natation : je ne voyais pas où j'allais, mais je finis par arriver à l'autre bout de la longueur, n'entrant en collision avec personne - par miracle ! Je me cramponnais au mur pour reprendre ma respiration. Eh bien ! Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait de sport ! Je n'aimais pas l'activité physique, et depuis mon arrivée sur Néméïl, il n'y avait plus personne pour m'y forcer. Et comme je ne grossissais pas, la nourriture étant parfaitement équilibrée ici, je ne voyais pas l'intérêt de me bouger. Résultat : dès que je devais faire un effort, je me fatiguais rapidement. Je soufflais comme un bœuf. La natation, ou le sport par excellence où je n'avais jamais compris comment respirer. Coordonner ses bras, ses jambes et sa tête, en continuant d'avancer, tout cela en même temps, c'était trop me demander. Je ne pouvais me concentrer que sur une partie de mon corps à la fois. J'avais donc logiquement décidé de faire pratiquement toute la longueur en apnée, oubliant les poumons pour focaliser mon attention sur les membres. Je pratiquais des instruments à vent à un niveau suffisant pour maîtriser le manque d'air - souffler jusqu'au bout lorsque l'on doit enchaîner douze mesures sans une seule figure de silence, pas même un quart de soupir, cela fait travailler les poumons ! Par contre, après une longue apnée... C'était une catastrophe. Il fallait que je travaille la respiration rapide. C'était mon plus gros problème.

Thaïs me parlait : je ne comprenais qu'un mot sur deux, trop occupée à me battre avec mes poumons et le dioxygène ambiant, et surtout à masquer mes problèmes de souffle (j'en avais particulièrement honte).

"Tu vois ce que je veux dire ?"

"Oui, enfin je crois"
répondis-je à tout hasard. Je n'avais aucune idée de ce que je venais d'approuver.

Et juste avant cela, de quoi discutions-nous déjà ? Elle me parlait de sa surprise, son père qui était puissant, mais elle qui était normale... Ah oui ! Bon, il fallait que je parle... Partons dans le vague alors, puisque j'étais incapable de reprendre le fil de la conversation où nous l'avions laissé... Je soupirai d'un air entendu :

"Je suis censée être la fille de Jupiter, mais je n'ai aucun lien avec la foudre, les tremblements de terre, la tempête, que sais-je. Je ne sais pas s'il s'agit de la magie ou non : j'ai l'oreille absolue et j'ai trois années d'avance sur mes camarades de classe, c'est tout. Rien de particulièrement impressionnant. Il y a des gens qui sont pareils que moi, et qui n'ont rien de prétendument divin. Mais toi... Marcher sur l'eau, whaou ! Tu te rends compte ! C'est comme Jésus ! Ça ne peut être que surnaturel."

Je me tus quelques secondes pour réfléchir aux pouvoirs de Thaïs. Comment expliquer ma pensée ? J'étais intimement persuadée de son importance, je ne savais pourquoi. Incapable de décrire ce pressentiment, je n'en demeurais pas moins certaine.

"Ce n'est pas forcément un pouvoir gigantesque (tu ne vas pas changer le monde ou révolutionner l'univers), mais il y a trop de magie là-dedans pour que ton père soit n'importe qui. Il faut que ce soit quelqu'un de vraiment puissant pour que tu aies hérité de tant de magie."

Autant préciser tout de suite, je ne suis pas chrétienne, ni juive, ni musulmane, je ne pratique pas le vaudou, rien de tout cela. Mais si les dieux peuvent exister, pourquoi pas Dieu lui-même ? Pourquoi pas Jésus ? Pourquoi pas la magie ? Parler de religion m'a toujours un peu dérangée - c'est quelque chose de très personnel, et j'ai tendance à juger les croyants. Ils me paraissent tout de suite moins sensés, moins raisonnables, parce qu'ils croient sans voir, sans preuve, ce qui est à l'exact opposé d'une démarche expérimentale scientifique ! Il y a quelque chose de presque fou chez ces gens-là ! J'ai un peu honte d'avoir un avis aussi catégorique, de me fier à des étiquettes, mais religion est synonyme d'obscurantisme et de guerres idéologiques.
Néanmoins, sur Néméïl, tout était inversé : tant que nous n'avions pas la preuve de l'inexistence de quelque chose, ce quelque chose pouvait être considéré comme réel. Tout était possible. Vraiment tout. Cela dépassait l'imagination, et personne ne pouvait cerner les limites du possible sur cette île, surtout pas moi !

Il n'y avait aucune preuve de ma filiation divine (les mots de Vénus, rien de plus), mais tout le monde voyait cela comme acquis. Quant à moi, j'avais décidé que Jupiter ne prendrait pas la place de mon père. C'est peut-être pour cela que je ne suis jamais allée vers lui, pour conserver intacte l'image de mon vrai père. Même une analyse ADN ne pouvait me convaincre de la réalité de ma nouvelle famille. "Jupiter, père de Gemma", c'était un titre presque honorifique. Mais jamais, jamais je ne l'accepterai comme mon père. Il m'était étranger, totalement. Et pourtant, personne ici ne voyait l'énormité de leurs affirmations. Ils ne se rendaient pas compte que c'était n'importe quoi. De toute façon, tout partait dans tous les sens. Les fous étaient lâchés ! Et Thaïs avait peut-être raison, en disant que nous étions déjà paranoïaques. On entrait dans leur jeu, à eux, aux fous... On devenait comme eux ! Je secouais la tête. Il fallait reprendre mes esprits !

"Mais enfin, tout ça, c'est vrai seulement si nous sommes des déesses. Rien que de le dire, c'est fou ! Moi, Gemma Anderson, quinze ans, déesse, enchantée" fis-je mine de me présenter en riant. "Ah non, on va devenir comme eux, à nous persuader nous-même d'être des divinités déchues de je ne sais quelle planète. Ça craint."

Je disais cela d'un ton léger, mais je sentais que nous allions céder. Ce n'était qu'une question de temps, mais nous nous ferions avoir aussi... Peut-être bien qu'un jour, je me présenterais vraiment de cette façon si surréaliste ! Où va le monde ?


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
avatar
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Lun 15 Juil - 18:17



Gemma semblait être vraiment impressionnée par le prétendu pouvoir de Thaïs. Marcher sur l'eau, il n'y avait rien de redoutable là-dedans. Ses yeux noisette fixaient son interlocutrice, toujours perplexes. L'adolescente faisait alors clairement entendre que c'était une surdouée. Trois années d'avance, rien que ça. La vie ne devait pas être facile en cours. Bon, Thaïs n'avait jamais vraiment eu de difficultés en classe, mais elle se donnait les moyens pour réussir. Elle avait certes quelques facilités, mais rien ne laissait prétendre qu'elle avait des capacités intellectuelles surdéveloppées. Contrairement à Gemma.


"A supposer que Jésus ait existé, je ne tiens pas vraiment à être comme lui"
plaisanta-t-elle.


"Mais en revanche, tu ne soulignes le pas que tu aies des capacités intellectuelles assez dingues, pour avoir trois années d'avance. C'est loin d'être si courant que ça. Il y a certes des surdoués, et les médias s'amusent à les dévoiler au grand public. Mais toi tu as un truc en plus Gemma."


Thaïs marquait un temps de pause, un sourire serein aux lèvres.


" Parce qu'en plus de ça, je te trouve d'une très grande maturité, pour ton âge. Alors peut-être que les classes supérieures t'ont permis d'acquérir une certaine notoriété. Mais quand tu vois les autres surdoués, ils semblent plus enfantins qu'autre chose."


Et c'est pour dire, Thaïs en avait un dans sa promo. Il avait quinze selon ses souvenirs. Mais capricieux, elle aurait cru à un gosse de trois ans. Avec SES habitudes, SES désirs. Thaïs avait du mal avec lui, même si elle reconnaissait son intelligence et sa culture tout simplement gigantesque. Mais il ne ressemblait pas à Gemma au niveau comportemental et caractériel. Après peut-être avait-elle une vie toute différence comparée à l'étudiant surdoué, mais çe ne devait pas jouer tant que ça.


"Peut-être même plus mature que moi"
remarqua-t-elle, toujours un sourire sympathique pendu aux lèvres.

Thaïs n'avait pas ce problème d'égo qu'avait presque tout le monde sur cette île. Bien que de temps en temps, elle se montrait mauvaise joueuse, elle savait reconnaître la supériorité d'autrui. Elle n'avait rien à prouver à personne, alors à quoi bon ? Et puis elle ne s'imaginait pas faire la fière et se prendre pour la meilleure devant Zeus ou je ne sais qui. Si vraiment ces divinités existaient vraiment, elle n'aurait jamais l'audace de se mesurer à eux, fille d'un des plus puissants d'eux ou non.

Enfin Gemma riait en se présentant en tant que déesse. C'est vrai que c'était assez comique en soi. Thaïs riait avec elle.


"Tout le monde se présente de cette manière ici. Tu le dirais, ça ne choquerait personne. Puis fille de Jupiter, tu te ferais sacrément respectée. Limite avoir des larbins."
Thaïs eut cette étrange idée de prêtres étant à ses pieds, faisant des sacrifices de chèvres ou autres actes dans le genre. Ca la dégoutait. Comme si elle allait se réjouir parce qu'on lui avait tué une chèvre. Hourra.


" Je vais t'avouer que j'attends des preuves de ce qu'ils avancent tous. Enfin écoute-les, ils disent tous la même chose, ils tiennent tous les mêmes propos sur cette île, etc. Soit la sélection a été très pointue, soit il y a anguille sous roche."


Elle marquait un temps de pause, réhumidifiant ses épaules et ses cheveux - elle avait un peu froid à rester statique.


" Et c'est même plus une anguille, ce serait une baleine."


Et soudainement, Thaïs se mit à haïr le mot "coïncidence". Celui-ci résonnait dans sa tête, et finissait même par rejeter la chose. Trop de coïncidences tuent la coïncidence.


" Par preuve j'entends, un truc du genre... rencontrer nos pères par exemple. Normalement, quand on voit nos géniteurs, on a toujours une sensation d'avoir trouvé une pièce manquant, non. On n'est pas censé "sentir" que ce sont nos parents ? "
Elle haussait les épaules, suggérant l'idée. Elle ne savait pas. En fait, elle ne savait plus.

Revenir en haut Aller en bas
Crazy codeuse ♣ RP en pause
Crazy codeuse ♣ RP en pauseGemma Anderson
avatar Messages : 2234
Date d'inscription : 25/12/2012
Localisation : J'ignore où je suis arrivée...

Ô Grand moi
Relations:
Race & Mythologie: Demi-déesse romaine
Pouvoirs:
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   Mer 28 Aoû - 18:47

Je souris à la petite plaisanterie de Thaïs. A supposer que Jésus ait existé, oui. J'aimais de plus en plus cette Américaine. Elle semblait tout aussi réaliste que moi, ce qui était une qualité rare sur cette île de fous. Et puis ma nouvelle amie savait apprécier mes aspects positifs. J'étais quelqu'un d'assez fier, au fond - je devais tenir ça de mes pseudo-origines divines. Je ne me prenais pas une personne totalement hors du commun, Einstein ou Marie Curie, non, pas à ce point ; cependant, j'étais consciente de mes capacités relativement exceptionnelles. Ce n'était pas de la vanité ou de l'orgueil de ma part, seulement la vérité. Pas de fausse modestie avec moi.

Sa remarque me fit néanmoins sourire - et rougir un peu (de gêne et de plaisir mélangés) : ah bon, j'étais différente des autres surdoués ? Je n'en connaissais pas beaucoup, mais je ne voyais pas ce que je pouvais avoir de plus. Je ne savais pas quoi répondre - j'avais toujours été très mauvaise pour ce qui était de recevoir des compliments. Ma réaction allait habituellement du "Je sais" (quand il ne s'agit d'une vérité objective, je ne vais pas faire semblant de nier alors que je suis d'accord !) au "Merci" (parce que j'ai remarqué que les gens n'apprécient pas forcément ma réponse précédemment mentionnée) en passant par "C'est n'importe quoi !" (quand je ne suis pas d'accord avec la flatterie, je ne peux pas l'accepter). J'avais donc appris à me taire, à rougir et à baisser la tête, timidité nullement forcée, et ayant l'avantage de pouvoir être interprétée de façon à plaire à chacun.

Thaïs continuait, sur ma maturité. Ma maturité ? J'allais éclater de rire. Moi, mature ? Pas le moins du monde ! Je n'avais jamais vraiment cherché à grandir plus vite que les autres, je profitais de mon âge, voilà tout. Mature, haha ! Je ne savais pas de débrouiller toute seule : pour cuisiner, me repérer, nettoyer, je n'étais capable de rien faire par moi-même (sauf penser, et encore !). Je me demandais ce qu'elle voulait dire. Je n'avais pas les mêmes intérêts que les jeunes de mon âge, ou ceux de ma classe. La fête, les garçons, le maquillage, très peu pour moi. Cela devait se voir : mes habits étaient choisis au hasard le matin, je ne prenais pas du tout soin de ma peau ou de mes ongles, ou que sais-je encore. Non, on ne pouvait pas dire que j'étais une jeune fille superficielle ! Mais ce n'était pas une preuve de maturité, au contraire. J'étais vraiment perplexe. Surtout quand elle dit que j'étais peut-être plus mature qu'elle. Qu'est-ce que... ? Quoi ? Je fronçais les sourcils, peu convaincue.

"Ah bon ? Bah... Euh... Merci, je ne savais pas, mais je ne pense pas..."

Je n'étais pas vraiment à l'aise. Parler de moi directement me gênait un peu. Je pouvais disserter pendant des heures sur ce que je pensais, ce que je faisais, ce dont je rêvais, mais pas qui j'étais. Le compliment me faisait vraiment plaisir, bien que je ne comprenais pas sa signification. Je voulais passer à autre chose, rapidement. Une plaisanterie sur les dieux, et nous voilà de nouveau sur notre sujet principal. Fille de Jupiter - voilà qui était improbable, mais qui en imposait tout de même. Je souris à sa remarque.

Effectivement, je possédais un pouvoir, et non des moindres. Pas un pouvoir magique, mais un pouvoir sur leur esprit, le pouvoir politique. C'était peut-être même plus efficace encore. Je n'avais pas besoin de forcer les gens à faire ce que je voulais, ils l'accepteraient de leur plein gré, par crainte plutôt que par respect. Je n'avais pas encore expérimenté - je n'étais pas capricieuse, cela ne m'amusait pas vraiment - mais j'en étais sûre. Il suffisait que je me montre un peu plus impérieuse, moins souriante, plus sûre de moi, voire menaçante, et j'étais en mesure d'avoir ce que je souhaitais à toute heure du jour ou de la nuit. Heureusement que cela ne m'intéressait pas ! Je pourrais devenir une vraie peste. L'exercice du pouvoir est tellement tentant, cela pourrait bien me tourner la tête... Je le prenais avec le sourire ; pour le moment, je trouvais cela tellement absurde !

"Oui, je devrais essayer : donner des ordres au hasard, faire ma diva. Jupiter leur fait tellement peur qu'ils ramperaient à mes pieds, j'en suis certaine. Je finirai pourrie-gâtée !" conclus-je avec un grand sourire.

Nous revînmes à l'idée du complot, plus ou moins. C'était la seule explication rationnelle possible. Mais elle n'était pas satisfaisante, j'étais d'accord avec Thaïs. Tout se recoupait parfaitement, le puzzle était complet. Comment était-ce possible ? Quelle organisation pouvait être aussi parfaite ? Tout paraissait tellement crédible... Oui, des preuves, nous avions besoin de preuves. Mais même cela ne me suffisait pas. Il me fallait l'explication scientifique des circonstances exactes du voyage, les coordonnées précises de notre situation géographique et autres données indispensables. Sans quoi je ne pouvais accepter l'impossible. Thaïs émit l'idée de voir nos pères biologiques.

"Théoriquement, j'ai déjà vu Jupiter de mes yeux, et franchement, cela ne m'a rien fait du tout. Pas d'éclair, de tonnerre, de tremblement de terre pour sceller la rencontre entre le père et sa descendance. C'était très décevant" fis-je en souriant, visiblement pas déçue du tout. "Mais je ne l'ai jamais approché à moins de cinq mètres. Les manifestations surnaturelles doivent nécessiter plus qu'un contact visuel. Il faut du contact physique, j'imagine."

Je n'arrivais pas à être sérieuse. C'était du grand n'importe quoi !

"Cela dit, il faudrait tout de même que tu voies Poséidon ou Neptune. Ils ont peut-être plus la fibre paternelle que Jupiter" continuai-je, une pointe d'amertume dans ma voix. Je ne pouvais m'expliquer l'indifférence de mon soi-disant père. Il attendait que je fasse le premier pas, ou je ne sais quoi - ne pas brusquer les choses, blablabla. Ce n'était pas moi qui irai. J'étais trop timide, et puis c'était à lui de s'expliquer, puisque c'était de sa faute. S'il ne s'était pas mêlé de la vie sexuelle de ma mère, je n'aurais pas été sur cette île de dingues.

"Je ne sais pas où ils habitent, mais on peut demander."

J'étais prise d'une soudaine inspiration. Une énergie étrange, excitante.

"Viens ! Viens, on va demander aux gens, ils savent forcément" fis-je en la tirant en direction de l'escalier pour sortir de notre bassin glacé. J'avais envie de me bouger sur le champ. Notre discussion me donnait envie d'agir. A défaut de le comprendre, nous pouvions essayer de forcer le destin.


I am a ghost (absence forever). Embarassed 
Je vous nem. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA   

Revenir en haut Aller en bas
 

au contact de l'eau ♒ pv. GEMMA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre Divine :: Intrigue 1 : Les Humains-